Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Heinz Schilling, Martin Luther. Biographie, Paris, Salvator, 2014, 704 p.

Yves Krumenacker
p. 233-234

Texte intégral

1Ce livre, le premier en date de tous ceux qui sont liés à la commémoration du cinquième centenaire de la Réforme, est la traduction de Martin Luther. Rebell in einer Zeit des Umbruchs, paru à Munich, chez Beck, en 2012. L’intérêt est qu’il est écrit par un historien, non, comme c’est souvent le cas, un théologien ou, ce qui est fréquent en Allemagne, un historien de l’Église ; et que cet historien est un des meilleurs spécialistes de l’Europe moderne, « inventeur », avec Wolfgang Reinhard, de la notion de confessionnalisation qui s’est imposée depuis les années 1980 dans l’étude de la construction des États modernes, non sans provoquer des critiques et discussions généralement fécondes. Schilling nous avait habitués à l’analyse des structures étatico-religieuses ; il nous surprend aujourd’hui en nous présentant une biographie. Mais le sous-titre allemand de son livre, « rebelle en un temps de crise », nous montre bien le souci de contextualisation qui l’anime.

2Le livre est divisé en trois parties très inégales. La première, très courte, va jusqu’en 1511 et porte sur l’enfance, les études et les premières années de vie monastique. C’est l’occasion pour l’auteur de dresser un tableau très complet et très suggestif de la fin du xve siècle allemand, pas seulement, comme on le fait souvent, sur un plan religieux, mais en voyant aussi les aspects politiques, démographiques, économiques, scientifiques, artistiques et culturels. C’est dans ce cadre qu’apparaît Martin Luther. Cette première partie est caractéristique de l’ensemble du livre : une vision à la fois large et très précise du contexte, permise par les études précédentes de Schilling, et une parfaite connaissance de l’œuvre et de la bibliographie de Luther (même si l’édition française n’a conservé en notes que les références aux textes de Luther lui-même). La seconde partie, en commençant en 1511, permet d’insérer « le long chemin vers la théologie réformatrice » dans un lieu (la jeune université de l’électorat de Saxe, à Wittenberg, l’ordre des augustins, ouvert aux questions spirituelles et politiques du moment) et un temps (une piété profonde, mais inquiète, un fort ressentiment envers Rome, un humanisme réformateur). La rupture se fait en confrontation avec l’Église et avec l’Empire, au terme d’une activité forcenée, l’écriture, la prédication. Cette période s’achève par une clarification face à d’autres positions réformatrices (Karlstadt, Müntzer) et l’abandon définitif de la vie monastique avec le mariage, en 1525, et la vie familiale.

3Jusque-là, Schilling respecte à peu près la chronologie, en mêlant avec bonheur le récit des événements de la vie de Luther avec des plans beaucoup plus larges, permettant de leur donner une signification par leur mise en contexte. La troisième partie, beaucoup plus longue, est un peu différente, dans la mesure où, sans abandonner la chronologie, elle est davantage thématique. C’est d’ailleurs ce que font pratiquement tous les biographes de Luther, dans la mesure où l’activité multiforme du réformateur, de 1525 à 1546, se prête mal à une approche linéaire. De ce point de vue, l’ouvrage de Schilling est assez classique ; de même qu’est classique la coupure qu’il met en 1525, comprise comme l’abandon d’une volonté de réforme universelle pour un recentrement sur une réforme particulière, pas totalement assumé par Luther, qui laisse Melanchthon et Bugenhagen s’occuper des questions très matérielles d’organisation. C’est pourtant aussi pendant cette période que la diffusion des livres, le ralliement des princes, les guerres, l’affrontement avec Rome permettent à la Réforme luthérienne de s’implanter dans tout l’Empire et même dans le reste de l’Europe (très peu évoquée : cette biographie reste très allemande). Les grands thèmes sont abordés : la théologie, l’organisation des nouvelles Églises, la politique, l’économie, mais aussi la vie quotidienne, les soucis, les problèmes de santé de Luther, et son obsession des juifs.

4L’épilogue permet, en écho au premier chapitre, de dresser un bilan des transformations opérées : fragmentation et territorialisation de l’Empire, ébranlement du pouvoir de la papauté, formation de cultures confessionnelles. Les conséquences à long terme sont fondamentales : renforcement du pouvoir des princes (et Schilling note à juste titre la différence avec le calvinisme), pluralisme religieux qui, à long terme, produira la tolérance, revendication des droits de chaque chrétien devant Dieu qui fera exploser le refus par Luther de la liberté de conscience. Dans une conclusion nuancée, Schilling estime que c’est contre son gré que Luther a contribué à l’avènement de la société moderne. On ne peut qu’acquiescer, et saluer cette biographie qui, à ce jour, est sans doute la meilleure de toutes celles qu’on peut avoir en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Heinz Schilling, Martin Luther. Biographie, Paris, Salvator, 2014, 704 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 233-234.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Heinz Schilling, Martin Luther. Biographie, Paris, Salvator, 2014, 704 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 09 février 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4154

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org