Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Gryphe. Revue de la Bibliothèque de Lyon, n° 17, septembre 2007, 49 p.

Paul Chopelin
p. 266-268

Texte intégral

1La belle et savante revue de la Bibliothèque municipale de Lyon consacre un numéro spécial au bicentenaire de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon. Il complète l’ouvrage consacré au même sujet paru récemment (édité par la Société), ainsi que les actes du colloque de septembre 2007, à paraître en 2008. Ce numéro de Gryphe se compose de deux parties distinctes : une série d’articles sur l’érudition lyonnaise étudiée dans ses rapports avec la Société littéraire au XIXe et au début du XXe siècle, puis le catalogue (p. 44-49) de l’exposition consacrée à la Société dans les locaux de la bibliothèque de la Part-Dieu (du 15 septembre 2007 au 7 janvier 2008). Très richement illustrés, les articles sont précédés d’un utile avant-propos de Jean-Pierre Gutton qui retrace brièvement l’histoire des sociétés savantes en France, leurs rapports avec les autorités centrales, tout en soulignant leur rôle décisif dans la redécouverte et la protection du patrimoine historique des provinces françaises.

2Dominique Varry présente tout d’abord le milieu des imprimeurs érudits de Lyon au XIXe siècle (p. 4-9), qui placèrent leur savoir-faire au service des sociétés savantes. Ils ont notamment assuré, pendant un siècle, la publication de la célèbre Revue du Lyonnais, dont la consultation reste incontournable pour qui s’intéresse à l’histoire de la ville et de ses environs.

3Jean-Pierre Gutton dresse ensuite (p. 10-15) le portrait d’un érudit lyonnais méconnu : Nicolas-François Cochard (1763-1834). Ce conseiller de préfecture à l’époque de l’Empire et de la Restauration fut pourtant à l’origine de la première revue d’érudition lyonnaise, les Archives historiques et statistiques du département du Rhône, parues de 1824 à 1832. Ce périodique mensuel rassemblait données statistiques sur le département (démographie et économie) et articles traitant d’histoire, de littérature et d’architecture.

4L’article que consacre Philippe Dufieux aux ecclésiastiques érudits du diocèse concerne plus spécifiquement l’histoire religieuse (p. 16-27). Les 34 prêtres reçus à la Société littéraire depuis sa fondation appartiennent tous au clergé séculier du diocèse, à l’exception de trois jésuites. Une majorité d’entre eux sont des enseignants, mais plusieurs exemples démontrent que la recherche historique pouvait également se concilier avec des activités pastorales importantes (J. B. Martin notamment). Le tout premier clerc à rejoindre les rangs de la Société est l’abbé Bonnevie (1761-1849). Davantage connu comme prédicateur, il apparaît pourtant comme l’un des fondateurs de l’érudition ecclésiastique lyonnaise au début du XIXe siècle en produisant une première notice sur l’histoire de la cathédrale Saint-Jean (1820). Mais c’est à partir des années 1840 que les ecclésiastiques commencent à entrer en rangs serrés au sein de la Société littéraire. Ils étudient le passé de l’Église de Lyon, notamment en matière architecturale et liturgique, afin de fonder historiquement la « gothicomanie » du clergé de l’époque, manifestée par la construction et la restauration d’églises dans un style médiéval réinventé. Entre 1877 et 1914, pas moins de 15 religieux sont reçus à la Société, où ils délaissent peu à peu les questions archéologiques au profit d’une histoire plus strictement ecclésiastique. Parmi eux, Jean-Baptiste Martin et Jean-Baptiste Vanel s’imposent sur la scène savante locale, avec leurs ouvrages d’une érudition sans faille, marqués par le positivisme universitaire. Ils président également aux destinées du remarquable Bulletin historique du diocèse de Lyon (1900-1930), organe officiel - à partir de 1912 - de la Société Gerson, plus particulièrement consacrée à l’étude de l’histoire religieuse du diocèse. Le XXe siècle est marqué par les personnalités d’André Chagny et de Joseph Lavarenne. Le premier, professeur aux Facultés catholiques de Lyon et spécialiste d’archéologie, se révèle être également un vulgarisateur de talent, par l’intermédiaire d’une collection de guides régionaux de grande qualité (Visions de France). Il accorde naturellement une grande place aux monuments lyonnais dans ses publications. Quant à Mgr Lavarenne, préfet de la Propagation de la Foi, il se montre également fortement attaché au patrimoine local, attachement manifesté par la publication d’une cinquantaine de pièces pour le théâtre de Guignol. À partir des années 1950, les adhésions d’ecclésiastiques se raréfient. La diminution des vocations et les transformations de la vie sacerdotale ne permettent plus aux prêtres de consacrer autant de temps qu’auparavant à la recherche historique. Les universitaires lyonnais, sous l’impulsion d’André Latreille, prennent alors le relais dans le domaine de l’histoire religieuse. Au final, l’article de P. Dufieux complète utilement les notices consacrées à ces mêmes ecclésiastiques érudits dans le volume lyonnais du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine.

5Jean Burdy évoque de son côté deux figures de l’archéologie lyonnaise du XIXe siècle, le baron Achille Raverat (1812-1890) et François Gabut († 1911), à l’origine des premières études systématiques sur les aqueducs de Lyon (p. 28-33). Paul Feuga présente les travaux de la Société de topographie historique de Lyon, émanation de la Société littéraire, qui se chargea notamment de l’édition, entre 1872 à 1876, du fac-simile du plan scénographique de Lyon de 1550 (p. 34‑41).

6Guy Parguez termine ce recueil par une notice sur les plantureux banquets de la Société littéraire avant 1914, dont les menus imprimés constituent souvent de véritables œuvres d’art. Le catalogue situé en fin de volume (p. 44-49) fournit la liste complète des pièces exposées à la Bibliothèque municipale, avec des références précises (notamment les cotes), permettant de retrouver aisément ces documents pour une recherche ultérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Gryphe. Revue de la Bibliothèque de Lyon, n° 17, septembre 2007, 49 p. », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 266-268.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Gryphe. Revue de la Bibliothèque de Lyon, n° 17, septembre 2007, 49 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/474

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org