Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques et Journée d'étude 1994-1995

Colloque international « Jules Monchanin (1895-1957) »

Lyon-Fleurie, 5-7 avril 1995
Jacques Gadille
p. 106-108

Notes de la rédaction

Publication : Jules Monchanin 1895-1957. Regards croisés d’Occident et d’Orient, Lyon, PROFAC, 1997

Texte intégral

1Organisé par les deux centres de recherches d’histoire religieuse des Universités Lyon 2 et Lyon 3, conjointement avec la Faculté de théologie de l’Université catholique, ce colloque a réuni une centaine d’inscrits, sans compter les dix-huit auteurs de communications, spécialistes français et étrangers. Son but était de mieux comprendre la personnalité et l’expérience intellectuelle et spirituelle de ce simple prêtre de l’Église de Lyon, né en Beaujolais en 1895 et mort à Paris en 1957, après avoir séjourné en Inde depuis 1939, comme membre de la SAM (Société des Auxiliaires des Missions).

2Présidée par le Professeur J.D. Durand, la séance d’ouverture s’est déroulée devant un amphi Huvelin au grand complet : trois exposés liminaires ont été donnés, - une recherche méthodologique proposée par le doyen P. Gibert, sur la place des autres religions dans la théologie chrétienne, un rappel de l’itinéraire biographique et des grandes intuitions de Monchanin par le professeur J. Gadille, et surtout une brillante mise en situation de ce prêtre dans le milieu lyonnais de l’Entre deux guerres par Mgr G. Matagrin, représentant les autorités ecclésiastiques. Les trois demi-journées suivantes ont approfondi ces trois dimensions, et en ont ajouté une autre, celle de la rencontre de Monchanin avec l’Inde.

3Sur la place de ce prêtre dans le milieu lyonnais, Natalie Malabre a fait état, à partir de ses recherches en cours, des réseaux relationnels entretenus dans le cadre de N.-D. Saint-Alban, paroisse voisine de celle de Saint-Maurice où Monchanin fut vicaire, de 1926 à 1932. Elle montre quelles initiatives furent prises, autour de l’abbé L. Remillieux et d’E. Duperray, ami de Monchanin, pour créer un encadrement laïc formé à un apostolat populaire et à un engagement missionnaire lointain. Le professeur Fouilloux analyse l’activité déployée, dans le même temps, entre 1925 et 1934, dans le Groupe de travail en commun animé par V. Carlhian et J. Chevalier, au secrétariat médical de la Chronique sociale, enfin à la Société lyonnaise de philosophie, avec Lachièze-Rey et J. Lacroix. A partir des années 30, les rencontres avec H. de Lubac, L. Massignon, les premiers groupes judéo-chrétiens, enfin son intérêt pour les recherches œcuméniques de P. Couturier et le tout nouveau Groupe des Dombes viennent enrichir ses perspectives. Ce sont les rapports d’amitié réciproque avec H. de Lubac que J. Prévotat entreprend d’éclairer en trois temps, entre 1930-1938, en octobre 1946 à Rome, en janvier 1947 à Lyon, à nouveau : désir de mesurer l’enjeu théologique de l’engagement de Monchanin en Inde et d’approfondir la vision mystique de son ami. Claire Lucques, pour sa part, souligne le charisme du dialogue avec les jeunes dans la recherche de leur vocation intellectuelle.

4Les trois grands aspects du penseur ont fait ensuite l’objet d’exposés distincts : sa démarche de retour aux sources patristiques, pour fonder son christocentrisme et sa mystique trinitaire (Y. de Andia) ; sa démarche cognitive, par où il parait avoir été le premier à fonder sur le mystère trinitaire une philosophie de la personne et toute une anthropologie (J.Y. Lacoste) ; une approche théologique qu’O. de Berranger place sous le signe des virtualités : enrichissement mutuel que peuvent s’apporter l’une à l’autre les visions indienne et chrétienne du temps ; le sens de l’autre dans sa totale liberté de créativité, mais dans une perspective d’union à Dieu, enfin le Christ charnel qui fait devenir le chrétien contemporain de tous les hommes, ouvrant à celui-ci l’accès à l’universel. Enfin, deux voix étrangères, celles du Dr Sten Rodhe, auteur suédois d’une première biographie de Monchanin et du Père M. Amaladoss ont recherché comment ces cadres intellectuels occidentaux ont été appliqués par Monchanin à la confrontation avec la pensée indienne (tensions avec Le Saux, complémentarité de la pensée de B. Griffiths qui prit la direction de l’ashram entre 1968 et 1993. Le théologien indien, quant à lui, a souligné la force de l’apriorisme de Monchanin, face à l’Inde).

5Cette approche pionnière de la civilisation indienne n’a pas été sans soulever de grandes difficultés, dont MM. Prudhomme et Julia voient la source dans son décalage avec les réalités de L’Église indienne, très minoritaire, qu’il a rencontrées. Par contraste, l’approche monastique qu’a tentée Monchanin avec Le Saux, de la double vacuité hindoue et chrétienne traduit, selon R. Panikkar, une extraordinaire capacité d’écoute et de dialogue, dans le sens de ce qu’a de plus primordial le phénomène religieux.

6Françoise Jacquin, dans un exposé final à la fois intimiste et distancié, sur un sujet dont elle a la connaissance la plus étendue et la plus précise, souligne les paradoxes de cette figure attachante et tourmentée de chercheur de l’Absolu. Ces trois séances, assorties d’une table ronde publique entre historiens et théologiens se sont déroulées à la Faculté de théologie, où plusieurs vitrines et panneaux illustraient les principales étapes de cette vie, de cet itinéraire intellectuel et le réseau de ses amitiés. Le colloque s’est achevé sur un contact pris avec la terre natale et la population de Fleurie, avec un enregistrement de témoignages, recueillis par les PP. I.H. Dalmais et J. Comby et l’inauguration officielle d’une plaque commémorative, sur le porche extérieur de l’église.

7Le volume d’Actes à paraître devrait comporter, non seulement les communications de cette session lyonnaise, mais celles qui sont programmées par quelques participants à ce colloque, résidant en Inde et qui ont prévu une suite développant plus amplement le volet « indien » ; cette suite se déroulera à l’ashram de Shantivanam, entre le 8 et le 11 juillet prochains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Gadille, « Colloque international « Jules Monchanin (1895-1957) » », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 106-108.

Référence électronique

Jacques Gadille, « Colloque international « Jules Monchanin (1895-1957) » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/423

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org