Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Maria Adelina Amorim, Os Franciscanos no Maranhão e Grão-Pará. Missão e cultura na primeira metade de seiscentos, Lisboa (Universidade de Lisboa/Universidade Católica Portuguesa) 2005, 368 pages, 46 illustrations.

Nicole Reinhardt
p. 251-254

Texte intégral

1Cette étude concerne un problème doublement méconnu de l’histoire des missions et de l’histoire brésilienne : elle reconstruit, à l’appui d’amples fonds d’archives portugais, l’histoire de la mission des capucins de la province de Saint Antoine de Lisbonne dans la région du Maranhão e Grão-Pará dans la première partie du XVIIe siècle. En effet, l’histoire racontée ici a été effacée par les missions postérieures des jésuites et surtout par leur « médiatisation » à travers l’œuvre du père António Vieira. Ce n’est pas le moindre des mérites de l’auteure d’avoir mis en lumière que les missions jésuites et notamment leur engagement pour la défense des Indiens ont été préparés par les capucins et que les deux histoires, celle des jésuites et celle des capucins, sont liées. Une liaison conflictuelle, qui anime une vraie querelle de moines au cours du XVIIe siècle, mais aussi une liaison qui explique la transition de la mission capucine à la mission jésuite. Car c’est l’échec des capucins, dû à leur fragilité en tant qu’ordre mendiant entièrement dépendant de financements royaux, qui explique le changement de cap au profit des jésuites dans la deuxième moitié du XVIIe siècle.

  • 1 Le problème de coloniser le Maranhão e Grão-Pará persistait encore au XVIIIe comme le démontre l’ét (...)

2L’oubli du rôle des franciscains dans la mission du Brésil appartient à l’ironie de l’histoire, car des franciscains, faisant partie de l’équipe de Cabral, ont été les premiers religieux à mettre les pieds sur la terre brésilienne lors de sa découverte. On connaît le désintérêt des Portugais, épris par l’Inde, pour cette terre au XVIe siècle, et en effet le Brésil ne reçut d’attention plus ciblée qu’à partir du moment où d’autres puissances européennes manifestèrent leur convoitise. La région du Maranhão e Grão-Pará, se trouvant dans le nord autour des bouches et du delta de l’Amazone, demeura encore plus longtemps dans l’ombre. Elle restait une région à part, car difficile à rejoindre à partir des régions du sud du Brésil où se trouvaient les premiers centres de colonisation et exploitation portugaise. Sa complexité naturelle qui rendait la pénétration européenne extrêmement difficile, ainsi que la situation géographique, excentrée par rapport aux autres régions brésiliennes, expliquent pourquoi elle fut administrée séparément à partir de 1618. Toutefois, le Maranhão e Grão-Pará, terre mystérieuse car mal explorée, alimentait des rêves de grandes richesses cachées dans les forêts de l’Amazonie, une sorte d’Eldorado brésilien, ce qui conditionna sa colonisation et sa mission1. Les conditions géographiques ont fortement déterminé l’encadrement politique et religieux par la suite. La province franciscaine du Maranhão e Grão-Pará est ainsi restée déconnectée des autres provinces franciscaines brésiliennes tout au long de son histoire. Jusqu’en 1829, elle dépendait directement des capucins de Saint Antoine de Lisbonne. Le destin politique du Maranhão e Grão-Pará se confond avec l’engagement des capucins, car ceux-ci ont assisté la couronne portugaise (portée par Philippe III d’Espagne) à chasser les Français – en effet aussi des capucins français – qui s’étaient incrustés sur la côte depuis 1612. La défaite des Français en 1614 peut ainsi être considérée comme le point de départ de la colonisation portugaise et de la mission franciscaine dans ces contrées. C’est grâce à leur présence précoce dans le contexte régional que la couronne accorda aux capucins le droit exclusif de la mission à partir de 1623. Cette exclusivité était l’objet de contestations, notamment jésuites, et ceux-ci déclenchèrent une guerre de pamphlets. L’auteure reconstruit la polémique – avec un excès de détails – à travers les manuscrits franciscains conservés à Lisbonne. On peut y entrevoir la première des faiblesses franciscaines par rapport à leurs concurrents : ils n’ont pas su utiliser l’imprimé ou l’écriture de l’histoire pour consolider leur position dans la conscience publique. La polémique autour de l’exclusivité de la mission se poursuit jusqu’à la nouvelle répartition des missions en 1693.

3Le sort des capucins du Maranhão e Grão-Pará rassemble tous les conflits politiques typiques qu’on connaît dans l’histoire des missions brésiliennes : les conflits entre les religieux et l’administration locale et les colons, les conflits entre ceux-ci et la couronne. Au centre des affrontements se trouvent leurs rapports aux Indiens indigènes. L’attribution des missions aux capucins n’octroyait pas seulement le droit de catéchèse des indigènes, mais – et le problème est là – le pouvoir de les administrer temporellement. La vie dans les « aldeias » encadrées par les capucins était la seule vie « libre » possible pour les Indiens, car en dehors des villages ils subissaient l’exploitation et l’esclavage par les colons. Presque un siècle après la controverse de Valladolid, le problème de la liberté des Indiens demeure une préoccupation majeure des capucins engagés dans la mission amazonienne. Amorim met en relief notamment la figure de Frei Cristóvão de Lisboa (présent dans le Maranhão e Grão-Pará de 1624 à 1635) qui dans ses sermons défend la liberté des Indiens et qui pour cela peut s’appuyer sur des réflexions théoriques élaborées par les premiers missionnaires capucins. Frei Cristóvão de Lisboa jusqu’à sa mort n’a jamais abandonné son engagement en faveur des Indiens, et c’est lui qu’invoqua encore en 1662 le père António Vieira, premier supérieur de la province jésuite du Maranhão e Grão-Pará depuis 1652, pour dénoncer les mauvais traitements que les Indiens subissaient de la part des colons. La longue durée des plaintes des religieux, qu’ils soient franciscains ou jésuites, laisse entrevoir les limites de l’efficacité de leur défense des Indiens.

4La figure de Frei Cristóvão de Lisboa représente encore un autre intérêt, car c’est à lui que revient le titre de premier écrivain de l’histoire naturelle de l’Amazonie, bien avant les travaux hollandais entrepris sous l’égide de Maurice de Nassau dans les années 1640. Les travaux de Frei Cristóvão de Lisboa sont restés manuscrits, mais ils faisaient partie d’un plus grand projet d’une histoire du Maranhão e Grão-Pará en trois volumes, qu’il préparait en coopération avec son frère, Severim de Faria, chanoine de la cathédrale d’Evora, et grande figure de l’historiographie portugaise du XVIIe siècle. Selon la théorie de Severim de Faria, l’histoire naturelle devait constituer la base de toute histoire. La conception historique de Faria évoque, avant la lettre pour ainsi dire, les trois temps historiques braudeliens. Frei Cristóvão de Lisboa, au moment de sa mort, avait probablement achevé le premier volume, qu’il ne réussit pourtant pas à envoyer à l’imprimerie. Ce manuscrit achevé est aujourd’hui perdu, il sombra probablement avec la bibliothèque du Conde de Vimieiro, dernier lieu où le codex a été identifié, lors du tremblement de terre de Lisbonne en 1755. Mais il reste le carnet des notes préparatoires de Frei Cristóvão de Lisboa qui rassemblent des riches descriptions d’animaux et de plantes amazoniennes recueillies par le religieux et ses assistants, ainsi que des gravures.

  • 2 Vieira évoqua l’histoire dramatique de ses précurseurs dans son récit de mission, désormais accessi (...)

5Nonobstant les sérieux efforts de mission des capucins dans le nord du Brésil, le manque de ressources propres les rendaient fragiles politiquement, et leurs missions, à partir des années 1630, n’étaient plus à la hauteur des défis. Ceci n’échappait pas aux jésuites, qui commencèrent une campagne pour remettre à plat la question de la mission des Indiens. C’est le jésuite Luis Figueira, qui dès 1636 dénonça l’insuffisance quantitative et qualitative des missions franciscaines. Non sans succès, car en 1638, Philippe IV octroie au supérieur jésuite de São Luís l’administration ecclésiastique de toute la province et de ses habitants (les Portugais inclus !) avec des pouvoirs quasi-épiscopaux. En même temps, les jésuites reçoivent le privilège de missionner dans le Maranhão, mettant fin à l’exclusivité des capucins. En 1643, Luís Figueira part au Maranhão avec des confrères et en compagnie du capitaine royal de la province et de quelques religieux carmes. Mais ce voyage finit en catastrophe : le navire fait naufrage sur la côte, et les survivants sont victimes d’Indiens anthropophages. Seul trois jésuites survécurent, mais n’ont pas pu initier la mission jésuite. Celle-ci commence seulement en 1652, portée par celui qui est resté dans l’histoire comme « le » missionnaire du Brésil et « le » défenseur des Indiens, Padre António Vieira. Il incarne à la perfection la mission jésuite et ses atouts : un travail de mission accompagné par une stratégie de communication conséquente alliant l’écriture historique et l’action pastorale2. Sous la plume de Vieira, la mission amazonienne devint en outre un élément indispensable de sa vision millénariste de l’histoire. C’est dans les forêts amazoniennes, au moyen des missions jésuites, que devait se préparer le « Cinquième Empire » et ainsi la fin de l’histoire. Selon Vieira, qui en passant réoriente la recherche du Salut de l’Orient vers l’Occident, il appartenait aux Portugais d’accomplir le dessein divin en parachevant la christianisation du monde.

6L’étude de Maria Adelina Amorim met en lumière la préhistoire de cette épopée jésuite, et elle souligne que celle-ci ne peut être comprise sans les fondements capucins, auxquels elle doit beaucoup. Le livre contient presque 200 pages de transcriptions de documents manuscrits franciscains et royaux, ainsi que de belles illustrations qui invitent le lecteur à faire un voyage dans le temps et dans l’espace. Les limites de l’ouvrage se situent pourtant sur le plan de l’analyse et de la critique. L’auteure reste quelquefois trop inféodée à ses sources dont elle n’hésite pas à reproduire les erreurs. Ainsi les frères capucins par exemple ne semblent pas avoir bien cerné le nom de la régente française en 1612, l’appelant au choix Catherine de Médicis ou Marie de Médicis sans que cela ne suscite le moindre commentaire ou explication de l’historienne. D’un coté, elle ne tente jamais d’intégrer son cas dans un cadre plus large et comparatif de l’histoire des missions. Toutefois, par la richesse des documents apportés, les illustrations ainsi que le glossaire, cette étude peut servir de bon point de départ pour tous ceux qui s’intéressent aux débuts souvent balbutiants de l’histoire brésilienne.

Haut de page

Notes

1 Le problème de coloniser le Maranhão e Grão-Pará persistait encore au XVIIIe comme le démontre l’étude de Laurent Vidal, Mazagão. La ville qui traversa l’Atlantique du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris, Aubier, 2005.

2 Vieira évoqua l’histoire dramatique de ses précurseurs dans son récit de mission, désormais accessible en français : La mission Ibiapaba. Le père Antonio Vieira et le droit des Indiens. Etude, traduction et notes de João Viegas, préface de Eduardo de Lourenço, Paris (Chandeigne) 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Reinhardt, « Maria Adelina Amorim, Os Franciscanos no Maranhão e Grão-Pará. Missão e cultura na primeira metade de seiscentos, Lisboa (Universidade de Lisboa/Universidade Católica Portuguesa) 2005, 368 pages, 46 illustrations. », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 251-254.

Référence électronique

Nicole Reinhardt, « Maria Adelina Amorim, Os Franciscanos no Maranhão e Grão-Pará. Missão e cultura na primeira metade de seiscentos, Lisboa (Universidade de Lisboa/Universidade Católica Portuguesa) 2005, 368 pages, 46 illustrations. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/467

Haut de page

Auteur

Nicole Reinhardt

Université Lumière – Lyon 2
RESEA, LARHRA - UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org