Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Théologie et érudition de la crise moderniste à Vatican II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique. Textes réunis par Sylvio Hermann De Franceschi. Limoges, Presses universitaires de Limoges (PULIM), « Histoire », 2014, 380 p.

François Trémolières
p. 238-243

Full text

1Ce volume est issu du colloque organisé en 2013 à l’université de Limoges, où il était alors professeur, par Sylvio Hermann De Franceschi, lequel assume la publication des actes (faite avec beaucoup de soins : uniformisation des contributions, coquilles rarissimes, index fiable) et l’augmente d’une Introduction de près de 110 pages. « L’objectif du colloque », écrit le maître d’œuvre, « était de permettre de dresser une table d’orientation à l’intérieur du massif luxuriant » du Dictionnaire de théologie catholique (désormais abrégé DThC), « si foisonnant que l’on peut dire qu’il déborde de lui-même » (c’est-à-dire qu’il faut aussi étudier nombre d’autres publications, surtout en revues, qui en résultent plus ou moins). Force est de reconnaître qu’un tel objectif n’est pas atteint – sauf à insister sur permettre : l’ouvrage apparaît plutôt comme l’amorce d’une entreprise au long cours, qui teste plusieurs approches d’un objet en effet considérable (trace plusieurs chemins dans le « massif »), et l’on tentera de rendre compte ici de cette variété. 15 tomes en 30 volumes parus en 150 fascicules de 1899 à 1950 chez l’éditeur parisien Letouzey et Ané (déjà promoteur du Dictionnaire de la Bible et bientôt du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique – démarré en 1912, encore aujourd’hui en cours de parution ! –, enfin du Dictionnaire de droit canonique, sans parler d’un Dictionnaire de sociologie familiale, politique, économique, spirituelle, générale – et catholique, il va sans dire – lancé en 1931 et qui ne survivra pas à la guerre) puis trois volumes de tables, le dernier en 1972. Au total, nous dit-on, 20 676 pages soit 41 352 colonnes, pour « quelque cinq mille articles rédigés par environ quatre cent soixante auteurs », au rythme de deux à trois ans par volume (un fascicule tous les quatre à six mois), si l’on excepte les deux guerres mondiales. Une page du DThC compte environ 7 500 signes (3 250 par colonnes), un fascicule 140 pages soit 1 200 000 signes – qu’il faut multiplier par 150 pour aboutir au total, à comparer aux six millions environ de signes (équivalent à moins de six fascicules) d’une Bible en français… Un demi-siècle d’érudition (ou de théologie ? c’est le point délicat), surtout française (conçue au départ pour rivaliser avec la « science allemande », qu’elle égale voire dépasse allègrement), formidable observatoire – et laboratoire ? – d’une histoire doctrinale du catholicisme.

2La dernière contribution du volume (p. 357-370), due à Christian Sorrel, est celle qui aborde le plus franchement le contexte du DThC, inscrivant son élaboration « dans une chronologie dominée, au centre de la catholicité comme en ses périphéries, par la peur du modernisme » – de Testem benevolentiae en 1899 (l’affaire de « l’américanisme ») à Humani generis en 1950 (la répression de la « nouvelle théologie »). C. Sorrel note qu’un tiers à peu près du DThC paraît avant 1914, un autre tiers avant 1930. L’article « modernisme » de Jean Rivière, en 1929, auteur la même année de la première Histoire de la crise moderniste, marquerait un tournant, dans le sens d’un « questionnement plus ouvert sur la signification de celle-ci » (dont témoigne notamment la notice « Pie X » d’Amann, 1935), après une période de prudence voire de crispation, ainsi au moment de l’acmé de la crise, entre 1908 et 1914, où l’ordre alphabétique imposait de publier des articles aussi importants que Dogme, Église, Expérience religieuse ou Foi (mais l’on évitera Immanence). Cette périodisation ne correspond qu’imparfaitement à celle des directeurs successifs, tous prêtres réguliers : les trois premiers « morts à la tâche », Alfred Vacant, le fondateur, le 2 avril 1901, Eugène Mangenot, son successeur, le 22 mars 1922, Émile Amann le 11 janvier 1948 – ce qui l’aura conduit à mener les deux tiers de l’entreprise ; enfin Albert Michel, qui vivra assez longtemps (95 ans) pour achever les Tables. L’article de Rivière peut être pris comme symptomatique du passage d’une première équipe, très liée au séminaire diocésain de Nancy, à une deuxième, plus proche de la faculté de théologie de Strasbourg – qui d’ailleurs sera atteinte par la mise à l’Index de l’un de ses professeurs, Louis Dennefeld (art. « messianisme », 1930). À la lecture des différentes contributions, il n’est pas facile d’assigner à chacun une orientation distincte – distinguer par exemple le mandat d’Amann comme plus progressiste que celui de ses prédécesseurs, ou même que celui de son successeur (qu’il avait mis en place), pourtant « proche de l’Action française ». Vacant imprime dès le début une orientation qu’Amann qualifiera de « théologie historique », Mangenot vient de l’exégèse, Amann, qui avait été écarté de son enseignement à Nancy pour un cours jugé suspect sur l’évolution des espèces, en 1907, aura la satisfaction d’en reprendre les thèses à l’article « transformisme » du DThC, quarante ans plus tard… Étienne Fouilloux, qui lui consacre une précieuse étude (p. 113-129), décrit Amann comme typique d’une voie moyenne, à égale distance « des outrances de la réaction antimoderniste [et] de la corrosion moderniste », ce qui vaut sans doute aussi pour Vacant et Mangenot. Le dominicain Ambroise Gardeil, un des plus éminents représentants de ce « tiers parti », figure d’ailleurs parmi les premiers collaborateurs du DThC (art. « appétit ») et l’on verra Amann soutenir discrètement son successeur au Saulchoir, Marie-Dominique Chenu, lors de démêlés avec Rome, et lui exprimer de visibles regrets d’avoir à accepter des articles de leur confrère Réginald Garrigou-Lagrange qui « détonnent singulièrement sur la manière générale de nos articles […] avec si peu de souci des textes et des contingences historiques ». Le chanoine Michel, plus doctrinaire, n’en a pas moins été congédié de la faculté de Lille (certes pour « concubinage notoire », nous apprendra plus loin C. Sorrel) et se révèle, à suivre S. Hermann De Franceschi dans sa propre contribution (« Reviviscences contemporaines de la querelle de la grâce », p. 279-314), plus proche d’un « thomisme jésuite », mâtiné de molinisme (voir l’art. « Grâce actuelle et motion divine » de Charles Boyer, professeur à la Grégorienne, introduit dans les Tables en 1959) – et l’éclectisme du DThC lui a permis de voisiner, jusque dans un même article (« Trinité »), avec le chanoine Gustave Bardy, patrologue et historien de l’Église ancienne dont il avait provoqué la mise à l’Index (non rendue publique) en 1926... Bref, le DThC apparaît comme le dernier monument d’une « science catholique » dont les grandes ambitions se sont vues réduites par les circonstances – aussi bien internes (la méfiance anti-moderniste envers les sciences historiques) qu’externes (le progrès des sciences en dehors d’elle) – à une érudition cléricale que Vatican II a démodée d’un coup, dès lors perçu comme « une somme dépassée de la théologie de papa », quitte à exagérer sans doute la « révolution intellectuelle » (selon l’expression de Philippe Roqueplo, alors théologien dominicain, sévère censeur du DThC) du dit concile…

3Plus indirecte, la contextualisation du DThC apparaît dans des études thématiques, sur son traitement des « christianismes orientaux » (Aurélien Girard, p. 131-148), celui du « monachisme bénédictin » (Daniel-Odon Hurel, p. 175-187), « un parcours sacramentel » (Alain Rauwel, p. 189-203) ; et dans des études comparatistes (une des intentions initiales du colloque, à en croire l’introduction qui appelle à faire dialoguer le DThC avec le plus modeste Dictionnaire apologétique de la foi catholique, cinq volumes chez Beauchesne sous la direction du jésuite Adhémar d’Alès, 1911 à 1931 pour la dernière édition), insistant sur les différences d’accent ou au contraire un commun air du temps : celle de Bertrand Lançon comparant les notices « Ambroise » du DThC et du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (p. 149-173), celle d’Anne Massoni (p. 205-227) sur le clergé séculier dans le DThC, le DHGE, le DAFC, le Dictionnaire de droit canonique, le Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Catholicisme et le Dictionnaire de spiritualité, celle de Catherine Chopelin-Blanc sur la période 1715-1800, « Lumières et anti-Lumières » (p. 315-332), enfin celle de Sylvain Milbach sur le catholicisme libéral (p. 333-356). Le danger serait ici de traiter le DThC comme un bloc homogène, et même chacun des sous-ensembles ainsi découpés : A. Girard insiste par exemple sur l’inégalité des contributions, celles « remarquables » de Tisserant sur le domaine syriaque et celles beaucoup moins convaincantes sur les chrétiens arabisés ; A. Rauwel fait le même constat, entre des synthèses parfois « admirables » (surtout sur le xiie siècle chrétien, aux art. « eucharistie » ou « messe »), l’étroitesse au contraire de l’article « culte » et la surdité des articles « mystère » ou « sacrements » à l’essor pourtant contemporain d’une « pensée mystérique » dont témoignera bientôt Sources chrétiennes. D.-O. Hurel confirme la relative absence de la tradition monastique (comme d’ailleurs plus largement de la théologie dite ascétique et mystique, écartée dès le départ de l’entreprise), sinon sous l’angle érudit des mauristes, au lieu qu’A. Massoni constate, inversement, la prégnance d’un modèle « régulier » comme voie de sainteté – aveugle à la menace d’une crise pourtant imminente des vocations sacerdotales (pour ne rien dire de l’absence d’une théologie du laïcat). B. Simon, comme C. Chopelin-Blanc et S. Milbach (et d’une autre façon Frédéric Gabriel, sur la contribution duquel on va revenir), se montrent sensibles à un ancrage français : le premier volume du DThC (avec l’art. « Ambroise » de l’oratorien Augustin Largent, traitant nécessairement des rapports entre l’Église et l’État) paraît deux ans avant la loi de 1905 ; le traitement du xviiie siècle, globalement favorable aux « anti-Lumières », hostile à la Révolution et, plus ou moins implicitement, à la République, tend à transposer à l’époque révolutionnaire les conflits du début du xxe siècle ; le remarquable article « libéralisme catholique » de Charles-Aimé Constantin (1926) participe d’une réhabilitation du catholicisme libéral, Montalembert surtout, mais aussi d’un impensé du catholicisme « intransigeant » (selon la terminologie qu’ont su imposer depuis Émile Poulat et Jean-Marie Mayeur), qui s’exprime pourtant dans l’enseignement pontifical…

4La part la plus importante du volume, non sans divergences ou du moins tensions entre les contributions, est celle qui aborde « l’histoire doctrinale » pour elle-même : l’apport déjà signalé du maître d’œuvre (sa copieuse introduction, puis son étude des controverses selon le DThC entre thomistes et molinistes sur la question de la grâce), l’étude de Jean-Pascal Gay sur « la théologie morale de l’époque moderne » (p. 251-278) – sujet dont il a complètement renouvelé l’historiographie dans ses propres travaux – et celle de F. Gabriel (p. 229-249) intitulée « idées gallicanes et conceptualités ecclésiales », qui ont en commun de privilégier les Temps modernes. L’introduction, sous le titre « Historiciser le travail des théologiens », se présente comme une vaste étude de réception (quasi exclusivement intra-catholique, pour ne pas dire cléricale) de l’œuvre in progress, dont il ressort que cette « historicisation » est d’abord le programme même des promoteurs du DThC (« l’Église cherche à renforcer sa crédibilité par une historicisation sérieuse d’elle-même », écrit plus loin B. Lançon), malgré les difficultés et les contradictions internes, celles-ci intégrées au « sourd travail de recompositions partisanes et de restructurations doctrinales opéré par le DThC dans le champ théologique français » et qui participe, si l’on comprend bien (malheureusement l’auteur ne s’en explique pas davantage), d’un « véritable processus de réception au sens que la théologie conciliaire confère au terme ». F. Gabriel, ayant rappelé que Mangenot avait défini le projet de Vacant, dès 1901, comme une « histoire du dogme », note que « cette orientation dogmatique, mais comprise dans un sens historique, suppose l’institution qui détermine la parole autorisée » : catholique est un qualificatif à la fois « doctrinal et ecclésiologique », qui emporte romain, les deux indissociablement liés. Comme A. Girard avait relevé l’horizon « unioniste » des articles du DThC sur les chrétiens orientaux (celui des papes de Léon XIII à Pie XI), ou A. Rauwel la « téléologie » d’un article « mystère » voué à la glorification de la primauté romaine, F. Gabriel montre comment l’article « gallicanisme », dû au jésuite Marc Dubruel, est tout entier polarisé par « un événement dogmatique postérieur », le concile Vatican I, lui permettant de découvrir dans le gallicanisme même « modéré » (celui d’Honoré Tournély, auteur des Praelectiones theologiae, 1725-1730) l’agent de ce que Louis-François Guérin appelait déjà en 1863, dans le Migne, « sécularisation ». Fort documentée, voire « pointilliste », l’étude de Dubruel n’en est pas moins au service d’une thèse essentiellement théologique : le déclassement du gallicanisme en un problème « politico-juridique » – l’accent est ici très différent, nous semble-t-il, du corpus étudié par S. Millbach. J.-P. Gay aborde plus franchement encore la question de « l’écriture historique » de la théologie : les controverses érudites rejouent les conflits doctrinaux qu’elles exposent ; le DThC a distribué la matière entre jésuites et dominicains, et si dans un premier temps il y eut tendance à « lisser » les polémiques, voire à « l’euphémisation […] de la violence des dynamiques controversiales », dans un second temps, avec la contribution de Jacques de Blic à l’article « Jésuites », en 1924, sur « la théologie morale dans la Compagnie de Jésus », et l’article « probabilisme » de Thomas Deman (dominicain), en 1936, l’approfondissement de la controverse, y compris érudite, traduit une sorte d’investissement théologique de la morale, qui peut passer pour le signe d’un déplacement du doctrinal au moral – et par là, quoique Roqueplo ne l’ait pas vu, préparant le catholicisme post-conciliaire – que ce soit dans l’orientation (jésuite) d’une « nouvelle herméneutique morale » ou dans celle (dominicaine) de sa critique comme « extrinsécisme ». L’article de Deman fait aujourd’hui autorité chez les historiens, comme Jean Delumeau ou Robert A. Maryks, qui en viennent à occulter sa dimension proprement doctrinale (et du coup, paradoxalement, à le déshistoriciser), comme plus largement celle d’une impossible « neutralisation » des enjeux polémiques. Bric et Deman ont en commun de vouloir « dégager une vérité anhistorique d’un récit historique » et l’on pourrait parler dans leur cas (à la manière de Paolo Prodi) d’une « historicisation sans historicité ». S. Hermann De Franceschi semble bien proche de J.-P. Gay quand il étudie les répercussions dans le DThC et ses à-côtés (par exemple la polémique entre les champions dominicain et jésuite R. Garrigou-Lagrange et A. d’Alès) de la querelle de la grâce – il est vrai permises par le caractère indécidable que lui avait reconnu le magistère en suspendant les congrégations De Auxiliis, au début du xviie siècle : « Sous une avenante érudition, le DThC était parfaitement capable de dissimuler les partis pris les plus discutables et de procéder aux euphémisations doctrinales les plus stratégiques à travers la prolifération même de l’information historique. » Pourtant il peine à le suivre dans son introduction (c’est, sauf erreur de notre part, la seule allusion que l’on y trouve à un contributeur du volume), car il rattache le P. Deman au « projet épistémologique du Saulchoir » – l’épistémologie « historienne » du P. Chenu qui aurait été d’assumer « l’historicité même des thèses élaborées par les théologiens ». La théologie morale apparaît donc bien ainsi comme le terrain privilégié d’une réflexion sur les rapports entre théologie et histoire et S. Hermann De Franceschi s’est trouvé conduit à « déborder » (comme il l’écrit de son objet) son propre fleuve, en écrivant depuis une nouvelle étude sur les « théologiens moralistes » du DThC (Revue d’éthique et de théologie morale, 2015/1) que l’on peut lire comme la suite, ou l’une des suites (car il faudra poursuivre), de ce chantier à peine ouvert.

Top of page

References

Bibliographical reference

François Trémolières, « Théologie et érudition de la crise moderniste à Vatican II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique. Textes réunis par Sylvio Hermann De Franceschi. Limoges, Presses universitaires de Limoges (PULIM), « Histoire », 2014, 380 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 238-243.

Electronic reference

François Trémolières, « Théologie et érudition de la crise moderniste à Vatican II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique. Textes réunis par Sylvio Hermann De Franceschi. Limoges, Presses universitaires de Limoges (PULIM), « Histoire », 2014, 380 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 23 July 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4160

Top of page

About the author

François Trémolières

Centre dhistoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), EHESS

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org