Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances, Habilitations à diriger des recherches et Thèses 2006-2007

Michel Plénet, Catholiques et protestants en Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles : modes de vie, modes de croire, sous la direction du Professeur Jean-Pierre Gutton, Thèse soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 vol. 609 p.

Jury : Olivier Christin (Lyon 2), Jean-Pierre Gutton (Lyon 2, Directeur), Bernard Hours (Lyon 3), Yves Krumenacker (Lyon 3), Philippe Loupès (Bordeaux 3) et Françoise Moreil (Avignon)
Damien Rousseille
p. 196-199

Texte intégral

  • 1 Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Co (...)

1Michel Plénet insiste sur les trois points qui ont guidé son travail : une approche comparant catholiques et protestants autour d’une histoire locale, souvent passée sous silence, celle du Vivarais ; une séquence chronologique à l’écart des périodes de conflit, insistant donc plus sur les modes de coexistence confessionnelle tels que Grégory Hanlon1 les a étudiés pour le Sud-Ouest. Enfin, le rapport dialectique entre modes de vie et modes de croire : « quelles sont les conséquences des modes de croire sur les modes de vie ? Les modes de vie soutiennent-ils les modes de croire ? ».

  • 2 Sur le mot et son usage voir Gérald Chaix, « La confessionnalisation. Note critique » Bulletin de l (...)
  • 3 Thierry Wanegffelen, Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, P (...)
  • 4 Etienne François, Protestants et catholiques en Allemagne : Identité et pluralisme, Augsbourg, 1648 (...)

2Le candidat rappelle aussi les deux outils conceptuels qu’il a mobilisés : d’un côté la réflexion sur la confessionnalisation élaborée en Allemagne par H. Schilling2 et autour de laquelle Thierry Wanegffelen3 a mené sa réflexion sur les choix religieux des Français du XVIe siècle ; celle sur la frontière confessionnelle, élaborée par Etienne François autour du cas d’Augsbourg4.

3Il développe enfin dans son exposé les quatre thèmes qui lui semblent le plus illustrer l’apport de son travail :

4- la notion de frontière confessionnelle utilisée à plusieurs échelles (celle du diocèse comme celle des villes) lui a permis de distinguer des frontières étanches (Annonay) et des frontières perméables (Privas, Villeneuve-de-Berg où les relations entre communautés sont très différentes selon les rapports de force sociaux et démographiques).

5- le lien entre « modes de vie » et modes de croire » : certains modes de vie (comme l’endogamie sociale ou l’isolement géographique) soutiennent l’appartenance confessionnelle ; d’autres (la consommation de viande, le choix de prénoms vétéro-testamentaires) témoignent après 1685 d’une appartenance confessionnelle parfois disparue ou affaiblie ; les derniers enfin (la pratique de l’aumône le jour de l’enterrement) ne sont pas en adéquation avec les modes de croire.

6- la comparaison entre les deux communautés montre de très nombreuses ressemblances comme la place des femmes, le rôle des notables dans les consistoires et les confréries, les attitudes face à la mort ou le recours à … l’astrologie. Cependant des différences subsistent : les comportements démographiques, l’alphabétisation…

7- les vecteurs d’une confessionnalisation très nette (même si atténuée après 1685 chez les réformés) : l’identité confessionnelle (étudiée à partir des prénoms, des mariages mixtes), et la conscience de cette identité ; la cohésion au travers des solidarités confessionnelles et professionnelles ou de l’endogamie ; le respect des instructions de l’encadrement (analysé à partir de l’importance de la religion populaire, des sanctions émises) ; l’importance du sentiment religieux, la densité, la formation et la conviction de l’encadrement ; la constitution d’un environnement stable.

8À l’issue de cet exposé, les membres du jury tiennent tous à souligner la qualité de la thèse d’abord eu égard à la quantité et la variété des archives mobilisées, ensuite par rapport à leur exploitation : le candidat a su conjuguer une approche quantitative, sérielle et une démarche qualitative fine, s’appuyant sur une connaissance aiguë des contextes locaux, permettant ainsi d’apporter des explications nuancées. O. Christin félicite ainsi l’auteur pour son approche comparatiste qui lui a permis de dégager un faisceau de causes, sans déterminismes (« notamment altimétriques » !) où la réalité de chacune des cités l’a emporté sur le modèle explicatif global (Y. Krumenacker), d’où les singularités observées vis-à-vis des prescriptions étatiques (la tenue des registres paroissiaux en latin, l’existence d’un consulat mixte très tôt après la révocation…).

  • 5 Keith Luria, Sacred Boundaries : Religious Coexistence And Conflict In Early-modern France, Catholi (...)
  • 6 Raymond Mentzer, La construction de l’identité réformée aux XVIe et XVIIe siècles : le rôle des con (...)

9Il s’agissait d’un « pari ambitieux » (F. Moreil), en équilibre entre l’histoire de chacune des confessions et l’histoire des relations entre elles, entre l’histoire sociale et l’histoire religieuse, l’un des premiers travaux à appliquer aux protestants français le concept de confessionnalisation et de frontières confessionnelles (Y. Krumenacker). Un travail qui fait écho aux conclusions de Gabriel Audisio sur la Provence (F. Moreil), de Keith Luria5 ou Raymond Mentzer6 (Y. Krumenacker)

10Chacun souhaite cependant apporter quelques remarques pour que l’auteur puisse préciser son propos dans une édition que tous espèrent prochaine.

11Un certain nombre de questions d’ordre méthodologique sont ainsi soulevées : Jean-Pierre Gutton pense que le sujet, souvent centré sur les notables, aurait mérité une meilleure définition de ceux-ci et un travail plus approfondi sur leurs titulatures. Y. Krumenacker se demande par ailleurs si se servir de ce groupe social pour dégager des modèles concernant l’ensemble de la population n’était pas un prisme déformant.

12F. Moreil et P. Loupès s’interrogent enfin sur la pertinence des critères utilisés pour dégager les convergences ou les ruptures dans les « modes de vivre » entre les deux communautés : l’étude de l’intervalle entre la naissance et le baptême ne doit-elle pas être préférée à celle des prénoms choisis par les familles ou de l’intervalle mariage - conception ?

  • 7 Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des anges : Les Capucins de la province de Lyon aux XV (...)
  • 8 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle : Les franciscains récollets de la province de L (...)

13De plus, B. Hours et P. Loupes regrettent le déséquilibre (lié sans doute aux sources disponibles) entre les deux confessions, minorant de fait les réalités catholiques. Ils pensent qu’il serait judicieux d’apporter un éclairage supplémentaire sur le recrutement local et l’action de certains ordres réguliers notamment les capucins étudiés par Bernard Dompnier7, les récollets mis en lumière par les analyses de Frédéric Meyer8, ou certaines congrégations féminines comme les religieuses de Notre Dame, ordres accompagnant une dynamique de combat post-tridentine. Cela pourrait également permettre de poser la question des influences extérieures à la région d’étude, par exemple à travers les rapports entre les bustes de Saint Jean de la Croix et la présence des confréries du scapulaire. Le jury demande également à l’auteur d’être plus précis quant à l’utilisation d’expressions comme « religion terroriste », « religion populaire » ou « superstitions », et d’insister sur la complexité du lien entre les confréries et la Réforme catholique ou sur le poids des réseaux dévots, dans le procès fait aux convertis.

14B. Hours comme d’autres membres du Jury aimerait que l’auteur « fouille » encore plus le cas de Louis Chomel dit « Chomel le Béat » personnage au parcours atypique (fils de converti et dévot) et en apprendre plus sur son travail d’historien.

15Enfin O. Christin suggère à l’auteur d’aller jusqu’au bout de sa logique dans sa comparaison avec Augsbourg mais aussi d’être plus nuancé dans l’utilisation du terme de « confessionnalisation » : le cas français est celui d’une absence de territorialisation, où la mixité confessionnelle est toujours la règle pour les protestants, où le roi de France se convertit à la religion de ses sujets et non l’inverse. De plus à l’inverse d’Augsbourg où la parité règle tout depuis le compromis de 1648, les notables de Privas, Villeneuve de Berg et Annonay sont obligés de faire des choix, travaillent ensemble dans les mêmes métiers, fraternisent dans les mêmes corporations et participent aux mêmes conseils de ville (dont l’étude des délibérations aurait pu être un atout de plus).

16À l’issue d’une courte délibération, le Jury décerne au candidat le grade de docteur en Histoire avec la Mention Très Honorable et les Félicitations du Jury.

Haut de page

Notes

1 Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, University of Pennsylvania Press, 1993, 328 p.

2 Sur le mot et son usage voir Gérald Chaix, « La confessionnalisation. Note critique » Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, 148, 2002, p. 851-865.

3 Thierry Wanegffelen, Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, 679 p.

4 Etienne François, Protestants et catholiques en Allemagne : Identité et pluralisme, Augsbourg, 1648-1806, Paris, Albin Michel, 1993, 400 p.

5 Keith Luria, Sacred Boundaries : Religious Coexistence And Conflict In Early-modern France, Catholic University of America Press, 2005, 400 p.

6 Raymond Mentzer, La construction de l’identité réformée aux XVIe et XVIIe siècles : le rôle des consistoires, Paris, H. Champion, 2006, 319 p.

7 Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des anges : Les Capucins de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Presses de l’Université de Saint – Etienne, 1993, 338 p.

8 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle : Les franciscains récollets de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Presses Universitaires de Saint – Etienne, 1997, 507 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Rousseille, « Michel Plénet, Catholiques et protestants en Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles : modes de vie, modes de croire, sous la direction du Professeur Jean-Pierre Gutton, Thèse soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 vol. 609 p. », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 196-199.

Référence électronique

Damien Rousseille, « Michel Plénet, Catholiques et protestants en Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles : modes de vie, modes de croire, sous la direction du Professeur Jean-Pierre Gutton, Thèse soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 vol. 609 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/461

Haut de page

Auteur

Damien Rousseille

Université Lumière – Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org