Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1994-1995

Jean-Pierre Chantin, Les Amis lyonnais de l’Œuvre de la Vérité : une permanence des Jansénistes convulsionnaires du XVIIIe siècle à nos jours, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 17 décembre 1994, 2 vol., 658 p.

Jury : M. Gérard Cholvy (président), MM. Etienne Fouilloux, Régis Ladous (rapporteur), Mme Christine Lamarre, M. Claude Prudhomme.
Christine Lamarre
p. 114-115

Texte intégral

1Monsieur Jean-Pierre Chantin a conduit un travail d’analyse très fin et précis sur quatre mouvements religieux dissidents du catholicisme, en Lyonnais. Ils apparaissent au XVIIIe siècle dans la suite du jansénisme convulsionnaire et s’épanouissent à Lyon, en Forez et en Bresse, ce sont les groupes de la Petite Église, les Fareinistes, les Béguins. L’auteur entend démontrer qu’en dépit des différences, ils ont des racines communes dans le port-royalisme, et surtout qu’ils y sont demeurés obstinément fidèles. Pour emporter la conviction du lecteur, Jean-Pierre Chantin choisit de mener une enquête très approfondie à propos de la spiritualité des fidèles et de leurs pasteurs et au sujet des mécanismes de transmission dans leurs messages.

2Le plan choisi est donc chronologique comme y poussaient les articulations assez claires de l’histoire des groupes. La première partie est consacrée aux origines et à la diffusion en Lyonnais des idées jansénistes des Amis de la Vérité. Selon l’auteur elle est tardive, postérieure à 1750, diverse : un groupe est lyonnais, les trois autres sont ruraux. Cependant ils communiquent régulièrement entre eux. Ces convulsionnaires ne font vraiment parler d’eux qu’en 1787, lorsque seront organisées les premières crucifixions volontaires qui seront d’ailleurs aussitôt réprimées.

3Cette année 1787 ouvre donc la période des persécutions estimées pré-millénaristes par les Amis de Vérité. La Révolution affermit l’espérance que l’on vit les derniers temps du monde. Tel est le cadre de l’aventure prophétique de la « famille sainte » des Bonjour, dont l’un des membres fut le curé très écouté de Fareins. Ces quatorze années démontrent, aussi, la fragilité de l’unité du mouvement car les groupes de fidèles lyonnais, foréziens et bressans font des choix politiques opposés. Les premiers penchent vers l’Église réfractaire et un royalisme intransigeant, les autres adoptent des positions favorables à la Révolution jusque dans ses courants les plus extrêmes, hébertiste, par exemple.

4Durant la première moitié du XIXe siècle, tous les groupes continuent à vivre. Leurs rapports avec l’Église, désormais concordataire, sont difficiles ou inexistants. La grande difficulté qu’ils rencontrent tous, est celle du vieillissement de leurs pasteurs qui n’ont pas de successeurs. La spiritualité, qui leur est commune, est fortement teintée, non seulement de jansénisme, mais plus étroitement de port-royalisme. Tous refusent les évolutions des formes de piété contemporaines. Comme leurs prédécesseurs du XVIIe siècle, ces fidèles ont besoin du miracle, de l’espérance millénariste, d’intercesseurs proches si bien que leurs guides spirituels défunts sont souvent objets de dévotions.

5La dernière époque, après 1850, est celle du repli, du moins en surface, des mouvements jansénistes. Les groupes foréziens disparaissent les premiers, suivis des bonjouristes de Fareins. Mais subsistent encore aujourd’hui les Béguins de Saint-Jean Bonnefonds qui ont connu un renouveau grâce à l’apparition, en 1846, du prophète Digonnet. Le groupe lyonnais de la Petite Eglise, enrichi de ses contacts avec d’autres groupes anti-concordataires, continue lui aussi d’exister. La ténacité de ces minorités religieuses s’explique par le refus du prosélytisme et le repli sur la communauté. La famille acquiert une importance considérable en étant le lieu par excellence de la transmission de la foi et des traditions propres au groupe. L’éducation des enfants a toujours été une grande préoccupation pour ces communautés qui ont ouvert des écoles, et constitué des bibliothèques dans lesquelles se trouvent toujours des ouvrages jansénistes du XVIIe siècle.

6La thèse emploie peu les démarches analytiques ou comparatistes, mais il faut souligner le grand mérite de l’auteur de ce travail qui a su pénétrer des milieux discrets, voire secrets, obtenir des entretiens et l’accès à des sources très nombreuses et variées qui fondent solidement le riche appareil critique de l’ouvrage. Il faut ensuite le féliciter d’avoir décrit avec autant de précision l’histoire des convulsionnaires du Lyonnais et de leurs héritiers, et d’avoir su, grâce aux conclusions de chacun de ses chapitres et aux vingt-cinq annexes, demeurer clair. Les pages les plus intéressantes sont celles qui sont consacrées au prophétisme, à la vie spirituelle, aux dévotions quotidiennes, à l’intériorisation et à l’intensité de la vie religieuse. Le choix des textes, poèmes et chants est, lui aussi, très judicieusement conduit ; il offre au lecteur l’occasion d’une rencontre saisissante avec les croyances des Amis de la Vérité, et il illustre bien les permanences qui sont au coeur de la problématique de Jean-Pierre Chantin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Lamarre, « Jean-Pierre Chantin, Les Amis lyonnais de l’Œuvre de la Vérité : une permanence des Jansénistes convulsionnaires du XVIIIe siècle à nos jours, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 17 décembre 1994, 2 vol., 658 p. », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 114-115.

Référence électronique

Christine Lamarre, « Jean-Pierre Chantin, Les Amis lyonnais de l’Œuvre de la Vérité : une permanence des Jansénistes convulsionnaires du XVIIIe siècle à nos jours, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 17 décembre 1994, 2 vol., 658 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/429

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org