Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloque 1994

« Crises de l’image religieuse / Krisen religiöser Kunst »

Max-Planck-Institut für Geschichte, Göttingen, 18‑20 mars 1994
Dario Gamboni
p. 71-74

Notes de la rédaction

Publications : Olivier Christin, Dario Gamboni (éd.), Crises de l'image religieuse de Nicée II à Vatican II, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1999.

Texte intégral

1L’image se trouve aujourd’hui au carrefour et au confluent de plusieurs traditions historiographiques et méthodologiques. L’histoire de l’art, dont elle constitue traditionnellement l’objet, s’ouvre à l’apport des sciences humaines et sociales, tandis que l’histoire cesse d’y chercher le simple reflet d’événements ou de mentalités pour l’envisager comme instrument, voire comme agent. Les pratiques symboliques dont elle participe sont essentielles à l’approche anthropologique, et la sociologie trouve dans l’étude de l’œuvre d’art un ajout nécessaire à l’analyse des systèmes culturels. Quant à l’image religieuse, outre son intérêt évident pour l’histoire religieuse et plus largement culturelle, elle se prête particulièrement bien à une telle confrontation des regards. Primordiale avant la définition moderne de l’oeuvre d’art, la fonction cultuelle lui survit sous diverses formes et vient souligner de façon insistante les conditions et les limites de l’autonomie esthétique. Dans la même perspective, l’étude des « crises » représente une stratégie de recherche et de rencontre féconde, surtout si l’on ne songe pas seulement aux grands moments de crise comme la Réforme, mais aux circonstances et domaines souvent plus discrets où la nature, le statut, la légitimité, la signification des images, voire des pratiques et des personnes qui leur sont associées, se voient mis en question et par là même en lumière.

2C’est à partir de ce constat et de ces propositions que l’équipe postulante CNRS 0046 « Histoire des chrétiens en Europe et hors d’Europe XVIe-XXe siècles », Universités Lumière-Lyon 2 et Jean Moulin-Lyon III) et la Mission historique française en Allemagne (MHFA) ont organisé, avec le soutien du GDR Histoire du christianisme et sous le double titre « Crises de l’image religieuse / Krisen religiöser Kunst », un colloque qui a eu lieu au Max-Planck-Institut für Geschichte à Göttingen, du 18 au 20 mars 1994. Cette manifestation, à laquelle assistait un public provenant surtout de la MHFA, du Max-Planck-Institut et de l’Université de Göttingen, a réuni une douzaine de chercheurs – historiens de l’art et historiens de la religion – français, allemands et américains, dans des conditions particulièrement propices à la confrontation des approches et à l’échange d’idées, comme les discussions très nourries qui ont suivi chaque intervention l’ont démontré.

3Les communications, qui couvraient un champ allant de Byzance au XXe siècle, ont témoigné d’un déplacement progressif des critères décisifs, allant de la sphère religieuse à la sphère esthétique, tout en mettant en lumière les liens retrouvés unissant ces deux domaines et les rattachant à ceux de l’esthétique et du politique. De façon provocatrice, David Freedberg (New York, Columbia University) a proposé de considérer l’ontologie des images saintes, telle qu’elle est définie par la théorie byzantine des images, comme paradigmatique pour l’ensemble des images. Selon lui, celles-ci demeurent à l’« époque de l’art » (Hans Belting) caractérisées par l’« inhérence », la capacité d’annuler la distinction entre image et prototype, si bien que l’aura artistique conserve des traits de l’aura religieuse. La discussion qui a suivi a souligné la nécessité de compléter cette approche anthropologique et systématique par des distinctions historiques. Hans Georg Thümmel (Université de Greifswald) a rappelé que les Carolingiens ont refusé de souscrire à l’approbation de l’adoration des images par le concile de Nicée II (787), et ceci non pas – contrairement à l’explication souvent avancée – à cause de la traduction imparfaite des actes du concile dont ils disposaient, mais en vertu de réflexions critiques, exposées dans les Libri Carolini commandés et approuvés par Charlemagne. Jean Wirth (Université de Genève) a analysé la critique radicale à laquelle les scolastiques ont soumis à leur tour, vers 1300, la position extrêmement favorable à l’adoration des images à transmettre autre chose que des caractères accidentels du modèle en tant que chose corporelle, ils se trouvaient prendre en compte l’évolution des images qui, passant par Robert Holcot chez Wyclif et les Hussites, devaient fournir le fondement théorique de l’iconoclasme. Sergiusz Michalski (Augsbourg) a évoqué les emplois du motif de l’image spéculaire dans l’histoire de la théologie et de la théorie de l’art, entre autres dans le cadre de la controverse eucharistique, où l’on tirait argument du fait que le visage éternel du Sauveur peut se refléter aussi bien dans un petit fragment de miroir que dans le miroir tout entier. En analysant l’iconographie du relief du tympan de l’église bénédictine de san Zeno à Vérone (vers 1140) et ceux de l’ancienne Porta Romana à Milan (vers 1171), Andrea von Hülsen-Esch (Göttingen, Max-Planck-Institut fur Geschichte) a montré comment des contenus profanes pouvaient s’ajouter et se combiner aux contenus sacrés lorsque les jeunes communes de l’Italie du Nord engageaient les saints patrons des villes au service de leurs intérêts politiques et militaires. Marie-Hélène Froeschlé-Chopard (CNRS) a proposé d’interpréter l’évolution iconographique des tableaux d’autel dans les églises paroissiales de l’est de la Provence au XVIIe siècle en tant qu’expression d’une mutation du sentiment religieux, les saints passant du rôle de protecteurs à celui de modèles de la bonne vie et de la bonne mort. La discussion a mis l’accent sur le rôle d’autres facteurs d’ordre stylistique et géographique. Olivier Christin (Göttingen, MHFA) a expliqué l’abandon final, en 1707, du don annuel d’un tableau à Notre-Dame de Paris par la confrérie d’orfèvres de sainte Anne, par le fait que ces dons étaient assimilés à la pratique populaire et défavorisée de l’ex-voto, tandis que les donateurs se soumettaient au goût dominant et fournissaient aux peintres de l’Académie royale une étape dans le cursus honorum de l’accomplissement historique. A partir de l’étude des écrits de Friedrich Schlegel et des peintures de Delacroix, Klaus Herding (Université de Francfort) a interrogé la façon dont, chez les romantiques allemands et français, la crise de la religion instituée pouvait servir de moteur à une sécularisation et à une personnalisation de l’art religieux. Julia Bernard (Cologne) a souligné l’actualité que possédait le thème de la crise dans le Paris de la fin du XIXe siècle et proposé d’y distinguer trois groupes (avant-gardiste, progressif et conservateur) de peintures à sujet chrétien en les reliant à trois tendances religieuses parallèles. Dario Gamboni (Université de Lyon 2) a esquissé deux étapes du renouveau de l’art d’église en France de 1890 à 1960, les analysant comme éléments d’un processus de modernisation et comme exemples du phénomène de qualification et de disqualification des images. Étienne Fouilloux (Université de Lyon 2) a mis en question la désignation comme « nouvelle querelle des images » des polémiques suscitées par l’introduction d’œuvres modernes dans les églises catholiques françaises après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que celle de la destruction de décors hérités du XIXe siècle après le concile de Vatican II comme « mouvement iconoclaste », en relevant le fait que ce n’était pas la légitimité du recours aux images, mais bien leur forme qui était alors en cause. En conclusion, Thomas DaCosta Kaufman (Université de Princeton) a rappelé que la notion de « crise » impliquait également celle de jugement et que même dans le cadre occidental, d’autres religions que la religion chrétienne avaient joué un rôle dans la problématique abordée. Des problèmes de santé ont empêché deux auteurs de communications de participer au colloque : Ernst Ullman (Leipzig) devait présenter l’origine et les suites du traité Von Abtuhung der Bylder (« Du retrait des images ») de Karlstadt, paru à Wittenberg en 1522, tandis que François Boespflug (Université de Strasbourg) avait prévu d’étudier le cas de l’œuvre d’Arcabas (peintre né en 1926) et de sa réception comme révélateur de certains aspects de la situation de crise de l’art sacré dans la France de la seconde moitié du XXe siècle. Leurs contributions devraient être intégrées dans les actes du colloque, pour lesquels des discussions sont en cours avec des éditeurs français et allemand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dario Gamboni, « « Crises de l’image religieuse / Krisen religiöser Kunst » », Chrétiens et sociétés, 1 | 1994, 71-74.

Référence électronique

Dario Gamboni, « « Crises de l’image religieuse / Krisen religiöser Kunst » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/89

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org