Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1993

Charles-Raymond Ratongavao, D’une Église missionnaire à une Église locale. L’épiscopat de Mgr Xavier Thoyer de 1936 à 1962 (Fianarantsoa, Madagascar), 1993, 457 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse et en théologie, Université Jean Moulin-Lyon III et Université catholique de Lyon, Lyon

Sous la direction de MM. Claude Prudhomme, Lyon III et Bruno Hübsch, Faculté de théologie de Lyon
Claude Prudhomme
p. 86-94

Texte intégral

1La thèse de M. Ratongavao, présentée sous le double sceau de Lyon III et des Facultés catholiques, associe la démarche de l’histoire à celle de la théologie. De cette interdisciplinarité, toujours risquée, l’historien peut ici se féliciter parce que la démarche suivie par l’auteur reste tout au long du travail historique, y compris quand elle s’efforce de développer une réflexion théologique.

2La recherche est fondée pour l’essentiel sur un document exceptionnel : le diaire, ou journal personnel, tenu par Mgr Thoyer, évêque missionnaire jésuite de Fianarantsoa (Madagascar) entre 1936 et 1962. L’ensemble se présente sous la forme de cahiers comptant plus de mille pages, à l’écriture très fine et délicate à déchiffrer, difficulté qui fait écarter tout soupçon de facilité. En outre M. Ratongavao a eu soin de compléter sa source principale par des documents recueillis dans dix fonds d’archives de congrégations, une littérature imprimée consistante et des entretiens réalisés à Madagascar. La thèse n’est pas une analyse étroite du seul diaire et s’efforce de replacer le document dans l’évolution du catholicisme malgache entre les années 1930 et le concile Vatican II. En conséquence la dimension relativement modeste du travail, avec ses 457 pages, ne trahit pas une faiblesse de l’analyse, mais correspond à une volonté de concision qui ne laisse aucune place aux développements accessoires ; au point quelquefois de rejeter en notes des explications qui méritaient mieux ou de faire l’économie d’analyses suggérées sans être exploitées (par exemple à propos de la dot).

3Construire le plan d’un travail soumis simultanément à deux démarches disciplinaires soulève des problèmes complexes. Les solutions retenues sont satisfaisantes dans les grandes lignes sinon dans le détail. La première partie s’imposait pour présenter l’auteur et le diaire. Elle est sans aucun doute la moins convaincante. Hésitante, pas toujours claire, souvent trop allusive, elle balance entre les informations nécessaires à la compréhension de l’action de Mgr Thoyer et des vues générales qui anticipent inutilement sur les développements futurs. La personnalité de Mgr Thoyer nous échappe malgré un essai de reconstitution de son cursus. L’auteur nous dit qu’il n’existe pas de document permettant d’aller plus loin mais le lecteur reste frustré de ne pas mieux cerner la formation, les idées, la théologie et la spiritualité de ce jésuite, qui fut tout de même élève du père d’Herbigny, puis professeur de théologie morale. Il paraît difficile de voir dans les seules qualités humaines du père Thoyer, son « attention aux autres » (p. 22), la clé de sa capacité à évoluer dans le contexte tourmenté de l’après-guerre.

4On entre de plain-pied dans le travail avec la deuxième partie. M. Ratongavao y donne toute sa mesure et prouve ses qualités de précision dans l’analyse, son sens des nuances, son esprit critique. Il choisit d’opposer, de manière parfois un peu trop systématique et artificielle, les constantes et les signes d’évolution. Du côté des premières il range cinq éléments : l’imprégnation par une piété ultramontaine volontiers triomphaliste ; une conception de la mission centrée sur le missionnaire, d’où la multiplication des auxiliaires et des agents pastoraux ; la permanence d’une missiologie fondée sur la conquête des âmes. Les premiers cahiers du diaire expriment parfaitement l’utopie missionnaire des années 1930, héritière du réveil catholique du XIXe siècle : il s’agit de bâtir une chrétienté encadrée par un clergé autoritaire, conduite par un évêque sans faiblesse, une chrétienté qui anticipe dans de solennelles célébrations liturgiques de masse la vie dans le ciel et met les fidèles sur le chemin du salut grâce à un catholicisme intransigeant et englobant. Cette conception de la mission place le néophyte en rupture avec son milieu, donc sa coutume, mais lui offre une société de substitution. Le développement consacré au culte de Jeanne d’Arc et à la « pétainolâtrie » illustre jusqu’à la caricature les glissements possibles à partir de ce modèle. Il aurait peut-être été mieux à sa place plus loin afin de faire mesurer le chemin parcouru après 1945. Les engagements imprudents de la guerre ont d’ailleurs pu influencer le regard beaucoup plus lucide porté par l’évêque après 1945.

5Ce travail met en effet en évidence l’importance décisive de la seconde guerre mondiale comme événement révélateur des impasses. Le modèle missionnaire ancien se heurte à des obstacles insurmontables parce qu’il repose sur une triple illusion. Illusion d’une mission qui espère transmettre son message par les yeux et le cœur quand elle juge les têtes trop faibles ou endurcies. Illusion de rassemblements de masse pour assurer de l’adhésion au discours et aux préceptes du clergé quand résistent la coutume et les solidarités ancestrales. Illusion d’une conquête des malgaches par les œuvres et les constructions quand se maintient la distance culturelle. La modération des jugements de M. Ratongavao n’empêche pas son bilan d’être sans concession à l’égard du cléricalisme missionnaire, des sentiments européens de supériorité, des lacunes théologiques et pastorales. Cela prouve qu’il a su conjuguer sa position de clerc et les impératifs d’une approche critique sans pour autant céder au règlement de comptes que le Malgache serait tenté de demander. Au contraire sa position dans la société malgache rend le chercheur attentif à des dimensions longtemps sous-estimées : réception du message pontifical de Pie XII en faux direct, à l’aéroport de Tananarive (30 septembre 1951) comme un nouveau kabary royal ; enjeux socio-culturels de l’usage des porteurs par les missionnaires par exemple. Le travail met aussi en évidence les pièges du transfert de dévotions (processions mariales), de rituels, d’associations qui prennent en contexte malgache une signification nouvelle et parfois inattendue.

6Le deuxième temps de la deuxième partie examine les signes et les facteurs d’évolution. L’idée directrice est que la mission, face aux résistances rencontrées, doit peu à peu ajuster son action, et finalement repenser sa doctrine. Trois domaines mettent particulièrement en évidence ces mécanismes : recherche d’un compromis pour les veillées funèbres ; malgachisation du clergé, puis de l’épiscopat ; prise en compte du nationalisme. Si la démonstration n’a pas évité certaines répétitions et parfois mêlé des explications de nature différente, elle est globalement convaincante. Le déplacement de la pastorale dans les années cinquante vers l’engagement social, apparaît une tentative (un peu naïve ?) pour dépasser les contradictions entre le message catholique élaboré au sein de la culture occidentale et la culture malgache.

7La troisième partie est consacrée à l’approche théologique. Malgré les précautions de l’auteur, le changement de discours ne se fait pas sans rupture, peut-être pour n’avoir pas osé aller jusqu’au bout de la logique historique. On part ainsi d’affirmations générales (ce qu’est l’Église locale selon la tradition de Vatican II) à un nouvel examen de la situation sur le terrain. N’était-il pas possible de présenter les diverses théologies à partir des expériences historiques plutôt que pour elles-mêmes ? Car l’étonnement de l’observateur réside dans une constatation fréquente dans l’histoire de la diffusion du christianisme : comment un discours et des pratiques étrangers (et étranges) ont-ils pu s’enraciner dans une autre culture ? Le cas de Fianarantsoa illustre le décalage entre la curiosité de certains missionnaires jésuites, la précocité de leur ouverture à la culture malgache, la qualité de certaines analyses, et la reproduction d’une théologie et d’une catéchèse qui semblent incapables d’intégrer ces acquis (cf. le catéchisme très conventionnel du père Catry, par ailleurs très bon observateur des coutumes, en 1957). Il conviendrait de vérifier l’hypothèse de M. Ratongavao selon laquelle l’impératif de l’évangélisation impose en dernière instance l’adaptation culturelle, celle que la pastorale jésuite contemporaine a désigné par le néologisme d’inculturation. Les résurgences actuelles du fondamentalisme attestent que les résistances ou le changement peuvent tout aussi bien déclencher des réflexes de repli identitaire et figer la réflexion par la répétition, ou l’illusion de la répétition, d’un discours ancien. En définitive, la thèse de Charles-Raymond Ratongavao, malgré certaines faiblesses formelles, quelques raccourcis qui privent le lecteur des explicitations nécessaires, constitue un apport précieux à l’histoire du catholicisme malgache... Elle ouvre la voie à l’étude d’un domaine mal connu, celui de la confrontation vécue à l’époque contemporaine entre missions chrétiennes et milieu malgache. Mgr Thoyer se révèle à la fois un témoin de première importance et un acteur efficace des changements engagés après la deuxième guerre mondiale. Ce travail a d’abord le mérite de faire comprendre comment certains blocages ont été dépassés grâce à des adaptations progressives et partielles, comment une nouvelle manière de concevoir et vivre en Église émerge. Mais il montre aussi les limites de ces ajustements. Comme le laisse entendre la conclusion, la question centrale restait posée en 1962 quand prend fin le diaire ; et sans doute l’est-elle toujours trente ans plus tard : comment exprimer le christianisme à partir des catégories de la culture malgache?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Charles-Raymond Ratongavao, D’une Église missionnaire à une Église locale. L’épiscopat de Mgr Xavier Thoyer de 1936 à 1962 (Fianarantsoa, Madagascar), 1993, 457 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse et en théologie, Université Jean Moulin-Lyon III et Université catholique de Lyon, Lyon », Chrétiens et sociétés, 1 | 1994, 86-94.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Charles-Raymond Ratongavao, D’une Église missionnaire à une Église locale. L’épiscopat de Mgr Xavier Thoyer de 1936 à 1962 (Fianarantsoa, Madagascar), 1993, 457 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse et en théologie, Université Jean Moulin-Lyon III et Université catholique de Lyon, Lyon », Chrétiens et sociétés [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/416

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org