Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques et Journée d'étude 1994-1995

Colloque « Lyon et l'Extrême-Orient »

Lyon, 17-19 novembre 1994
Claude Prudhomme
p. 103-105

Notes de la rédaction

Actes publiés dans les Cahiers d’Histoire, t. XL, 1995, n° 3-4

Texte intégral

1Le colloque a réuni à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu, du 17 au 19 novembre 1994, vingt-quatre intervenants et une centaine de participants. Dans son allocution d'ouverture, Son Excellence l'Ambassadeur du Japon a évoqué l'ancienneté, l'originalité et l'importance des relations nouées entre notre Cité et son pays. Il a aussi souligné la nécessité de renforcer les liens existants et de les étendre aux domaines de la culture et de l'action humanitaire dans un cadre politique bilatéral. Chargée du rapport scientifique introductif, Madame Bastid a ensuite dégagé les axes qui allaient sous-tendre les travaux :
- faire le point, par un inventaire méthodique, sur la nature exacte de relations souvent invoquées mais curieusement occultées de la mémoire lyonnaise contemporaine.
- s'interroger sur les liens éventuels entre facteurs économiques, culturels et religieux.
- rendre compte des initiatives fécondes et stériles, des basses eaux comme des hautes eaux de relations soumises à des variations imprévisibles ou incontrôlables.
- s'interroger sur une spécificité lyonnaise qui constitue un lieu commun du discours.
- rechercher enfin la meilleure manière de prendre en compte cet héritage dans la nouvelle conjonction qui prend consistance depuis quelques années.

2Les réponses apportées tendent à confirmer l'originalité du pôle lyonnais sans pour autant céder à une reconstruction mythique d'un passé contrasté. Si Lyon s'est bien dotée de lieux de mémoire, les déboires des musées de la ville, depuis l'échec d'Émile Guimet jusqu'à celui du musée colonial voulu par Édouard Herriot, trahissent les limites d’un intérêt éphémère dans lequel le goût de l’exotisme et la fierté patriotique suscitée par les colonies l’emportent sur une volonté sérieuse de connaissance, d’investissement financier ou d’émigration. Pourtant, en plusieurs périodes, Lyon, ou plutôt certains Lyonnais ont manifesté une réelle ouverture d’esprit à l’Asie orientale. Inauguré par le collège jésuite de la Trinité au XVIe s., poursuivi par quelques esprits éclairés aux XVIIIe et XIXe s., un sérieux effort de connaissance et de diffusion du savoir s’est développé à travers l’édition lyonnaise. Mais les initiatives les plus originales restent liées à des entreprises individuelles ou à de petits groupes ; elles n’entraînent pas derrière elles le plus grand nombre. La presse missionnaire lyonnaise, née autour de l’Œuvre de la Propagation de la foi, est la seule au XIXe s. à atteindre un public populaire et à diffuser une image de l’Extrême-Orient où le poids persistant des clichés n’empêche pas des approches plus nuancées et riches. Lieu commun des discours officiels au XIXe s., la thématique des liens traditionnels avec l’Asie est en réalité un discours à usage interne qui prend prétexte de l’Extrême-Orient pour proclamer l’identité propre de Lyon et sa capacité à décider face à Paris.

3L’étude des relations économiques confirme cet écartèlement entre un projet ambitieux qui se révèle utopique et une réalité contraignante qui impose en dernier ressort les lois du marché et l’internationalisation du commerce. L’engagement de la Chambre de Commerce dans la deuxième moitié du XIXe s. reflète le poids prépondérant du monde de la soie. Mais elle révèle aussi la montée d’un patriciat d’entrepreneurs dynamiques dont Édouard Aynard et Ulysse Pila sont les figures emblématiques et les leaders incontestés. Libéraux conséquents, admirateurs du modèle britannique, ces hommes doivent finalement se contenter d’opérations limitées et localisées, notamment en Indochine. Le mirage du Tonkin comme base de pénétration vers une Chine du sud difficile à pénétrer, et bien éloignée de l’Eldorado rêvé, contribue à brouiller les perspectives. Le mirage s’évanouit après les explorations commanditées par la Chambre de Commerce, telle la grande mission commerciale de 1895-1897. La nécessité de soumettre à une connaissance concrète des marchés et des sociétés des représentations caricaturales ou fantasmées s’avère une des premières leçons à tirer de cette expérience au bilan décevant. De même une meilleure évaluation des capacités lyonnaises à développer une action autonome, dans un monde où les pouvoirs de décision se concentrent (ainsi Paris au XIXe s.) aurait permis d’éviter certains choix stériles. Elle invite de nos jours à prendre en compte l’importance d’une intégration de l’économie locale à des ensembles plus vastes. Ainsi lorsque Paul Berliet rétablit autour de 1960 les relations économiques qui vont préparer la reconnaissance officielle de la Chine, l’entrepreneur lyonnais a tôt fait de saisir l’impérieuse nécessité d’intégrer la dimension politique, et il s’efforce d’entrer dans la mentalité de ses partenaires et dans la logique de leur culture pour comprendre leurs attentes et interpréter correctement leurs réactions.

4Le colloque s’est enfin attaché à la présence asiatique dans la région lyonnaise avec sa face positive, à défaut d’être lumineuse, celle de l’Institut franco-chinois installé en 1921 dans l’ancien fort Saint-Irénée ; et sa face sombre, celle des travailleurs introduits après le premier conflit mondial, puis abandonnés à un sort tragique à Saint-Fons. La coexistence des communautés n’a d’ailleurs guère entraîné de relations entre les hommes, à quelques exceptions près, ni donc favorisé une meilleure connaissance mutuelle.

5La conférence publique de M. Falck, directeur international de la Chambre de Commerce, est venue concrétiser l’articulation entre le passé et le présent et a permis de mesurer les enjeux actuels. Mais le développement des relations économiques doit aussi s’accompagner de celui des rapports humains dégagés des préjugés anciens. L’appel à de nouveaux travaux, selon les directions que le colloque a balisées à chacune de ses étapes, entre dans cette volonté d’ouvrir un vaste chantier. La qualité des interventions, la richesse des ressources archivistiques lyonnaises, telle la banque de données constituée par le Musée des Tissus ou le fonds chinois de la Bibliothèque municipale, l’intérêt manifesté par les étudiants laissent espérer que ce colloque aura atteint son but : faire prendre conscience de l’ampleur des recherches à entreprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Colloque « Lyon et l'Extrême-Orient » », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 103-105.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Colloque « Lyon et l'Extrême-Orient » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/422

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org