Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2006-2008

Les cultures politiques blanches. Bilan historiographique et nouvelles recherches

Journée d’études, Lyon, vendredi 4 mai 2007
Hilaire Multon

Texte intégral

1Cette journée d’études, qui a rassemblé une vingtaine de participants, se voulait la première étape d’un projet triennal devant aboutir à un volume collectif brossant un état des lieux des cultures politiques et de la politisation des droites au cours d’un long XIXe siècle. En écho au travail de Maurice Agulhon pour la France, de Norberto Bobbio ou de Gilles Pécout pour l’Italie du Risorgimento, il s’agit de définir une voie de politisation à rebours, ou par défaut, pour des courants qui refusent dans un premier temps les instruments de la politique moderne, notamment le suffrage universel.

2Le choix comparatiste a été dicté par une volonté d’intégrer les paramètres sociaux et culturels dans cette approche du politique, en privilégiant les territoires, les enjeux de mémoires et les inscriptions sociales de cette droite que René Rémond a jadis qualifiée de « contre-révolutionnaire ».

3En partant des soulèvements hostiles à la Révolution, des insorgenze accompagnant la présence des troupes françaises dans la péninsule italienne, il s’agit de s’interroger sur la naissance d’une véritable culture politique avec ses rites, ses références, son panthéon. Cette première journée a ainsi été l’occasion de travailler sur les chronologies comparées, sur « l’internationale blanche » – l’exemple des carlistes engagés dans les troupes favorables aux Bourbons de Naples dans les années 1860, évoqué par Jordi Canal – et sur les formes communes de combat contre les Lumières.

4Après une introduction sur les enjeux de ces journées et sur les enjeux historiographiques (Bruno Dumons, CNRS, Directeur adjoint du LARHRA), Hilaire Multon s’est attaché à définir une première méthodologie et quelques pistes de travail pour une chronologie comparée à l’échelle des pays de culture catholique dominante. Philippe Boutry (Université Paris I – EHESS) a défini ce que signifiait les « Blancs » dans la France du XIXe siècle : une réalité politique, incarnée par le légitimisme, un fait de mémoire s’inscrivant dans des territoires définis, une force sociale opposée à la démocratisation des pratiques politiques. Anna Maria Rao (Université Federico II, Naples) a souligné pour sa part l’importance du corpus intellectuel mobilisé par les adversaires des Lumières, la fonction sociale des luttes contre l’occupation française et la dimension strictement « réactive » ou « réactionnaire » de ces mouvements. Jordi Canal (EHESS) a quant à lui dressé un cadre complet de l’historiographie du carlisme au XXe siècle, en soulignant l’importance du renouveau contemporain autour de ce courant, longtemps pris en charge par des travaux de dimension locale, polémique ou apologétique. Francisco Javier Caspistegui (Université de Navarre) a travaillé quant à lui sur le rôle de conservatoire et de lieu-refuge joué par la Navarre, notamment au XXe siècle, dans le contexte de la guerre civile et dans la sédimentation d’une mémoire autour d’Estella et d’un lieu de combat comme Montejura. À cet égard, le premier Colloque international sur le Carlisme, organisé en septembre 2007 par la région Navarre, a permis de mettre à plat les enjeux culturels, politiques et historiques liés au courant carliste et constituera à cet égard une publication de premier intérêt pour le projet.

5À l’occasion de cette Journée d’études organisée conjointement par l’équipe RESEA et l’équipe « Villes et sociétés » du LARHRA, ont également été abordées les prochaines étapes de ce projet. Un partenariat avec l’École française de Rome a été mise en œuvre, traduction de l’ouverture internationale du Laboratoire, dans le cadre d’un projet qui rassemble plusieurs pays européens.

6Une journée consacrée aux territoires et espaces de la culture blanche se tiendra à Lyon en novembre 2008 ; une journée consacrée aux mémoires et aux enjeux culturels se tiendra à l’École française de Rome au printemps 2009. Conçue comme un atelier de travail, la fin de la journée d’études a donné matière à un échange de vues sur les thèmes de recherche à venir entre les spécialistes présents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hilaire Multon, « Les cultures politiques blanches. Bilan historiographique et nouvelles recherches », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 13 septembre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/444

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org