Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Stefano Simiz, Prédications et prédicateurs en ville. xvie -xviie siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015.

Nicolas Guyard
p. 235-238

Full text

  • 1 Nicolas Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris (...)
  • 2 Hervé Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1360-1520, Paris, Cerf.
  • 3 Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime, xviie-xviiie siècles, Paris, Classiques Garni (...)

1Stefano Simiz s’est attelé dans son mémoire inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches, soutenue en 2010 à L’Université de Nancy 2, à étudier un objet historiographique classique, le sortant du domaine de la simple rhétorique religieuse, pour en faire un objet d’histoire globale. Bien au-delà du simple « art oratoire », pour reprendre les mots de la préface de Philippe Martin, la prédication est un objet d’étude à la fois inscrit dans une importante dynamique historiographique, mais également à la croisée de différents champs historiques. Comme le remarque l’auteur, à l’image de nombreux autres objets d’histoire religieuse, la prédication a été principalement étudiée à l’époque médiévale, avec notamment les ouvrages de Nicole Bériou1 analysant l’essor des ordres mendiants prédicateurs en ville, et d’Hervé Martin2. Cependant, depuis quelques années, les travaux sur ce sujet se multiplient3, témoignant de la fécondité du sujet ainsi que des nouvelles perspectives de recherches.

  • 4 Stefano Simiz (éd.), La parole publique en ville de la Réforme à la Révolution, Villeneuve-d’Ascq, (...)
  • 5 Ces critères de centralités, développé par le géographe allemand Christaller dans au début des anné (...)
  • 6 Sa thèse avait également pour cadre le milieu urbain : Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévoti (...)
  • 7 Outre les travaux de Stefano Simiz et Isabelle Brian déjà cités, on peut également mentionner les r (...)

2Dans la lignée de ses travaux et recherches précédents4, Stefano Simiz s’inscrit dans le courant de l’histoire de l’oralité, s’attachant à étudier tant le message délivré que les conditions sociales et culturelles de son énonciation. Cette étude s’inscrit dans le contexte d’une période moderne allant des réformes à la Révolution française, prenant pour cadre dix villes champenoises et lorraines, qualifiées de capitales, choisies d’après un critère de centralité5. Stefano Simiz poursuit ainsi l’étude du milieu urbain à l’époque moderne par le religieux6, à l’instar de toute une génération de chercheur.e.s qui a investi ce champ d’histoire urbaine longtemps délaissé7. À ces choix de la longue durée et d’un cadre urbain régional défini, Stefano Simiz ajoute une lecture nouvelle par les prismes de la confessionnalisation, du rôle du Concile de Trente, mais aussi des aspects sociaux et politiques de la prédication. Cette dernière devient dès lors un objet global, dont l’histoire, tout au long de la période moderne, témoigne de la place centrale de l’oralité – et ici de la parole religieuse – au cœur de la vie des villes.

3Délaissant une approche chronologique classique, Stefano Simiz propose trois grandes parties, qui lui permettent de partir du phénomène de la prédication, pour ensuite étudier les prédicateurs, et enfin le contenu des discours.

4La première partie est consacrée à la prédication en tant que phénomène, à travers ses temporalités et ses espaces, mais aussi les choix qu’elle implique. À chaque fois, une lecture chronologique permet à l’auteur de souligner autant les héritages de la période médiévale que les ruptures, les continuités. En ville, la prédication se développait, à la fin du Moyen Âge, autour des deux grandes Stations que constituaient le Carême et l’Avent, dans des lieux variables allant de l’extérieur aux sanctuaires. La confrontation, au xvie siècle, avec les confessions protestantes, entraîna des modifications. Les temps de la prédication, à partir des années 1550, se multiplièrent, dans un lieu de plus en plus unique : la chaire, au cœur des édifices consacrés. Ce double processus d’étirement temporel et de contraction spatiale permettait aux autorités ecclésiastiques urbaines d’instaurer une densité de la parole religieuse, au cœur de l’année liturgique, grâce à une articulation entre ordinaire et extraordinaire. Stefano Simiz insiste ici autant sur les spécificités locales (comme les stations messines) que sur les évolutions globales ; autant sur les acteurs (les fondateurs de stations, les chapitres, les prélats) que sur les supports matériels. Le meuble de la chaire est ainsi l’objet de développements particuliers autour de sa disposition, mais aussi sur sa place dans le « rituel liturgique » que constitue la prédication à partir du xviie siècle. Mais la chaire n’était pas le seul enjeu matériel. Le choix du prédicateur apparaissait comme une forme d’investissement pour les villes qui les accueillaient. Il fallait en effet, les loger, les nourrir, et les rétribuer pour leur prédication. Dans la contexte d’une relative densité urbaine dans ces régions de Champagne et Lorraine, une certaine compétition régnait pour attirer les prédicateurs les plus renommés, issus des ordres tridentins.

  • 8 Peut-être ici une approche prosopographique systématique aurait-elle pu faire apparaitre des profil (...)

5Dans un deuxième temps, Stefano Simiz s’intéresse à la figure du prédicateur, homme de religion et de parole. De l’évêque au curé en passant par les chanoines et autres réguliers, c’était l’ensemble du monde ecclésiastique qui pouvait être concerné par la prédication, à travers une hiérarchie mais également des rivalités. Au cœur de sa cité épiscopale, l’évêque était le premier prédicateur du lieu. À ce titre, les années 1540-1550 virent l’émergence dans les différentes cités épiscopales étudiées de l’image du prélat bon pasteur, qui ne rechignait pas à monter en chaire pour combattre les idées et sermons réformés. Puis, progressivement, à partir du xviie siècle, les évêques mirent en place une organisation de la prédication, grâce notamment à la figure nouvelle du théologal, membre d’un chapitre cathédral ou collégial. Tout un chapitre est consacré au rôle des réguliers et des curés dans la prédication urbaine, entre complémentarité et concurrence. Stefano Simiz analyse les dynamiques propres aux ordres réguliers, qui se servaient de la prédication comme un moyen de favoriser leur renommée ainsi que les dons et fondations des fidèles. Les curés et autres prêtres s’occupaient eux davantage d’une prédication ordinaire, et peu à peu émerge l’image du prêtre bon pasteur, ce que l’auteur appelle « la normalisation du prône », dont l’exercice par les séculiers apparaît comme de plus en plus normé et encadré. Après cette typologie, Stefano Simiz propose une analyse du « dur métier de prédicateur », qui implique une formation spécifique, une forme de carrière8. Puis il s’intéresse à la préparation en elle-même de la prédication, à travers du rapport entre l’oral et l’écrit : le prédicateur se nourrissait de lectures pour prêcher, et parfois, publie ses sermons. C’est donc l’ensemble du métier de prédicateur qui est abordé dans cette deuxième partie.

6Enfin, dans un troisième et dernier temps, Stefano Simiz étudie le contenu du message délivré autour de deux temps forts. Le premier concerne les affrontements confessionnels puis politiques qui animèrent ces dix capitales de Champagne et de Lorraine. C’est l’occasion pour l’auteur de montrer comment la prédication a été une des premières ripostes catholiques en ville, dès les décennies 1540. Prêcher devint très tôt un lieu d’affrontement entre les différentes confessions naissantes. Ce rôle fut renforcé lors de l’année 1562 qui vit les protestants s’emparer ou tenter de s’emparer de nombreuses villes. C’est à partir de cette date que les différentes Églises locales réagirent fermement, engageant des prédicateurs dans la lutte. Cette densité de la prédication continua sous une autre forme durant la Ligue, posant dès lors un problème politique. Henri IV veilla à davantage contrôler cette parole publique, dans une volonté de pacification du royaume et des villes.

7Second temps fort politico-religieux analysé, la crise janséniste est étudiée au prisme de la prédication. Les prêches et sermons furent en effet, dans des régions fortement touchées par le jansénisme, un enjeu à la fois dans les polémiques, mais également dans l’affirmation d’une orthodoxie romaine et royale, à travers une chronologie complexe articulée autour des premières condamnations du milieu du xviie siècle et de la bulle Unigenitus. Là encore, les enjeux ne furent pas seulement théologiques, mais également politiques. Peu à peu, le pouvoir royal affirma un contrôle de plus en plus ferme sur la prédication.

8Stefano Simiz propose donc dans cet ouvrage une analyse complète de la prédication à l’époque moderne, multipliant les points par une utilisation de sources variées. Au-delà du simple discours religieux, c’est un monde de bruissements, de paroles qui apparaît, animant les villes, alimentant les passions, façonnant les âmes comme les comportements.

Top of page

Notes

1 Nicolas Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, Études Augustiniennes, 1998.

2 Hervé Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1360-1520, Paris, Cerf.

3 Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime, xviie-xviiie siècles, Paris, Classiques Garnier, 2014.

4 Stefano Simiz (éd.), La parole publique en ville de la Réforme à la Révolution, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012.

5 Ces critères de centralités, développé par le géographe allemand Christaller dans au début des années 1932, ont été appliqué au milieu urbain lorrain médiéval par Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006.

6 Sa thèse avait également pour cadre le milieu urbain : Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

7 Outre les travaux de Stefano Simiz et Isabelle Brian déjà cités, on peut également mentionner les recherches d’Anne Bonzon (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, 2014, ou encore ceux de Gaël Rideau, De la Religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2009.

8 Peut-être ici une approche prosopographique systématique aurait-elle pu faire apparaitre des profils de carrière, mais peut-être les sources ne le permettaient-elle pas de manière satisfaisante.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nicolas Guyard, « Stefano Simiz, Prédications et prédicateurs en ville. xvie -xviie siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 235-238.

Electronic reference

Nicolas Guyard, « Stefano Simiz, Prédications et prédicateurs en ville. xvie -xviie siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 16 August 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4157

Top of page

About the author

Nicolas Guyard

LARHRA, UMR 5190, Université Lumière - Lyon 2

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org