Navigation – Plan du site
Articles

« Divorce à l’italienne »

La rupture entre le délégué apostolique des Etats Unis et le délégué apostolique de Mexico durant la seconde Christiade
Yves Solis
p. 129-163

Résumés

L’article examine la relation entre le délégué apostolique des Etats Unis, Amleto Cicogani, et le délégué apostolique de Mexico, Leopoldo Ruiz y Flores, entre 1933 et 1937. Durant cette période se développe une grande rivalité entre les deux représentants du Saint Siège, qui se trouvaient aux Etats Unis, et l’instabilité au sein du monde catholique nord-américain provoqua un conflit dont l’écho parvint jusqu’à la Curie romaine. L’impact politique de la différence d’attitude entre les deux délégués, divisés sur les moyens à mettre en œuvre afin de parvenir à une solution dans la crise religieuse de Mexico, fut si important qu’on en arriva au remplacement du délégué de Mexico, Leopoldo Ruíz y Flores. Sur la base d’une recherche de documents extraits des Archives Secrètes du Vatican, une interprétation des difficultés rencontrées quant à la solution du conflit politico-religieux mexicain des années trente, devient plausible. Le travail se concentre sur la sélection difficile des interlocuteurs et sur l’influence exercée par les Etats Unis dans la résolution de ce conflit supposé local.

Haut de page

Notes de la rédaction

La révolution mexicaine a entraîné, sous le président Calles (1925-1928), un conflit violent avec l’Église catholique à cause de la politique très anticléricale du gouvernement. Une véritable guerre civile, la Christiade, s’est déroulée de 1926 à 1929, entre les « cristeros », capables de tenir tête à l’armée régulière, et le gouvernement, soutenu par les États-Unis, qui craignent la déstabilisation de la région. Le haut-clergé et le Vatican poussent à un accord, presque obtenu avec Obregón, successeur de Calles en 1928, mais assassiné au bout de quelques jours. Calles retrouve le pouvoir, mais les Etats-Unis veulent la pacification. L’accord se fait grâce à l’ambassadeur Morrow, Rome donne son accord et le délégué apostolique Mgr Ruiz y Flores revient d’exil. Les accords sont publiés le 22 juin 1929. Mais les tensions subsistent et un amendement à la constitution, en 1934, précise que l’enseignement sera socialiste et antireligieux. Sous le gouvernement marxiste du président Cardenas, une nouvelle opposition catholique apparaît, la seconde christiade, à partir de 1935 (ndlr).

Texte intégral

  • 1  Le Tecnológico de Monterrey, Campus de Santa Fe a accordé l’aide nécessaire pour un séjour de rech (...)

1L’ouverture récente des Archives Secrètes Vaticanes de la période allant de 1922 à 1939, correspondant au pontificat de Pie XI permit aux chercheurs de l’Église Catholique Mexicaine et des relations État-Église d’avoir accès aux documents du Saint-Siège relatifs au processus complexe de la Christiade ainsi qu’à la création du Modus Vivendi, également connu comme le Mexique Postrévolutionnaire1.

  • 2  Les délégués apostoliques sont représentants du Saint-Siège et n’exercent aucune mission diplomati (...)
  • 3  En 1933 Fumasoni-Biondi fut promu préfet de Propagande Fide et par conséquent, il retourna à la Cu (...)
  • 4  Il convient de rappeler ici qu’en 1932, Leopoldo Ruiz y Flores, sous prétexte de la publication de (...)
  • 5  Le père Burke avait été le grand promoteur des accords de 1929. C’est le père Olimón, qui consulta (...)

2L’objectif de cet article est de montrer comment, avec le changement de délégué apostolique2 et la nomination d’Amleto Cicognani pour cette charge aux États-Unis, le 17 mars 1933, monseigneur Leopoldo Ruiz y Flores, délégué apostolique de Mexico, perdit le soutien que Pietro Fumasoni-Biondi lui avait offert durant sa charge de délégué apostolique des États-Unis (1922-1933)3, et comment le Saint-Siège chercha peu à peu un délégué apostolique pour Mexico, qui soit plus apte à obtenir une solution effective au conflit religieux4. L’appui marqué du Secrétaire d’État du Saint-Siège, Eugenio Pacelli, envers le délégué apostolique de Mexico était notable, et permettait de percevoir le cautionnement de Fumasoni-Biondi, alors membre actif de la Curie Romaine. En même temps, la rupture croissante entre Cicognani, Ruiz y Flores, et le Père John Burke, pauliste secrétaire de la National Catholic Welfare Conference (N.C.W.C.) qui avait été le promoteur des accords entre l’État et l’Église en 19295, était également notable.

3Il semble alors que les prémisses de la rupture furent provoquées par la crainte d’un statu quo de la part de l’Église Catholique mexicaine et par un manque de tact du délégué. Sa permanence à son poste ne tenait pas tant à un soutien de la part du Saint-Siège qu’à la difficulté de trouver un substitut compétent pour son âge et pour sa capacité de mener à bien la difficile mission consistant à trouver une solution durable au conflit religieux. Après une période d’indécision, Leopoldo Ruiz y Flores put, non sans avoir préalablement renoncé à sa charge, retourner au Mexique pour y tenir le poste d’archevêque de Morelia, laissant à Cicognani la possibilité de participer activement à la résolution du conflit religieux durant la période présidentielle de Lázaro Cárdenas.

Les prémisses de la rupture

  • 6  Leopoldo Ruiz y Flores, Rapport N°70. Sulla campagna del Governo di Messico contra il delgato Apos (...)
  • 7  Père Jésuite, fondateur de l’école d’études internationales de l’université de Georgetown. Partici (...)
  • 8  Ambassadeur des États-Unis au Mexique. Il fut l’un des artisans de la résolution du conflit en 192 (...)
  • 9  Ici furent intégralement publiées une lettre à Pascual Díaz, une autre au père provincial des jésu (...)
  • 10  C’est dans cette édition que fut publiée la lettre à Raquel Salinas, au docteur Miranda ainsi qu’à (...)
  • 11  Prêtre d’origine canadienne. Il fut l’un des premiers prêtres catholiques des Etats-Unis à compren (...)
  • 12  Donald Warren, Radio Priest Charles Coughlin, The father of Hate Radio, New York, Free Press, 1996 (...)
  • 13  Amleto Cicognani, 25 octobre 1934. Rapport N°9773-1 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 563. 1933-1937. Fas (...)
  • 14  Vatican, Secrétariat d’Etat, 17 novembre 1934. Mexique. Tratative col Pres. degli Stati Uniti. ASV (...)

4En ce qui concerne la rupture entre Cicognani et Ruiz y Flores, l’élément clé fut le Père Burke. Le légat mexicain, dans un rapport du 6 novembre 1934, avait déjà exprimé un certain mécontentement à Burke, mécontentement que celui-ci partageait6. Ruiz y Flores s’était senti en grande partie en décalage par rapport à son action réelle lors des accords religieux de 1929 qui avaient permis le rétablissement du culte catholique dans la République. En effet, Ruiz y Flores avait reconnu que aussi bien Burke que Walsh7 ou Morrow8 avaient écarté, non seulement lui-même, le délégué apostolique de Mexico et représentant officiel du Saint-Siège, mais aussi Pascual Díaz (l’archevêque de Mexico). La mauvaise opinion de Cicognani sur Ruiz était motivée par la grande confiance en laquelle le délégué apostolique des États-Unis tenait Burke, qui conseillait la prudence quant à l’attitude à tenir envers Ruiz. Ces craintes furent confirmées lors d’une erreur commise par Ruiz dans une correspondance d’affaires devant faire l’objet de la plus grande discrétion. Un courrier confidentiel expédié par la voie traditionnelle et rendu public le samedi 27 octobre 1934 dans El Nacional, quotidien officiel du gouvernement mexicain, provoqua la rupture. Ce journal parla d’ « une ténébreuse conspiration du clergé mexicain contre le régime de la Révolution »9. Dans son édition du dimanche, el Nacional précisa « comment était organisée la conspiration cléricale »10. Cicognani nourrissait certaines préoccupations envers l’archevêque de Morelia. Les indiscrétions du délégué apostolique mexicain pouvaient porter un réel préjudice au succès de la tentative de pacification. Ruiz y Flores venait d’écrire au père Coughlin11, le fameux « Radio Priest » de Detroit12 ainsi qu’au père Parson, S.J., directeur de la revue America. Il les prévint tous deux que le Saint-Siège avait chargé le délégué apostolique des États-Unis de prendre en mains les affaires relatives à la question religieuse au Mexique ainsi que la définition des relations avec le gouvernement des Etats-Unis. Il citait la lettre que Giuseppe Pizzardo, sous-secrétaire d’État du Saint-Siège, lui avait fait parvenir. La discrétion n’était pas le point fort de Ruiz pour tout ce qui avait trait à sa patrie : afin de justifier son attitude envers ses amis et les évêques, il expliquait les événements en divulguant des plans dont le contenu pouvait parvenir aux oreilles du gouvernement mexicain, avec des conséquences qu’il était facile d’imaginer. Cicognani s’engageait à faire de son mieux pour le contrôler et il demandait à Pizzardo de donner à Ruiz une indication dans ce sens. Au bas de sa lettre, et utilisant le rapport envoyé par Burke, il revint sur le thème d’un changement de délégué apostolique. A ce propos, Cicognani insistait sur le fait qu’il était essentiel d’arriver aux négociations avec un représentant du Saint-Siège capable d’inspirer confiance à la nation concernée. Un gouvernement en lutte, particulièrement avec ses évêques ne voyait pas d’un bon œil d’avoir à faire avec un délégué apostolique qui fut l’un des leurs, et qu’ils considéraient par ailleurs comme un de leur admnistré, mais un administré suspect. Amleto Cicognani pensait que le changement de délégué devait être pris en considération, en particulier si l’objectif était de négocier avec le gouvernement mexicain13. La question était si importante que dans le résumé du Secrétariat portant sur le rapport de Cicognani, le dernier point insistait sur la question de savoir s’il était convenable ou pas de nommer un nouveau délégué14.

  • 15  Leopoldo Ruiz y Flores, Rapport du 6 novembre 1934. Rapport N°70. Sulla campagna del Governo di Me (...)

5Au même moment, le 6 novembre 1934, Leopoldo Ruiz y Flores justifiait ses actions devant le Saint-Siège15. Il tentait d’expliciter les événements à la lumière de la publication de son courrier dans El Nacional, sur sa façon d’agir, et sur ses déclarations auprès de l’Associated Press. Il précisa qu’il avait utilisé ce media durant deux ans, et que c’était la première fois qu’un tel problème se présentait. Ruiz avait commis une lourde erreur en menaçant puis en provoquant l’interruption de certaines négociations avec le président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt.

  • 16  Vatican. Secrétariat d’Etat. Projet de minute pour répondre au rapport 118/35 de Cicognani. ASV. A (...)

6Il fallait rapidement envoyer de nouvelles instructions à monseigneur Ruiz car il devenait inopportun que Ruiz y Flores se présentât devant les catholiques des États-Unis sans s’être mis d’accord avec le délégué apostolique de ce pays, Amleto Cicognani. Le Saint-Siège, dans un premier temps, souhaitait que les deux délégués travaillent tous deux unis par le même but. Le Saint-Père, qui connaissait bien Leopoldo Ruiz y Flores, était certain qu’il ne serait pas difficile de le convaincre d’opter pour une solution discrète et diplomatique16. Pacelli, le secrétaire d’État, reçut du Saint-Père la charge d’écrire à monseigneur Ruiz.

7En 1935, sur la base des avancées obtenues par le délégué des États-Unis et des problèmes rencontrés avec la réactivation du nouveau comité épiscopal, le changement de délégué apostolique semblait plus que jamais s’imposer.

Une difficile élection

  • 17  Vatican, Secrétariat d’Etat. Introduction à la position N°575, 1935-1938. Nouveau Délégué Apostoli (...)
  • 18  Guglielmo Piani, Relazione circa la sua visita nel Messico. ASV. AES. Pos. 575. 1936-1937. Fasc 37 (...)

8Les nouvelles en provenance de Mexico étaient contradictoires au gré des rapports fournis par les groupes d’intérêts concernés. Une grande faille existait toujours parmi les fidèles catholiques et il en était de même au sein de l’Episcopat. Celui-ci manquait d’une attitude globale cohérente, cela avait déjà été le cas par le passé, et contribuait à diviser toujours davantage le monde catholique17. Plus grave encore, le prestige du délégué avait baissé. Il fut évident que sa rupture avec le délégué apostolique des États-Unis, chargé de rechercher aux États-Unis une solution à la question religieuse de Mexico, conduisit à formuler l’idée d’un changement de délégué. Cicognani souhaitait la nomination d’un nouveau prélat pour remplacer monseigneur Ruiz. L’indisponibilité de Martín Tritschler, qui faisait partie des favoris, eut pour conséquence l’envoi de Guglielmo Piani à Mexico en 1936. Véritable responsable du Saint-Siège, il fit plusieurs rapports destinés à mettre en relief une nouvelle vision de la situation18.

Monseigneur Cicognani, nouveau responsable des affaires pour Mexico

  • 19  Guiseppe Pizzardo, 23 mai 1935. Cifrado N° 1692/35 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fas (...)
  • 20 McClusar, 23 mai 1935. Prime tesara. ASV. Aes. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.
  • 21  Enrique del Valle, 19 octobre 1935. Lettre à Ledochowski. ARSI [Archivum Romano S.I] Provincia Mex (...)
  • 22  Giuseppe Pizzardo, Projet de Mgr Pizzardo de demander à Cicognani son aide, en tant que chargé des (...)

9En mai 1935, Cicognani continuait à informer le Saint-Siège de la situation difficile au Mexique. Le Saint-Siège était fort préoccupé par les évènements et pensait que Cicognani pourrait apporter un soutien efficace pour sortir de cette situation19. Pour le Souverain Pontife, tout cela causait des dommages incalculables aux âmes catholiques à cause bien sûr, de la persécution violente, mais, plus que cela, en raison de la désunion existant entre les divers secteurs catholiques, notamment entre l’Episcopat, pour ce qui concernait sa manière d’agir, et les mesures qu’il convenait par ailleurs de prendre. Le Comité Episcopal était l’exemple même de l’absence de cohésion indispensable pour résoudre la crise traversée par l’Église du Mexique. Le Souverain Pontife ne pouvait donner d’instructions pertinentes sans courir le risque de compromettre la propre autorité du Saint-Siège20. Les divergences au sein de l’Episcopat semblaient s’accroître et rendaient notamment évidente la rupture entre le délégué apostolique et l’archevêque de Mexico. Le Secrétariat d’État rappela que la nomination de Ruiz fut motivée par l’impossibilité de nommer un étranger. De par son exil puis son difficile retour au pays, cette nomination avait perdu une grande partie de sa raison d’être. La situation du délégué se trouvait aggravée par le fait que son autorité sur l’Episcopat mexicain s’était beaucoup émoussée. Les rumeurs qui se propageaient aux États-Unis à propos de la nomination d’un nouveau délégué semblaient justifiées. En octobre 1935, Enrique Del Valle informa Wlodimir Ledochowski que le président de l’action catholique de Mexico et le P. Raymundo Silva lui avaient communiqué que le Saint-Siège avait accepté la démission de Ruiz y Flores et que Pascual Díaz serait le nouveau délégué21. Pie XI, souhaitant aider les fidèles qui souffraient de persécutions, désirait que Cicognani abandonnât ses activités en cours pour s’occuper plus directement des affaires de Mexico, et qu’il s’entoure de personnes judicieusement choisies pour leur expérience, à la fois des évènements mais aussi des divergences au sein de l’Episcopat. Il lui incomberait également d’informer le Secrétariat d’État afin que ce dernier puisse prendre les mesures les plus appropriées22.

  • 23  Eugenio Pacelli, 31 mai 1935. Lettre N° 1775/35 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 3 (...)
  • 24  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.
  • 25  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.
  • 26  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.
  • 27  Castillo Nájera avait connu monseigneur Micara durant son séjour comme ambassadeur en Belgique.

10Le 31 mai, Pacelli envoya le message définitif. Reprenant les projections antérieures, il insista davantage sur la diversité du Mexique et sur les différences de pratique et de vision entre les fidèles mexicains et l’Evêque, ce qui ne permettait pas de donner des instructions claires propres à porter remède à la situation. Il réaffirmait la nécessité de rechercher la plus grande union des esprits et la plus grande cohérence dans les actions à entreprendre. Leopoldo Ruiz, tenu à l’écart depuis trop longtemps, ne semblait pas capable de pouvoir récupérer l’information suffisamment abondante et sûre dont avait tant besoin le Saint-Siège. Ce dernier invoqua le fait que ce procédé avait déjà été utilisé par Benoît XV en 1915 dans des circonstances similaires23. Le 24 juin 1935, Cicognani envoya sa réponse à Pacelli. Cicognani soutenait la position du Saint-Siège et reconnaissait en effet que la situation était bien telle que Pacelli l’avait décrite. Le contraste de vision et d’action entre les catholiques et le clergé – et plus particulièrement les évêques – était évident. Cela aggravait davantage la situation et tendait à démontrer la perte de prestige du délégué apostolique du Mexique, Don Leopoldo Ruiz y Flores, Archevêque de Morelia. La situation était si préoccupante que le Saint-Siège ne pouvait obtenir aucune information qui ne dût être tout d’abord méticuleusement vérifiée pour être considérée comme valable, ce qui ne facilitait pas la prise de décision nécessaire en de telles circonstances24. Si Cicognani était reconnaissant envers le Saint-Père et le Secrétaire pour ce qu’il considérait comme une preuve de confiance bénévole et paternelle, il restait clair qu’il souhaitait continuer à apporter son concours à la résolution de la question mexicaine, de manière non officielle toutefois. Son argumentation reposait sur quatre points. Premier point : les Mexicains avaient toujours éprouvé de l’hostilité pour l’intervention des États-Unis. D’autre part, une action de caractère officiel et public depuis les États-Unis serait interprétée au Mexique comme une ingérence. De plus, partant d’une initiative de l’Église, cela pouvait être utilisé comme prétexte pour lancer des attaques contre l’Église et le Saint-Siège. Deuxième point : il concernait l’apparente rupture, au sein de la « famille révolutionnaire », entre Cárdenas et Plutarco Elías Calles et l’apparent succès de Cárdenas qui avait remplacé peu à peu les membres du cabinet. Etaient déjà démissionnaires Tómas Garrido Canabal, secrétaire à l’Agriculture « véritable cannibale de la religion », Rodolfo Calles, secrétaire aux Communications « digne fils de son père », et Narciso Bassols, secrétaire aux Finances, « autre persécuteur de l’Église »25. Selon le délégué lui-même, le nouveau cabinet n’incluait pas les agresseurs publics et violents de la religion sinon le général Saturnino Cedillo, gouverneur tolérant de San Luís Potosí, lequel – selon le délégué des États-Unis – s’était déclaré contre l’Église, et des personnes moins radicales comme Fernando González Roa, ex ambassadeur à Washington et au Guatemala. Une action ouverte de la part des États-Unis pouvait, en cas de succès, être interprétée comme opposée à des changements qui, sur le long terme, bénéficieraient probablement au Mexique. Le troisième point concernait la problématique pression publique exercée par les catholiques aux États-Unis, au sujet de la question mexicaine. Cette initiative provenant des catholiques ainsi que de quelques évêques, comme celui de Philadelphie, avait ralenti la négociation discrète du délégué Cicognani. Il était très important qu’au sein d’une société dominée par des protestants, le délégué apostolique, au Mexique, puisse maintenir le caractère religieux de sa mission afin que sa présence ne soit pas assimilée à un simple mouvement politique à combattre26. Finalement, la situation au Mexique n’offrait guère de chances de résolution des divergences au sein de la hiérarchie. Selon Cicognani, la seule solution consistait à mettre un délégué à son poste, seule manière d’obtenir l’union des catholiques et des évêques de Mexico. Ces derniers ne pourraient plus dire que le délégué était mal informé et qu’il ignorait ce qui se passait au Mexique. L’ambassadeur du Mexique aux États-Unis, Francisco Castillo Nájera, ami personnel de monseigneur Clemente Micara27, avait été appelé par le président Roosevelt qui pensait que pour parvenir à un accord avec l’Église, il était judicieux de disposer d’un délégué apostolique qui ne fût pas mexicain de naissance. Castillo Nájera opinait que cela était difficile à obtenir mais qu’il allait demander des instructions sur ce cas. Pour Cicognani, l’élection du nouveau délégué devait suivre un processus très précis :

  • 28  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

« Au vu de la persécution croissante, le délégué précédent [Ruiz y Flores] ne put faire grand chose. J’ai constaté souvent qu’à la malice des persécuteurs s’additionnent quelques mesures malheureuses de notre part. J’admets qu’il est aisé aux spectateurs de formuler des critiques, [et je l’ai fait moi-même]. Il est évident que lorsque la nomination d’un nouveau délégué devient possible, il doit s’agir d’un homme qui soit capable d’être à la hauteur du prestige et de la dignité de la mission, d’âge mûr et qui connaisse la langue, mais aussi qui soit capable d’inspirer la plus grande confiance et ne donne pied à la moindre suspicion, ce qui est humainement très difficile, qu’il soit simple mais ferme et prêt au sacrifice28. »

11Restait au Saint-Siège à choisir le nouveau délégué apostolique qui, pour être agréable au gouvernement mexicain, devait être d’origine mexicaine. La difficulté résidait dans le fait que cette élection devait aussi présenter des avantages pour le Saint-Siège, en prenant en compte notamment l’avis des évêques et des fidèles mexicains, tenant également compte de la Congrégation consistoriale qui avait son mot à dire quant aux nominations des différents évêques par le délégué apostolique des États-Unis et, par-dessus tout, le propre Secrétariat d’État et le Souverain Pontife, même si pour ce dernier les décisions de poids étaient surtout discutées et prises entre Pizzardo et Pacelli, qui redoublaient leurs attentions envers Mexico.

La candidature de Díaz

  • 29  Amleto Cicognani, 12 juillet 1935. Télégramme N°70 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc (...)

12Le 12 juin, Cicognani fit savoir à Pacelli ce que le gouvernement mexicain, représenté par son ambassadeur, avait dit lors de l’entrevue avec Benjamin Sumner Welles et Burke29.

  • 30  Vatican, Secrétariat d’Etat, 16 juillet 1935. Monseigneur Diaz-le Comité Episcopal. Les jésuites. (...)
  • 31  Jésuite membre du Comité des évêques mexicains, ennemi de Pascual Díaz.
  • 32  Vatican, Secrétariat d’Etat, 16 juillet 1935. Monseigneur Diaz-le Comité Episcopal. Les jésuites. (...)

13La réponse à la question de savoir si le délégué devait être mexicain ou non, parvint à Cicognani en juin 1935. Ce point parut trop dangereux au gouvernement mexicain qui était plutôt favorable à la nomination de Pascual Díaz. Profitant de cette opportunité, Cicognani soumit la décision au Saint-Siège. Cette indication fut très importante pour le Secrétariat d’État. Dans un premier projet, Le Saint-Père avait accepté la nomination de Díaz mais les nombreuses plaintes, le souvenir des divisions ajouté à la volonté d’atteindre l’union réelle des catholiques et des évêques ne permettaient pas que le choix de Díaz fît consensus. Pacelli indiquait que le Père Général des jésuites, Ledochowski, avait mis en relief devant le Saint-Siège l’opportunité d’« exciter » un peu Monseigneur Díaz, qui, se trouvant imprégné par la lutte, tendait à un esprit de conciliation secourable30. Le point défendu ici par Pacelli s’avérait très intéressant car il montrait comment, malgré les preuves fournies par Ruiz y Flores de la mauvaise conduite de monseigneur Díaz, il soutenait toujours son attitude, jugée plus prudente. Même ainsi, le Saint-Siège se trouvait limité quant à la justesse de la position conciliante. Lorsque dans la discussion relative à l’attitude à observer, le Comité demanda l’excommunication de tous ceux qui ne respecteraient pas les normes édictées, Díaz au contraire, demanda quelques paroles d’encouragement, ce qui provoqua l’ironie de Pacelli, « l’accord était total! » Le plus drôle pour le Secrétaire d’État, si l’on peut s’exprimer ainsi au vu des circonstances, c’est que le grand espoir nourri par Romero31 était que très bientôt, grâce à l’appui du délégué apostolique, Díaz serait contraint à plus de modération ; mais il ignorait à ce moment-là que l’unique candidat pour le poste, était monseigneur Díaz lui-même. « Je ne pense pas qu’il soupçonne que l’aide effective doive venir de monseigneur Diaz afin que cessent les difficultés avec monseigneur Díaz »32.

  • 33  Eugenio Pacelli, 17 juillet 1935. Cifrado N°484 à Cicognoni. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 3 (...)

14Dans un chiffrage du 17 juillet 1935, Pacelli informait Cicognani de l’existence d’une série de problèmes ou de difficultés quant à la candidature de Díaz33. La première difficulté consistait à se trouver directement sous l’emprise du gouvernement et qu’il avait une certaine « tendance » à se laisser dominer. Pacelli voulait certainement dire que cette tendance était avérée. Le second point était que face aux catholiques du pays, il ne semblait pas jouir de la confiance requise par les circonstances. Il demanda alors à Cicognani de faire une autre proposition.

  • 34  Eugenio Pacelli, 13 juillet 1935. Audience avec Pie XI. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

15Pacelli avait omis de mentionner que cette décision avait déjà été largement commentée par le pape. Celui-ci était disposé à accepter Díaz à la condition qu’il puisse lui donner les instructions précises sur ce qu’il convenait de faire ou pas34.

  • 35  Ibidem.
  • 36  Evêque de Huejutla, fut l’un des évêques intransigeants qui ne purent retourner au Mexique.
  • 37  Vatican, Secrétariat d’Etat, 27 août 1935. Nomination du délégué apostolique à Mexico. ASV. AES. M (...)
  • 38  Amleto Cicognani, 9 juillet 1935. Rapport N°118/35 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc (...)
  • 39  John Burke 25 juin 1935. Réunion ASV. Aes. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

16Même si les rapports du 24 juin et du 9 juillet auxquels Cicognani faisait référence dans son télégramme n’étaient pas encore arrivés à destination, le problème concret que représentait la personne de Díaz justifiait un changement d’opinion quant à la candidature de Pascual Díaz. Tout d’abord, le gouvernement était disposé à accepter un nouveau délégué apostolique, mais le Saint-Siège avait souvenir qu’il l’avait déjà fait en 1925 et en 1929 et que dans les deux cas, des années plus tard, ce même gouvernement les avait finalement expulsés. La garantie de les accepter ne supposait pas alors de les maintenir en place. Le deuxième point, plus problématique, était lié à la personnalité même de Pascual Díaz et à l’élection qui avait précédé sa nomination. Au Secrétariat d’État, Monseigneur Díaz avait toujours été apprécié pour son activité et sa prudence qui fut parfois considérée comme une tolérance excessive. Dans le cas déjà mentionné de l’école socialiste, le Saint-Siège n’avait pas apprécié qu’il conseille aux maîtres de signer un document ouvertement anti-religieux dans le seul but de conserver leur emploi. Malgré son obéissance au Saint-Siège et le fait qu’il serait un délégué « discret », sa condescendance lui était fortement reprochée par les jésuites, par des évêques et par de nombreux catholiques. Ceux qui avaient pris l’option de la défense armée n’allaient pas voir d’un bon œil cet évêque qu’ils avaient déjà tenté d’accuser de vouloir céder jusqu’à la Basse Californie simplement pour être agréable au gouvernement. Selon le Secrétaire, il se montrerait alors totalement inefficace pour obtenir l’indispensable discipline. Si le gouvernement marquait sa préférence pour Díaz, cela signifiait aussi que la possibilité d’en sélectionner d’autres restait ouverte. La possibilité de choisir un autre Mexicain s’ouvrait alors, que ce soit parmi les évêques ou parmi les religieux. Dans le cas où la nomination de Díaz restait possible, il deviendrait alors nécessaire de nommer un auditeur italien capable de le diriger ; il s’agissait de savoir si le gouvernement accepterait que le personnel subalterne de la délégation soit d’origine italienne35. Lorsque le 27 juillet arriva finalement le rapport tant espéré du 9 juillet, il était déjà trop tard et les arguments développés par Cicognani étaient insuffisants pour changer la décision de nommer Pascual Díaz. Le Saint-Siège, au moment de traiter l’intransigeance de José de Jesús Manríquez y Zarate36, s’était rendu compte que les adversaires de Díaz étaient nombreux, de telle manière qu’il était possible de parler sans crainte de se tromper que la haine du peuple s’était concentrée sur lui37. Alors que Cicognani prônait l’imposition du silence à tous ceux qui souhaitaient voir triompher leur point de vue, avec pour conséquence la nomination de Díaz au poste de délégué, Pacelli ironisait, se demandant si le Saint-Siège serait capable d’imposer le silence à tous : il faudrait contraindre les jésuites à respecter leur quatrième vœu (respect inconditionnel envers le Pape), envoyer les évêques dans des monastères ou dans des retraites, etc. Cicognani ajoutait dans son rapport que le motif principal pour soutenir la nomination de Pascual Díaz résidait dans le fait qu’il avait obtenu l’aval du gouvernement38. Justement, ce point ne convainquait pas le Secrétariat d’État, surtout parce que le rapport laissait entendre qu’Emilio Portes Gil était le nouvel homme fort de Mexico à un moment où Calles se trouvait sur le point de partir en exil. Il allait même jusqu’à affirmer que Cárdenas n’était qu’un instrument entre ses mains. Cicognani eut l’intuition que, pour des raisons propres au Secrétariat d’État, cet aval du gouvernement ne serait pas pris en compte. En effet, Pacelli n’avait pas oublié que Portes Gil avait été le président qui avait fait le plus de publicité pour la fin des persécutions mais aussi qui, à quelques mois du Modus Vivendi, s’était enorgueilli d’avoir subjugué et contrôlé l’Église. Cette idée de proposer Pascual Díaz avait franchi les frontières par l’intermédiaire de Castillo Nájera lors de la réunion qu’il avait eue avec Benjamin Sumner Welles, chargé par Roosevelt de trouver une solution à la question mexicaine, et le père Burke, représentant à la fois la National Catholic Welfare Conference (N.C.W.C.) et la délégation apostolique aux États-Unis39.

  • 40  Amleto Cicognani, 1er août 1935. [marqué comme le 1 juillet 1935]. Cifrado à Pacelli. ASV. AES. Po (...)

17Le premier août, Cicognani répondit finalement au chiffré N°484 de Pacelli. La meilleure solution quant au choix d’un délégué apostolique semblait être la personne de Martín Tritschler40.

Le candidat Tritschler

  • 41  Eugenio Pacelli, 4 août 1935. Folio 2636/35 de Pacelli à Rosi. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc (...)
  • 42  Giovani Rosi, 10 août 1935. Lettre N° 419/35 à Pacelli. ASV. AED. Pos. 575. 1935-1938. Pasc 367.
  • 43  Eugenio Pacelli, 17 août 1935. Lettre N°2776/35 à Leopoldo Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935 (...)
  • 44  Ibid.
  • 45  Luke E. Hart, 10 juillet 1935. Lettre à l’archevêque Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367

18Pacelli, fort de posséder un candidat probable, passa en revue l’information en sa possession concernant Martín Tritschler41. Insatisfait par ce qu’il y trouva, il demanda une information complémentaire à la Congrégation Sacrée Consistoriale. Le 10 août 1935, Rosi lui fit savoir qu’au sein de la Congrégation Sacrée Consistoriale, rien ne s’opposait à la nomination de Martín Tritschler. A propos de l’évêque, le seul élément intéressant de l’archive consultée concernait ce qui s’était passé durant la Christiade. Il y était fait référence au fait que « en 1927, cet évêque, alors qu’il se trouvait dans son propre archidiocèse, c’est-à-dire dans la ville de Mérida, sa résidence habituelle, fut mis sous les verrous par le gouvernement puis expulsé de sa patrie le 26 avril 1927, qu’en conséquence, avant d’entreprendre son voyage il prit des dispositions extraordinaires pour le gouvernement de son archidiocèse, dispositions qui furent approuvées et confirmées par le Saint-Père dans son audience du 29 juillet de la même année »42. Pacelli put alors notifier à Ruiz y Flores, le 17 août 1935, que le Saint-Père avait déjà accepté sa démission43. Il en profitait pour lui réaffirmer l’amour et l’estime que le Saint-Père lui portait. Il expliquait également comment le souverain pontife s’était opposé à sa démission, mais que n’ayant plus l’espoir de voir Ruiz revenir de son exil, il était nécessaire que le Saint-Siège eût un représentant au Mexique, précisant que le nom de Martín Tritschler avait été avancé. Finalement, Pacelli sollicita l’aide du délégué de Mexico pour que cette information soit communiquée à Martín Tritschler44. Pour Ruiz y Flores cette information n’était pas aussi nouvelle qu’on aurait pu l’attendre étant donné que depuis le 10 juillet 1935, Los Caballeros de Colón, par l’entremise du Supreme Advocate of the Supreme Council, lui avait fait savoir que des tractations existaient entre le Saint-Siège et le gouvernement des États-Unis pour nommer un nouveau délégué apostolique qui fut italien45.

  • 46  Leopoldo Ruiz y Flores, 5 septembre 1935. Télégramme à Pacelli. ASV. AES. Periodo IV-11, Pos. 575. (...)
  • 47  Eugenio Pacelli, 7 septembre 1935 Télégramme à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.
  • 48  Martin Trischler, 5 septembre 1935. Lettre à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 36 (...)
  • 49  Eugenio Pacelli, 27 septembre 1935. Chiffré N° 3273/35 à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1 (...)
  • 50  Amleto Cicognani, 2 octobre 1935. Rapport N° 11801/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fa (...)

19Dans un télégramme du 5 septembre 1935, Monseigneur Ruiz informa Pacelli du refus de Tritschler46. Le 7 septembre 1935, Pacelli à son tour informa Cicognani que Monseigneur Tritschler avait répondu qu’il était impossible d’accepter sa nomination comme délégué apostolique et qu’il le priait de chercher d’autres candidats47. Dans sa lettre du 5 septembre 1935 à Monseigneur Ruiz y Flores, Martín Tritschler expliquait qu’en effet il manquait des aptitudes nécessaires, il n’avait ni la pénétration ni la vivacité indispensables. Il soulignait également le fait qu’il était plus habitué à traiter avec de braves gens et que lorsqu’il devait converser avec les ennemis de l’Église, avec des politiques ou des journalistes, il perdait ses moyens. Il ne s’y entendait, selon ses propres dires, ni en politique, ni en diplomatie. Il ne parlait ni le français ni l’anglais mais surtout, il souffrait d’une maladie très invalidante qui l’avait contraint à se retirer le plus possible de la vie sociale48. Le 27 septembre 1935, Le Saint-Père, mis au courant des faits, jugea bon de ne pas insister49. Après avoir parlé avec le père Burke, qui était tenu par le délégué apostolique des États-Unis comme celui qui connaissait le mieux le Mexique, Cicognani nomma deux nouveaux candidats : Pedro Vera y Zuria, archevêque de Puebla, âgé de 61 ans et élu depuis 1924, ainsi que Luis María Altamirano y Bulnes, évêque de Tulancingo, âgé de 48 ans, élu à Huajuapam de León, Oaxaca, en 1923 et à Tulancingo, Guerrero, depuis 193350.

Luis María Altamirano et Pedro Vera y Zuria

20Parmi les différents candidats, il était très important que Cicognani choisisse des évêques qui soient acceptés par les évêques mexicains, par les catholiques du pays ainsi que par les membres du gouvernement, plus particulièrement par Cárdenas et Portes Gil. Pour rechercher les candidats les plus convenables, Cicognani comptait beaucoup sur le Père Burke. Le choix se porta sur Pedro Vera y Zuria et sur Luis María Altamirano. Cicognani les choisit pour leur attitude conciliante et modérée durant la Christiade et sur la base du Modus Vivendi. Ils jouissaient par ailleurs d’un avantage géographique. Sans être trop éloigné du centre, leur siège se trouvait à quelques heures de route de la ville de Mexico, ce qui n’était pas le cas de l’archevêque de Mexico, davantage à portée de main du gouvernement. Cicognani marquait sa préférence pour Vera y Zuria que l’expérience et l’âge avantageaient par rapport à Altamirano.

  • 51  Amleto Cicognani, 2 octobre 1935. Rapport N° 11801/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fa (...)
  • 52  Tzi Medin, Le minimat presidentiel : histoire politique du maximat, 1928-1935. Mexico, Era, 1982.
  • 53  Amleto Cicognani, 13 octobre 1935. Télégramme N°74. à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc (...)
  • 54  Giuseppe Pizzardo, 18 octobre 1935. Lettre N°3584/35 à Santoro. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fas (...)

21Ainsi, Pedro Vera y Zuria semblait être le meilleur des deux candidats car il emblématisait la dignité d’archevêque et avait un coadjuteur, Ignacio Márquez, qui lui permettrait de s’occuper plus tranquillement des affaires afférentes à la charge de délégué apostolique51. Cicognani ne disposait que de peu d’informations sur les évêques mexicains, le contenu des archives de la délégation étant limité. Il lui fallait d’autre part s’assurer que le gouvernement accepterait la nomination de l’un des candidats. Une fois de plus, il devrait passer par la voie « aimable » du Département d’État des États-Unis d’Amérique. A cette difficulté s’ajoutait celle de la situation incertaine de l’Église au Mexique, due à la position difficile dans laquelle se trouvait Cárdenas52. D’un côté, le président faisait des déclarations favorables aux catholiques mais la publication et l’entrée en vigueur de la loi de nationalisation de la propriété était vue comme une attaque directe envers l’existence même de l’Église, concrétisant du même coup le renforcement des persécutions à son encontre. Selon cette loi, tous les biens de l’Église devenaient propriété de l’État. Le 13 octobre 1935 Cicognani informa Pacelli que le gouvernement mexicain insistait sur l’impossible acceptation d’un délégué apostolique qui soit étranger53. Quant aux deux nouveaux candidats, le gouvernement les trouvait acceptables mais marquait une préférence pour l’archevêque de Puebla. Selon le délégué apostolique des États-Unis, Le gouvernement semblait impatient de pouvoir disposer d’un homologue au Mexique avec avec lequel il serait possible de négocier et de tenter de résoudre la question religieuse. Cicognani insistait aussi auprès du Saint-Siège en affirmant que pour lui aucun prélat mexicain n’accepterait le poste de délégué eu égard aux difficultés et impasses que représentait cette charge. Le problème est que personne ne pouvait oublier ce qui s’était passé en 1929 lorsque, sous la pression tant des États-Unis que de la défense armée, le gouvernement mexicain avait accepté un Modus Vivendi dont les termes n’avaient jamais été totalement appliqués. Pacelli s’en souvenait aussi et ne se faisait aucune illusion sur les diverses raisons qui poussaient le gouvernement de Cárdenas et celui des États-Unis à négocier au plus tôt. Les élections de 1936 approchaient et Roosevelt n’avait pas oublié les menaces proférées par l’archevêque de Baltimore. En même temps, Pacelli et Pizzardo, qui bataillaient pour résoudre le conflit mexicain, tout comme Cicognani, avaient besoin de disposer d’informations relatives aux deux nouveaux candidats afin de pouvoir émettre un jugement plus précis et soumettre des éléments clairs et réfléchis au Souverain Pontife. Le 18 octobre 1935, Pizzardo écrivit à Pietro Santoro, assesseur de la Sacrée Congrégration Consistoriale, pour obtenir des renseignements sur Pedro Vera y Zuria et Luis María Altamirano y Bulnes54. Le 24 octobre, Santero pouvait déjà affirmer à Pizzardo que les deux candidats disposaient d’un bon dossier mais que les ayant lus lui-même, sa plus grande expérience lui faisait recommander la candidature de Pedro Vera y Zuria.

  • 55  Vatican, Secrétariat d’Etat, 29 septembre 1935. Nomination du Délégué Apostolique. ASV. AES. Pos. (...)
  • 56  Nonce apostolique aux Philippines.
  • 57  Amleto Cicognani (6 novembre 1935). Chiffré N°87 au Secrétariat d’ Etat. ASV. AES. Pos. 575. 1935- (...)
  • 58  Ibidem.
  • 59  Vatican. Secrétariat d’Etat, Nomination du Délégué Apostolique de Mexico (Cifrado N°87). ASV. AES. (...)

22Malgré le fait que la Sacrée Congrégation Consistoriale, le gouvernement mexicain et Cicognani préféraient et acceptaient Pedro Vera y Zuria55, le Saint-Siège décida de stopper le processus car il préférait que la délégation fût aux mains de monseigneur Guglielmo Piani56. Le 6 novembre, Cicognani écrivit au Secrétariat d’État pour réaffirmer la volonté du Président de la république mexicaine et de Portes Gil d’avoir un délégué apostolique avec lequel pouvoir négocier et résoudre la question ecclésiastique. Cicognani insistait une fois encore sur le rejet de toute proposition de délégué apostolique étranger de la part des membres du gouvernement mexicain, mais que par contre, Pedro Vera y Zuria serait accepté. Pour Cicognani, si la nomination de Piani eût été le meilleur choix, le fait qu’il devrait résider hors de Mexico allait à l’encontre de l’objectif de contact rapproché qui était celui du gouvernement et de l’Episcopat. Il faisait également remarquer que la nomination de Piani serait interprétée par le gouvernement comme une offense qui ne resterait pas sans conséquences. Si le Saint-Siège décidait de nommer Vera, Cicognani recommandait que tout passât par lui et non par Leopoldo Ruiz57. Ce message fut ce qui convainquit définitivement le Secrétariat d’État que le moment n’était pas encore venu de sélectionner un délégué apostolique d’origine mexicaine58. L’impatience du gouvernement pour qu’un nouveau délégué apostolique soit nommé déplaisait à Pacelli. Le Secrétaire d’État se souvenait que le gouvernement avait manqué à ses engagements plusieurs fois durant les dix dernières années. Il avait fait expulser deux délégués apostoliques après les avoir avalisés lui-même. Il avait manqué à ses engagements de 1929. Comment pouvait être interprétée une telle impatience alors que le gouvernement se trouvait en position de force, position dont il n’avait disposé ni en 1925 ni en 1929 ? Quels avaient été les signes réels émis par le gouvernement mexicain en direction du Saint-Siège ? La fin de 1935 voyait une relance des persécutions dans divers états. L’éducation socialiste s’accompagnait d’éducation sexuelle. Plusieurs diocèses se trouvaient sans évêques, beaucoup d’églises étaient fermées, de nombreux prêtres se trouvaient sans poste. Le Saint-Siège ne savait pas si le gouvernement était davantage pressé de négocier avec Rome ou de le faire avec Washington59. Pour le Secrétariat, le gouvernement cherchait à négocier avec Vera – considéré comme faible négociateur et donc apte à accroître les divisions au sein des catholiques mexicains quant aux accords en cours – devenir l’arbitre et contrôler le destin de l’Église catholique au Mexique. Le Saint-Siège avait besoin d’informations et d’informateurs fiables. La seule solution consistait en l’envoi d’un représentant. Si son candidat, Monseigneur Piani, ne pouvait être désigné comme délégué, à tout le moins pourrait-il être « les yeux et les oreilles » du Saint-Siège au Mexique.

Monseigneur Piani

23La nécessité devant laquelle se trouvait le Saint-Siège d’obtenir des informations fiables, l’impossibilité de nommer un délégué apostolique officiel qui pourrait jouir à la fois d’une confiance pleine et entière de la part du Saint-Siège et qui serait d’autre part accepté par le gouvernement mexicain, ne laissait d’autre choix que d’envoyer un mandataire spécial, sans charge officielle. Cet homme providentiel, ce fut monseigneur Piani, alors en poste aux Philippines, toujours contrôlées par les États-Unis. Piani serait le palliatif du Saint-Siège pour l’épineux problème des informateurs de ce dernier. Pizzardo s’était rapproché des jésuites mais il était important qu’il puisse s’assurer des services de quelqu’un jouissant d’une totale confiance et qui soit membre de la hiérarchie catholique.

24En 1936, Piani fut envoyé à Mexico. 1936 allait être le théâtre d’un grand changement car deux des plus grands dirigeants mexicains, mais aussi des plus polémiques, allaient disparaître : Pascual Díaz y Barreto et Francisco Orozco y Jiménez.

  • 60  Eugenio Pacelli, 8 avril 1936. Chiffré N°3. à Piani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.
  • 61  Guglielmo Piani, 9 avril 1936. Chiffré N°57. Pacelli. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.
  • 62  Eugenio Pacelli, 10 avril 1936. Lettre N°1280/36 à Piani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.

25Le choix du Saint-Siège pour monseigneur Piani reposait sur plusieurs critères. Il fallait quelqu’un qui soit bien connu des évêques, quelqu’un qui aie leur confiance et qui soit totalement fiable pour le Saint-Siège. Monseigneur Piani était un salésien qui fut longtemps missionnaire au Mexique et, en février 1922, il fut nommé auxiliaire de Puebla, cité des anges. En avril 1924, le fait d’être étranger ne lui permit pas de continuer d’exercer son ministère et il fut alors nommé délégué apostolique aux Philippines. Par conséquent, il semblait posséder les qualités requises pour négocier avec les évêques mexicains, avec le gouvernement mexicain et le gouvernement nord-américain. Son profil semblait parfait au Saint-Siège et l’on comprenait mieux pourquoi ils avaient tant souhaité que ce prélat fût le délégué apostolique au Mexique. Le 8 avril 1936, le Saint-Père décida de l’envoyer au Mexique pour observer et transmettre des informations précises sur les conditions de l’Église dans ce pays et pour émettre des suggestions susceptibles de modifier cet état de choses60. Le jour suivant, Piani dit à Pacelli qu’il accédait à la requête du Saint-Père61. Pacelli pouvait alors envoyer à Piani les instructions sur le voyage qu’il aurait à faire aux Amériques et plus spécialement au Mexique, même si pour des raisons évidentes, il devrait passer tout d’abord par les États-Unis. Pacelli lui répondit alors que le Saint-Père l’avait chargé de ce voyage surtout pour évaluer les conséquences des persécutions religieuses quant aux conditions de fonctionnement de l’Église au Mexique. Il demandait que le Secrétariat d’État soit mis au courant de son voyage et qu’une information lui soit donnée sur les mesures opportunes à prendre pour résoudre le problème et assurer « le bien des âmes »62. Il l’informait également que l’actuel délégué apostolique habitait aux États-Unis et que la N.C.W.C. et Los Caballeros de Colón s’étaient intéressés au problème. Dans l’attente de cette lettre contenant les instructions, Pacelli adressa un télégramme à Piani le 12 avril 1936, dans lequel il lui transmettait les remerciements et la bénédiction du pape pour sa mission. Il lui demandait aussi qu’il mette en place à Manille un responsable de qualité, et le priait enfin de l’aviser de son itinéraire avant son départ.

26Dans les instructions envoyées à Piani par le Secrétariat d’État, il était précisé que le Saint-Siège ne pouvait avoir un représentant qui ne soit de nationalité mexicaine et que, par conséquent, il n’avait aucun moyen de contrôle sur les nouvelles contradictoires qui lui parvenaient du Mexique. Il n’avait pas davantage de possibilité de diriger l’Episcopat et ne semblait pas avoir adopté une conduite uniforme ni remplir les critères de prudence requis face aux persécutions en cours. Il insistait aussi sur le fait que l’actuel délégué apostolique, Ruiz, avait rendu de grands services à l’Église par le passé mais qu’il se trouvait isolé aux États-Unis et ne pouvait, pour diverses raisons, expliciter avec profit son travail et son autorité. Il rappelait également que le Secrétariat d’État savait que le président Cárdenas ne voulait pas d’un délégué qui ne soit mexicain et il lui expliquait quel avait été le processus de sélection des candidats au poste de délégué – Díaz, Tritschler, Vera y Bulnes – et pourquoi le Saint-Siège avait décidé pour le moment de suspendre la nomination d’un délégué. Les raisons étaient très simples. Aucun candidat ne semblait avoir l’autorité suffisante sur l’Episcopat et la hiérarchie mexicaine, et le Saint-Siège craignait le retour de ce qui s’était déjà passé en 1929, à cause des relations actuelles entre l’Église catholique, l’État mexicain et les États-Unis, la pression des catholiques et de l’opinion publique aux États-Unis ainsi que les pressions au sein du gouvernement mexicain lui-même.

  • 63  Vatican, Secrétariat d’Etat, Instructions. Allégué au bureau 1280/36 à Del Apo. Manilla. ASV. AES. (...)

« L’Episcopat mexicain, en l’absence d’un délégué apostolique sur place, et considérant la nécessité d’unifier et de coordonner son activité en défense de la foi, mit en place un Comité Exécutif Episcopal dans le but d’indiquer les directions à suivre pour tout l’Episcopat. L’actif secrétaire de ce Comité est le père Romero S.J. Mais tous les évêques n’acceptent pas les directives du Comité considérant que ce dernier n’a pas toujours pris des décisions acceptées par tous63. »

27Dans ses instructions, l’accent était mis sur le fait que pour sa part, le Saint-Siège n’avait pas les moyens de donner des instructions précises car il lui était impossible de savoir avec certitude quelle information était digne de foi.

28Finalement, tel était le panorama perçu par le Saint-Siège et il offrait à Piani un résumé des évènements au Mexique depuis sa sortie du pays en 1924. Il reprenait la crise de 1925 et de 1926, la suspension du culte, la défense armée et le thème complexe du Modus Vivendi de 1929.

29Le rapport faisait également référence à l’expulsion des évêques, à la question éducative, au fait que les catholiques ne suivaient pas les instructions données par le Comité Exécutif Episcopal, et que chaque État suivait ses propres pratiques. Il décrivait les différents moyens de résistance des catholiques, tant mexicains que nord-américains, l’action catholique, la défense armée, la propagande aux États-Unis. Il insistait sur le rôle de Cicognani, et sur son ouverture et sa relation avec le gouvernement mexicain par le biais du Département d’État des États-Unis. Il soulignait finalement la rupture entre Calles et Cárdenas et les nouveaux espoirs suscités par Cárdenas. Avec une telle information, il était clair pour Piani que son voyage allait permettre au Saint-Siège de prendre une décision sur la question mexicaine.

30Au sein des évêques, l’année 1936 avait vu la disparition de deux des plus grandes figures, l’archevêque de Mexico, Pascual Díaz y Barreto, sans successeur pour le moment, et l’archevêque de Guadalajara, Francisco Orozco y Jiménez, remplacé par son auxiliaire, José Garibi y Rivera.

31Sur la base de la visite de Monseigneur Piani, il devenait évident pour le Saint-Siège qu’il fallait changer de délégué pour parvenir à un accord quelconque. Pour le Saint-Siège, le remplacement de Ruiz avait déjà été décidé et le problème résidait dans la difficulté de sélectionner un délégué idoine qui saurait nommer le nouveau prélat résidant au Mexique. Le défi était alors d’obtenir que le gouvernement accepte que Leopoldo Ruiz y Flores puisse revenir à Mexico en tant qu’archevêque de Morelia, en assurant à ce même gouvernement qu’il ne serait plus délégué apostolique.

De délégué à « simple » archevêque : Le destin « tragique » de Leopoldo Ruiz y Flores

Une période d’indécision

32Le 8 octobre 1935, le délégué Ruiz communiqua à Pizzardo sa préoccupation quant aux rumeurs qui circulaient au Mexique au sujet de la nouvelle nomination d’un délégué. Ruiz rapportait qu’on disait que quelques évêques des États-Unis et la N.C.W.C. avaient demandé la nomination d’un nouveau délégué apostolique pour le Mexique. Ruiz y Flores attribuait cela principalement à l’indiscrétion des Knights of Columbus, en se référant à la conférence qu’ils avaient eue avec le président Roosevelt, qui leur avait fait savoir que Ruiz n’était plus persona grata pour le gouvernement mexicain. Interrogé sur ce point par les évêques mexicains, il répondit qu’il avait lui-même demandé au Saint-Père d’agir en toute liberté car il fallait penser au bien de l’Église avant tout.

  • 64  Amleto Cicognani, 14 novembre 1935. Rapport N° 58801/35 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. (...)

33Pendant ce temps, le délégué apostolique des États-Unis continuait les tractations par l’intermédiaire de Welles et Burke avec Castillo Nájera, et, à travers ce dernier, avec le gouvernement mexicain. En novembre 1935, Monseigneur Cicognani faisait savoir à Pizzardo quelle était la situation quant à une nouvelle nomination d’un délégué apostolique64. Il réaffirmait que Cárdenas s’opposait à la nomination d’un délégué apostolique étranger car dans les circonstances présentes, il se verrait obligé de l’expulser du pays ce qui ne manquerait pas d’entraîner le soulèvement de certains groupes catholiques. Pour le Président de la République, Cicognani semblait disposé à la pacification, même s’il admettait prendre en compte la pression exercée par l’opinion publique aux États-Unis et considérer d’autre part la possibilité de soulèvements de la part de quelques groupes catholiques mexicains. Le 30 novembre 1935, Luis Maglione, nonce apostolique en France, envoya à Pacelli une lettre de l’ex-président du Mexique, León de la Barra. De la Barra affirmait que des ordres avaient été donnés à un membre de l’actuel gouvernement pour trouver une solution au problème avec l’Église.

  • 65  Francisco de la Barra, 21 novembre 1935. Lettre à Maglione. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 36 (...)

« Suite à l’entretien que j’ai eu l’honneur d’avoir avec Votre Excellence, je me permets de lui communiquer les renseignements suivants : j’ai reçu dernièrement la visite de monsieur Roldan, chargé par le gouvernement mexicain de négocier ici les contrats nécessaires de personnel et de matériel afin d’établir au Mexique une grande école forestière. Son ministre, M. Miguel de Quevedo, l’avait en outre chargé de venir me voir en son nom pour me transmettre ses salutations et pour me faire savoir que si lui, catholique très sincère, avait accepté ce poste que lui avait offert le président Cardenas, c’était non seulement à cause des services qu’il pouvait rendre à sa patrie mais aussi à cause des assurances qui lui furent données au sujet de la question religieuse. Je ne connais pas la teneur précise de ces assurances ni si cet état d’esprit se maintient mais j’ai comme devoir de transmettre ces informations à votre éminence, car M. Quevedo est un excellent ami à moi dont je connais la droiture65. »

  • 66  Vatican, Secrétariat d’ Etat. Nomination du Délégué Apostolique de Mexico. Cifrado N°87. ASV. AES. (...)

34Au même moment, le délégué des États-Unis disait qu’il ne pouvait rien faire pour les catholiques car presque tous les membres du gouvernement des États-Unis ainsi que les gouverneurs étaient hostiles à l’Église. La nomination d’un délégué apostolique résidant au Mexique n’aboutirait à rien, excepté au maintien de la discipline et de l’union des évêques, et même cela semblait déjà difficile, car il n’était pas sûr qu’un Mexicain ait l’autorité suffisante devant d’autres Mexicains. Il réaffirmait de nouveau qu’aucun Mexicain n’était disposé à accepter une nomination en tant que délégué à moins qu’elle ne fût imposée directement par le Saint-Siège. C’est pourquoi il semblait nécessaire à monseigneur Cicognani qu’au lieu de nommer officiellement un délégué apostolique, on désignât officieusement un homme qui pourrait traiter avec Cárdenas, qui pourrait savoir ce qu’il pensait et ce qu’il pourrait réellement faire. Cette proposition avait l’agrément du Saint-Siège66. Restait alors à savoir s’il fallait nommer monseigneur Vera et monseigneur Díaz comme délégués officieux, avec toute la problématique étudiée antérieurement.

  • 67  Leopoldo Ruiz y Flores, 21 novembre 1935. Rapport N°91. à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. (...)

35Ruiz y Flores n’avait plus envoyé de rapports car il pensait que sa démission était déjà effective et il attendait l’arrivée du nouveau délégué67. A réception de l’information selon laquelle le Saint-Siège avait décidé de ne pas insister avec Martín Tritschler, il décida d’envoyer de nouveau des rapports. La situation apparaissait quelque peu compliquée. Il était difficile de savoir ce que voulait ou proposait le gouvernement, et la situation de l’Église ne s’améliorait pas, pas plus que celle de l’école socialiste. Ruiz y Flores informait Pacelli que Monseigneur Díaz n’en savait pas davantage sur les intentions de Cárdenas qui était en position difficile à cause des divisions au sein du P.N.R. Les accusations et jugements émis par quelques gouverneurs nourrissaient un sentiment de crainte ainsi que les problèmes suscités par le soulèvement de quelques bandes dans certains états de la République. Pour Ruiz y Flores, le désir réel de parvenir à un accord n’existait pas car ce que le gouvernement cherchait à travers un accord, c’était de faire croire que l’équation socialiste avait été reçue par les applaudissements de toute la nation et que les catholiques eux-mêmes ne pensaient plus à la religion car ils s’étaient finalement soumis aux lois. Au grand regret de l’évêque, il était évident que dans de nombreux diocèses les catholiques ne suivaient pas les recommandations du clergé et de la hiérarchie.

L’important n’est pas de courir mais d’arriver à point

  • 68  Dans l’archive apparaît annotée la date du 3 décembre, mais se trouve annexée à ce rapport une let (...)
  • 69  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Lettre N°4241/35 a Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 36 (...)

36Le 3 décembre 193568 Pacelli donna réponse à Cicognani. Le Saint-Père réaffirmait que pour le moment il ne convenait pas de nommer un prélat mexicain comme délégué apostolique, même si l’on pouvait attendre cette nomination officielle dès que les négociations officieuses avec le gouvernement auraient abouti. Le 13 décembre 1935, Pacelli remercia Maglione pour ses bons offices, notamment de l’avoir informé de l’existence de personnalités mexicaines qui, au sein du gouvernement, se trouvaient disposées à négocier et à parvenir à un accord honorable et réel avec l’Église. Malgré l’espoir d’un changement d’attitude de la part du gouvernement mexicain envers l’Église, des persécutions excessivement violentes continuaient. Non seulement le gouvernement ne parvenait pas à démontrer au Saint-Siège une bonne volonté réelle envers l’Église, mais il continuait à alimenter au dehors et en particulier aux États-Unis une propagande dans laquelle il affirmait contrôler les catholiques qui auraient accepté volontairement les lois révolutionnaires69.

  • 70  Giuseppe Pizzardo, 29 décembre 1935. Chiffré N°2 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc (...)

37On avait l’impression que le spectre des évènements de 1929 pesait encore sur les décisions du Saint-Siège : « Le Saint-Père examina le chiffré 95. Impossible de prendre en considération ce qui est exprimé sans garantie de bonne volonté de la part du gouvernement. Le Modus Vivendi de 1929 qui apparut comme une capitulation de la part de l’Église catholique et mit fin à la résistance armée, est maintenant lettre morte »70.

  • 71  Vatican, Secrétariat d’Etat. Riassuento sulla cuestiones Della nomina del Delegato Apostólico nel (...)
  • 72  Vatican, Secrétariat d’Etat. Riassuento sulla cuestiones Della nomina del Delegato Apostólico nel (...)

38On craignait que le moindre rapprochement, même officieux, puisse provoquer une rupture avec les catholiques ou, pire encore, pourrait être utilisé par le gouvernement pour cautionner sa propagande à l’étranger selon laquelle tout le monde au Mexique soutenait sa politique, en particulier sa politique éducative. Avant d’agir, il était nécessaire que le président Cárdenas donnât de sérieuses garanties concernant son intention et sa possibilité de transformer la condition actuelle de l’Église au Mexique. Selon Pacelli, le Saint-Père semblait penser qu’il pourrait être bon d’organiser un colloque entre le gouvernement et les évêques, mais que ces derniers devraient négocier comme personnes privées et non en tant que membres de la hiérarchie71. C’est exactement ce qu’avait suggéré Pacelli à monseigneur Díaz le 14 décembre 1935. Pour le Saint-Siège, il était alors de la plus haute importante de contrôler et de s’assurer de la bonne volonté du gouvernement avant de discuter du moindre accord. Il était nécessaire d’exprimer clairement la pensée du Saint-Siège quant à la défense à laquelle les catholiques avaient droit en raison de la persécution religieuse. Il était également fondamental de laisser une voie ouverte pour l’entame des négociations et finalement, répondre autant à Díaz qu’à Ruiz, étant donné que ce dernier n’avait pas reçu de réponse à ses rapports et pouvait croire que le Saint-Siège ne se préoccupait pas des douloureuses conditions de l’Église mexicaine72.

  • 73  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Op. Cit.
  • 74  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Lettre N°4241/35 à Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 36 (...)

39Pacelli ne pouvait pas non plus laisser Ruiz dans l’oubli. Le 13 décembre 1935, Monseigneur Pacelli communiqua à Monseigneur Ruiz qu’il avait reçu son rapport du 2 novembre 1935 ainsi que la lettre du 18 octobre 1935 dans laquelle l’archevêque de Mexico demandait quelques instructions dans le cas d’un éventuel colloque avec des personnalités politiques mexicaines73. Il lui disait qu’en réponse au rapport N°91 du 21 novembre, il lui confirmait qu’il devait demeurer à son poste de délégué apostolique jusqu’à ce qu’un successeur soit nommé. Il accusait également réception de son rapport du 8 octobre 1935 et en profitait pour lui transmettre la requête que quelques évêques avaient adressée au Saint-Père à l’occasion de rumeurs faisant référence à sa démission de sa charge de délégué, et lui faisait part des bons commentaires dont il était actuellement l’objet74. Pacelli, en bon calculateur, était convaincu que si le délégué Ruiz y Flores devait rester à son poste en attendant un successeur acceptable pour toutes les parties, il était préférable qu’il soit content, afin de continuer à œuvrer de bonne foi et avec obéissance.

  • 75  Tzi Medin, Idéologie et praxis politique de Lázaro Cárdenas, Mexico, Siglo XXI editores, 2003 (18e(...)
  • 76  Amleto Cicognani, 15 janvier 1936. Rapport N°11802/35 de Cicognani à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. (...)
  • 77  Ibid.
  • 78  Giuseppe Pizzardo, 8 février 1936. Lettre N°437/36 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fas (...)

40Le 15 janvier 1936 Cicognani écrivit de nouveau à Pizzardo, préoccupé par la participation de Pascual Díaz dans les négociations avec le gouvernement. Cicognani souhaitait soutenir une proposition de Burke destinée à Roosevelt et il voulait savoir sur quelle légitimité il pouvait compter. Burke ne pouvait rester en contact avec le Secrétariat d’État des États-Unis en qualité de secrétaire de la N.C.W.C. car il devait aussi assumer son rôle à la tête de la délégation apostolique. Cicognani voulait montrer combien l’influence exercée par Roosevelt sur Cárdenas, influence qui passait par le très critiqué ambassadeur Josephus Daniels, se faisait sentir par l’élimination du gouvernement des personnalités les plus anticatholiques. Il faudrait voir aussi la nécessité dans laquelle s’était trouvé Cárdenas de changer le personnel politique à cause des problèmes liés à Calles, ce qui lui permettait, vulgairement parlant, de tuer deux oiseaux d’un seul coup75. Cicognani voyait aussi d’un bon œil le changement de consul à New York, car le dernier avait attaqué l’Église catholique dans une revue américaine, ainsi que l’autorisation du retour officiel de l’archevêque de Guadalajara, Francisco Orozco. Sur ce dernier point, il convenait de préciser qu’Orozco était déjà de retour mais caché en lieu sûr. Cárdenas l’avait autorisé à sortir de sa cachette et à retourner ouvertement et publiquement à ses activités. Cicognani ne considérait pas comme très positif le fait que le pauliste John Burke, secrétaire de la N.C.W.C., ne soit qu’un acteur officieux. Le délégué rappelait que, grâce à sa bonne influence, le président Roosevelt accordait un traitement privilégié aux catholiques, aux prêtres et évêques mexicains quant à l’application des lois migratoires76. Il demandait également l’autorisation de traiter soit directement, soit par l’intermédiaire du père Burke, avec l’ambassadeur de Mexico à Washington. Il insistait sur le fait qu’à des fins de discrétion, les entrevues devaient avoir lieu dans un endroit neutre, c’est-à-dire ni dans la délégation, ni à l’ambassade américaine, que les colloques devaient rester secrets, et que ceux-ci ne pouvaient constituer pour le Saint-Siège une quelconque garantie du gouvernement. Cicognani cherchait à éviter de fermer ce qui à ses yeux représentait la seule voie capable de mener à la résolution de la situation religieuse au Mexique. Pour lui, ni la résistance armée ni la politique n’offraient de chance de succès étant donné qu’ils manquaient d’organisation et d’un véritable chef77. Le 8 février 1936, Pizzardo lui fit savoir qu’il avait lu son rapport et que le Saint-Père avait pris une résolution78. Le Saint-Père appréciait le zèle et la bonne volonté de Cicognani mais ne pouvait pas, par expérience, cesser de douter de celle du gouvernement. Les garanties que le gouvernement offrait n’étaient pas suffisantes. Le Saint-Père n’était pas opposé à ce que Burke parlât avec Roosevelt et avec l’ambassadeur mexicain à Washington, à la condition que le colloque se déroulât dans un lieu neutre, secret ad referendum, sans nommer le Saint-Siège mais plutôt en faisant référence à l’intérêt de la délégation apostolique. Cette clarification, qui était très porteuse de sens pour Cicognani, n’avait certainement pas la même importante pour le gouvernement des États-Unis ni pour celui du Mexique. Pizzardo rappelait que lors de cette conférence, le père Burke pourrait faire remarquer que les déclarations faites par Cárdenas à l’ambassadeur américain Daniela n’étaient pas perçues par l’église comme étant sincères ou suffisantes. En outre, il n’était pas certain qu’en matière de limitation du nombre de prêtres, seuls les États auraient le droit absolu de le limiter selon leur convenance ou de tous les expulser. Pizzardo reprenait le vieil argument défendu par les évêques catholiques mexicains d’anti-constitutionalité de telles mesures. Lors de sa conférence, Burke pourrait également, selon le secrétaire des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires du Saint-Siège, insister sur le fait que pour l’Église, la bonne volonté de Cárdenas n’était pas évidente si l’on considérait que ses actions tendaient à démontrer une certaine animosité, telle la réponse qu’il avait donnée aux évêques mexicains, en refusant leur mémorial. Il était de la plus haute importante de trouver une solution à l’épineux problème de l’éducation socialiste qui devrait renoncer à la partie anticatholique de son programme. De fait, le Saint-Siège était disposé à une certaine tolérance quant à l’éducation socialiste, ce que le Comité Exécutif Episcopal n’avait pas clairement démontré jusque là.

  • 79  Ibid.

« A ce propos, le père Burke pourrait remarquer que si, par éducation socialiste, il fallait seulement comprendre affirmation des principes du juste salaire, répartition équilibrée des terres et autres théories économiques analogues, tant qu’était respectée la religion et que n’étaient imposés aux maîtres de souscrire à certaines déclarations, spécialement comme celles de Mérida (être athée, haïr l’Église catholique, interdire toute pratique religieuse aux familles) alors la bonne volonté du gouvernement pourrait être tenue pour patente, qui permettrait ainsi que les catholiques aient des écoles dans lesquelles pour le moment, ils ne pouvaient assister, ce qui portait grande atteinte à l’éducation de la jeunesse79. »

  • 80  Amleto Cicognani, 20 janvier 1936. Rapport Confidentiel à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. (...)
  • 81  Giuseppe Pizzardo, 11 février 1936. Lettre confidentielle à Amleto Cicognani. N°460/36 ASV. AES. P (...)

41Après avoir adressé ce message à Cicognani, Pizzardo reçut la lettre confidentielle de ce dernier, envoyée le 20 janvier 1936. Cicognani y défendait avec insistance Cárdenas, justifiant ses actions publiques face aux difficultés rencontrées au Mexique, ainsi qu’au sein de son propre parti80. Préoccupé par cette situation, Pizzardo demanda alors à Ledochowski, supérieur des jésuites, s’il pensait que Cárdenas était vraiment sincère lorsqu’il affirmait vouloir la paix et la liberté religieuse81. Le 13 février 1936, Ledochowski l’assurait qu’il donnerait des instructions pour que cela ressorte dans les informations, qu’il aurait bientôt des nouvelles et qu’il attendait sa prochaine visite.

  • 82  Vatican, Secrétariat d’Etat. Circa gli informatori sulle cose del messico. ASV. AES. Pos. 575. 193 (...)
  • 83  Vatican. Secrétariat d’Etat. L’entrée de Mgr Piani à Mexico et la publication contemporaine d’une (...)
  • 84  Egidio Vagnozzi, 12 juillet 1936. Télégramme à Cicognani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 378.
  • 85  Amleto Cicognani, 13 juillet 1936. Carte de visite pour Pacelli. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fa (...)

42La question était si fondamentale qu’il n’était pas nécessaire de trouver des sources d’information dignes de foi. Il était de la plus grande importante pour le Saint-Siège de s’assurer que ses informateurs n’aient pas d’opinion partisane quant aux actions du président Lázaro Cárdenas. Pour ce faire, il importait que les informateurs évitent de se concentrer sur des faits particuliers mais plutôt qu’ils se coordonnent pour savoir s’il s’agissait d’une mauvaise volonté de la part du gouvernement ou bien si la période d’hostilité était sur le point de se terminer82. Pour le Saint-Siège, il était clair qu’avant que ne cessent les persécutions pour faire place à une période de tranquillité, il y aurait un moment de recrudescence des persécutions. Les informateurs étaient également tenus de rapporter les éventuelles lourdeurs et imprudences des catholiques et des hommes d’Église, ce qui donnait prétexte aux « adversaires de la foi » pour continuer les hostilités contre l’Église. C’est dans ce contexte qu’il convient de comprendre l’envoi de monseigneur Piani. Le Saint-Siège était plus préoccupé par l’attitude de Ruiz que par le danger représenté par la mission de Piani. Ruiz se rendait alors compte qu’il n’avait aucun contrôle sur ce qui pouvait être publié au Mexique. Le Comité Episcopal donnait sa confiance à des personnes que lui même considérait, sur la base des différents rapports, comme imprudents, citant le cas de l’archevêque de Durango, Monseigneur González83. Il semblait plus urgent de trouver un successeur à Ruiz y Flores, dans l’hypothèse où il s’en trouverait un parmi les prélats. Le Saint-Siège, tenant compte des avis de Vagnozzi, voulait télégraphier des instructions pour le délégué Ruiz84 et à Cicognani85, qui se trouvait en visite ad limina, pour garantir le succès de toute négociation ou rapprochement avec le gouvernement mexicain.

1°. Monseigneur délégué ne devait signer comme délégué aucun acte public sans préavis du Saint-Siège. Ce que faisaient tous les délégués.
2°. Les lettres pastorales doivent être envoyées au Saint-Siège avant leur publication car au Mexique, elles sont mal utilisées.
3°. Monseigneur González doit être écarté du Comité Épiscopal à cause de son imprudence et par le fait qu’il est partisan de la Ligue, ce qui le rend a priori hostile à tout accord avec le gouvernement. Il est la cause du rigorisme à la source des dommages subis par le Mexique (Vatican, juillet 1936).

  • 86  Amleto Cicognani, 25 novembre 1936. Chiffré N°131 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 3 (...)
  • 87  Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370
  • 88  Michael J. Ready, 5 mars 1937. Memorandum de Michael J. Ready, évêque de Cleveland. Secrétaire Gén (...)
  • 89  Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370

43Le 25 novembre 1936, Pacelli demanda à Cicognani que, par l’intermédiaire du président Roosevelt, on obtienne le retour de Ruiz y Flores, non plus en tant que délégué apostolique mais comme archevêque de Morelia. Burke et Piani pensaient qu’une telle entreprise était possible et Pacelli était conscient de l’urgence de nommer un nouveau délégué apostolique pour le Mexique. Ce souhait fut retardé par le voyage de Roosevelt au Saint-Siège, accompagné de Welles, en novembre-décembre 193686. L’affaire fut reportée au mois de février 1937, étant donné que Welles, chargé par Roosevelt de traiter la question mexicaine, ne revint de son voyage qu’au cours de la deuxième quinzaine du mois de janvier. Le successeur de Burke à la tête de la N.C.W.C., Monseigneur Ready, évêque de Cleveland, put rencontrer Welles le 16 février 193787. Il lui demanda de prendre comme prétexte la loi d’amnistie pour les prisonniers et exilés politiques, et qu’il fasse jouer ses bons offices pour obtenir le retour de Ruiz à Mexico. Lors d’une réunion du 5 mars 1937, Welles put lui signifier que le gouvernement de Mexico avait accepté le retour de Ruiz et n’avait mis aucune condition si ce n’est « to enjoy his ecclesiastical rank in accordance with the laws of Mexico » ce qui signifiait qu’il ne pouvait plus être délégué apostolique après ce retour vers la Patrie88. En pratique, Cicognani notait que son attitude serait similaire à celle tenue par son coadjuteur, monseigneur Martínez, qui venait d’être nommé archevêque de la ville de Mexico89.

  • 90  Comité Épiscopal, 10 février 1937. Lettre à Lázaro Cárdenas. Christus Año 2. N°16. Marzo de 1937. (...)

44En mars 1937, la situation semblait s’améliorer. Christus, dans son n°16, publia la nouvelle de l’éventuel retour du délégué apostolique Leopoldo Ruiz y Flores mais publia aussi la lettre nocturne envoyée par José Othón Nuñez, archevêque de Oaxaca, Francisco Campos, évêque titulaire de Doara, Vicente Castellanos, évêque titulaire de Marciana, Maximino Ruiz, évêque titulaire de Derbe, Luis Ma Altamirano, évêque de Tulancingo, Leopoldo Díaz Escudero, évêque de Chilapa et Jesús Villareal, évêque de Tehuantepec, à Lázaro Cárdenas, protestation contre l’expulsion violente de Gerardo Anaya90. Le 12 février, le président Cárdenas avait répondu aux évêques par l’intermédiaire de son secrétaire particulier, Luis I. Rodríguez, qui avait déjà demandé des informations au gouverneur du Chiapas afin de comprendre ce qui s’était passé.

  • 91 Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

45Le 10 mars 1937, Cicognani communiqua à Pacelli que le gouvernement de Mexico était disposé à permettre le retour de monseigneur Ruiz. Il était important qu’avant son retour il renonçât à son poste de délégué. Comme au Saint-Siège il n’y avait pas encore de successeur, il serait possible, avant que ce ne soit le cas, de nommer l’archevêque de Mexico chargé des affaires, du fait que sa nomination récente avait été bien acceptée par le gouvernement. Pour Cicognani, Cárdenas était conscient que la situation du Mexique ne pouvait trouver de solution sans passer par la résolution de la question religieuse91.

Conclusions

  • 92  Amleto Cicognani, 24 mai 1937. Rapport N°236/37 de Cicognani à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1 (...)
  • 93  Leopoldo Ruiz y Flores, 30 août 1937. Lettre à Eugenio Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fas (...)

46Profitant donc de la loi d’amnistie de Cárdenas, le Saint-Père accepta la démission du délégué apostolique et nomma monseigneur Luis Martínez évêque de Mexico chargé des affaires pour le Mexique. Le Saint-Siège était parvenu à résoudre le problème avec assez d’élégance pour l’ensemble des parties. Le 24 mai 1937, Monseigneur Cicognani s’inquiétait de ne pas recevoir d’informations claires. Tout en demandant des nouvelles au Saint-Siège, il en profita pour donner des informations sur les évènements heureux de l’État de Chihuahua, étant donné que la Cour Suprême Fédérale avait déclaré inconstitutionnelles les lois de l’État de Chihuahua qui limitaient le nombre de prêtres. La Cour avait déclaré, selon Cicognani, que « la limitation du nombre de prêtres dans un État ne doit pas être utilisée comme représailles, sociale ou politique, mais être considérée selon les besoins et les requêtes de la population et des moyens de communications »92. De nouveaux temps semblaient arriver pour l’Église au Mexique et le manque de représentant du Saint-Siège, dans ces conditions, semblait porteur de danger pour Cicognani. Le 29 juin 1937, Pacelli le rassura et lui annonça que Luis María Martínez avait accepté d’être chargé des affaires pour le Mexique. Le 30 août 1937, Ruiz y Flores pouvait annoncer à Pacelli qu’il avait déjà fait circuler la nouvelle à Mexico afin que son coadjuteur puisse prendre possession de sa charge dès que celle-ci lui serait confiée. Dans sa lettre à tous les hiérarques (ordinaires) et supérieurs d’ordinaires, et congrégations religieuses, il annonçait que Luis María Martínez avait été nommé Chargé des Affaires de la Délégation Apostolique dans la République Mexicaine, avec les mêmes attributions et pouvoirs qui étaient les siens et que tous devraient s’adresser à lui pour les affaires qui y étaient relatives. Il faisait ressortir le fait que le Saint-Père souhaitait vivement que cette affaire ne fasse pas l’objet de publicité abusive93.

  • 94  José Ugarte, 12 novembre 1937. Lettre à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.
  • 95  Leopoldo Ruiz y Flores, 22 novembre 1937. Lettre à Giuseppe Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-193 (...)

47L’organisation du retour de monseigneur Ruiz allait bon train ; au Mexique, elle fut menée par José Ugarte et par son fils Benigno94. Ils durent tout d’abord s’occuper du passeport, les démarches se faisant au siège du gouvernement puis auprès des Relations Extérieures. Ensuite, il leur fallut s’adresser au Procureur Général afin de vérifier que tous les processus et ordres d’arrestation à l’encontre de Leopoldo Ruiz avaient bien été levés. Le 22 novembre, profitant de la création du Cardinal Pizzardo, Leopoldo Ruiz y Flores indiquait à celui-ci que le processus de résolution n’avait pas encore abouti et que le gouvernement de Mexico ne montrait pas beaucoup d’enthousiasme pour organiser son retour95.

48Le premier décembre 1937, l’archevêque de Morelia, qui n’officiait plus comme délégué apostolique, remercia l’ensemble des évêques et amis pour leur gentillesse. Après avoir résidé pendant cinq ans à San Antonio, il remercia la presse catholique nord-américaine pour son appui envers l’Église de Mexico, et il remercia aussi tous ceux qui l’avaient aidé par leurs contributions caritatives. Ce retard entre son retour et la date à laquelle il en fut informé constitua la dernière gêne pour Cicognani, qui, malgré toutes les difficultés, était tout de même parvenu à obtenir un changement de délégué.

Haut de page

Notes

1  Le Tecnológico de Monterrey, Campus de Santa Fe a accordé l’aide nécessaire pour un séjour de recherche et de consultation des archives de la délégation apostolique de la Congrégation Sacrée des Affaires Extraordinaires Ecclésiastiques et de l’Archive Romaine de la Société de Jésus. Que soient particulièrement remerciés Salvador Garza Boardman, Eduardo Lazarín Mayer et Carolina Rivas García pour le soutien reçu concernant la réalisation du séjour.

2  Les délégués apostoliques sont représentants du Saint-Siège et n’exercent aucune mission diplomatique. Comme pouvoir ordinaire, ils disposent de celui consistant à veiller sur l’état des églises situées sur le territoire qui leur a été préalablement assigné, en rendant compte au Pape. Comme faculté extraordinaire, ils ont celle que le Saint-Siège leur a confiée.

3  En 1933 Fumasoni-Biondi fut promu préfet de Propagande Fide et par conséquent, il retourna à la Curie romaine.

4  Il convient de rappeler ici qu’en 1932, Leopoldo Ruiz y Flores, sous prétexte de la publication de l’encyclique Acerba Animi, avait été expulsé de Mexico et reçu aux Etats-Unis.

5  Le père Burke avait été le grand promoteur des accords de 1929. C’est le père Olimón, qui consulta l’archive particulière du pauliste, qui s’est le plus intéressé à la personnalité de Burke.

6  Leopoldo Ruiz y Flores, Rapport N°70. Sulla campagna del Governo di Messico contra il delgato Apostolico à Eugenio Pacelli, 6 novembre 1934. Archives Secrètes Vaticanes. [ASV].Affari Ecclesiastici Straordinari. [AES], Pos. 563. 1933-1937. Fasc 337.

7  Père Jésuite, fondateur de l’école d’études internationales de l’université de Georgetown. Participa à la pétition du Saint Siege sur la résolution du conflit religieux au Mexique.

8  Ambassadeur des États-Unis au Mexique. Il fut l’un des artisans de la résolution du conflit en 1929.

9  Ici furent intégralement publiées une lettre à Pascual Díaz, une autre au père provincial des jésuites et une dernière au père jésuite Romero.

10  C’est dans cette édition que fut publiée la lettre à Raquel Salinas, au docteur Miranda ainsi qu’à Sofía del Valle.

11  Prêtre d’origine canadienne. Il fut l’un des premiers prêtres catholiques des Etats-Unis à comprendre l’importance de la radio pour convaincre les masses. Figure controversée qui eut des problèmes avec Cicognani.

12  Donald Warren, Radio Priest Charles Coughlin, The father of Hate Radio, New York, Free Press, 1996.

13  Amleto Cicognani, 25 octobre 1934. Rapport N°9773-1 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 563. 1933-1937. Fasc 337.

14  Vatican, Secrétariat d’Etat, 17 novembre 1934. Mexique. Tratative col Pres. degli Stati Uniti. ASV. AES. Pos. 563. 1933-1937. Fasc 337.

15  Leopoldo Ruiz y Flores, Rapport du 6 novembre 1934. Rapport N°70. Sulla campagna del Governo di Messico contra il delgato Apostolico à Eugenio Pacelli. ASV. AES. Pos. 563. 1933-1937. Fasc 337.

16  Vatican. Secrétariat d’Etat. Projet de minute pour répondre au rapport 118/35 de Cicognani. ASV. AES. Pos. 563. 1933-1937. Fasc 339.

17  Vatican, Secrétariat d’Etat. Introduction à la position N°575, 1935-1938. Nouveau Délégué Apostolique. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Nouveau Délégué Apostolique. Fasc 367-370.

18  Guglielmo Piani, Relazione circa la sua visita nel Messico. ASV. AES. Pos. 575. 1936-1937. Fasc 377-384.

19  Guiseppe Pizzardo, 23 mai 1935. Cifrado N° 1692/35 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

20 McClusar, 23 mai 1935. Prime tesara. ASV. Aes. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

21  Enrique del Valle, 19 octobre 1935. Lettre à Ledochowski. ARSI [Archivum Romano S.I] Provincia Mexicana. 10121. 1934-1935. VII. 1 Prep. Provin. 1935

22  Giuseppe Pizzardo, Projet de Mgr Pizzardo de demander à Cicognani son aide, en tant que chargé des Affaires pour Mexico. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

23  Eugenio Pacelli, 31 mai 1935. Lettre N° 1775/35 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

24  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

25  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

26  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

27  Castillo Nájera avait connu monseigneur Micara durant son séjour comme ambassadeur en Belgique.

28  Amleto Cicognani, 24 mai 1935. N° 118/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

29  Amleto Cicognani, 12 juillet 1935. Télégramme N°70 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

30  Vatican, Secrétariat d’Etat, 16 juillet 1935. Monseigneur Diaz-le Comité Episcopal. Les jésuites. ASV. AES. Pos. 575. 1933-1937. Fasc 337.

31  Jésuite membre du Comité des évêques mexicains, ennemi de Pascual Díaz.

32  Vatican, Secrétariat d’Etat, 16 juillet 1935. Monseigneur Diaz-le Comité Episcopal. Les jésuites. ASV. AES. Pos. 575. 1933-1937. Fasc 337.

33  Eugenio Pacelli, 17 juillet 1935. Cifrado N°484 à Cicognoni. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

34  Eugenio Pacelli, 13 juillet 1935. Audience avec Pie XI. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

35  Ibidem.

36  Evêque de Huejutla, fut l’un des évêques intransigeants qui ne purent retourner au Mexique.

37  Vatican, Secrétariat d’Etat, 27 août 1935. Nomination du délégué apostolique à Mexico. ASV. AES. Messico periodo IV-11, Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

38  Amleto Cicognani, 9 juillet 1935. Rapport N°118/35 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

39  John Burke 25 juin 1935. Réunion ASV. Aes. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

40  Amleto Cicognani, 1er août 1935. [marqué comme le 1 juillet 1935]. Cifrado à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

41  Eugenio Pacelli, 4 août 1935. Folio 2636/35 de Pacelli à Rosi. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

42  Giovani Rosi, 10 août 1935. Lettre N° 419/35 à Pacelli. ASV. AED. Pos. 575. 1935-1938. Pasc 367.

43  Eugenio Pacelli, 17 août 1935. Lettre N°2776/35 à Leopoldo Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

44  Ibid.

45  Luke E. Hart, 10 juillet 1935. Lettre à l’archevêque Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

46  Leopoldo Ruiz y Flores, 5 septembre 1935. Télégramme à Pacelli. ASV. AES. Periodo IV-11, Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

47  Eugenio Pacelli, 7 septembre 1935 Télégramme à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

48  Martin Trischler, 5 septembre 1935. Lettre à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

49  Eugenio Pacelli, 27 septembre 1935. Chiffré N° 3273/35 à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

50  Amleto Cicognani, 2 octobre 1935. Rapport N° 11801/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

51  Amleto Cicognani, 2 octobre 1935. Rapport N° 11801/35 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 367.

52  Tzi Medin, Le minimat presidentiel : histoire politique du maximat, 1928-1935. Mexico, Era, 1982.

53  Amleto Cicognani, 13 octobre 1935. Télégramme N°74. à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

54  Giuseppe Pizzardo, 18 octobre 1935. Lettre N°3584/35 à Santoro. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

55  Vatican, Secrétariat d’Etat, 29 septembre 1935. Nomination du Délégué Apostolique. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

56  Nonce apostolique aux Philippines.

57  Amleto Cicognani (6 novembre 1935). Chiffré N°87 au Secrétariat d’ Etat. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

58  Ibidem.

59  Vatican. Secrétariat d’Etat, Nomination du Délégué Apostolique de Mexico (Cifrado N°87). ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

60  Eugenio Pacelli, 8 avril 1936. Chiffré N°3. à Piani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.

61  Guglielmo Piani, 9 avril 1936. Chiffré N°57. Pacelli. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.

62  Eugenio Pacelli, 10 avril 1936. Lettre N°1280/36 à Piani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.

63  Vatican, Secrétariat d’Etat, Instructions. Allégué au bureau 1280/36 à Del Apo. Manilla. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 377.

64  Amleto Cicognani, 14 novembre 1935. Rapport N° 58801/35 à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

65  Francisco de la Barra, 21 novembre 1935. Lettre à Maglione. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

66  Vatican, Secrétariat d’ Etat. Nomination du Délégué Apostolique de Mexico. Cifrado N°87. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

67  Leopoldo Ruiz y Flores, 21 novembre 1935. Rapport N°91. à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

68  Dans l’archive apparaît annotée la date du 3 décembre, mais se trouve annexée à ce rapport une lettre du 14 décembre. Le plus probable, c’est que ladite réponse ait été envoyée après la date inscrite dans la lettre.

69  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Lettre N°4241/35 a Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

70  Giuseppe Pizzardo, 29 décembre 1935. Chiffré N°2 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

71  Vatican, Secrétariat d’Etat. Riassuento sulla cuestiones Della nomina del Delegato Apostólico nel México. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

72  Vatican, Secrétariat d’Etat. Riassuento sulla cuestiones Della nomina del Delegato Apostólico nel México. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

73  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Op. Cit.

74  Eugenio Pacelli, 13 décembre 1935. Lettre N°4241/35 à Ruiz. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 368.

75  Tzi Medin, Idéologie et praxis politique de Lázaro Cárdenas, Mexico, Siglo XXI editores, 2003 (18e édition).

76  Amleto Cicognani, 15 janvier 1936. Rapport N°11802/35 de Cicognani à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

77  Ibid.

78  Giuseppe Pizzardo, 8 février 1936. Lettre N°437/36 à Cicognani. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

79  Ibid.

80  Amleto Cicognani, 20 janvier 1936. Rapport Confidentiel à Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

81  Giuseppe Pizzardo, 11 février 1936. Lettre confidentielle à Amleto Cicognani. N°460/36 ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

82  Vatican, Secrétariat d’Etat. Circa gli informatori sulle cose del messico. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

83  Vatican. Secrétariat d’Etat. L’entrée de Mgr Piani à Mexico et la publication contemporaine d’une lettre pastorale contre le gouvernement. Juillet 1936. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 378.

84  Egidio Vagnozzi, 12 juillet 1936. Télégramme à Cicognani. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 378.

85  Amleto Cicognani, 13 juillet 1936. Carte de visite pour Pacelli. ASV. AES. Pos. 583. 1936-1937. Fasc 378.

86  Amleto Cicognani, 25 novembre 1936. Chiffré N°131 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 369.

87  Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

88  Michael J. Ready, 5 mars 1937. Memorandum de Michael J. Ready, évêque de Cleveland. Secrétaire Général de la N.C.W.C. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

89  Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

90  Comité Épiscopal, 10 février 1937. Lettre à Lázaro Cárdenas. Christus Año 2. N°16. Marzo de 1937. Hemeroteca nacional HM Ch24.

91 Amleto Cicognani, 12 mars 1937. Rapport N°72/37 à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

92  Amleto Cicognani, 24 mai 1937. Rapport N°236/37 de Cicognani à Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Nuovo Delegato Apostolico. Fasc 370.

93  Leopoldo Ruiz y Flores, 30 août 1937. Lettre à Eugenio Pacelli. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

94  José Ugarte, 12 novembre 1937. Lettre à Ruiz y Flores. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Fasc 370.

95  Leopoldo Ruiz y Flores, 22 novembre 1937. Lettre à Giuseppe Pizzardo. ASV. AES. Pos. 575. 1935-1938. Nuovo Delegato Apostolico. Fasc 370.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Solis, « « Divorce à l’italienne » », Chrétiens et sociétés, 15 | 2008, 129-163.

Référence électronique

Yves Solis, « « Divorce à l’italienne » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/702 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.702

Haut de page

Auteur

Yves Solis

Tecnológico de Monterrey, Campus Santa Fe, Departamento de Humanidades
Université Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org