Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Stéphane Nicaise, Les missions jésuites dans l’océan indien ; Madagascar, La Réunion, Maurice, Lessius, 2015, Collection Petite bibliothèque jésuite, 2015, 170 p.

Jean-Michel Vasquez
p. 226-229

Full text

1Qu’est-ce qui rassemble aujourd’hui des îles aussi disparates que Madagascar, La Réunion, Maurice, outre leur appartenance à la même région océanique ? « La mission jésuite » répond Stéphane Nicaise. Cet anthropologue français, jésuite, auteur de plusieurs monographies sur La Réunion où il vit depuis une trentaine d’années, livre un essai sur l’intérêt que représentent les missions dans la constitution d’un espace cohérent, une aire culturelle commune surnommée l’indianocéanie. C’est le douzième numéro de la Petite Bibliothèque Jésuite, une collection jeune mais déjà prolifique. A travers six chapitres, l’auteur rappelle l’histoire de la présence missionnaire jalonnée par quelques dates clés, puis aborde la situation propre à chaque île en insistant sur les nombreux signes de rapprochement, avant de traiter le projet commun de l’indianoécanie. Selon lui, ce projet mérite que les jésuites actualisent le sens et les moyens de leur mission « pour se hisser à sa hauteur », car il permettra à toutes les îles un même devenir régional. L’indianocéanie est à la fois un enjeu et un impératif.

2Le premier chapitre rappelle l’objectif de la première installation à l’île Bourbon, idéalement positionnée sur la route du Maduré en Inde. Après l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, les nouveaux engagés venus d’Inde et d’Afrique sont accueillis et encadrés par les jésuites : tous se moulent « dans l’ensemble d’une indianocéanie aux couleurs de la France ». Le deuxième chapitre revient sur l’attelage entre Madagascar et les îles sœurs, que la proximité géographique a rendu nécessaire à l’évangélisation. Les jésuites ont très vite utilisé cette proximité pour surmonter les obstacles, les petites îles servant tour à tour de repli, retraite, base arrière ou de départ pour conquérir ou reconquérir la grande île, comme le Maduré. Certains missionnaires ont débuté dans la mission indienne de Maurice avant de faire carrière à Madagascar, croisant ceux qui, après des années de brousse, rejoignaient Maurice ou la Réunion. Le parcours individuel de ces hommes semble montrer que le destin des îles était inévitablement lié.

3L’auteur considère ensuite chaque situation insulaire, différente selon les statuts politiques arrêtés lors de la décolonisation. À Madagascar devenue indépendante, les Jésuites, au départ écartés, comme le père Puybaudet en 1962, ont dû s’adapter en se plaçant davantage au service de l’homme malgache : des cours de formation adaptés à une population rurale, dispersée et isolée, un accompagnement social et moral (Se Fa Fi), une revue en malgache prouvent leur engagement auprès de la société. Mais cette action sociale de l’Église trouve ses limites en 2007 quand est expulsé le père Urfer : c’est à travers lui sans doute l’influence de l’institution religieuse que les pouvoirs locaux ont tenté de diminuer. Autre signe d’adaptation, la congrégation a connu une « malgachisation » de son personnel, de telle sorte que les Européens (vazaha) sont devenus ultra minoritaires. Or, par leurs travaux dans des domaines aussi divers que l’anthropologie, l’édition, les chants populaires, des hommes comme Urfer, Noiret, ou Peter, incarnent un investissement sincère pour la réhabilitation des cultures traditionnelles ainsi qu’une garantie que les échanges avec les petites îles seront maintenus. À Maurice, colonie britannique jusqu’en 1968, les missionnaires doivent relever le défi d’encadrer une population largement séduite par l’indépendance de l’Inde et doutant du catholicisme, qu’elle associe à une créolisation très mal vécue. Si la figure du père D’Souza, indien, chrétien et prêtre, peut rassurer, notamment la population indo-catholique, dans l’ensemble, la société est tiraillée par le communautarisme, et les jésuites ont du mal à faire reconnaître une culture mauricienne propre, le « mauricianisme », et faire admettre le créole comme la base commune à tous, synonyme de métissage. Là aussi, l’Église a un rôle évident de cohésion à jouer, au service de la population. Et en bon anthropologue, l’auteur invite à se replier sur l’intérieur de l’âme mauricienne, « sanctuaire du socle commun à tous », faisant remarquer que depuis 1960, c’est le chemin emprunté par plusieurs missionnaires : Jean de Roton, Anthony Ponuduraï, Julien Lourdes… À La Réunion, devenue département français en 1946, la notion de « vivre ensemble » atteint sa pleine signification. Même si la congrégation la rattache à sa province de France-Atlantique en 1968, l’île reste d’après ses résultats socio-économiques une véritable terre de mission. En bon connaisseur de sa population, l’auteur rappelle ses difficultés qui se sont encore manifestées lors des émeutes dans le quartier du Chaudron en 1991. Pourtant, depuis les années 1960, des jésuites ont incarné la doctrine sociale de l’Église, comme le père Puybaudet, fraichement expulsé de Madagascar. Aujourd’hui, c’est l’enchevêtrement culturel et religieux qui devient un obstacle. Stéphane Nicaise reprend le témoignage de Gilette et Jocelyn, réunionnais d’origines malabare et malgache, qui sont confrontés au rejet des cultures africaines par leur société. Une solution s’impose : « Une seule prière interreligieuse que chacun pourrait prononcer à l’unisson avec les autres, dans la totale fidélité de sa foi ». Plus que jamais, La Réunion est « le laboratoire du vivre ensemble ». « Malgachisation », « mauricianisme », vivre-ensemble, les îles de l’océan indien connaissent des défis propres qui doivent être relevés avant d’envisager le stade suivant de la solidarité inter-îles.

4En parcourant le dernier chapitre, le lecteur comprend que l’indianocéanie s’impose naturellement comme un impératif. Il constate tout d’abord une nouvelle circulation des hommes et des idées entre les îles depuis les années 2000. C’est la préfiguration d’une « région océan indien », un stade à atteindre selon l’auteur. Il faut « sortir de son île pour fréquenter les autres et mettre en place des projets communs ». Il faut multiplier les échanges de formation, d’expertises, de solutions à apporter sur des sujets majeurs comme le développement, la lutte contre le SIDA, directement utilisables par les populations africaines. Vu des petites îles, Madagascar est le lien avec l’Afrique, qu’il s’agit évidemment de développer. Pour finir, Stéphane Nicaise appelle la mise en réseau des centres jésuites, pour que leur expertise serve au plus grand nombre : Saint-Ignace à La Réunion et Tananarive, Pedro Arrupe à Tananarive, Saint-Jean à Fianarantsoa. Il faut « rompre l’isolement, mais sans se précipiter ». Le propos se termine par une note optimiste sur l’aptitude remarquable des sociétés à accueillir des éléments étrangers en les intégrant à leur propre cohérence. Mais le défi n’est-il pas disproportionné ? Comme l’affirme l’auteur, ces îles sont des interfaces entre des mondes très différents, l’Inde et l’Afrique en l’occurence. Par le truchement des migrations humaines, ne sont-elles alors pas victimes de rapports de force culturels qui déstabilisent localement les équilibres fragiles qu’elles tentent de préserver ? Un index des lieux et un autre des noms, fort de 280 entrées, rappelle que la mission de l’océan indien a sollicité de nombreux acteurs. Une carte de la région localise les îles et une autre de Madagascar résume son découpage géométrique en diocèses.

5Cet essai présente l’avantage majeur d’offrir une vision panoramique de l’état des missions jésuites dans l’océan indien, dépassant les monographies locales qu’imposent des sources elles-mêmes dispersées, malgré la concentration des archives épistolaires à Rome (ARSI). Et quelques chiffres résument la situation : si Madagascar compte 270 jésuites, il n’y en a qu’une dizaine à Maurice et 8 seulement à La Réunion. Outre le déséquilibre flagrant en effectifs, il faut aussi constater la perte d’influence culturelle des Français dans cette partie du monde. Si le mot « francophonie » n’est utilisé qu’à la dernière page, il ne se réduit pourtant pas à une simple solidarité linguistique laïque, car il porte à la fois le souvenir d’une influence passée et nourrit des projets d’avenir.

6La situation de dispersion et d’éloignement propre à ces îles et les objectifs d’évangélisation parfois démesurés expliquent que la congrégation s’est adaptée le plus souvent au cas par cas, gérant localement la pénurie et l’isolement. Cet essai rapporte les investissements sincères de missionnaires pour forger une conscience régionale, indianocéanienne, mais il rapporte aussi en creux les obstacles générés par l’institution qui entravent le projet. En effet, le lecteur néophyte découvre que les découpages et attributions des juridictions entre les différentes provinces, nombreux et éloignés de toute uniformisation, constituent des freins solides à l’émergence d’une sensibilité commune. On perçoit toutefois l’enthousiasme de l’auteur pour faire changer les choses et l’accélération des expériences depuis les années 2000 pourrait pousser la Compagnie à appliquer une administration plus simple selon une logique régionale. Convaincre ses dirigeants d’adopter une nouvelle approche dans les missions de l’océan indien est certainement l’un des objectifs recherchés par cet essai. Plus globalement, l’ouvrage pose la question fondamentale de la place accordée à l’espace – ici celui de la région du sud ouest de l’océan indien – dans l’administration des missions par une congrégation tiraillée entre ses choix juridictionnels antérieurs et sa nécessaire adaptation à des situations politiques et sociales changeantes. En d’autres termes, comment faire admettre un sentiment commun d’indianocéanie à des populations évangélisées par une congrégation qui a précisément divisé ses forces pour mieux les adapter aux différentes situations ? Si la mission chrétienne est universelle, est-elle capable de susciter par l’action de ses missionnaires un sentiment d’appartenance à une entité spatiale nouvelle dont le seul substrat commun est d’ordre religieux ?

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Michel Vasquez, « Stéphane Nicaise, Les missions jésuites dans l’océan indien ; Madagascar, La Réunion, Maurice, Lessius, 2015, Collection Petite bibliothèque jésuite, 2015, 170 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 226-229.

Electronic reference

Jean-Michel Vasquez, « Stéphane Nicaise, Les missions jésuites dans l’océan indien ; Madagascar, La Réunion, Maurice, Lessius, 2015, Collection Petite bibliothèque jésuite, 2015, 170 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 23 April 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4150

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org