Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Martin Luther, La Captivité babylonienne de l’Église. Prélude, introduction de Thomas Kaufmann, Genève, Labor et Fides, coll. Classiques, 2015, 574 p.

Yves Krumenacker
p. 218-219

Texte intégral

1La Captivité babylonienne de l’Église est un des ouvrages les plus connus de Luther. C’est un des écrits qui marquent la rupture avec Rome, pendant la période où un procès est en cours contre le réformateur : sa publication, début octobre 1520, se produit au moment où la bulle Exsurge Dominus, qui excommunie le réformateur s’il ne se rétracte pas, est connue à Wittenberg. Luther affirme que les sacrements sont devenus un moyen de domination de l’Église romaine en raison de leur accaparement par les prêtres. Il n’en retient que trois, les seuls réellement institués par le Christ : le baptême, la cène et la pénitence ; mais il est plus hésitant pour cette dernière. Le mariage est honoré par Dieu, mais ce n’est qu’une institution mondaine ; les autres sacrements ne sont que des inventions permettant de maintenir la prétention de la nécessité de la caste sacerdotale pour le salut. Ce traité propose surtout une nouvelle compréhension des sacrements, qui sont une promesse de grâce, efficace pour qui a la foi. Le signe sacramentel compte moins que la Parole qui l’accompagne. En détruisant la compréhension « magique » des sacrements, Luther contribue au désenchantement du monde et à la naissance de l’homme moderne. L’introduction de T. Kaufmann, un des meilleurs historiens de l’Église moderne, restitue parfaitement le contexte religieux et situe clairement les enjeux du texte. Il rappelle quelle pratique Luther, moine et prêtre, avait des sacrements et quelle était leur signification dans l’Église latine du temps. L’évolution de la doctrine de Luther est bien montrée, depuis les sermons de 1518 jusqu’à ce traité, paru en latin – ce qui montre qu’il s’adresse d’abord aux doctes. L’occasion immédiate est la publication d’un écrit du franciscain de Leipzig von Alveld défendant la communion sous une seule espèce ; mais Luther déborde très vite ce cadre et annonce, par le sous-titre (« prélude »), que son combat ne fait que commencer. La Captivité babylonienne de l’Église fait d’ailleurs partie de ce qu’on appelle habituellement les « grands écrits réformateurs ». Son caractère explosif fait qu’il a immédiatement été traduit en allemand par le franciscain Thomas Murner, un adversaire de Luther, pour le décrédibiliser ; en réalité, la traduction (qui n’a pas plu à Luther) a assuré le succès des thèses réformatrices : le texte, dans ses versions latine et allemande, a connu un grand succès. Il s’est attiré des répliques, la plus connue étant l’Assertio septem sacramentorum, signée par le roi d’Angleterre Henri VIII, ce qui lui a permis d’obtenir du pape le titre de Defensor fidei

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Martin Luther, La Captivité babylonienne de l’Église. Prélude, introduction de Thomas Kaufmann, Genève, Labor et Fides, coll. Classiques, 2015, 574 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 218-219.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Martin Luther, La Captivité babylonienne de l’Église. Prélude, introduction de Thomas Kaufmann, Genève, Labor et Fides, coll. Classiques, 2015, 574 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 10 février 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4142

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org