Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Christine Gouzi, L’art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, 2007, 320 p.

Bernard Hours
p. 260-261

Texte intégral

1Christine Gouzi, dans la continuité de sa thèse de doctorat sur Jean Restout, poursuit et approfondit dans ce livre à la fois érudit et remarquablement écrit, son interrogation sur la notion d’art janséniste. Dans l’introduction, elle établit une historiographie nuancée de ce débat depuis les travaux de Paul Lacroix dans les années 1860 qui le premier, mais de manière plutôt implicite, avait suggéré que la notion pouvait être pertinente non seulement pour le XVIIe siècle mais aussi pour le suivant. Augustin Gazier a ouvert la voie, à la veille de la Première Guerre Mondiale en suggérant la possibilité de définir un art janséniste à partir de l’iconographie et de son style, réfutant l’idée d’une réticence forte de Port-Royal à l’égard de l’art. Suit une longue période, jusqu’à la fin des années 50, durant laquelle la possibilité d’une expression spécifique du jansénisme dans les arts figuratifs est occultée. Pour Émile Mâle, de toute façon, la peinture du XVIIIe siècle n’a guère d’intérêt, pour Bernard Dorival, celle de Philippe de Champaigne est un parangon du classicisme, et Port-Royal manifeste une fidélité exacte à l’esthétique tridentine. C’est un historien, Jean Orcibal, qui relance la question en affirmant l’existence d’un art janséniste, c’est-à-dire d’une expression artistique par et pour les jansénistes dans le but de défendre leur cause et leurs idées en matière de théologie.

2Cette référence à Orcibal à qui elle rend un hommage discret, est révélatrice de la méthode employée par C. Gouzi. Historienne de l’art, elle se donne pour objet la délimitation du corpus iconographique janséniste, pléthorique au XVIIIe siècle en raison du recours massif à l’estampe, et examine la possibilité de définir un style et une esthétique, notamment par le biais de la question de l’influence des textes jansénistes sur l’expression artistique. Mais elle enracine cette enquête dans la connaissance des conditions sociales de cette production artistique, associant avec talent aux méthodes de sa discipline, celles de l’historien. Pour éprouver sa méthode, quatre dossiers ont été sélectionnés : les mays de saint-Germain des Prés réalisés à l’époque de la régence, les frontispices gravés des Nouvelles ecclésiastiques, les suites gravées illustrant les Vies du diacre Paris, les gravures de François Boucher pour le bréviaire de 1736.

3Les résultats paraissent convaincants, même si l’on peut se demander si, une fois l’œil prévenu et informé par ces analyses, on serait nécessairement en mesure de déterminer la « nature » janséniste d’une œuvre. Des éléments iconographiques tels que le bras tendu dans un geste d’imposition des mains, ou a fortiori la représentation plus ou moins déguisée de l’oppression des adeptes de la vérité, peuvent conduire à conclure positivement. De même des éléments de style, en particulier le réalisme et le jeu des lumières et de l’ombre. Néanmoins, du seul point de vue de l’historien de l’art, il apparaît que, s’il existe une influence janséniste sur l’évolution de la peinture et de l’estampe, elle ne permet pas d’isoler cette expression de l’ensemble de la production française du siècle des Lumières. Seul un œil exercé peut reconnaître derrière des sujets religieux traditionnels et anodins, une volonté dénonciatrice signifiée par un système de références empruntés aux écrits engagés du temps. En revanche, l’approche des œuvres par l’amont c’est-à-dire en enquêtant sur les commanditaires d’une part, sur les artistes d’autre part permet de comprendre comment une influence s’exerce et comment elle se traduit dans les œuvres. Pour les mays de Saint-Germain des Prés, déterminante est la part des commanditaires, dom Bouillard et le groupe des mauristes jansénisants. Elle apparaît également décisive pour comprendre l’iconographie des illustrations de Boucher dans la première édition du Bréviaire de Paris de 1736, produit par une équipe dans laquelle les éléments jansénistes et appelants occupent une place tout à fait surprenante, peu après la fermeture du cimetière Saint-Médard. Sur l’histoire de ce bréviaire, C. Gouzi apporte une masse d’informations très précieuses. L’apport majeur de ce livre, indépendamment de la finesse des analyses d’œuvres, réside dans la reconstitution quasi policière d’un réseau d’artistes dévoués à la cause de la Vérité, reposant à la fois sur les relations familiales et les sociabilités de l’atelier, qui dure quasiment pendant un demi-siècle et comprend parmi les plus grands noms du temps : Boullogne, Cochin, Restout, Boucher etc… Le livre de Christine Gouzi ouvre avec talent un grand chantier tout en établissant avec fermeté un premier bilan, il est aussi une superbe leçon de méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Christine Gouzi, L’art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, 2007, 320 p. », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 260-261.

Référence électronique

Bernard Hours, « Christine Gouzi, L’art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, 2007, 320 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/472

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org