Navigation – Plan du site
Articles

Assainir et protéger le corps de la ville

L’émergence de la santé publique à Lyon au XVIIe siècle
Cécile Floury-Buchalin
p. 29-58

Résumés

Les compétences du bureau de santé lyonnais, créé à partir à partir de la fin du XVIe siècle dans un contexte épidémique, se superposent à celles des autorités politiques et religieuses de la ville. La notion de santé publique apparaît alors dans les textes législatifs, invoquée par des acteurs avant tout non médecins. Sont analysées ici les nécessités qui président à leurs décisions. Elles reflètent les enjeux politiques et sociaux de la prophylaxie et répondent à la fois aux explications religieuses –culpabilisatrices- de la maladie et à celles – aéristes et humorales - de la médecine du temps.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Maladie, Santé
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris (...)
  • 2 Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste, Paris, EHESS, 1974-75, 2 tomes, tome 2, p. 85 et suiv. ; (...)
  • 3 Voir, sur les autres facteurs qui contribuent à un tel changement, Olivier Faure, « Les stratégies (...)

1Depuis l’Antiquité, la qualité et l’odeur de l’air sont considérées comme des éléments essentiels dans la détection et l’explication des maladies épidémiques. L’émergence, décrite par Alain Corbin, d’une sensibilité accrue aux odeurs à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle plonge en réalité ses racines dans les idées de pestilence et de miasme telles qu’elles s’expriment dans la tradition hippocratique abondamment décrite par les historiens de la médecine1. Air et contagion sont donc étroitement liés. C’est en rapport avec l’une et l’autre que s’élabore une réponse collective dans le contexte urbain de la fin du Moyen-Age. Contre ce fléau collectif, la Peste, les premières mesures d’une politique prophylactique sont mises en place : à partir des XIIIe et XIVe siècles se généralisent progressivement en Europe méditerranéenne règlements et structures de santé publique, en même temps qu’apparaît un nouveau modèle urbain2. Avec une grande variété selon les villes, des commissions spécialisées et provisoires sont établies dans le royaume de France à partir du XVe siècle. Ces institutions deviennent permanentes et se généralisent au XVIIe siècle, dernier grand siècle de la peste (considérée ici comme catégorie nosologique précise, et non comme archétype des fléaux collectifs, tels qu’ils sont encore connus de l’époque contemporaine). La santé publique est alors l’un des champs de l’affirmation du pouvoir pour les élites urbaines et marchandes, comme elle l’est au siècle suivant pour le pouvoir monarchique3. Au-delà des enjeux politiques et économiques, quelle place est faite, au XVIIe siècle, aux nécessités corporelles et spirituelles ? Quelles responsabilités collectives s’ébauchent dans l’étiologie des maladies urbaines ? Quelle part en prennent religieux, laïcs et médecins ? Enfin, entre l’héritage médical antique et le dégoût des odeurs décrit par Alain Corbin pour le siècle suivant, quelle importance est accordée à l’air, aux odeurs, aux masses de population, à l’urbanité même, dans les logiques prophylactiques à l’œuvre ?

  • 4 Olivier Zeller, « Les hommes de la croissance » in Françoise Bayard et Pierre Cayez (dir), Histoire (...)
  • 5 Jean Rousset, « Essai de pathologie urbaine : les causes de morbidité et de mortalité à Lyon aux XV (...)

2La ville de Lyon fournit ici un cadre d’observation privilégié avec la mise en place de structures sanitaires spécialisées et permanentes à la fin du XVIe siècle, et plus de 400 décisions de santé publiques dont on garde la trace pour le XVIIe. Lyon est alors une grande cité carrefour qui compte 35 000 habitants selon le recensement de 1597, 49 000 selon celui de 1636 et environ 100 000 habitants à l’extrême fin du siècle4. La cité est sous la menace constante de la peste jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Après un demi-siècle de contagion endémique, elle se manifeste à nouveau lors de la grande flambée de 1628-1629. Cette épidémie connaît des échos atténués en 1631, 1637-1638 et 1640. Le fléau disparaît ensuite bien que le risque demeure de façon quasi permanente par le commerce avec des villes qui en sont affectées. En revanche, la fièvre typhoïde, liée à une mauvaise gestion de l’eau, et le paludisme, intégrés l’un et l’autre dans la vaste catégorie nosologique des fièvres, se maintiennent de façon endémique dans la ville tout au long du siècle5.

  • 6 Archives Municipales de Lyon, 3 GG 1, Déclaration royale du 3/09/1581 et Lettres patentes du 10/05/ (...)
  • 7 Ce pouvoir fait l’objet de rivalités : ainsi, dès le début du XVIIe siècle, le consulat trouve un c (...)
  • 8 Françoise Hildesheimer, Le bureau de la santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de (...)
  • 9 Carlo M. Chipolla, Contre un ennemi invisible (Epidémies et structures sanitaires en Italie de la R (...)

3Une déclaration royale de 1581 attribue au consulat des pouvoirs concernant la santé de la ville, mais prévoit également leur possible délégation à des « notables commis au fait de la santé »6. Ce bureau de la santé provisoire est convoqué à l’Hôtel de Ville en temps d’urgence épidémique, et ses membres, qui ne comptent qu’un seul médecin, sont nommés par le consulat. Les « sieurs de la santé » détiennent une parcelle de pouvoir judiciaire (celui d’infliger amendes et punitions corporelles lors d’infractions aux règlements sanitaires)7. Le bureau devient permanent après l’épidémie de 1628, se réunissant alors au moins deux fois par an en période calme et plusieurs fois par semaine en temps de contagion. Lyon partage cette caractéristique d’un bureau de santé permanent avec les villes portuaires méditerranéennes, ce qui est révélateur du contexte sanitaire particulier de la ville, cité frontière jusqu’en 1601, espace carrefour et cité commerçante tout au long du siècle8. Ici, comme dans les villes italiennes de la fin du XVIe siècle, c’est donc le contexte épidémique qui convainc le consulat de rendre permanent un comité de santé à l’origine provisoire9.

  • 10 Les échevins ont acquis l’Hôtel-Dieu qui accueille les pauvres malades en 1478 et ils en délèguent (...)
  • 11 La compétence du consulat s’appuie sur l’édit de Charles IX de janvier 1572, la déclaration du 28 j (...)
  • 12 Ordonnances contenans le reiglement provisionnal pour la Police de la Ville de Lyon et Faubourgs d’ (...)

4Néanmoins, il ne faut pas se laisser abuser par cette apparente spécialisation. Outre le bureau de la santé, le consulat détient des compétences traditionnelles qui en font également une institution essentielle pour la santé de la ville. La garde des portes de la ville, cruciale en temps d’épidémie, l’assistance aux pauvres malades, le financement des frais du bureau de la santé, les conflits entre les praticiens ou encore l’autorisation de la vente de nouveaux remèdes relèvent de son autorité10. Enfin, le consulat est responsable de la police et de la voirie de la cité qui consiste, entre autres, à veiller à la propreté et à la liberté des chemins et des ponts, même si là encore, ce pouvoir est l’objet d’une délégation11. C’est aux juges de police lyonnais qu’il échoit, et une partie des nombreuses ordonnances qu’ils ont émises à cet égard ont une portée sanitaire explicite12.

  • 13 AML, 3 GG 6, pièce non numérotée : Ordonnance de Monseigneur de la Guiche (février 1603) qui interd (...)
  • 14 AML, 3 GG 6, pièce n°23 : Ordonnance de Monseigneur de la Baume d’Hothun pour la conservation de la (...)
  • 15 AML, 3 GG 6, pièce n°27 sans date et pièces non numérotées (26/05, 7/06/, 16/06, 26/06/1629) et FF (...)
  • 16 Archives municipales, 0003 GG 3, Délibération du Bureau de la santé du 20/09/1631, et Archives Hosp (...)

5Dans la ville, les « hommes du roi » pèsent également sur la gestion collective de la santé : le gouverneur, secondé par le lieutenant général, doit faire régner l’ordre public et faire punir par des juges royaux les instigateurs des troubles. Il prend des ordonnances générales pour la santé ou la propreté de la ville13. Il peut être, à cette occasion, remplacé par le sénéchal14. Cependant la sénéchaussée se contente le plus souvent de rappeler ou de renforcer les ordonnances de salubrité publique prises par le consulat ou le bureau de santé. Elle veille notamment au prélèvement des taxes dues en temps d’épidémie par les habitants au trésorier du Bureau de santé mais aussi à l’application des ordonnances concernant la propreté des rues15. L’archevêque, enfin, exerce un rôle traditionnel de conciliateur entre les différentes autorités de la santé et est également responsable des cimetières de la ville16. Les communautés religieuses, quant à elles, peuvent se mettre au service de la santé publique, en exécutant les prières et vœux qui leur sont commandés ou en s’impliquant plus prosaïquement au sein des hôpitaux de la ville.

  • 17 Antoine FURETIERE, Dictionnaire universel, La Haye-Rotterdam, Leers, 1690, vol. 3.
  • 18 Ordonnances…, op.cit., 1599, et AML, 3 GG6, pièce 1, Ordonnance de Monseigneur de la Guiche (1603), (...)

6De cette superposition des pouvoirs caractéristique de l’Ancien régime, émerge néanmoins une institution spécialisée, le bureau de santé. Il se met en place au moment où apparaissent les termes spécifiques de son champ d’action. Si la « santé publique » ne figure pas encore dans les dictionnaires, celui de Furetière inclut dans sa définition de la santé aussi bien les « lieux de santé » (hôpitaux ou quarantaines) que les « officiers de santé » chargés de veiller sur la ville17. On peut observer à Lyon la naissance précoce d’un champ sémantique consacré à la santé collective : le terme de « salubrité publique » apparaît dès la fin du XVIe siècle dans la réglementation de l’ordre et de la propreté de la ville et l’expression de « santé de la ville » s’impose largement dans l’ensemble des ordonnances18. Les structures locales, comme le vocabulaire, tendent donc à faire apparaître la conscience d’une menace sanitaire globale dès la fin du XVIe siècle.

7La protection de la ville s’inscrit dans trois démarches distinctes, parfaitement parallèles avec les grands axes de la thérapeutique des corps et étroitement liés à l’approche morale de la maladie. Il s’agit d’abord de la purification de la ville, qui correspond à la préoccupation majeure des règlements publics. Ceux-ci tentent d’empêcher la corruption des lieux et de l’air urbains, au quotidien, et a fortiori en temps d’épidémie. Secondement, cette démarche préventive s’accompagne de mesures énergiques d’évacuation des éléments perçus comme nuisibles, physiquement et moralement. Enfin, à ces recours corporels s’ajoutent, sans les exclure, des démarches spirituelles et des pratiques de dévotion collective.

Purifier

  • 19 Sur l’histoire du traité hippocratique Airs, eaux, lieux, voir Jacques JOUANNA, Hippocrate, Paris, (...)
  • 20 Voir par exemple, « Lyon au XVIIe siècle » extrait de Abraham Golnitz, Itinéraires en France et en (...)

8L’idée de l’insalubrité des villes s’est imposée avec la redécouverte des traités antiques, et notamment Airs, eaux, lieux d’Hippocrate, à partir de la fin du XIe siècle, au moment même où les premiers signes du renouveau urbain étaient perceptibles19. Au XVIIe siècle, l’espace urbain apparaît encore sous la plume des contemporains comme un foyer de grande malignité et un lieu de puanteur et d’infection20. Les activités qui s’y exercent quotidiennement et la concentration humaine qu’elle abrite font de la ville un lieu spécifiquement délétère.

La lutte quotidienne contre l’infection

  • 21 Sur les principes de la diététique médiévale, voir la thèse de Marilyn Nicoud, Aux origines d'une m (...)
  • 22 Le langayeur est un « officier établi par le Roi pour visiter les cochons, et empêcher qu’il ne s’e (...)
  • 23 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op. cit., p. 24 -35.
  • 24 Antoine Furetière, Dictionnaire universel…, op.cit., t 2.

9Une abondante législation de police porte sur les commerces alimentaires. En accord avec les principes de la diététique médiévale, elle s’attache à prévenir les risques d’une alimentation malsaine21. Elle réglemente les métiers de bouche : les bêtes vendues doivent entrer sur pied dans la ville pour y être abattues et il est interdit aux poissonniers de vendre d’autres poissons que ceux de la rivière d’Ain. On espère qu’ainsi les vendeurs de viande « ne vendront que chair nette & non corrompue ». La vente de viande provenant de bêtes malades est, bien sur, prohibée. Les maîtres jurés bouchers doivent par exemple recruter, pour la ville, des langayeurs qui vérifieront que les pourceaux qui se vendent au marché des Terreaux sont des bêtes saines22. Bouchers et langayeurs sont tenus pour responsables en cas d’infraction commise par les vendeurs de pourceaux. On interdit également aux vendeurs de beurre de le « patouiller » (pour mélanger le vieux beurre au nouveau) et aux marchands de vin de vendre d’autre produit que « bon et loyal »23. La justification de telles mesures recourt inévitablement au terme d’« infection » qui désigne ce qui est « puant, gasté, corrompu »24 mais qui a également ici le sens de facteur de maladie. L’infection est, en effet, liée à la mauvaise odeur des aliments et à leur substance corrompue, et risque de se communiquer aux corps de ceux qui touchent ou consomment ces aliments. Dans un premier temps, il s’agit donc bien de protéger les Lyonnais qui fréquentent ces marchés.

  • 25 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op.cit., p. 24-28.
  • 26 Voir la thèse d’Anne Montenach, Une économie de l’infime ; Espaces et pratiques du commerce aliment (...)
  • 27 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op.cit., p. 88-94.

10Mais à la corruption immédiate par le toucher et l’ingestion, s’ajoute un danger plus grand encore qui est celui de la corruption de l’air. Ainsi que le précisent les juges, le danger suscité par les activités liées par exemple à la chair et aux peaux animales est celui de l’épidémie car « le sang et autres ordures iettées en ruë, portent de l’infection, et seroit à craindre quelque maladie contagieuse »25. Les juges et les bourgeois de police lyonnais luttent pour restreindre les activités polluantes à des lieux précis et pour en prohiber l’exercice au sein des maisons particulières. Il est ainsi interdit d’élever chez soi lapins, volailles ou cochons, d’y tuer des animaux, d’y vendre du poisson ou d’entreposer du fromage car l’odeur et les immondices engendrées par de telles activités pourraient mettre en danger les habitants des maisons voisines. Par ailleurs, les marchés alimentaires se voient attribuer chacun une place de la ville, autant pour faciliter l’évacuation des déchets et circonscrire leur impact corrupteur que pour permettre au consulat de les contrôler (fig. 1)26. En 1640, les juges rappellent aux sergents de police leur obligation de faire des visites dans les maisons particulières et dans les rues, pour faire punir les actes illégaux par les amendes prévues27.

  • 28 AML, GG 6, pièce n°1 : Ordonnance de monseigneur de la Guiche, février 1603.
  • 29 AML, DD 021, pièce n°20 : Règlements particuliers et généraux de voirie des comtes de Lyon : 1661-1 (...)

11Le danger lié aux odeurs par la corruption de l’air et de l’eau concerne l’ensemble des habitants soumis aux ordonnances de voirie qui veillent, entre autres, au désencombrement et à la propreté des rues. Sont employés au service de la voirie des maîtres-jurés maçons et charpentiers afin de vérifier l’application des ordonnances et apporter leur appui en cas d’incendie ou de peste ainsi que des commis permanents qui prennent en 1549 le titre de voyers. Les chanoines, comtes de Lyon, détiennent, quant à eux, le pouvoir de petite et de grande voirie sur des espaces délimités dans la ville tels les cloîtres et le quartier de Fourvière. Enfin, le gouverneur intervient ponctuellement pour rappeler les interdictions28. Les ordonnances de voirie de ces autorités convergent pour interdire d'entreposer « aucunes marchandises, pièces de bois, fumiers, décombres, ordures, balayeures ou autres choses » dans les rues mais ordonnent également que « toutes portes ou fenêtres, par où l'odeur des fumiers accumulés dans les écuries ou ailleurs, s'exhale sur les rues, seront tenues exactement fermées » (sauf pour charger et décharger le fumier)29.

  • 30 Ordonnances…, op. cit., 1573, p. 15 et Ordonnances et Reglement General…, op. cit., 1662, p. 30-32.
  • 31 AML, DD 23, pièce n°19 : Ordonnance du 22 avril 1684.

12En dépit de ces règlements de police et de voirie, des revendeurs illégaux continuent d’investir la place de l’Herberie, par exemple, tout au long du siècle30. Il en va de même pour l’interdiction d’entreposer du fumier dans les rues et les places à l’intérieur de l’enceinte de la ville. Les ordonnances prévoient que le fumier doit être déposé au sud de la presqu’île, à la queue d’Ainay, le long de la courtine à l’extérieur de l’enceinte. Mais les habitants ne prennent pas la peine d’aller au bout de la presqu’île et déposent leur fumier dans la ville, encombrant ainsi tout le quai des Augustins et des Célestins et offensant l’odorat des fidèles jusqu’aux portes des églises31.

  • 32 Anne Montenach, Une économie…, op. cit., p 112.
  • 33 AML, 3 GG 24, délibération du 19/07/1694 ; cf. Michel Vovelle, Mourir autrefois, Paris, Gallimard/J (...)

13Néanmoins, on ne peut pas supposer ici que l’ensemble des habitants de la ville n’oppose qu’indifférence aux inquiétudes des autorités. Les locataires des maisons concernées, les voisins, les fidèles et les clercs des églises proches, etc. se plaignent régulièrement au consulat des détritus et des pratiques dont la vue mais surtout l’odeur les incommodent. Parfois ces plaintes se conjuguent fort bien avec la volonté politique du consulat. A partir du milieu du siècle, par exemple, se fait jour un souci d’embellissement du nouveau centre de la ville, situé autour de la place des Terreaux. C’est ainsi que le marché aux porcs de la place des Terreaux est transféré à Saint-Just en 1646, autant pour mettre en valeur le quartier enfin débarrassé de cette bruyante manifestation (qui encombrait les rues et gâtait les pavés) que pour répondre aux plaintes des habitants contre les nuisances occasionnées32. D’autres fois, les doléances des habitants ont un effet plus limité. C’est par exemple le cas des récriminations des voisins du cimetière de l’Hôpital et des différents cimetières des paroisses de la ville. Ils se plaignent des mauvaises odeurs qui émanent des cimetières et le bureau de santé met ses plaintes en relation avec les « maladies mortelles » qui règnent dans la ville telles que la typhoïde. Les commissaires de la santé demandent à ce que les cimetières soient déplacés vers l’extérieur de la ville. La suspicion à l’égard de la décomposition reflète la crainte d’une transmissibilité de la corruption, par les eaux mais surtout par les airs, aux corps sains des vivants. Ces inquiétudes restent sans effet ; elles anticipent sur le premier grand déménagement des morts qui a lieu plus de soixante-dix ans plus tard33.

Purifier airs et lieux en temps d’épidémie

  • 34 Lors de la menace épidémique de 1668, les bouchers illégaux sont menacés non plus de 50 livres mais (...)
  • 35 AML, GG 6, Délibération du 14/08/1606 ; GG 7, Ordonnance du 15/08/1628 (qui reprend l’ordonnance de (...)
  • 36 Monique Lucenet, Lyon malade de la peste, Palaiseau, Sofédir, 1981, p. 129-130.

14En temps de contagion, le bureau de santé est, sous la tutelle du consulat, l’instance principale de décision. Ses ordonnances contiennent toujours deux aspects distincts. Il s’agit d’abord de faire respecter les ordonnances de police habituelles en infligeant des peines accrues aux contrevenants34. Les interdictions revenant le plus fréquemment concernent la vidange des latrines (à porter obligatoirement aux cours d’eau), la présence d’animaux dans les maisons particulières et de fumier dans la ville qui sont, ponctuellement, totalement interdits. Il s’agit également pour le bureau de santé de coordonner la purification des objets et de l’air souillés (principaux véhicules de la maladie, aux yeux des contemporains). Tout au long du siècle, à chaque alerte, on fait nettoyer, les rues, les cours des maisons et les puits et parfumer les maisons35. Au début de la grande épidémie de 1628, le bureau de santé charge les particuliers eux-mêmes de procéder à la purification de leur maison selon des conseils précis. Il s’agit de faire un feu au centre de la pièce fermée dans laquelle les couvertures du malade auront préalablement été étendues. Dans ce feu, se consument du bois de genièvre, du foin mouillé avec du vinaigre, et un parfum fourni par le bureau à base de térébenthine. A partir de décembre, alors que les morts se multiplient, le bureau recrute des parfumeurs professionnels rémunérés pour aller en équipe, sous la surveillance d’un religieux, parfumer les maisons touchées36.

  • 37 Avis salutaire..., op. cit., p.5 et s.
  • 38 L’ordre public pour la ville de Lyon, Pendant la Maladie contagieuse. Augmenté de plusieurs Observa (...)

15C’est le médecin du bureau de santé qui fournit des recettes aux parfumeurs de la ville et en 1628, le collège des médecins de la ville élabore lui-même des parfums destinés aux vêtements, aux objets, et aux maisons contagieuses, mais aussi des recettes de plantes à mâcher ou à porter sur soi afin d’éviter de respirer les miasmes mortels. On y retrouve le soufre et l’encens à faire brûler, les plantes odorantes telles que le genièvre, la lavande ou la menthe et les agrumes ou le vinaigre, dont l’acidité est garante d’efficacité, et qui sont autant d’ingrédients nécessaires pour effacer, dans les maisons et sur les corps, l’odeur de la maladie. Comme celle-ci, pénétrant les pores, attaque directement le cœur et sa fonction vitale, il faut aussi le protéger en accrochant sur son thorax de petits sachets d’herbes odorantes, ou d’animaux séchés à la vertu cordiale37. Une partie de ces recommandations sont reprises en 1670 lorsque le bureau de santé fait publier une sorte de bilan des précautions prises en 1628, afin d’éviter à l’avenir les désordres engendrés alors par le manque de prévoyance. La même année, le collège de médecine autorise la publication des recettes de parfums d’un père augustin déchaussé38. Ces publications témoignent, elles aussi, de la peur du retour de la contagion dans la ville, et de l’arsenal préventif élaboré dans cette perspective.

16Les marchandises sont, quant à elles, parfumées dans des quarantaines installées par le bureau de la santé en dehors des murs de la ville. La plus importante d’entre elles se situe à côté de l’hôpital Saint-Laurent sur la rive droite de la Saône, hors de la porte saint George. Mais au cours du XVIIe siècle, chaque faubourg est concerné à un moment ou un autre par la quarantaine de marchandises : on trouve trace d’une quarantaine à Vaise du début du siècle jusqu’à la fin des années 1660 ; quant aux faubourgs de la Croix Rousse et de la Guillotière, ils accueillent pour le premier les marchandises venant d’Allemagne et pour le second celles venant du Dauphiné dans la deuxième moitié du siècle (fig. 1).

Médecins et non médecins au chevet de la cité

  • 39 Avis salutaire contre la maladie epidemique et pestilentielle qui regnoit dans la Ville de Lyon en (...)

17La plus grande partie des mesures évoquées ici, celles du consulat, des juges de police ou du gouverneur, relèvent d’une mosaïque institutionnelle sans implication directe du collège de médecine. Le bureau de la santé lui-même implique bien peu les médecins de Lyon, à l’exception de l’Avis salutaire donné par le collège lors de l’épidémie de peste de 1628 à la demande du Bureau39. Le seul médecin présent au Bureau de la santé fournit parfois des recettes de remèdes et parfums à utiliser mais il n’occupe pas un rôle essentiel dans les prises de décision. Le président du bureau est toujours un membre de la sénéchaussée, et il est souvent secondé au sein du bureau par d’autres officiers de justice. Le bureau compte également souvent d’anciens échevins –notamment dans le rôle de trésorier. Cette répartition des tâches reflète le pouvoir judiciaire du bureau qui punit les contrevenants comme pour fait de police, et son rôle financier puisqu’il avance tous les frais liés à la santé, remboursés ensuite par le consulat. On le voit, la compétence médicale des « sieurs de la santé » n’est ici que très secondaire.

  • 40 AML, 3 GG 22, Délibération du 5/12/1629 et GG 24, Délibération du 16/04/1682.
  • 41 AML, GG 7, pièce non numérotée (22/03/1629).

18La préoccupation sanitaire cède d’ailleurs parfois le pas aux intérêts commerciaux. Cette hiérarchisation des enjeux apparaît surtout dans la correspondance avec les autres villes d’Europe conduite sous la tutelle du consulat. Le réseau d’informations sanitaires qui se met en place avec les autres cités, à partir de la fin du XVIe siècle, voit son efficacité entravée par la nécessité de préserver la liberté du commerce. Il s’agit de prendre des informations sur l’état des provinces voisines en ne laissant filtrer des nouvelles alarmantes sur la ville que lorsque cela devient inévitable. Les protestations de la bonne santé publique lyonnaise se multiplient durant tout le siècle40. Le consulat tente aussi de dissuader les marchands de la ville de fuir, et leur ordonne, le cas échéant, de revenir, sous peine d’être déchus de leurs droits de bourgeoisie41.

  • 42 C’est le cas à l’Hôtel-Dieu où à la fin du siècle, six prêtres (dont un économe) dirigent les « fil (...)
  • 43 La Charité emploie un compagnon chirurgien et un médecin ; l’Hôtel-Dieu nomme de un à 3 médecins au (...)
  • 44 Ils exerçaient à saint Laurent à tour de rôle et avaient aussi pour devoir d’inspecter les suspects (...)
  • 45 Monique Lucenet, Lyon malade de la peste, op. cit., p. 97.

19Quant aux exécutants de ces mesures, les serviteurs de l’Hôtel-Dieu comme ceux du bureau de santé appartiennent dans leur grande majorité à des professions non médicales (charpentiers, maçons, boulangers, cuisiniers pour les hôpitaux et hospitaliers, parfumeurs et gardes pour le service de la santé) bien souvent encadrés par des religieux pour garantir l’honnêteté de leur conduite. Les malades des établissements hospitaliers sont servis par des sœurs et des frères laïcs également dirigés par des ecclésiastiques42. Certes, les recteurs de la Charité et de l’Hôtel-Dieu emploient quelques professionnels de la santé et l’hôpital Saint-Laurent abrite environ un chirurgien pour 40 malades pendant l’épidémie de peste. Parmi les praticiens, les chirurgiens sont donc, de loin, la communauté la plus impliquée au service de la santé publique. Cependant, la plupart d’entre eux (ainsi d’ailleurs que les apothicaires) sont seulement des compagnons et n’obtiennent leur maîtrise que parce qu’ils sont « chirurgiens des pauvres » ou « chirurgiens de la santé » 43. Ainsi 18 chirurgiens d’épidémie se voient délivrer une maîtrise par le consulat en échange des services rendus en 162844. Le corps des médecins semble, lui, singulièrement absent des structures collectives d’épidémie. Seul l’épisode de 1628 a vu des médecins se mettre au service du bureau de santé et encore, venaient-ils principalement des autres villes (Châlon, Montargis, Charolles) car la rémunération était faible, la tâche digne d’un chirurgien (il s’agissait de « panser » les malades) et le risque élevé45.

  • 46 Les autres « choses non naturelles » définies par les régimes de santé médiévaux comme nuisibles à (...)
  • 47 Hippocrate, «Des airs, des eaux et des lieux » in L’Art médical, op. cit. 
  • 48 Les œuvres du médecin et astronome italien Girolamo FRACASTORE (1483-1553) ont été publiées à plusi (...)
  • 49 Jean-Baptiste Panthot (doyen du collège des médecins de Lyon), Reflections sur l'estat present des (...)
  • 50 Avis salutaire …, op.cit., p. 4 : « Et quoy que l’air, Element des plus necessaires à la vie porte (...)
  • 51 Nicolas de la Framboisière, Les œuvres de N. Abraham de la Framboisiere, Lyon, Jean Thioly, 1669, i (...)

20Malgré cette absence d’implication du corps des médecins lyonnais, les mesures des juges de police, tout comme celles du bureau de santé ou du consulat, s’appuient clairement sur deux héritages essentiels de la médecine moderne. Le premier de ces héritages relève de la tradition hippocratique dont s’inspire la médecine préventive inaugurée au Moyen Age. L’air est ici la première des six « choses non naturelles », c’est-à-dire le premier des facteurs de maladie46. Pour Hippocrate, il s’agissait surtout des caractéristiques climatiques de l’air (vents, ensoleillement, orientation de la ville…), les mauvaises odeurs provenant avant tout des eaux croupissantes47. La prophylaxie du XVIIe siècle se focalise davantage sur la qualité olfactive de l’air guettant le signe éventuel de sa corruption. Depuis le XVIe siècle, sous l’influence des théories de Fracastore, l’idée d’une infection existant en soi, dans et en dehors des corps, s’est ajoutée aux craintes hippocratiques48. Les dispositions astrales néfastes qui pervertissent l’air environnant, faciliteraient son apparition et sa transmission49. Les médecins lyonnais, consultés lors de l’épidémie de 1628, ne croient plus que la contagion procède spontanément d’une mauvaise qualité de l’air. Désormais la cause est dans la corruption des corps dont l’air reste néanmoins le principal véhicule de transmission50. Il est infecté par la qualité pestilentielle qui se dégage des corps morts ou malades et déclenche la maladie chez les habitants qui présentent une disposition (cacochymie, pléthore des humeurs due à l’ivrognerie, à la gourmandise ou aux passions qui corrompent le sang)51. Les priorités sanitaires de la ville s’attachant à prévenir les dangers liés à la corruption des corps et de l’air sont donc en accord avec les principes hippocratiques tels qu’ils sont relus par la science moderne.

  • 52 D’une part, les tenants de la chimie, tant physiologique que thérapeutique, sont en partie des héri (...)

21C’est, en second lieu, la doctrine galénique qui imprime dans les ordonnances lyonnaises une marque bien reconnaissable. Le système physiologique et thérapeutique hérité de Galien tient une place primordiale dans l’ensemble de la littérature médicale du XVIIe siècle même s’il subit de plus en plus d’attaques théoriques lancées par les tenants de systèmes concurrents52. Sur le plan thérapeutique en particulier, les priorités fixées par le médecin grec sont rappelées dans la quasi-totalité des ouvrages médicaux. La description des maux du corps selon la doctrine humorale galénique s’inscrit dans le registre de la pléthore. Le corps malade souffre de l’excès de l’une de ses quatre humeurs, sang, bile, flegme ou pituite. Or les causes de la morbidité urbaine qui apparaissent ici sont tout à fait semblables : le vocabulaire employé en témoigne. Il faut résoudre le trop-plein de « matières », et pour cela, « évacuer » les rues de la ville tout comme on désopile les veines et autres parties encombrées du corps humain. La démarche urbaine fait écho aux recommandations de la médecine évacuante qui préconise saignées, vomitifs, laxatifs …etc.

Evacuer

Faire disparaître les « immondices »

  • 53 Au sujet de la démographie lyonnaise, Olivier Zeller, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636, dé (...)

22Il ne s’agit donc pas seulement pour les autorités d’éviter la création de foyers d’infection dans la ville. Il leur faut également faire en sorte d’évacuer les déchets inévitablement générés par une population de 35 000 à 100 000 habitants53. Les magistrats lyonnais sont soucieux de faire disparaître fumiers, immondices, cendres et autres boues, comme les médecins du corps les humeurs corrompues.

  • 54 Ordonnances…, op. cit., 1662, p. 24-28, 69.
  • 55 Ibid., p. 62, 65-67.

23Les principales voies de cette évacuation sont les deux cours d’eau, en particulier la rivière de la Saône. Le consulat recommande d’y jeter les fruits de la pollution artisanale : les lavandières doivent s’y débarrasser des cendres des lessives, les bouchers du sang, des abats et des défroques d’animaux, les tanneurs de la graisse et des peaux, les teinturiers de leurs colorants… Les tripiers, enfin, sont cantonnés à la triperie du Rhône pour que le fleuve puisse y recevoir leurs déchets54. Les habitants de la ville eux-mêmes ont l’obligation de porter deux fois par semaine, le mercredi et le samedi, leurs ordures domestiques dans les cours d’eau, ainsi que le contenu des latrines qu’ils sont tenus de faire vider régulièrement. Les maîtres des basses œuvres y pourvoient mais les autorités se méfient de leur propension à se débarrasser de leurs tâches trop rapidement. Il leur est ainsi interdit de pratiquer des faux fonds dans les latrines ou de passer accord avec des jardiniers pour enterrer les matières fécales dans des lieux où elles rendraient propice la pousse des végétaux55. C’est donc la persistance d’habitudes rurales au sein de l’espace urbain qui pourrait mettre celui-ci en danger.

  • 56 Hippocrate, « Des airs, des eaux et des lieux », in L’Art médical, op. cit., p. 103-106.
  • 57 Voir Pierre Barra, L’usage de la glace, de la neige et du froid, Lyon, Antoine Cellier, 1675, in 12 (...)

24Ainsi, croit-on, les eaux courantes emportent hors de la vue des Lyonnais les matières dangereuses et évacuent le trop-plein. Il faut souligner ici l’extrême polysémie de l’eau. On a vu la méfiance héritée d’Hippocrate à l’égard de l’eau croupissante telle que celle des puits ou des marais56. En revanche, l’eau courante est généralement perçue comme une boisson tout à fait pure, voire comme un remède contre de nombreuses affections. C’est pourquoi, si le danger fécal qui menace les puits est perçu dès le XVIIe siècle, celui représenté par la Saône n’est pas connu, bien que les porteurs d’eau s’y approvisionnent et qu’elle soit, autant que les puits contaminés, une cause de l’importance de la fièvre typhoïde à Lyon57.

  • 58 Ordonnances…, op. cit., 1662, p. 65.

25Enfin, cette urgence de désencombrer la ville répond également à une nécessité commerciale : il s’agit de faciliter le passage et l’arrivée des marchands, ainsi que de veiller au pavement des rues afin que celles-ci ne se transforment pas en bourbiers sous l’effet du piétinement des hommes et des chevaux58.

L’exclusion des « gueux »

26Cette volonté d’évacuation à l’égard des déchets est étendue également à toutes les catégories de population qui pourraient mettre en danger la santé des autres habitants. Deux explications se superposent pour justifier l’expulsion de certaines catégories de population à la première alerte contagieuse.

  • 59 AML, 3 GG 23, Délibération et ordonnance du 19/03/1630.
  • 60 Jean Grillot, Lyon affligé de Contagion ou narre de ce qui s’est passé de plus memorable en ceste V (...)
  • 61 AML, 3 GG 7, pièce n°31, Ordonnance du gouverneur du 16/07/1631 et 3 GG 23, Délibération du 20/09/1 (...)

27Le bureau de la santé, qui a ordonné l’expulsion des « gueux, caymans et faynéantz » dès l’épidémie de 1628, décide, en mars 1630, d’interdire également leur résidence dans les faubourgs puisqu’ils en profitent pour se glisser trop fréquemment à l’intérieur des murs d’enceinte. Le danger que ces populations instables représentent tient à leur liberté de mouvement et à l’idée qu’ils « fréquentent toutes sortes de lieux et endroictz infects de contagion »59. Cette idée s’applique également aux soldats qui passent fréquemment par la ville de Lyon, en semant la maladie sur leur chemin comme c’est le cas en 162860. Là encore les attributions du bureau de la santé se superposent avec celles d’une autre instance, le gouverneur, qui légifère également ponctuellement sur le cas des soldats. Ainsi, ce dernier craint un retour de l’épidémie en 1629 alors que des soldats du roi affluent de nouveau vers la ville. Une ordonnance leur en interdit l’entrée et les contraint à passer par le faubourg de la Guillotière. Sur la demande du roi, les soldats y font quarantaine dans un hôpital annexe de l’Hôtel-Dieu entre 1630 et 163161. La situation de carrefour de la ville l’expose tout particulièrement au danger lié aux catégories errantes de la population.

  • 62 AML, 3 GG 10, pièce n°3, Ordonnance du 12 août 1638.
  • 63 AML, 3 GG 6, Ordonnance du sénéchal du 10/09/1607 et Ordonnance du lieutenant général du 4/03/1614.
  • 64 Les œuvres d'Ambroise Paré, Lyon, Claude Rigaud, 1633, in fol., p. 616-617.
  • 65 Ils sont pris en charge à Lyon par l’Aumône générale créée en 1531-1534 mais dès la fin du siècle, (...)
  • 66 Jean Grillot, Lyon affligé…, op. cit., p. 7.

28Mais à l’impureté physique de ces populations (la probable contagion de leur corps) s’ajoute l’idée de leur impureté morale. Les maladies étant indissociablement liées à la nature pécheresse des hommes, il faut se débarrasser de ceux qui excitent particulièrement le courroux de Dieu par l’« insolente dissolution » de leurs moeurs62. En temps de menace épidémique, les filles de joie sont expulsées en même temps que les vagabonds, l’interdiction du blasphème est rappelée sous des peines alourdies (mise au pilori la première fois et langue percée la deuxième) et l’assistance à la messe et aux fêtes solennelles est rendue obligatoire63. Les théories contagionnistes et aéristes du XVIIe siècle se conjuguent sans contradiction avec l’interprétation religieuse de la maladie (la colère divine fait figure de « premiere et principale consideration » et la corruption des corps de cause seconde64), mais également avec la volonté politique de contrôler certaines populations. Les pauvres ont assailli la ville de Lyon au XVIe siècle pour y trouver assistance et réserve alimentaire, mais sont, dès le début du XVIIe siècle, l’objet de mesures d’enfermement permanent dans les hôpitaux65. Enfin, de l’hérésie à l’impureté et de l’impureté à la contagion, il n’y a que quelques pas puisque la présence de protestants dans la ville est également un facteur d’épidémie selon le Père Grillot, un jésuite qui témoigne des ravages de la contagion en 1628. Il estime en effet que « les grandes Heresies n’ont iamais commencé, ny fini qu’avec des mortalitez extremes ». La peste de 1628 serait donc la marque de l’achèvement de la doctrine de Calvin dans la ville66.

  • 67 La description physique et morale correspondant à chaque tempérament se retrouve dans de nombreux o (...)

29On le voit, les instances de décision sont ici aussi sensibles aux urgences sanitaires qu’aux nécessités politiques et morales. Les autorités s’appuient sur une étroite proximité de l’âme et du corps. L’état du corps est le reflet des passions animales : l’intempérance ou les passions auxquelles se livrent les êtres humains déséquilibrent et corrompent les humeurs de leur corps (tout comme, à l’inverse, la pléthore d’une humeur affecte l’économie de l’ensemble du corps ainsi que le fonctionnement de l’esprit)67. L’âme et le corps des malades sont ainsi liés par un déterminisme à double sens. Aux mœurs corrompues des vagabonds répondent la corruption de leur corps et sa probable contagiosité en temps d’épidémie. Ce topos coexiste de façon paradoxale avec cet autre lieu commun que la contagion n’épargne aucun groupe dans la cité, et que riches et pauvres sont également menacés.

L’isolement des pestiférés et des suspects

  • 68 « Reglemens accordez entre les sieurs recteurs de l’Hôtel-Dieu et de l’Aumône Generale. Du 3. Janvi (...)

30Néanmoins les personnes les plus dangereuses pour la salubrité publique en temps d’épidémie restent bien sur les pestiférés eux-mêmes. Leur corps et surtout leur haleine exhalent, plus que toute autre chose, le poison mortel qui s’infiltre dans les corps sains des autres habitants. Ce sont les seuls malades à être réellement isolés. Les autres catégories – fiévreux et blessés, incurables, insensés, vénériens et teigneux – sont soignés en ville lorsqu’ils en ont les moyens ou à l’Hôtel-Dieu qui les accueille simplement dans des salles distinctes68.

  • 69 A Lyon, les « pennonages » sont des « compagnies de quartiers » (Furetière), autrement dit des mili (...)
  • 70 AML, 3 GG6, Ordonnance du sénéchal et du consulat du 11/09/1606.

31Pestiférés et suspects ne doivent pas pénétrer dans la ville et sont, tout comme les marchandises évoquées précédemment, arrêtés aux portes de Lyon. Les murailles et chaînes revêtent ici un aspect essentiel. Sous l’autorité du consulat lui-même, les habitants de chaque pennonage sont envoyés aux portes pour assurer un tour de garde sous peine de 10 livres d’amende en cas de défaillance69. Nombreux sont ceux qui essaient de s’y soustraire en vertu d’un privilège particulier, de l’appartenance à telle corporation… mais, officiellement, personne n’en est exempté hormis les religieux qui sont affectés à d’autres tâches, comme celle de veiller sur les pestiférés des hôpitaux ou de recevoir leurs testaments70.

  • 71 De 1614 à 1622, l’hôpital a aussi servi à accueillir les pauvres non malades avant que ceux-ci soie (...)
  • 72 L’ordre public…, op. cit., p. 43.
  • 73 AML, 3 GG6, Ordonnance du bureau de la santé du 24/12/1628 : les capitaines pennons doivent tenir u (...)
  • 74 L’ordre public…, op. cit., p. 46-47; Jean Rousset, « Les grandes étapes de l’assistance hospitalièr (...)

32Au XVIe siècle et jusqu’en 1613 puis de nouveau de 1628 à 1643, lorsque des cas de peste se déclarent à l’Hôtel-Dieu, dans la ville, ou parmi les étrangers arrivant à Lyon, les malades sont conduits à l’hôpital Saint-Laurent près de la porte Saint-Georges. Là encore, la Saône est la voie essentielle d’évacuation. Les malades sont conduits par les bêches des hospitaliers et n’ont ainsi pas à traverser les quartiers de la ville71. Ceux qui survivent (probablement moins d’un quart des malades) subissent une quarantaine de convalescence de 20 jours puis une deuxième quarantaine de 5 jours avant d’être rendus à la liberté. Les suspects font quarantaine dans des cabanes séparées de celles des convalescents pendant 20 jours également puis ils les rejoignent pour la quarantaine d’approbation de 5 jours72. La première de ces quarantaines, destinée aux convalescents, s’effectue à côté de Saint-Laurent, dans le bâtiment de la Fleur de Lys, construit sur le jardin de la Ferratière qui jouxte l’hôpital. Les convalescents ne sortent donc pas de cet enclos qui comprend également une chapelle et un cimetière. Durant l’épidémie de 1628, d’autres espaces sont affectés à la quarantaine : le champs d’Ainay au delà des murs au sud de la presqu’île, des logis loués par le bureau de la santé dans les faubourgs, ou même au plus fort de l’épidémie, chez le malade lui-même qui a interdiction de sortir et est en théorie surveillé par le capitaine de son pennonage73. Enfin, un hôpital des passants est créé à la Guillotière en 1652 lors d’une alerte épidémique pour servir de quarantaine74.

  • 75 AML, 3 GG 7, Rolle des sentences rendues par les commissaires de la santé du 25. juillet 1628 au 31 (...)

33Cette gestion de l’exclusion par le bureau ne se fait pas sans heurts. Les hospitaliers, les parfumeurs et même les chirurgiens d’épidémie sont souvent pris à parti par la population en raison de leur présumée malhonnêteté, ou parce que les habitants veulent cacher un cas voire un décès de peste. Les Lyonnais tentent ainsi d’échapper à l’ordonnance d’enfermement qui résonne souvent comme une sentence de mort ou à un enterrement dans la fosse publique du Brotteau d’Ainay75.

  • 76 La muraille de l’ouest (qui ceint Fourvière) est consolidée en 1512 puis renforcée d’une double enc (...)

34La géographie urbaine esquissée ici montre que les autorités locales tendent à rejeter hors des murs de la ville les dangers morbides : pollution urbaine comme malades contagieux. Les faubourgs, en particulier ceux d’Ainay, de Saint-Georges et de la Guillotière, deviennent, autour de la cité, des pôles de ce rejet. A la fuite, nécessité individuelle, succède donc à partir du XVIe siècle, une stratégie d’évitement et d’exclusion organisée collectivement. En matière de salubrité publique comme sur le plan individuel, le salut réside bien plus dans la prévention que dans la guérison, en particulier lorsqu’il s’agit de la peste. Dans cette logique, la ville se construit en opposition avec son environnement extérieur, afin de se protéger des campagnes et villes environnantes de la même façon que le corps doit se préserver des poisons morbides qui menacent de l’envahir. Ainsi, du début du XVIe siècle au début du XVIIe siècle, le système défensif médiéval de Lyon est complété et renforcé (fig. 1). Si à la fin du siècle, le sentiment d’insécurité qui a présidé à leur édification s’estompe, les murailles continuent néanmoins à protéger la ville des menaces morbides76.

Prier

  • 77 Catéchisme composé et mis en lumière suyvant l'ordonnance & decret du S. Concile de Trente, Par le (...)

35La corruption des corps contre laquelle luttent les autorités n’est que le reflet de la corruption de l’âme humaine. La nécessaire purification de l’espace matériel de la ville fait écho à la non moins nécessaire purification des âmes. Le champ sémantique dual de la corruption et de l’infection d’une part et de la purification de l’autre unit étroitement le corps malade et l’âme pécheresse. Un troisième recours, d’ordre spirituel, prolonge donc les pratiques matérielles de la prophylaxie. Le catéchisme du concile de Trente a hiérarchisé, depuis le milieu du XVIsiècle, soins spirituels et soins corporels. Les Chrétiens ne doivent pas placer leur espoir premier dans les « remedes et moyens preparez par nature, ou composez par l'industrie des hommes » qui sont parfois le résultat de quelque instigation du diable mais bien avoir « Dieu pour souverain refuge et port de leur (...) Salut »77. Dans ce cadre, la légitimité du culte voué aux reliques et aux images a été réaffirmée. La pratique individuelle est placée sous la férule vigilante de l’évêque tandis que, sur le plan collectif, l’essor de ce culte au XVIIe siècle lui échappe largement, notamment en tant que recours de salubrité publique.

La multiplication des dévotions

  • 78 AML, 3GG 121, pièce n°15.

36A Lyon, les appels aux intercesseurs se multiplient dans la première moitié du siècle. C’est essentiellement sous la protection de saint Roch et de la Vierge que se place la ville depuis la fin du XVIe siècle, ce dernier étant, plus encore que saint Sébastien, l’intercesseur privilégié face à la peste. L’épidémie de fièvre typhoïde qui naît à l’Hôtel-Dieu puis entraîne une pointe de mortalité dans la ville en 1607, amène le consulat à se mettre sous la protection de Notre-Dame du Valfleury dans la Loire. Les deux pères capucins envoyés pour y assister à la messe en l’honneur de ce vœu, doivent également au retour faire dévotion dans les églises de Notre-Dame de Chazelles et de Montromant78.

  • 79 AML, 3 GG 121, pièces n°22, 24, 25 et deux pièces non numérotées : Lettre des deux pères minimes au (...)
  • 80 AML, 3 GG3, pièce n°1.
  • 81 D’après Gabriel Despierres, « Les saints guérisseurs de la région lyonnaise », Conférences d'histoi (...)
  • 82 Voir à ce propos, Monique LUCENET, Lyon malade de la peste, op. cit., p. 162.
  • 83 Archives des Hospices Civils de Lyon, E 36, 17/12/1629.

37Cette logique tendant à multiplier les démarches pieuses face à une même menace se retrouve de façon accentuée lors des grandes mortalités, comme lors de la peste de 1628 à 1630. Le consulat renouvelle le vœu, fait par le père Auger au XVIe siècle, à Notre-Dame du Puy et fait appel à Notre-Dame de Lorette, en Italie. Par ailleurs, les échevins font réparer la chapelle Saint-Roch élevée en 1581 sur les flancs de la colline de Fourvière à la suite d’un vœu déjà prononcé par le corps consulaire en 1577. Il s’agit d’en faciliter l’accès aux Lyonnais qui s’y rendent de nouveau en foule en ces temps incertains79. Plus encore, dès les premiers mois de cette épidémie inédite dans le siècle, une nouvelle confrérie est créée par le bureau de la santé, dans le but spécifique d’attirer la protection divine sur la ville et de protéger la santé de ses habitants. Ainsi sont unis différents intercesseurs dans le culte unique d’une confrérie « dédiée en l’honneur de Jesus-Christ crucifié, de Notre Dame de Consolation et des bienheureux saint Roch et saint François de Paul »80. Par la suite, le bureau de la santé charge les échevins de Bourg-en-Bresse d’ordonner une procession à saint Nicolas de Tolentin dans son sanctuaire de Brou pour la santé de la ville de Lyon81. Monastères et chapitres urbains ne sont évidemment pas en reste : messes et appels à la prière se multiplient, ainsi que les processions, une fois le danger contagieux éloigné82. S’ajoutent enfin à ces dévotions, les deux processions organisées par l’hôpital de la Charité en décembre 1629 à Notre-Dame de l’Ile Barbe pour les filles orphelines et à Saint-Roch pour les garçons83.

38Il ne suffit donc pas de réactiver un ancien vœu lorsqu’une nouvelle épidémie menace : l’appel à de nouveaux sanctuaires voire de nouveaux intercesseurs, semble constituer une sécurité supplémentaire. Ces démarches sont le reflet d’une logique d’accumulation qui préside également à la médecine du siècle pour laquelle la multiplication des remèdes reste le meilleur garant contre leur éventuelle inefficacité.

Une pratique contextualisée

  • 84 AML, 3 GG 3, pièce n°5.

39Cette effervescence dévote correspond à un moment de menace épidémique intense ainsi qu’en témoigne le registre des inscriptions de la confrérie de la santé créée en 1628. Les dates et le nombre d’inscrits illustrent le lien étroit qui s’établit entre les pratiques de dévotion et le contexte épidémique (fig. 2)84. Au delà du succès populaire de la confrérie (plus de 8500 inscriptions répertoriées entre 1628 et 1631 dont 1800 dans les trois premiers mois de l’épidémie), il faut souligner que les années de résurgences épidémiques comme 1629, 1631, 1637, 1640 ou simplement les années de peur comme 1643 lui sont très favorables. La foule, qui se presse pour s’inscrire, grossit en même temps que la menace.

  • 85 AML, 3 GG 3, pièces n°2 et 5.

40On retrouve dans ce registre le nom d’illustres familles, et notamment celles des échevins de la ville, tout comme celui des artisans les plus divers. On s’inscrit en famille ou par maisonnée, à l’issue des processions et des messes organisées la veille de l’Ascension, le jour de la saint François de Paul (le 2 avril), de l’Assomption, de la saint Roch (le 16 août) et de la saint Rémy (1er octobre). Il s’agit de bénéficier de l’indulgence plénière accordée par Urbain VIII, qui promet aux confrères, entre autres avantages, la rémission totale de leurs péchés85. Une double motivation se fait donc jour : échapper à la mort terrible promise par la peste mais aussi sauver son âme dans le cas où cette protection faillirait. En revanche, dans la deuxième partie du siècle, exempte de menace épidémique, seuls les officiers de la santé et leurs familles continuent à figurer dans la liste des confrères.

  • 86 Voir Marcel Colly, « Le vœu des recteurs de la Charité et les processions à Fourvière », Albums du (...)

41Malgré le succès numérique de la confrérie et la disparition de la peste à Lyon (alors qu’elle fait encore rage dans le nord de la France), la sauvegarde de la ville ne fut pas attribuée à la confrérie mais fut en fait longtemps portée au bénéfice d’un sanctuaire plus proche et affectionné des habitants, celui de Fourvière. Les recteurs de la Charité y ont fait un vœu contre le scorbut en 1638 et surtout le consulat place la ville sous sa protection en 1643. C’est grâce aux messes annuelles qui y sont dites pour célébrer ce vœu que le corps consulaire pense avoir définitivement délivré la ville du fléau86.

La conjonction des volontés laïques et religieuses

  • 87 AML, 3 GG 114, pièce n°35 du 1er juin 1645.
  • 88 AML, 3 GG 23, Délibération du 8/08/1631.
  • 89 Jean Grillot, Lyon affligé…, op. cit., p. 87-103.
  • 90 AML, 3 GG 121, Ordonnance consulaire du 16/04/1626.

42Pour obtenir cette protection spirituelle efficace, pouvoirs religieux et confréries laïques collaborent avec les autorités de la ville. Ainsi, la confrérie des Pénitents blancs de Confalon s’emploie au service de la santé en organisant des processions en temps d’épidémie et en recevant en 1645 la permission du consulat de garnir à ses frais la chapelle de saint Roch de tableaux et objets de culte ainsi que d’y élever un autel87. Quant aux monastères urbains, ils sont, en cas d’épidémie, sollicités par les commissaires du bureau pour faire des « prières extraordinaires (…) à ce quil plaise a la bonté divine dappaiser son Ire et retirer son fléau de contagion… »88 ou pour faire pèlerinage dans des sanctuaires lointains. Le père Grillot insiste, pour sa part, sur le zèle de l’ensemble des religieux en 1628 notamment pour apporter aux habitants les sacrements de la communion et surtout de la confession malgré les risques de contagion89. Prêtres et confrères participent enfin à la protection spirituelle de Lyon, les premiers en annonçant en chaire les processions organisées pour la santé et les seconds en envoyant leurs clocheteurs les proclamer aux carrefours de la ville90.

  • 91 AML, 3 GG 23, Délibération du 27/11/1630 et 3 GG 24, Délibération du 27/12/1673 ; GG 121, pièces n° (...)
  • 92 Joseph Vingtrinier, La peste à Lyon. La chapelle saint Roch à Choulans, Lyon, P. Mougin-Rusand, Wal (...)

43Le couvent des Minimes de Lyon est plus particulièrement impliqué dans le service spirituel de la santé publique. Il est en effet chargé du service divin dans la chapelle Saint-Roch pour lequel il reçoit annuellement 60 livres du bureau de la santé. En 1628, le couvent distribue des médailles contre la peste frappées d’un côté des armes de l’ordre et de l’autre de celles de la confrérie de la santé. Les pères minimes célèbrent enfin, moyennant rétribution également, des messes à la Fleur de Lys, et deux d’entre eux, les pères Tourvéon et Melliet, sont envoyés dans la province d’Ancône pour le vœu à Notre-Dame de Lorette91. Au XVIIIe siècle, c’est ce même ordre qui fonde une confrérie uniquement dédiée à saint Roch et dont le culte est célébré dans la chapelle du même nom92.

Conclusion

44La naissance d’une prise en charge permanente de la santé publique à partir de la fin du XVIe siècle à Lyon s’inscrit dans le contexte d’un apogée du galénisme et d’un renouveau de l’hippocratisme médical. Les mesures collectives soulignent la proximité mentale entre corps urbain et corps humain. Ils appellent les mêmes nécessités : évacuation des déchets hors des limites (des murailles ou de la peau), purification des espaces atteints, et dévotion enfin, pour apaiser la colère divine, cause première des maux humains. Par ailleurs, pour le corps humain comme pour la ville, la prévention reste la plus sûre des démarches et lorsque la maladie s’est déclarée, la pluralité des recours utilisés tente de pallier l’incertitude des résultats. On multiplie les processions et les ordonnances dans la ville accablée de peste comme s’accumulent remèdes et ingrédients au chevet des malades. Enfin, dans la continuité des instructions tridentines, c’est bien le recours au spirituel qui reste prioritaire, sur les plans individuel et collectif.

45Cependant l’apparition de la maladie dans la sphère collective révèle finalement beaucoup moins de variétés qu’à l’échelle individuelle. En effet, si les termes nosologiques et les maladies rencontrées sous la plume des médecins se multiplient au XVIIe siècle, les ordonnances urbaines, quant à elles, concernent presque uniquement les maladies contagieuses. La menace épidémique est la motivation première des décisions laïques et religieuses et façonne le panorama institutionnel en suscitant la création, en 1628, d’une instance spécialisée et permanente, le bureau de la santé. Sa fondation avait été le fruit d’une velléité d’unification de la gestion de la santé publique, qui échoue bien sûr, puisque le consulat, le gouverneur, la sénéchaussée et l’Hôtel-Dieu conservent des attributions ayant trait à cette gestion. Par ailleurs, les autorités spirituelles partagent avec eux la responsabilité de mettre la santé publique sous protection divine.

46Cette lutte, ciblant prioritairement la contagion, est soumise à des impératifs politiques, économiques, religieux et sanitaires qui reflètent les préoccupations de ces autorités. Celles-ci ne collaborent, on l’a vu, que de très loin avec le corps médical. Mais les mesures qui émanent de ce système complexe reflètent bien davantage la possible négociation et mise en cohérence de ces objectifs variés que leur rivalité. On lutte pour sauver le corps, voire l’âme, des Lyonnais du danger d’une mort contagieuse foudroyante. La qualité de l’air constitue un élément essentiel de cette lutte, révélant ici la sensibilité des contemporains aux signes olfactifs des dangers qu’ils encourent. Mais dans la volonté de préserver l’air de la corruption, les nécessités commerciales, politiques et morales de liberté du passage, de contrôle des activités urbaines et d’évacuation des populations dangereuses cohabitent en toute cohérence avec les nécessités préventives inspirées de la médecine hippocratique et galénique moderne. Seules la mise en quarantaine de la ville et la coupure de ses circuits commerciaux restent un moment de divergence entre deux grandes nécessités urbaines.

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1986, 336 p. ; Sylvie Bazin-Tachella, Danielle Quéruel et Evelyne Samama (dir), Air, miasmes et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen-Age, Langres, Dominique Guéniot, 2001, 197 p.

2 Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste, Paris, EHESS, 1974-75, 2 tomes, tome 2, p. 85 et suiv. ; François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », Histoire urbaine, n°2 décembre 2000, Peurs citadines, p. 9-38.

3 Voir, sur les autres facteurs qui contribuent à un tel changement, Olivier Faure, « Les stratégies sanitaires » in Mirko Grmek (dir), Histoire de la pensée médicale en Occident, Paris, Seuil, 1997, 4 tomes, tome 2, De la Renaissance aux Lumières, p. 279-298.

4 Olivier Zeller, « Les hommes de la croissance » in Françoise Bayard et Pierre Cayez (dir), Histoire de Lyon des origines jusqu’à nos jours, Horvath, 1990, 2 tomes, t. 2, p 45. Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Belles Lettres, 1970, p. 31.

5 Jean Rousset, « Essai de pathologie urbaine : les causes de morbidité et de mortalité à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècle », Cahiers d’Histoire, 1963, t VIII, p. 70-105.

6 Archives Municipales de Lyon, 3 GG 1, Déclaration royale du 3/09/1581 et Lettres patentes du 10/05/1585.

7 Ce pouvoir fait l’objet de rivalités : ainsi, dès le début du XVIIe siècle, le consulat trouve un compromis aux convoitises de la sénéchaussée en nommant le lieutenant criminel à la tête du bureau de santé.

8 Françoise Hildesheimer, Le bureau de la santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de la contagion, Marseille, Fédération historique de Provence, 1980, 256 p. Pour un historique complet de la mise en place des institutions sanitaires : Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste…, op. cit., t 2, p. 138 et s.

9 Carlo M. Chipolla, Contre un ennemi invisible (Epidémies et structures sanitaires en Italie de la Renaissance au XVIIe siècle), Paris, Balland, 1992, 357 p.

10 Les échevins ont acquis l’Hôtel-Dieu qui accueille les pauvres malades en 1478 et ils en délèguent la direction à des recteurs depuis 1583 : Jean-Pierre GUTTON, Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’Ancien Régime, PUL, 1999, p. 9. Ils peuvent également initier, en temps de difficulté, comme en 1628, la levée d’une taxe pour les pauvres malades : AML, GG 6, pièce 30 : Registre de contribution à la nourriture des pauvres par quartiers. Concernant l’autorisation des remèdes, c’est bien paradoxalement l’autorité consulaire qui est sollicitée et non une instance professionnelle : ainsi au début du XVIIIe siècle, les sieurs Ricoux et Colomb demandent le renouvellement de leur privilège, qui les autorise à vendre leur onguent dans la ville depuis 1680 et qui interdit à quiconque de le contrefaire, sous peine de 60 livres d’amende : AML, FF 039, Requête adressée au consulat (18/02/1723).

11 La compétence du consulat s’appuie sur l’édit de Charles IX de janvier 1572, la déclaration du 28 juillet 1592, et est confirmée en 1632 et 1633 : AML, FF 008, pièce non numérotée ; FF 005, Extrait des registres du Conseil du roi (30/07/1632) ; Extrait des registres du Conseil d’Etat, (20/06/1633). Des bourgeois sont nommés pour ce fait : il s’agit des six juges et des quatorze bourgeois de police qui officient dans la ville.

12 Ordonnances contenans le reiglement provisionnal pour la Police de la Ville de Lyon et Faubourgs d’icelle, Lyon, Jean Pillehotte, 1599, 72 p ; Ordonnances et Reglement General de la Police de la Ville de Lyon, et Faubourgs d’icelle fait par Messieurs les Juges et Commissaires deputez suivant l’Edict de Sa Majesté, Lyon, Jean-Aimé Candy, 1640, 98 p. ; Ordonnances et Reglement General de la Police de la Ville et Fauxbourgs de Lyon depuis 1662 à 1664, Lyon, Michel Goy, aux dépens de l’Aumosne Generale, 1662, 178 p. Ces recommandations se retrouvent dans les ordonnances consulaires de 1664, 1666, 1667, 1669, et 1671 : AML, DD 22, pièce 12 (Ordonnance de 1715 récapitulative).

13 AML, 3 GG 6, pièce non numérotée : Ordonnance de Monseigneur de la Guiche (février 1603) qui interdit de vidanger les latrines ou d’entreposer du fumier dans les rues ; FF 041, Ordonnances du 24/04/1603, 29/05/1638, 5/06/1640 et 18/06/1647 concernant le nettoyage des rues dans la semaine qui précède la procession de la Fête-Dieu (elle part de St Jean à 6 heures du matin le jeudi qui suit l’octave de la Pentecôte).

14 AML, 3 GG 6, pièce n°23 : Ordonnance de Monseigneur de la Baume d’Hothun pour la conservation de la santé à Lyon (13/09/1606).

15 AML, 3 GG 6, pièce n°27 sans date et pièces non numérotées (26/05, 7/06/, 16/06, 26/06/1629) et FF 041 (29/05/1638, 5/06/1640 et 18/06/1647).

16 Archives municipales, 0003 GG 3, Délibération du Bureau de la santé du 20/09/1631, et Archives Hospitalières, H 201, Réglemens accordez entre les sieurs recteurs de l’Hôtel-Dieu et de l’Aumône Generale, 3/01/1639, p 131 et suiv.

17 Antoine FURETIERE, Dictionnaire universel, La Haye-Rotterdam, Leers, 1690, vol. 3.

18 Ordonnances…, op.cit., 1599, et AML, 3 GG6, pièce 1, Ordonnance de Monseigneur de la Guiche (1603), dans laquelle le terme de « salubre » est employé au sens de « favorable à la santé ».

19 Sur l’histoire du traité hippocratique Airs, eaux, lieux, voir Jacques JOUANNA, Hippocrate, Paris, Les Belles Lettres, 1996, tome 2 : « Airs, eaux, lieux », p. 83‑173 : « La tradition du texte et son histoire ».

20 Voir par exemple, « Lyon au XVIIe siècle » extrait de Abraham Golnitz, Itinéraires en France et en Belgique, traduit par A. Vachez, Lyon, Brun, Cathabard, 1877, p. 39 et Elie Brackenhoffer, Voyage en France 1643-1644, Nancy, Paris, Strasbourg, 1925, p. 110-111.

21 Sur les principes de la diététique médiévale, voir la thèse de Marilyn Nicoud, Aux origines d'une médecine préventive : Les traités de diététique en Italie et en France (XIIIe-XVe siècles), EPHE, dir Danielle Jacquard, 1998, 3 vol.

22 Le langayeur est un « officier établi par le Roi pour visiter les cochons, et empêcher qu’il ne s’en débite de ladres » d’après le Dictionnaire de Trévoux, Paris, Compagnie des Libraires associés, 1752, vol. 4, p. 154. Ce nom vient du fait qu’ils inspectaient la langue des porcs sur laquelle la maladie faisait apparaître marques blanches et pustules.

23 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op. cit., p. 24 -35.

24 Antoine Furetière, Dictionnaire universel…, op.cit., t 2.

25 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op.cit., p. 24-28.

26 Voir la thèse d’Anne Montenach, Une économie de l’infime ; Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au XVIIe siècle, Laurence Fontaine (dir.), Institut Universitaire Européen de Florence, sept. 2003, 3 vol.

27 Ordonnances et Reglement General…, 1662, op.cit., p. 88-94.

28 AML, GG 6, pièce n°1 : Ordonnance de monseigneur de la Guiche, février 1603.

29 AML, DD 021, pièce n°20 : Règlements particuliers et généraux de voirie des comtes de Lyon : 1661-1748.

30 Ordonnances…, op. cit., 1573, p. 15 et Ordonnances et Reglement General…, op. cit., 1662, p. 30-32.

31 AML, DD 23, pièce n°19 : Ordonnance du 22 avril 1684.

32 Anne Montenach, Une économie…, op. cit., p 112.

33 AML, 3 GG 24, délibération du 19/07/1694 ; cf. Michel Vovelle, Mourir autrefois, Paris, Gallimard/Julliard, 1974, p. 200 et s. ; Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen-Age à nos jours, Paris, Seuil, 1975, p. 59.

34 Lors de la menace épidémique de 1668, les bouchers illégaux sont menacés non plus de 50 livres mais de 500 livres d’amende (AML, 3 GG10, p.74, 25/09/1668).

35 AML, GG 6, Délibération du 14/08/1606 ; GG 7, Ordonnance du 15/08/1628 (qui reprend l’ordonnance de 1582) ; GG 23, Ordonnance des 24/05 et 3/06/1630.

36 Monique Lucenet, Lyon malade de la peste, Palaiseau, Sofédir, 1981, p. 129-130.

37 Avis salutaire..., op. cit., p.5 et s.

38 L’ordre public pour la ville de Lyon, Pendant la Maladie contagieuse. Augmenté de plusieurs Observations, et d’un Traitté de la Peste : avec quelques Questions Curieuses, Lyon, A Valançol, 1670, 72 p. ; Parfums et remèdes contre la peste, dont s’est servi avec tout le succez possible le Pere Leon Augustin Déchaussé de France, lequel a été emploïé par le Roi pour guerir les personnes attaquées de la contagion qui regnoit en plusieurs endroits du Roïaume en 1666, 1667, 1668 et 1669, Lyon, André Laurens, 1670, 10 p.

39 Avis salutaire contre la maladie epidemique et pestilentielle qui regnoit dans la Ville de Lyon en 1628, Lyon, Claude Cayne, 1628 (réédité par Louis Servant en 1720), 24 p.

40 AML, 3 GG 22, Délibération du 5/12/1629 et GG 24, Délibération du 16/04/1682.

41 AML, GG 7, pièce non numérotée (22/03/1629).

42 C’est le cas à l’Hôtel-Dieu où à la fin du siècle, six prêtres (dont un économe) dirigent les « filles vertueuses » qui servent les malades et vivent en communauté et il en va de même pour l’hôpital d’épidémie, l’hôpital Saint-Laurent, dirigé à partir de 1628 par quatre pères de la mort venus de Rouen et d’Orléans puis par les pères du Tiers Ordre, et servi par les orphelines de Sainte-Catherine.

43 La Charité emploie un compagnon chirurgien et un médecin ; l’Hôtel-Dieu nomme de un à 3 médecins au cours du siècle, un apothicaire et un chirurgien. Les garçons chirurgiens de ces deux hôpitaux reçoivent la maîtrise au terme de six années d’exercice (par les Lettres Patentes de 1618 pour l’Hôtel-Dieu et de 1619 pour la Charité). La communauté des chirurgiens de Lyon se dresse d’ailleurs contre ce mode de réception. Voir Histoire du Grand Hôtel-Dieu…, op. cit. p. 297.

44 Ils exerçaient à saint Laurent à tour de rôle et avaient aussi pour devoir d’inspecter les suspects dénoncés comme pestiférés dans la ville. Voir L’ordre public…, op. cit., p. 40-41. La communauté s’oppose aussi aux lettres de maîtrise qui leur sont délivrées par le consulat : Arrêt du grand Conseil du Roi, pour les maîtres-barbiers et chirurgiens de la ville de Lyon (16 octobre 1630), Lyon, Jacques Roussin, 1632, 6 p ; Arrêt contraignant la Communauté des Chirurgiens de Lyon d'admettre en son sein les chirurgiens de la santé, conformément aux arrêts des 10 mai et 22 octobre 1630 (11 mai 1634), s.l.n.d. (Lyon, 1634), 3 p.

45 Monique Lucenet, Lyon malade de la peste, op. cit., p. 97.

46 Les autres « choses non naturelles » définies par les régimes de santé médiévaux comme nuisibles à la santé sont les aliments et la boisson, la rétention et les excréments, le sommeil et la veille, le mouvement et le repos et les passions de l’âme. Voir à ce sujet L.J. Rather, « The Six Things non-Natural : A note on the Origins and Fate of a Doctrine and a Phrase », Clio Medica, 3 (1968), p. 337-347.

47 Hippocrate, «Des airs, des eaux et des lieux » in L’Art médical, op. cit. 

48 Les œuvres du médecin et astronome italien Girolamo FRACASTORE (1483-1553) ont été publiées à plusieurs reprises à Lyon au XVIe siècle (De sympathia et antipathia rerum. De contagione et contagiosis morbis, et eorum curatione libri tres, Lyon, Guillaume Gazeau, 1550, in 12, 558 p. et Opera philosophica ac medica, Lyon, François Faber, 1591, in 8, 657 p.).

49 Jean-Baptiste Panthot (doyen du collège des médecins de Lyon), Reflections sur l'estat present des Maladies, qui regnent dans la Ville de Lyon, dans ce Royaume & en diverses parties de l'Europe, depuis la fin de l'annee derniere 1693, Lyon, Jacques Guerrier, 1695, in 12, p. 17.

50 Avis salutaire …, op.cit., p. 4 : « Et quoy que l’air, Element des plus necessaires à la vie porte le plus souvent la qualité pestilentielle, toutesfois nous tenons que le germe et Seminaire d’icelle ne provient point de luy immediatement, mais de l’impureté et corruption des corps… »

51 Nicolas de la Framboisière, Les œuvres de N. Abraham de la Framboisiere, Lyon, Jean Thioly, 1669, in fol., p. 143.

52 D’une part, les tenants de la chimie, tant physiologique que thérapeutique, sont en partie des héritiers de Paracelse, grand ennemi de la médecine galénique. D’autre part, les nouvelles propositions physiologiques, telles que la circulation du sang, remettent en cause le schéma corporel proposé par Galien. Dans les deux cas, cependant, les voies de conciliation entre les doctrines concurrentes et le galénisme sont proposées par les médecins du XVIIe siècle : voir par exemple, Lazare Meyssonnier et Louis Guyon, Le Cours de Medecine en François, contenant le Miroir de Beauté et Santé corporelle, Lyon, Claude Prost, 1664, in 4, 2 vol.

53 Au sujet de la démographie lyonnaise, Olivier Zeller, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636, démographie historique et géographie sociale, PUL, 1983, 472 p. ; Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, op. cit.

54 Ordonnances…, op. cit., 1662, p. 24-28, 69.

55 Ibid., p. 62, 65-67.

56 Hippocrate, « Des airs, des eaux et des lieux », in L’Art médical, op. cit., p. 103-106.

57 Voir Pierre Barra, L’usage de la glace, de la neige et du froid, Lyon, Antoine Cellier, 1675, in 12, p. 88.

58 Ordonnances…, op. cit., 1662, p. 65.

59 AML, 3 GG 23, Délibération et ordonnance du 19/03/1630.

60 Jean Grillot, Lyon affligé de Contagion ou narre de ce qui s’est passé de plus memorable en ceste Ville, depuis le mois d’Aoust de l’an 1628 iusques au mois d’Octobre de l’an 1629, Lyon, François de la Bottière, 1629, in 16, p. 5.

61 AML, 3 GG 7, pièce n°31, Ordonnance du gouverneur du 16/07/1631 et 3 GG 23, Délibération du 20/09/1630. Selon Jules Drivon, il est possible que la maladrerie de la Madeleine ait été choisie pour accueillir la quarantaine de ces soldats : Jules Drivon, Les anciens hôpitaux de Lyon, Léproserie de la Madeleine, Maladrerie de la Madeleine. Léproserie, Maladrerie de la Guillotière, Saint-Lazare, Lyon, Association Typographique, 1906, p. 34.

62 AML, 3 GG 10, pièce n°3, Ordonnance du 12 août 1638.

63 AML, 3 GG 6, Ordonnance du sénéchal du 10/09/1607 et Ordonnance du lieutenant général du 4/03/1614.

64 Les œuvres d'Ambroise Paré, Lyon, Claude Rigaud, 1633, in fol., p. 616-617.

65 Ils sont pris en charge à Lyon par l’Aumône générale créée en 1531-1534 mais dès la fin du siècle, à la demande du consulat, l’Hôtel-Dieu s’engage à leur trouver un lieu pour la nuit. En 1613, les recteurs de l’Aumône Générale décident de procéder à leur enfermement sur le modèle du projet parisien. Ils sont d’abord hébergés à Saint Laurent avant d’être accueillis dans les nouveaux bâtiments de la Charité. Voir Jean-Pierre Gutton, « L’enfermement à l’âge classique » et « Hôtels-Dieu et hôpitaux de malades à l’âge classique », in Jean Imbert, Histoire des Hôpitaux en France, Privat, 1982, p. 163-223.

66 Jean Grillot, Lyon affligé…, op. cit., p. 7.

67 La description physique et morale correspondant à chaque tempérament se retrouve dans de nombreux ouvrages de médecin et permet d’élaborer une hiérarchie morale entre les êtres : voir notamment, Jean Huarte de San Juan, L'Examen des Esprits pour les Sciences ou sont monstrees les differences d'Esprits, qui se trouvent parmy les hommes, et à quelle sorte de science chacun est propre en particulier, Lyon, Gabriel Blanc, 1668, in 12, 426 p. Pour une analyse plus large des usages politiques de cette doctrine, voir Elsa Dorlin, Au chevet de la Nation : sexe, race et médecine (XVIIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat de Philosophie, sous la direction de Pierre-François Moreau, Paris 4, 2004, 1 vol.

68 « Reglemens accordez entre les sieurs recteurs de l’Hôtel-Dieu et de l’Aumône Generale. Du 3. Janvier 1639. » in La forme de la Direction et Oeconomie de l’Hôpital Général de Notre Dame de Pitié du Pont du Rhône, et Grand Hôtel-Dieu de la Ville de Lyon, Lyon, s.n., 1734, in 4, p. 131-133.

69 A Lyon, les « pennonages » sont des « compagnies de quartiers » (Furetière), autrement dit des milices bourgeoises. Elles sont chargées de participer au maintien de l’ordre public et de la sûreté dans la ville mais également de participer à la garde des portes. Tous les citoyens jouissant du droit de bourgeoisie doivent se soumettre à ces devoirs et chaque quartier est dirigé par un capitaine pennon qui doit y veiller.

70 AML, 3 GG6, Ordonnance du sénéchal et du consulat du 11/09/1606.

71 De 1614 à 1622, l’hôpital a aussi servi à accueillir les pauvres non malades avant que ceux-ci soient ensuite installés dans les nouveaux bâtiments de la Charité. Après 1643, le terrain de Saint-Laurent est loué à des blanchisseries de toile en raison de l’abondance des eaux dans son voisinage.

72 L’ordre public…, op. cit., p. 43.

73 AML, 3 GG6, Ordonnance du bureau de la santé du 24/12/1628 : les capitaines pennons doivent tenir une liste des logis infectés et des quarantains de leurs quartiers.

74 L’ordre public…, op. cit., p. 46-47; Jean Rousset, « Les grandes étapes de l’assistance hospitalière lyonnaise », Lyon et la médecine, n° spécial de la Revue lyonnaise de médecine, 1958, p. 239-280, p. 263-264. L’établissement est remis aux recteurs de l’Hôtel-Dieu en 1664 mais doit rester à la disposition de la ville en cas d’épidémie.

75 AML, 3 GG 7, Rolle des sentences rendues par les commissaires de la santé du 25. juillet 1628 au 31. juillet 1631.

76 La muraille de l’ouest (qui ceint Fourvière) est consolidée en 1512 puis renforcée d’une double enceinte bastionnée en 1620. La muraille de la Croix Rousse est transformée en une ligne de remparts précédés de bastions isolés qui seront achevés en 1620 et enfin la ville se protège au sud en édifiant une muraille de l’abbaye d’Ainay au Pont du Rhône. Voir Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Perrin, 1997, p. 49-59.

77 Catéchisme composé et mis en lumière suyvant l'ordonnance & decret du S. Concile de Trente, Par le mandement & authorité de nostre Sainct Pere le Pape Pie V. Pour l'instruction des curez. Faict de Latin en langue françoise, par Jean Gillot, Prebstre champenois, Lyon, François Arnoullet II, 1605, in 16, p. 932-933.

78 AML, 3GG 121, pièce n°15.

79 AML, 3 GG 121, pièces n°22, 24, 25 et deux pièces non numérotées : Lettre des deux pères minimes au consulat du 27/10/1628 et Extrait du Registre des actes consulaires (4/01/1635).

80 AML, 3 GG3, pièce n°1.

81 D’après Gabriel Despierres, « Les saints guérisseurs de la région lyonnaise », Conférences d'histoire de la médecine, cycle 1981-82, Institut d'Histoire de la médecine, Université Claude Bernard, Lyon 1, p. 83-110, p. 92.

82 Voir à ce propos, Monique LUCENET, Lyon malade de la peste, op. cit., p. 162.

83 Archives des Hospices Civils de Lyon, E 36, 17/12/1629.

84 AML, 3 GG 3, pièce n°5.

85 AML, 3 GG 3, pièces n°2 et 5.

86 Voir Marcel Colly, « Le vœu des recteurs de la Charité et les processions à Fourvière », Albums du Crocodile, janvier-février 1962, p. 1-24 ; AML, 3 GG 121, Délibération du 2/08/1668.

87 AML, 3 GG 114, pièce n°35 du 1er juin 1645.

88 AML, 3 GG 23, Délibération du 8/08/1631.

89 Jean Grillot, Lyon affligé…, op. cit., p. 87-103.

90 AML, 3 GG 121, Ordonnance consulaire du 16/04/1626.

91 AML, 3 GG 23, Délibération du 27/11/1630 et 3 GG 24, Délibération du 27/12/1673 ; GG 121, pièces n°22, 24, 25 et pièce non numérotée : Lettre des Frères Tournéon et Melliet de Marseille du 27/10/1628.

92 Joseph Vingtrinier, La peste à Lyon. La chapelle saint Roch à Choulans, Lyon, P. Mougin-Rusand, Waltener, 1901, p. 41 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Floury-Buchalin, « Assainir et protéger le corps de la ville », Chrétiens et sociétés, 15 | 2008, 29-58.

Référence électronique

Cécile Floury-Buchalin, « Assainir et protéger le corps de la ville », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 13 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/602 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.602

Haut de page

Auteur

Cécile Floury-Buchalin

RESEA, LARHRA – UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org