Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Maurilio Guasco. Le modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 270 p.

Étienne Fouilloux
p. 269

Texte intégral

1Ce livre est devenu un classique en Italie, où il est paru en 1995. Mais il a fallu douze ans pour que Jean-Dominique Durand convainque un éditeur français de publier son excellente traduction. Elle vient combler un vide car, à l’exception de l’excellent petit Alfred Loisy et ses amis, du regretté Émile Goichot (Cerf, 2002), il n’existait en France aucune vision d’ensemble de la crise qui secoua l’Église catholique au début du XXe siècle. Depuis la thèse majeure d’Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste (Casterman, 1962, réédition Albin Michel, 1996), la production hexagonale a effet privilégié les publications de correspondances, l’approche biographique (Duchesne, Lacroix, Le Camus, Mignot), ou encore les débats philosophiques (Pierre Colin, L’audace et le soupçon, Desclée de Brouwer, 1997). Le tout dans une optique à dominante franco-française, surplombée par la figure éponyme d’Alfred Loisy.

2Bien que modeste dans ses ambitions, l’essai de Maurilio Guasco fournit, lui, un tableau complet de cette crise, selon le programme fixé par son sous-titre. Sa chronologie large englobe la fin du pontificat de Léon XIII et celui de Pie X, jusqu’au relatif apaisement apporté par Benoît XV en 1914. Il ne néglige pas pour autant les grands débats, autour de l’exégèse biblique et de la philosophie scolastique notamment. Il procure surtout une foisonnante galerie de portraits dans laquelle l’anglo-irlandais Tyrrell et les Italiens Ernesto Buonaiuti ou Romolo Murri trouvent la place qui leur revient aux côtés de Loisy ou du baron von Hügel. Ainsi la crise moderniste prend-elle toute sa dimension. On y perçoit non seulement le rôle du trio anglo-saxon Tyrrell, von Hügel, Miss Petre, mais surtout l’originalité du modernisme italien, aussi soucieux de réforme religieuse et politique que de réponse intellectuelle à la modernité philosophique et scientifique. Á ce titre, le livre de Maurilio Guasco constitue une très bonne introduction à l’histoire de la crise qui ébranla l’Église catholique voici un siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Maurilio Guasco. Le modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 270 p. », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 269.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Maurilio Guasco. Le modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 270 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/476

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org