Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Sylvia Mostaccio, Early Modern Jesuits between obedience and conscience during the generalate of Claudio Acquaviva (1581-1615), Ashgate, Farnham-Burlington, 2014, 200 p.

Bernard Hours
p. 224-225

Full text

1Ce livre court mais dense et riche en références est le fruit d’une dizaine d’années de recherches. L’auteur tente de comprendre la spécificité de l’exigence d’obéissance au sein de la Compagnie de Jésus. La question n’est pas celle du quatrième vœu d’obéissance spéciale au pape pour les missions, mais celle de l’obéissance due par chaque jésuite à ses supérieurs. Le focus est mis sur la période charnière du généralat de Claudio Acquaviva, marqué par de profondes tensions au sein de la société et une crise du gouvernement. Le propos de S. Mostaccio n’est pas de faire le récit d’une histoire qui commence à être bien connue, notamment en raison des deux congrégations générales de 1593 et 1608, convoquées non par Acquaviva alors qu’il était en fonction, mais par le pape Clément VIII pour la première et par la congrégation des procureurs pour la seconde. Elle essaye plutôt de comprendre, en situant la question dans les débats de théologie morale de l’époque, ce que signifie l’exigence d’une obéissance perinde ac cadaver quand chaque jésuite est renvoyé à l’autonomie de sa propre conscience, d’une part en raison de la pratique des Exercices spirituels qui doit aider au discernement de la volonté de Dieu, d’autre part en raison de la recommandation d’accommoder les exigences de la mission (quelle qu’en soit la forme) aux contextes dans lesquels elle est mise en œuvre. La question de l’obéissance ne peut donc plus être abordée dans les mêmes termes qu’auparavant, dans la tradition monastique médiévale. Elle constitue moins un simple principe de conduite qu’une invitation à l’approfondissement de la vocation. Sa mise en œuvre se fait dans une interaction qui inclut des marges de manœuvre entre les différents niveaux de la hiérarchie au sein de la Compagnie, comme le montre par exemple la pratique des lettres Indipetae adressées directement au préposé général pour solliciter l’envoi en mission (objet d’une vaste enquête conduite ces dernières années sous la houlette de Pierre-Antoine Fabre). Mais cette interaction peut aller jusqu’au conflit. S. Mostaccio se penche ainsi sur l’affaire peu connue de Julien Vincent, ce Jésuite qui saisit le Saint-Office à la fin des années 1580 pour obtenir la censure de la fameuse lettre d’obédience adressée par Ignace de Loyola aux frères portugais en 1553. La démarche était particulièrement subversive, puisque cela revenait à mettre indirectement en cause les Constitutions mêmes sur ce point central de l’obéissance dont dépend tout le fonctionnement de la Compagnie (p. 86-101). La question de l’obéissance est aussi au cœur du débat sur les voies spirituelles que peut légitimement emprunter un jésuite. La mystique illuminative qui insiste sur la relation directe à Dieu paraît plus risquée que la voie ascétique mieux contrôlée. Sur ce point, la piste a été ouverte par Michel de Certeau à propos de Surin notamment, auquel curieusement S. Mostaccio ne se réfère jamais, alors qu’elle y aurait trouvé de quoi conforter son approche. De façon plus originale sans doute, elle préfère appliquer sa problématique à la question de la direction spirituelle des femmes par des jésuites, au prisme de quatre cas connus dont elle renouvelle l’approche. Le quatrième chapitre (« A gendered obedience ? ») qui est aussi le plus long, étudie ainsi la pratique des Exercices spirituels aussi bien par des laïques que dans quelques communautés féminines. Sont ainsi analysés attentivement le cas d’Isabella Berinzaga qui fut, à Milan à la fin du xvie siècle, la dirigée notamment d’Achille Gagliardi et réunit autour d’elle un groupe de dévotes en quête d’une nouvelle forme de vie consacrée pour les femmes (p. 113-130), et celui de la carmélite florentine Marie Madeleine de Pazzi et de Virgilio Cepari (p. 130-146). Puis sont examinées plus rapidement l’histoire de Mary Ward et de la tentative d’une « branche » féminine de la Compagnie dans la première moitié du dix-septième siècle, et celle de Catherine de Francheville et des dévotes qui, sous la houlette de Vincent Huby, mirent sur pied à Vannes, à la fin des années 1660, la première maison consacrée aux retraitantes qui voulaient faire les Exercices. La direction de conscience appliquée aux femmes suscite crainte et réserve de la part de supérieurs qui y mettent fin, moins pour des raisons morales triviales qu’en raison des risques qu’elle semble pouvoir faire courir au difficile équilibre toujours à construire pour et par chaque jésuite, entre obéissance et conscience.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernard Hours, « Sylvia Mostaccio, Early Modern Jesuits between obedience and conscience during the generalate of Claudio Acquaviva (1581-1615), Ashgate, Farnham-Burlington, 2014, 200 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 224-225.

Electronic reference

Bernard Hours, « Sylvia Mostaccio, Early Modern Jesuits between obedience and conscience during the generalate of Claudio Acquaviva (1581-1615), Ashgate, Farnham-Burlington, 2014, 200 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 30 May 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4148

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org