Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Jacky Provence, Mémoires et mémorialistes à l’époque des guerres de Religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003, Paris, Honoré Champion, 2015, 325 p.

Pierre-Jean Souriac
p. 214-216

Full text

1Ces actes d’un colloque tenu en 2003 ont été édités en 2015 par Jacky Provence. Ils s’inscrivent dans un projet de plus grande ampleur commencé dans les années 1990 autour du chroniqueur champenois Nicolas Pithou. Ce projet a conduit tant à l’étude du personnage qu’à l’édition de ses chroniques. Ce colloque reflète également l’engouement des historiens pour l’édition de plusieurs mémorialistes du temps des guerres de Religion à partir des années 2000, par exemple les mémoires de Sébastien Le Pelletier à Chartres, de Jehan Pussot à Reims, de Jacques Carorguy à Troyes ou encore la réédition de Pierre de L’Estoile pour Paris. De ces initiatives est né le projet de ce colloque centré sur Nicolas Pithou, son œuvre, ses contemporains champenois et ses correspondants du Refuge suisse. Ce colloque se veut pour cela pluridisciplinaire, regroupant littéraires et historiens de France, d’Angleterre et des États-Unis. Le colloque et ses actes sont donc construits autour d’une galerie de portraits de mémorialistes et de leurs œuvres ayant un rapport plus ou moins proche avec Nicolas Pithou. La première partie est consacrée à des mémoires concernant l’ensemble des guerres de Religion ; la deuxième partie s’intéresse précisément à Nicolas Pithou et ses correspondants genevois, notamment Simon Goulart ; la troisième partie porte sur la Ligue et sa mise en récit à travers quelques mémorialistes de Champagne ou du nord de la France.

2Les points de convergence des 17 contributions qui nous sont proposées sont donc Nicolas Pithou et la Champagne au temps des guerres de Religion ; en dehors de cela, nous sont proposées plusieurs études de cas mettant en jeu l’écrit personnel durant cette période troublée. La conclusion due à Yves-Marie Bercé permet tout de même de revenir sur certains éléments transversaux et donne en fin d’ouvrage une plus grande unité à ces contributions. Yves-Marie Bercé souligne d’abord la grande diversité des écritures personnelles dans cette Champagne du xvie siècle qui demeure un lieu d’échange et de circulation. Ces élites champenoises écrivent selon des points de vue très différents et proposent des discours complémentaires sur la déchirure religieuse qui affecte leur province et le royaume. Ces écrits sont autant d’explications des événements vécus, ils revendiquent une vérité qui s’accommode pourtant des convictions de leur auteur et reflète une opinion en gestation qui ose s’exprimer à travers la plume. Leur ambition est de dévoiler ce que d’aucuns tiennent à tenir secret : ces mémoires mettent en lumière ce qui pour leur auteur explique les événements. Pour Yves-Marie Bercé, cette écriture est une forme de revanche sur l’injustice d’un temps de désastre, d’une fracture confessionnelle qui ébranle les certitudes. Elle est aussi le reflet de l’anormal, de l’exceptionnel, de ces signes qui révèlent la crise et que les auteurs tentent d’interpréter et d’inscrire dans la mémoire familiale ou régionale. Enfin, ces chroniques et mémoires témoignent de la rareté de l’information écrite, au point que même chez les élites provinciales, l’information semble n’avoir de source que dans l’oralité. La rumeur est elle-même source, perçue par ces auteurs dans son caractère frauduleux, mais intégrée à une lecture du temps où elle est également un événement. Les textes versent pour la plupart dans un pessimisme caractéristique à la fois de leurs auteurs – des hommes en fin de vie – et d’un contexte de guerre civile particulièrement tendu. Ils n’en demeurent pas moins des sources complexes dont il faut savoir faire la critique, mais qui donnent de l’épaisseur à notre compréhension du quotidien d’un temps de guerre civile.

3La première partie cherche à questionner la perception globale des troubles religieux par les mémorialistes champenois. Jérôme Buridant examine les événements climatiques relatés par une dizaine de chroniqueurs et souligne combien ces sources transmettent les principaux événements climatiques, glaciations, sécheresse, tempêtes ou précipitations inhabituelles. Ce climat incertain qui nourrit l’inquiétude est aussi celui qui offre « des signes à interpréter », dans une « rationalité » propre au xvie siècle et issue de la scolastique médiévale cherchant Dieu à l’origine de tout phénomène. Bernard Delahaye s’intéresse à Claude Haton, prêtre en activité dans la ville de Provins. Dans une communication rapide, il revient d’abord sur les mémoires de ce « curé de Provins », de sa première publication en 1857 à la récente édition au CTHS (2001-2007) et souligne quelques éléments notables de ses mémoires. À l’inverse, Chloé Pata revient un peu plus précisément sur le sentiment eschatologique chez Claude Haton au cours des événements de l’année 1577. Dans l’édition originale du xixe siècle, cette année avait été quasiment occultée et cette communication relève d’abord d’une redécouverte à partir du manuscrit original. Se retrouvent en 1577 des thèmes récurrents à l’échelle de ses mémoires : les mauvaises mœurs de ses contemporains, les exactions des soldats, l’accumulation des signes célestes comme une comète, la circulation des rumeurs cumulant ainsi les anecdotes et les faits inexpliqués. Gilbert Schrenck s’intéresse aux mémoires d’Agrippa d’Aubigné et de Nicolas Harlay-Sancy, deux chroniqueurs protestants dont le deuxième s’est converti au catholicisme en 1597 au grand dam du premier. Les deux mémorialistes relatent des expériences militaires communes sans avoir eu connaissance des écrits l’un de l’autre, le présent article adoptant une démarche comparatiste. Tous deux transcrivent leur vérité, mêlant l’histoire à leur propre vécu, d’Aubigné celui d’un tempétueux chef de guerre tenant d’une position ferme, Sancy celui d’un diplomate plus proche des « Politiques ». Dans ces différences, tous deux s’attachent aux données militaires, tous deux laissent l’anecdote envahir leur récit, tous deux sont des défenseurs de la Couronne et tous deux cherchent à conseiller le prince. Georges Bischoff développe pour sa part la situation alsacienne, terre d’empire proche du royaume de France et pour cela sensible aux événements des guerres civiles. L’auteur étudie la circulation de l’information, notamment suite à la Saint-Barthélemy, la circulation des hommes aussi entre l’Alsace et la France, circulation dont les mémoires et chroniques se font l’écho. Il montre également les réactions alsaciennes au massacre, les efforts de maintenir une coexistence confessionnelle tout comme les raidissements observés d’un camp à l’autre.

4La seconde partie de l’ouvrage rassemble six contributions autour de Nicolas Pithou. La première, celle de Roger Zuber, propose de questionner l’Histoire ecclésiastique de Troyes par ce qu’elle révèle de la vie de son auteur. Dans sa narration, le livre glisse du récit historique au récit personnel. Penny Roberts interroge le regard porté par le Troyen sur les femmes protestantes, cherchant à identifier les questions de parenté, de voisinage et de position sociale dans la construction identitaire du milieu calviniste troyen. Elle dégage trois renseignements sur ces processus : le prise de risque indéniable des femmes dans le processus de réforme aussi bien que dans la guerre, le danger réel encouru et les solidarités familiales qu’elles permirent de tisser. Gilles Banderier présente ensuite les liens tissés entre la famille Pithou et leurs « amis bâlois ». Il suit les différentes venues dans la ville des quatre frères Pithou, leurs études à l’université de Bâle, les cercles intellectuels fréquentés, leur correspondance, concluant sur leur mobilité, leur travail inlassable et le refuge dans le travail de l’esprit face à la barbarie des guerres civiles. Cécile Huchard interroge pour sa part le sens à donner au terme « Mémoires » qui se multiplie dans les titres des récits publiés au cours des guerres civiles. Elle s’intéresse plus précisément aux Mémoires de l’Estat de France de Simon Goulart, mais d’une manière plus générale, elle montre qu’au xvie siècle, ces mémoires correspondent à la fois à un genre biographique en gestation et à un document juridique servant la cause d’un plaideur pour justifier ses affaires. Ces œuvres écrites au cours des conflits religieux se positionnent à la croisée de ces deux genres littéraires mêlant pièces officielles et souvenirs personnels puisés à des sources diverses comme le montre l’auteur pour la Saint Barthélemy troyenne. Amy C. Graves poursuit sur Simon Goulart en relevant dans son œuvre les référents à la justice et par corrélation l’attente de la vengeance divine. L’auteur montre tout comme dans l’article précédent combien le mémoire se construit comme un document judiciaire, organisant quasiment le procès des massacreurs troyens de 1572 et justifiant par la suite le châtiment de Dieu sur les criminels. Anne Mantero s’intéresse à Pierre Poupo, poète dont on a conservé La muse chrétienne, rédigée dans les années 1580. Protestant exilé à Genève, il fut témoin du conflit de la ville avec la Savoie et de la dernière guerre de Religion. Sa poésie est parsemée de références à ces évènements, et sans être un mémorialiste, il appartient à ces auteurs témoins des troubles civils.

5La troisième partie du livre concerne les mémoires écrits pendant la période ligueuse et rassemble six contributions. Madeleine Lazard aborde le Journal de Pierre de L’Estoile dont elle a dirigé une partie de la réédition dans les années 1990. Sa contribution s’intéresse aux années 1585-1588 et montre comment L’Estoile se transforme progressivement de chroniqueur collectant des documents de son temps en juge face à l’effondrement du pouvoir monarchique. Xavier Le Person présente dans ses grandes lignes le journal du prêtre ligueur de Chartres, Sébastien Le Pelletier, dont il a également assuré la publication. Son intervention permet de cerner le profil d’un ecclésiastique très fermement ligueur qui subit le basculement de sa ville quand elle passe sous l’autorité d’Henri IV. Eric Thierry présente de son côté Antoine Richart, officier de finance de Laon et qui consacra ses Mémoires à raconter les événements de sa ville et de sa province entre 1589 et 1596. Leur rédaction date probablement de 1595-1596. Compilant des documents contemporains et rapportant des faits dont il fut témoin, Antoine Richart s’inscrit dans la tradition des mémorialistes de son temps avec l’originalité de ne laisser affleurer des informations personnelles que très rarement, sinon sa désapprobation de la Ligue. Jacky Provence présente les mémoires de Jacques Carorguy, greffier du bailliage de Bar-sur-Seine, mémoires qu’il a lui aussi édités en 2011. Catholique fidèle à Henri IV, Carorguy se veut le chroniqueur des vicissitudes d’un temps troublé dont il est le témoin et couvrant les années 1582-1595. Abel Lamauvinière fait état du journal du bourgeois troyen Nicolas Dare qui couvre les années 1583-1595. Lui aussi témoigne du parcours ligueur de sa ville, de l’intérieur puisqu’il en fut magistrat et homme du cardinal de Guise dans les années de plus grande ferveur catholique. Enfin, pour finir ce tour d’horizon des mémorialistes ligueurs, Marina Lefèvre et Stefano Simiz présentent les mémoires de Jehan Pussot, charpentier rémois. Ces mémoires ont également été publiés par Stefano Simiz et Jérôme Buridant en 2008. Journal personnel centré sur sa vie, l’écrit de Jehan Pussot glisse progressivement vers la chronique des événements de son temps, particulièrement pendant la période ligueuse et suite à l’assassinat des Guise en 1588.

6Ce livre est donc le reflet de l’intérêt suscité par les écrits du for privé depuis la fin des années 1990. S’il s’apparente à un catalogue d’auteurs champenois du second xvie siècle, il souligne la grande richesse de ces sources et l’engouement pour l’écrit personnel au sein de ces élites provinciales du temps des troubles.

Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre-Jean Souriac, « Jacky Provence, Mémoires et mémorialistes à l’époque des guerres de Religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003, Paris, Honoré Champion, 2015, 325 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 214-216.

Electronic reference

Pierre-Jean Souriac, « Jacky Provence, Mémoires et mémorialistes à l’époque des guerres de Religion. Actes du colloque de Montiéramey et Bar-sur-Seine 24-25 avril 2003, Paris, Honoré Champion, 2015, 325 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 22 May 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4152

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org