Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances, Habilitations à diriger des recherches et Thèses 2006-2007

Tsung-ming Chen, Les Jésuites à Taiwan de 1951 à 1975, sous la direction de Christian Henriot, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 504 p., soutenue le 19 décembre 2006

Jury : Dominique Durand (Lyon 3), Christian Henriot (Lyon 2, Directeur), Claude Prudhomme (Lyon 2), Jean- Martine Raibaud, Nicolas Standaert.
Claude Prudhomme
p. 194-195

Texte intégral

1Le projet de Monsieur Chen pouvait a priori relever d’une ambition excessive. Il s’attaquait à une période pour laquelle les archives à caractère officiel ne sont pas accessibles. Il était en outre rendu difficile par le contexte taiwanais et les incertitudes qui pèsent sur l’avenir politique de l’île. Étudier l’implication de la petite Église catholique dans la construction de l’État taiwanais, pour une période où il prétendait incarner « la vraie Chine », était de nature à susciter soupçons et méfiance. En outre le contexte catholique, dominé par les efforts du Saint-Siège pour établir des relations avec Pékin, n’était pas de nature à faciliter les enquêtes orales auprès de témoins qui ont été ou sont encore des acteurs. Or cette thèse montre qu’il était possible de contourner ces obstacles et de réunir un ensemble documentaire suffisant pour répondre aux questions essentielles grâce au recours à de riches collections de périodiques locaux et à des interviews bien choisis et bien exploités.

2La nature des sources permet en premier lieu une description très précise de la pastorale et de la vie catholique : paroisses, œuvres, formation des élites par les mouvements d’Action catholique, aumônerie, action pour le développement (fermes modèles) etc… Le lecteur pénètre ainsi au cœur de la vie catholique d’une jeune Église et peut mesurer ce qui la rapproche et la distingue des modèles ecclésiaux exportés. Les informations réunies sur les territoires et sur la sociologie des jésuites illustrent cette volonté de précision et d’objectivation. Les données sur les appartenances « ethniques » des fidèles amènent tout naturellement à s’interroger sur les mécanismes d’adhésion au catholicisme et le comportement différentiel selon les origines. En concentrant son analyse sur l’action pastorale des jésuites, la thèse confirme l’importance d’observer ce qui se passe sur le terrain, de reconstituer la diversité des situations, de rendre compte des évolutions, sans occulter les hésitations et les divergences des acteurs. Il ne cache pas davantage les tensions qui caractérisent les rapports au sein des autorités politiques et religieuses, et notamment celles qui éclatent entre Taiwanais de souche et venus du continent.

3Au total le travail fournit un excellent exemple d’Église issue de la mission et confrontée à deux défis majeurs. Le premier est d’exister dans l’espace public, ce qui exige, surtout quand elle est très minoritaire, des négociations avec le pouvoir qui peuvent à tout moment se transformer en concessions et en connivences ambiguës. Le second est d’enraciner le christianisme dans un terreau culturel très différent de celui de l’Europe ou de l’Amérique du Nord, opération rendue d’autant plus délicate que la culture taiwanaise est, à l’image des populations, composite. Sur le premier point les apports de M. Chen sont limpides : l’Église hiérarchique taiwanaise a opté pour un soutien au pouvoir nationaliste au nom de la lutte contre le communisme. On aimerait évidemment connaître sur ce point la position du Saint-Siège et ses interventions à travers la nonciature, mais on ne saurait le reprocher au chercheur puisque cette opération est impossible pour l’heure. Sur le second point M. Chen a parfaitement saisi l’importance du grand débat qui traverse le christianisme asiatique à propos de l’inculturation. Il a le mérite de ramener les débats théoriques et formels à des enjeux socio-culturels concrets et centraux. Sur ce plan, le dossier réuni à propos de la liturgie, et en particulier les problèmes posés par le choix de la langue, est édifiant. Il résume les difficultés et les impasses auxquelles peut aboutir la pastorale de l’inculturation quand elle doit prendre en compte une multiplicité de langues parlées par des groupes peu nombreux : langues « indigènes », latin, mandarin, anglais.

4Sans doute ces observations mériteraient d’être élargies et situées dans un contexte géographique et historique plus large. La focalisation sur les jésuites conduit parfois à épouser leur point de vue et à laisser dans l’ombre les autres acteurs ou la compétition avec le protestantisme. Le contexte géopolitique (guerre froide, crises, dégel) est davantage suggéré que mis en évidence malgré ses effets sur les choix catholiques à Taiwan. Les limites chronologiques retenues (1951 – 1975) tendent enfin à sous-estimer l’impact des débats très vifs qui se développent durant cette période dans les milieux missionnaires, et notamment au sein de la compagnie, sur les manières de comprendre et de conduire l’action missionnaire. Le concept d’inculturation émerge justement de ces débats des années 1970 puisqu’il est formalisé par le père Arrupe devenu supérieur général de la compagnie après avoir été supérieur des jésuites du Japon.

5Mais ces pistes pourront être ultérieurement approfondies par M. Chen qui a montré dans cette thèse sa capacité à croiser les sources écrites et orales, sa remarquable connaissance du milieu qu’il décrit et analyse, son aptitude à recourir à une sociologie quantitative comme à aborder des questions théologiques délicates. Son travail constitue dans l’historiographie du catholicisme une réelle nouveauté et appelle d’autres études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Tsung-ming Chen, Les Jésuites à Taiwan de 1951 à 1975, sous la direction de Christian Henriot, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 504 p., soutenue le 19 décembre 2006 », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 194-195.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Tsung-ming Chen, Les Jésuites à Taiwan de 1951 à 1975, sous la direction de Christian Henriot, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 504 p., soutenue le 19 décembre 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/460

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA, LARHRA -UMR 5190
Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org