Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2006-2008

Identités franciscaines a l’âge des réformes. Transferts de reliques et circulation des dévotions (milieu XIVe-milieu XVIIe siècles)

Colloque international, Chambéry, 16-17 mars 2007 organisé par Frédéric Meyer (Chambéry) et Ludovic Viallet (Clermont-Ferrand)
Frédéric Meyer

Texte intégral

1La quatrième et dernière étape de l’entreprise lancée en 2003 par Frédéric Meyer et Ludovic Viallet à la recherche des Identités franciscaines entre le XIVe et le XVIIe siècle, s’est déroulée à Chambéry les 16 et 17 mars 2007, avec une rencontre centrée sur les Transferts de reliques et la circulation des dévotions, soutenue par le laboratoire Langages, Littératures, Sociétés (LLS) de l’université de Savoie. Ludovic Viallet commençait par rappeler la volonté d’ouverture, chronologique, thématique et comparative, avec d’autres ordres religieux, qui est au cœur du projet. Prenant la suite de la rencontre de Clermont-Ferrand d’avril 2006 consacrée à la part du silence dans la vie et la spiritualité des franciscains, cette réflexion sur les supports de la piété et de la prédication de l’ordre s’inscrivait dans une histoire des dévotions lancée depuis quelques années, et dont un volume de Siècles, la revue du laboratoire CHEC de Clermont II, publié en 2003 sous la direction de Bernard Dompnier, avait montré l’intérêt. Mais elle souhaitait aussi resserrer le propos sur l’ordre des Mineurs et insister sur la manière dont les franciscains véhiculaient une « pastorale de la sainteté » autant qu’une pastorale de la prière pour les vivants et les morts, en un va-et-vient continuel entre intérieur et extérieur du couvent, par exemple par l’intermédiaire des Tiers Ordres.

2B. Dompnier dans l’introduction des travaux insistait d’ailleurs, à côté des grands axes de la dévotion, sur l’intérêt que représentait l’étude de ces canaux, par la place des quêteurs, des frères portiers, pour un ordre qui eut à connaître dans ce domaine une concurrence sévère avec les dominicains, puis les jésuites. Ce pourquoi l’enquête pourrait, pour lui, s’ordonner autour d’une histoire culturelle (parole, littérature de dévotion, images, chants, etc.) et d’une histoire spirituelle (culte de l’Enfant Jésus, du Nom de Jésus, de Notre-Dame, etc.), entre spiritualité de l’ordre franciscain et attentes des fidèles, en constatant par exemple que les confréries appartiennent davantage aux branches anciennes de l’ordre (conventuels et observants) qu’aux nouvelles (capucins et récollets).

3Les communications se sont logiquement organisées autour de la diffusion du discours (plus que de la prédication elle-même), dans l’Empire et sur ses marges (Petr Hlavacek, Leipzig), en Lorraine, avec le culte de l’Enfant Jésus pour des tertiaires féminines (Fabienne Henryot, Nancy 2), en Savoie, particulièrement proche de l’Observance franciscaine, où les enfants des ducs sont voués à l’habit franciscain entre un et deux ans (Eva Pibiri, Lausanne). Mais le corps saint, dans son invention, les dévotions qu’il entraîne et les miracles que les fidèles en espèrent, a été largement décrit, en Irlande (Colman O Clabaigh, Dublin), en Ombrie avec Antoine de Stroncone (Mario Sensi, Rome-Latran), au Brésil avec les jésuites (Charlotte de Castelnau, Paris X). L’époque est marquée par la contestation du culte des reliques par les protestants et la réaffirmation de sa validité par le concile de Trente. La production du discours dévotionnel a permis quelques belles études de cas. La communication de Paul Bertrand (Paris, IRHT) a, par un recours audacieux au traitement quantitatif, montré que l’ordre n’a pas la main sur la diffusion de son hagiographie du XIVe au XVIe siècle : malgré sa popularité, il n’est représenté dans les manuscrits que par 20 saints sur 68 entre XIIIe et XVe siècles ; l’imprimerie au XVIe siècle diffuse surtout les saints de la Légende dorée. Au début du XVIIe siècle, l’assimilation de François d’Assise et de François de Sales (Frédéric Meyer, Chambéry) comme la diffusion du rosaire par les dominicains dans le diocèse de Clermont (Grégory Goudot, Clermont-Ferrand II) répondaient à des attentes des fidèles autant que des évêques. Les franciscains se sont en quelque sorte laissés déposséder de la construction de leur identité dans ce domaine. Les dévotions proposées aux religieux à l’intérieur de l’ordre comme aux fidèles à l’extérieur sont en effet un élément essentiel de cette affirmation comme l’a montré Sofia Boesch (Rome 3) à propos du statut de relique accordé aux textes du premier siècle franciscain, mais pour le corps de François d’Assise, ce sont les papes qui organisent des exhumations du XVe siècle à 1818. Jacques Chiffoleau (Paris, EHESS) rappelait dans ses conclusions le relatif désintérêt des franciscains pour les reliques depuis le XIVe siècle, au profit d’une diffusion d’images de piété et d’une mise en scène théâtralisée et chantée de la prédication. Une fois encore, à l’intérieur d’un même ordre, il était montré que les identités sont évolutives.

4Les actes de ce colloque seront publiés en 2008 à Clermont-Ferrand aux presses de l’université Blaise Pascal, avec ceux du colloque de Clermont-Ferrand de 2006, faisant ainsi le pendant du volume publié de la même façon en 2005 pour les rencontres de 2003 et 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Meyer, « Identités franciscaines a l’âge des réformes. Transferts de reliques et circulation des dévotions (milieu XIVe-milieu XVIIe siècles) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/440

Haut de page

Auteur

Frédéric Meyer

Laboratoire LLS
Université de Savoie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org