Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances, Habilitations à diriger des recherches et Thèses 2006-2007

Natalie Malabre, Le religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alban, d’une guerre à l’autre, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 3 vol, 2006

Jury : Stéphane Audouin-Rouzeau (EHESS), Etienne Fouilloux (professeur émérite, Université Lumière Lyon 2, Directeur), Denis Pelletier (EPHE, Président du Jury), Jean-Luc Pinol (Université Lumière Lyon 2), Yvon Tranvouez (Université de Bretagne Occidentale).
Aliocha Maldavsky
p. 190-193

Texte intégral

1La thèse de Natalie Malabre étudie le renouveau paroissial à travers la fondation, en 1924, puis le développement, par un réseau de catholiques sociaux, d’une paroisse phare, Notre-Dame Saint-Alban, dans la périphérie de la ville de Lyon. Paroisse célèbre par son curé, Laurent Remillieux, mais aussi jeune paroisse urbaine, Notre-Dame Saint-Alban est un terrain de choix pour examiner de près le fait religieux dans la ville du premier XXe siècle. S’attachant à un territoire, celui de la paroisse, dont l’échelle permet un déplacement du regard qui rend compte de toute la complexité du normal, l’étude aboutit à la fois à une cartographie du religieux et à des analyses aussi bien textuelles que statistiques. On mesure alors la distance entre le projet missionnaire mené par un homme et un réseau de catholiques sociaux, érigé en véritable mythe à la fois par les acteurs, les biographes et même les historiens, et sa réception par les usagers de cet espace paroissial, issus des classes moyennes et du monde du travail manuel.

2La première partie retrace l’itinéraire des deux fondateurs de cette paroisse, Laurent Remillieux et Victor Carlhian, en déplaçant le regard vers le récit des origines, vers une biographie familiale et l’exploration du réseau sillonniste lyonnais, dont émergent les logiques individuelles, familiales et sociales qui trouvent leur aboutissement dans la fondation de cette paroisse missionnaire. Ces logiques sont tributaires d’un militantisme et de projets en terre ouvrière, propres à des catholiques sociaux, militants du Sillon. Elles doivent aussi beaucoup au culte des morts de la Grande guerre que vivent pleinement les deux principaux fondateurs, survivants non combattants ayant perdu frères et amis, et qui accomplissent là des engagements religieux et spirituels. La paroisse, qualifiée de déchristianisée, symbolise le rayonnement du milieu catholique, véhiculant le mythe de l’adaptation des catholiques à la société moderne.

3La deuxième partie se situe à l’échelle de la microhistoire, sur le territoire paroissial. Entre 1919 et 1949, Laurent Remillieux assume la charge curiale à Notre-Dame Saint-Alban. On se déplace donc du discours vers l’observation empirique de la pratique religieuse au quotidien, de la demande sociale de religieux de la part des habitants. Alors que les missionnaires appartiennent à la bourgeoisie lyonnaise ou aux classes moyennes venues du centre de la ville, les habitants de cette paroisse périphérique font majoritairement partie des milieux populaires. L’enquête historique démontre comment leur besoin social de sacré rencontre et à la fois ignore le charisme d’un curé dont les exigences et les actions ne répondent pas toujours aux attentes des paroissiens. Laurent Remillieux considère dans les années 1940 que ceux qui n’adhèrent pas à ce qu’il propose ne sont pas de vrais chrétiens. Malgré ce discours, une demande sociale de sacré existe clairement au sein de la paroisse, dont les motivations des acteurs, les modalités de la mise en œuvre et les enjeux sont un objet historique à part entière. L’étude de cette demande, comme de celle des paroissiens qui, intériorisant les exigences liturgiques de Laurent Remillieux et s’appropriant la religiosité de la bourgeoisie, conduit à construire une histoire culturelle et sociale du religieux dans la ville du premier XXe siècle.

4C’est à cela que permet d’aboutir une déconstruction du mythe Notre Dame Saint Alban, qui met au jour avec lucidité les problèmes à l’œuvre entre mémoire et histoire. Le mythe est revisité grâce à une pratique historique fondée sur le décloisonnement disciplinaire, la maîtrise érudite de la bibliographie à la fois en histoire religieuse et urbaine, la convocation de l’historiographie la plus récente des deux guerres mondiales, de l’histoire des rapports franco-allemands, de l’anthropologie historique de la famille et de la mort, l’utilisation d’une méthodologie à la fois fondée sur l’analyse très serrée des textes, à l’instar des historiens des périodes précédentes de l’histoire, et sur le recours à l’outil statistique et cartographique.

5En effet, la principale difficulté à laquelle l’auteure a dû faire face fut celle de la quasi inexistence des sources, étant donnée la destruction presque totale des archives paroissiales de Notre-Dame Saint-Alban dans les années 1960. C’est la recherche de sources de remplacement, privées grâce aux héritiers des familles des fondateurs (livre de raison de la maison de vacances, brochure publiée lors d’un mariage, correspondance familiale) et grâce aux témoignages des anciens paroissiens, mais aussi publiques, comme les registres d’état civil, le cadastre, les listes électorales, qui a nécessité la sortie du strict champ de l’histoire religieuse. Le jury s’accorde à louer la prolixité de l’écriture, la qualité impeccable des outils graphiques, cartographiques et iconographiques pleinement intégrés dans la démonstration.

6Le débat, à l’occasion de la soutenance, s’est longuement penché sur les ressorts de la méthode historique utilisée et sur les apports de la thèse à l’histoire du catholicisme du premier XXe siècle.

7Le décloisonnement disciplinaire opéré dans la thèse conduit à un débat sur l’écriture de l’histoire et l’articulation de logiques d’analyse. Le dialogue entre histoire religieuse et histoire urbaine pose celui entre le réseau et le territoire. Les protagonistes eux-mêmes s’expriment en termes de territoire à investir, la périphérie de la grande ville, qu’ils considèrent comme objet de christianisation ou de rechristianisation. Pour expliquer la genèse de ce discours, l’analyse du réseau formé par les milieux du catholicisme militant lyonnais constitue un passage obligatoire. La convocation des méthodes de l’histoire urbaine dans le travail, à travers la construction d’une base de données sur le quartier et la production de cartes, fondées sur le bâti cadastral, pour situer précisément la pratique religieuse des habitants, est complémentaire de l’analyse du réseau de catholiques à l’origine du projet missionnaire. Elle permet de comprendre dans quelle mesure il s’agit véritablement d’une paroisse missionnaire, au sens que lui donnaient les membres du réseau fondateur. Il en résulte que la paroisse vue par le réseau ne correspond pas à celle vécue par les habitants. Par conséquent Notre-Dame Saint-Alban est à la fois le lieu du territoire et du réseau en fonction du point de vue des acteurs. À travers cette double approche, un dialogue se noue entre deux formes d’écriture de l’histoire, entre deux registres d’administration de la preuve : celui de l’enquête par la quantité d’une part, celui du roman familial d’autre part, où la narration est au cœur de la démonstration.

8Le détour par le réseau implique des apports précieux sur les milieux du catholicisme militant à Lyon, sur les différences au sein du Sillon lyonnais, incarnées par les désaccords entre Laurent Remillieux et Victor Carlhian, par leurs différences de formation et d’origine sociale, mais aussi par leur choix d’un engagement plus spirituel que politique, différent de celui des plus jeunes, qui s’engagent dans la Jeune République. La thèse met également en lumière le rôle financier, peu connu et pourtant essentiel, de Victor Carlhian qui a financé le groupe des laïques consacrées et l’expérience de la Maison Sociale de Saint-Alban et porté économiquement le projet de Laurent Remillieux, dont on avait gardé l’image d’un curé ayant vaincu l’argent.

9Mais les motivations des acteurs résident également dans les interstices d’une histoire de l’intime, si difficile à faire et pourtant si nécessaire. Ainsi le poids de la guerre et du deuil des morts de 14-18 s’inscrit-elle comme pierre fondatrice de cette paroisse de la culpabilité des survivants non combattants. Cette coupure entre combattants et non-combattants, entre morts et survivants est incarnée par les deux protagonistes, qui font le deuil l’un de ses deux frères, Jean et Louis Remillieux, l’autre de ses amis. Il s’agit d’un angle généralement aveugle : la mort dans le cercle d’amis, dans la fratrie, sur lesquelles les sources sont habituellement silencieuses. Le projet missionnaire accompli par Victor Carlhian et Laurent Remillieux était celui qu’ils partageaient avec leurs morts. Notre-Dame Saint-Alban est une manière à la fois d’accomplir ce projet et de rendre hommage aux morts en faisant le travail qu’ils n’ont pas pu mener à bien. Cette importance du deuil explique que la rénovation liturgique opérée par Laurent Remillieux à Notre-Dame Saint-Alban se concentre notamment sur les cérémonies des funérailles. Le curé parvient particulièrement bien à consoler ses paroissiens, parce que le rite qu’il propose leur permet d’inscrire socialement leur deuil et de le résoudre. Cette empathie du curé avec ses ouailles explique sans doute les deux registres qu’on perçoit dans le personnage : un homme déçu, exaspéré au nom de l’élitisme catholique, critiquant l’usage utilitariste que ses paroissiens font des sacrements, mais aussi un homme présent, chaudement accueilli au moment des banquets, charismatique, qui a laissé le souvenir d’un homme d’exception.

10Les perspectives ouvertes par ce travail sont doubles. D’une part il appelle une sociologie de la vocation religieuse dont les ressorts méritent d’être revisités, en mettant l’accent notamment sur le rôle du père dans sa construction. D’autre part, dans le prolongement de l’analyse des milieux sillonnistes lyonnais, à travers leur diversité, leurs projets et leurs déceptions, leur recomposition et leurs nouveaux engagements dans l’entre-deux-guerres, il appelle également une histoire politique du religieux au XXe siècle, notamment sur le rapport des catholiques engagés ou non à la rupture de 1940.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aliocha Maldavsky, « Natalie Malabre, Le religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alban, d’une guerre à l’autre, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 3 vol, 2006 », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 190-193.

Référence électronique

Aliocha Maldavsky, « Natalie Malabre, Le religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alban, d’une guerre à l’autre, Thèse Soutenue à l’Université Lumière Lyon 2, 3 vol, 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Aliocha Maldavsky

Université Paris X-Nanterre UMR 8168, MASCIPO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org