Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances, Habilitations à diriger des recherches et Thèses 2006-2007

Isabelle von Bueltzingsloewen, Jalons pour une histoire de la santé publique (France-Allemagne XIXe XXe siècles), Habilitations à Diriger des Recherches soutenue le 25 mai 2007 à l’Institut des sciences de l’homme

Jury : Anne Dannion (psychiatrie Strasbourg I), Claude-Isabelle Brelot (Lyon 2), Danièle Voldman (CNRS, rapporteur) Vincent Barras (Histoire de la médecine Lausanne), Laurent Douzou (Lyon 2), Étienne François (Freie Universität Berlin) et Olivier Faure (Lyon III, rapporteur et « garant » du dossier).
Olivier Faure
p. 172-177

Notes de la rédaction

Le livre d’Isabelle von Bueltzingsloewen L’Hécatombe des fous : la famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, Ed. Aubier, 2007 a reçu le « Prix Pierre Simon : prix éthique et société 2007 » dans la catégorie « Ethique et réflexion ».

Texte intégral

1Le jury, proche de la parité (une rareté), fut tout à fait unanime pour saluer les exceptionnelles qualités de la candidate qui associe courage et détermination, rigueur et finesse.

  • 1 Isabelle von Bueltzingsloewen, Denis Pelletier (dir.), La charité en pratique : chrétiens français (...)

2La soutenance fut d’abord l’occasion de rappeler le parcours d’Isabelle von Bueltzingsloewen. Largement lyonnaise puisqu’elle est maître de conférences à Lyon depuis 1993 et installée dans la ville depuis cette date, Isabelle von Bueltzingsloewen commence en fait sa carrière scientifique à Göttingen où, venue de l’École normale supérieure de Fontenay, elle prépare, au sein de la Mission historique française à Göttingen et sous la direction d’Étienne François, un mémoire de maîtrise consacré à la réception de la Révolution française en Allemagne et très vite entreprend une thèse sur les hôpitaux universitaires allemands. Elle rentre dès lors dans un champ de recherche qu’elle n’a pas quitté malgré les nets changements de sujets, de période et de terrain qu’elle a su opérer. Elle rencontre à cette occasion Maurice Garden, devenu son codirecteur et soutient sa thèse à Lyon en décembre 1992. Celle-ci est déjà d’une telle qualité qu’Isabelle von Bueltzingsloewen, alors ATER à Tours, est élue maître de conférences à Lyon 2 en 1993, à 29 ans. Lors de la soutenance, Claude-Isabelle Brelot a rappelé le rôle très vite joué par notre collègue dans l’encadrement des DEA et master, sa participation à plusieurs jurys de thèse, son engagement au CNU, son rôle comme expert auprès de la Mission scientifique universitaire et au sein des commissions de spécialistes de Lyon 2. Olivier Faure de son côté s’est plu à rappeler sa contribution permanente à la vie des équipes de recherche ayant pour objet l’histoire de la santé : l’axe santé assistance du Centre Pierre Léon, le programme pluri-formations EMS (Enfermements, marges et société), l’actuelle équipe EMIS (Exclusions, médecine, insertion sociale) constituée au sein de RESEA. À cette occasion, il faut aussi insister sur le rôle majeur joué par Isabelle von Bueltzingsloewen dans le rapprochement entre histoire religieuse et histoire sociale de la santé, en particulier au moment du colloque de Göttingen (1997) consacré au thème « Chrétiens sur le terrain du social1 » où se rencontrèrent, parfois pour la première fois, et sous couvert d’une rencontre franco-allemande, des historiens lyonnais qui s’ignoraient dans leur ville.

  • 2 Machines à instruire, machines à guérir : les hôpitaux universitaires et la médicalisation de la so (...)
  • 3 « Confessionnalisation et médicalisation des soins aux malades au XIXe siècle : réflexions sur les (...)

3L’évocation institutionnelle de ce colloque permet d’aborder l’essentiel, c'est-à-dire l’œuvre scientifique d’Isabelle von Bueltzingsloewen. L’Allemagne et les relations entre la France et l’Allemagne en constituent le premier axe de force. Lors de la soutenance, Danièle Voldman a insisté sur la permanence de la dimension comparative dans l’œuvre d’Isabelle von Bueltzingsloewen depuis l’étude de la Révolution française jusqu’à celle du sort des aliénés pendant la Seconde guerre mondiale en passant par l’histoire des hôpitaux et de la médecine. Vincent Barras a rappelé combien les premiers articles historiographiques de notre collègue avaient joué un rôle dans la connaissance de l’historiographie allemande chez les francophones. Si, comme il se doit dans une soutenance d’habilitation, le jury n’est pas revenu sur la thèse publiée sous un titre en forme de clin d’œil malicieux à Foucault2, plusieurs membres ont signalé combien, outre son apport en connaissances précises, cet ouvrage avait contribué à la remise en cause, déjà entamée, du concept de médicalisation conçue comme une entreprise de déculturation imposant une médecine savante contre une médecine populaire. Isabelle von Bueltingsloewen montrait combien les malades et leurs familles avaient plus réclamé que subi ces soins délivrés par des professionnels et concluait qu’il fallait réhabiliter la demande de soins pour expliquer le succès des médecins, des hôpitaux et des autres éléments du système médical. À la différence de ses prédécesseurs, elle datait du XVIIIe siècle le début de cette vaste aspiration. L’histoire de l’hôpital allemand explique sans doute qu’Isabelle von Bueltzingsloewen se soit intéressée ensuite au personnel qui les desservait. La comparaison, toujours présente, avec la France lui a fait découvrir avant tout le monde que modernisation hospitalière et présence religieuse n’étaient pas antinomiques, bien au contraire. Avec le concept, fortement étayé de confessionnalisation des hôpitaux au XIXe siècle, l’auteur démontrait que ce processus était l’une des conditions de l’évolution des hôpitaux vers le soin technique des corps3. Depuis, et en partie sous l’influence de ses travaux, on s’est aperçu qu’en France aussi, les religieuses, tant vilipendées par les médecins puis par les anticléricaux, étaient plus nombreuses dans les hôpitaux français à la veille de la guerre de 1914 qu’au début du XIXe siècle et que ceci n’avait ni empêché, ni même freiné la transformation des plus grands hôpitaux en « entreprises de santé » (M. Garden). Sachant acquérir une maîtrise des techniques, fortes de leur faible coût, les religieuses et les (rares) diaconesses françaises purent poursuivre leur présence hospitalière jusqu’à leur extinction « naturelle ». Au milieu des années 1990, Isabelle von Bueltzingsloewen promettait d’être la grande spécialiste française du système de santé allemand.

4Pour des raisons autant personnelles que scientifiques, Isabelle von Bueltzingsloewen décide de ne plus travailler sur l’Allemagne. Si l’on ne sait ce que la communauté historique a perdu à ce changement, on peut mesurer ce qu’elle y a gagné. Isabelle von Bueltzingsloewen décide d’étudier l’histoire de la psychiatrie française au XXe siècle. En effet, contrairement à la grande époque de la naissance de la psychiatrie autour de Pinel et Esquirol, la psychiatrie plus contemporaine reste le territoire, peu fréquenté du reste, des psychiatres. De ces vues un peu cavalières se dégage l’idée d’une psychiatrie longtemps somnolente et brusquement passée au stade d’une discipline scientifique et efficace grâce à la révolution des neuroleptiques du début des années 1950. Ce schéma ne peut que laisser sceptique notre historienne et lui donner envie d’y regarder d’un peu plus près. Plus encore, la polémique déjà ancienne autour du sort des malades mentaux pendant l’Occupation, (particulièrement présente à Lyon grâce à l’ouvrage du lyonnais Max Lafont « L’extermination douce ») rebondit sous l’influence d’initiatives particulières et du développement des courants qui prônent un devoir de mémoire. Le climat est tel qu’il ébranle le fonctionnement du Centre hospitalier spécialisé du Vinatier. L’institution culturelle de l’établissement la F.E.R.M.E (ainsi nommée car installée dans les locaux de l’ancienne ferme de l’hôpital), sa directrice, Carine Delanoë et son conseil scientifique proposent de confier une enquête à des historiens professionnels. Malgré les risques évidents d’une telle opération, Isabelle von Bueltzingsloewen demande, plutôt qu’accepte, d’être chargée d’une enquête scientifique dans le cadre d’un accord entre la FERME et le groupe EMS (mai 2001). Si l’accord permet une très large ouverture des archives, il ne protège pas des accusations dont Isabelle von Bueltzingsloewen a été largement abreuvée.

5De cette enquête sont résultés sans retard deux livres qui marquent l’importance des apports de cette enquête qui dépasse et de très loin la seule histoire du Vinatier pendant l’Occupation. Le lecteur avisé de ce compte rendu devrait s’arrêter là pour se mettre immédiatement à la lecture des ouvrages qu’on craint ici de déflorer.

  • 4 L’hécatombe des fous : la famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, Paris (...)
  • 5 Publié sous la direction d’Isabelle von Bueltzingsloewen sous le titre Morts d’inanition : famine e (...)

6Dans l’Hécatombe des fous4, beau titre, Isabelle von Bueltzingsloewen s’est livrée à une impeccable enquête nationale. Tous les membres du jury de soutenance, mais aussi ceux des académies et sociétés savantes ainsi que les plus perspicaces des auteurs de comptes rendus ont souligné le caractère impeccable de la démonstration. Oui, 40 000 malades mentaux sont bien morts de faim et de ses conséquences dans les asiles d’aliénés français et rien ne saurait faire oublier cette horreur absolue. Si la mortalité monte très vite en flèche (fin 1940), les premières protestations des psychiatres apparaissent à l’automne 1941 et la question est franchement abordée et dénoncée lors du congrès des aliénistes d’octobre 1942. Si on peut depuis 2007 juger la réaction des médecins tardive, on ne peut leur reprocher leur passivité ou leur complicité. Lors de la soutenance, Laurent Douzou a finement noté la « coïncidence » entre l’évolution des aliénistes et celle d’autres secteurs de l’opinion générale passant du « maréchalisme omnipotent » jusqu’à l’automne 1941 à la période où « la réalité redevient objet d’analyse » (1941-1942). Reste que ces protestations des aliénistes aboutissent (au bout d’un an) et grâce à des relations personnelles à une circulaire dite Bonafous qui accorde aux aliénés une ration supérieure aux rations normales. Certes, comme le montrent les impeccables statistiques d’Isabelle von Bueltzingsloewen, la mortalité se replie légèrement mais reste très supérieure à ce qu’elle était avant guerre et la circulaire n’a pas d’effets identiques partout tant les possibilités de ravitaillement concrètes sont différentes selon les régions, les types d’établissements. Rappelée dans l’ouvrage, cette diversité avait déjà été soulignée lors du colloque de novembre 2003 consacré à « Famine et exclusions sous l’Occupation5 » Il n’empêche que l’on ne peut plus accuser le régime de Vichy d’avoir planifié une extermination fût-elle douce ou masquée en abandon à la mort. Ceci ne dédouane en rien le régime de Vichy de sa responsabilité majeure, celle d’avoir « par son libre choix de la collaboration pris le risque de compromettre la survie d’une partie de la population française » (L. Douzou). Parti d’un questionnement sur un thème précis l’ouvrage devient aussi une contribution majeure à l’histoire de la France « de et sous Vichy » (L D).

7L’ouvrage s’inscrit aussi dans une histoire plus large de l’aliénisme, de la psychiatrie et des asiles au XXe siècle. L’ouvrage montre combien l’hécatombe de la guerre est aussi partiellement le fruit d’un asile surencombré de malades confinés là pour d’interminables séjours qui ont fini par dissoudre les derniers liens qui les rattachaient à leur famille et à ceux qui leur étaient autrefois proches. Devenu un dépôt d’incurables marginalisés, l’asile est dès lors dénoncé comme une structure inutile et dangereuse. Même les humanistes les plus réputés, comme Édouard Herriot en personne, glissent dans un discours aux limites de l’eugénisme dit « actif ». Sans écarter le poids massif des événements de 1939-1945, il est clair que le sort tragique des malades mentaux reflète aussi la piètre estime et le délaissement dans lesquels ils étaient tenus auparavant. Face à ce qui est pour eux une menace de disqualification et effrayés de se voir à la tête d’un mouroir, les psychiatres se lancent à leur tour, y compris et surtout pendant l’Occupation, dans toute une série d’innovations, parfois hasardeuses, qui les réintégreraient, grâce à la technique, au cœur de la médecine prestigieuse. Si l’ouvrage démonte les mécanismes de fonctionnement de la médecine, il est encore plus important pour l’histoire des patients. Ayant eu accès à des dossiers personnels très complets de malades internés, Isabelle von Bueltzingsloewen décrit avec beaucoup de pudeur l’enchevêtrement des douleurs psychiques sociales, sentimentales qui sont le lot des patients et de leurs familles. Elle a fait preuve là d’un « respect qui vaut plus et mieux que de longues tirades compassionnelles » (LD). Au-delà, comme l’a noté Claude-Isabelle Brelot il y a là une intéressante esquisse d’une histoire de la souffrance encore à faire et une contribution à une histoire de la médecine « from below » encore peu développée en France.

  • 6 Déjà amorcée par l’auteur dans l’article « Le sort des vieillards des hospices : aperçu d’une hécat (...)

8Par le biais de ce croisement entre l’histoire de l’Occupation, celle des hôpitaux psychiatriques et de leurs patients, les travaux d’Isabelle von Bueltzingsloewen ouvrent des pistes dont on souhaite qu’elle puisse les suivre elle-même. Outre une histoire de l’hygiène publique sous Vichy, notre collègue pourrait aussi lancer des études sur d’autres populations dites aujourd’hui « vulnérables » comme les vieillards6, délaissés de l’histoire et de notre société, comme l’a rappelé le sinistre épisode de la canicule de 2003.

Haut de page

Notes

1 Isabelle von Bueltzingsloewen, Denis Pelletier (dir.), La charité en pratique : chrétiens français et allemands sur le terrain social (XIXe XXe siècle), Strasbourg, PUS, 1999, 217 p.

2 Machines à instruire, machines à guérir : les hôpitaux universitaires et la médicalisation de la société allemande (1730-1850), Lyon, PUL, 1997, 359 p.

3 « Confessionnalisation et médicalisation des soins aux malades au XIXe siècle : réflexions sur les cas allemands et français », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1996, N° 4, p. 632-651.

4 L’hécatombe des fous : la famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, Paris, Aubier, 2007, 384 p.

5 Publié sous la direction d’Isabelle von Bueltzingsloewen sous le titre Morts d’inanition : famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005, 305 p.

6 Déjà amorcée par l’auteur dans l’article « Le sort des vieillards des hospices : aperçu d’une hécatombe » in Morts d’inanition…, op. cit., p. 149-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Faure, « Isabelle von Bueltzingsloewen, Jalons pour une histoire de la santé publique (France-Allemagne XIXe XXe siècles), Habilitations à Diriger des Recherches soutenue le 25 mai 2007 à l’Institut des sciences de l’homme », Chrétiens et sociétés, 14 | 2007, 172-177.

Référence électronique

Olivier Faure, « Isabelle von Bueltzingsloewen, Jalons pour une histoire de la santé publique (France-Allemagne XIXe XXe siècles), Habilitations à Diriger des Recherches soutenue le 25 mai 2007 à l’Institut des sciences de l’homme », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/453

Haut de page

Auteur

Olivier Faure

RESEA-UMR 5190, LARHRA
Université Jean Moulin – Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org