Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Petr Klapka, Jean Louis Ratuit de Souches (1608-1682). De La Rochelle au service des Habsbourg. Contribution à l’étude des migrations nobiliaires francophones dans les pays de la Couronne de Bohême aux xviie-xviiie siècles, Paris, Honoré Champion, 2015, 492 p.

Yves Krumenacker
p. 216-218

Texte intégral

1Cette biographie de Ratuit de Souches reproduit une thèse soutenue en 2012 à l’université Paris 4 sous la direction d’Olivier Chaline. Le véritable intérêt de l’auteur apparaît dans le sous-titre (« Contribution… »), même si une bonne moitié du livre est de l’histoire militaire classique, avec une description minutieuse des combats auxquels a participé de Souches. L’ouvrage n’est cependant pas sans intérêt pour l’histoire religieuse, ce qui explique sa recension dans Chrétiens et Sociétés.

2On trouve tous les défauts d’une thèse non prévue pour devenir un véritable livre et éditée, malgré tout, sans changement. L’introduction et les premiers chapitres nous dressent un état très complet de l’historiographie sur la couronne de Bohême au xviie siècle, la noblesse tchèque et les migrations nobiliaires francophones en Bohême (mais c’est plus une collection de petites monographies qu’une véritable synthèse, impossible à faire), en se fondant principalement sur des auteurs tchèques. Le lecteur qui cherche à connaître Ratuit de Souches est un peu décontenancé ; il lui faut attendre la p. 107 pour que la famille de Souches apparaisse ! Rien ne nous est alors épargné sur ses origines possibles, les hypothèses de recherche et même les fausses pistes ! On retient qu’il s’agit sans doute d’une famille de l’île de Ré, enracinée depuis longtemps dans la noblesse, qui a accédé à l’administration de La Rochelle et s’est tournée assez tôt vers le protestantisme. Né le 16 août 1608, Jean Louis Ratuit de Souches a dû assister au siège de La Rochelle de 1627-1628, raconté en détail bien que l’auteur avoue qu’aucune source ne permet de savoir ce que son héros en a retenu. Son frère aîné devant hériter des terres familiales, Jean Louis part en 1628 en Suède. Est-il vraiment un « calviniste fuyant la colère du cardinal de Richelieu » ? Qu’aurait-il fait pour mériter cette colère ? Et pourquoi choisir un pays allié de la France mais luthérien, méfiant voire hostile envers les calvinistes ? Il combat sans doute avec l’armée suédoise contre les Impériaux et devient officier en 1635, colonel en 1639 (après un bref retour en France où il rencontre Louis XIII) et il est envoyé en Silésie. Peu satisfait de son sort, il quitte la Suède en 1642. Il entre alors au service des Habsbourg et s’illustre en particulier lors du siège de Brno (3 mai- 23 août 1645) où il défend la ville contre les Suédois. Ferdinand III le charge alors de combattre en Moravie et en Bohême, avant de surveiller le retrait des soldats suédois des pays héréditaires de la couronne de 1648 à 1650. Ces succès lui permettent de porter le titre de comte et de s’établir en pays tchèque. La condition est cependant de se convertir au catholicisme, ce qu’il fait entre 1649 et 1652 (aucune source ne permet de donner de date plus précise). De Souches participe ensuite à la guerre du Nord, en 1658-1660, puis lutte contre les Turcs ; sa victoire de Levice, le 19 juillet 1664, a joué un rôle décisif dans l’affaiblissement des troupes turques et leur défaite face à Montecuccoli à Saint-Gotthard, deux semaines plus tard. De Souches est ensuite chargé de la défense de la Haute-Hongrie et participe à la répression de la révolte des Magnats en 1671. Dès 1665, il est entré au Conseil privé de l’empereur. Il appartient également au Conseil de la guerre. Sa dernière campagne se fait contre les Français, à l’occasion de la guerre de Hollande. Mais son comportement lors de la bataille de Seneffe (1674) lui vaut d’être mis en accusation et destitué de son commandement. Il se retire alors dans ses terres de Moravie, à Jevišovice, dans son château qu’il rénove selon le goût baroque en vogue à Vienne.

3L’étude de la gestion et l’inventaire des biens apportent un certain éclairage sur sa piété. Sa foi catholique semble réelle, si l’on considère le soin porté à l’aménagement de sa chapelle privée ou au fait que des reliques et autres objets pieux se trouvent dans sa chambre à coucher. L’importante bibliothèque (plus de 3 000 titres en trois langues) comporte un certain nombre de livres religieux, surtout catholiques, mais aussi de textes de Luther, Müntzer, Melanchthon en allemand. Il construit une petite église à Hluboké Mašůvky, où une guérison miraculeuse se serait produite pendant la guerre de Trente ans. Il introduit des dévotions de pays francophones : sa chapelle privée est consacrée à saint Louis (son saint patron), la chapelle de Hluboké Mašůvky est dotée d’une statue de la Vierge de Foy (une dévotion qui trouve son origine en 1609 en Belgique). Piété sincère sans doute, mais aussi manifestation de la sollicitude du seigneur pour le salut des âmes de ses sujets. En revanche, nous n’apprenons rien de plus sur sa conversion ; comment passe-t-on du calvinisme strict au catholicisme baroque ? Il semble que le recteur du collège jésuite de Brno, le P. Stredonius, ait joué un rôle important. Mais on n’en sait pas davantage. On pourrait cependant se demander si l’attribution de la défense victorieuse de Brno à la Vierge, abondamment présentée dans le dernier chapitre, n’a pas ébranlé les convictions calvinistes de Ratuit de Souches dès 1645.

4Les nombreuses incorrections et autres petites fautes de français montrent que l’auteur n’est pas d’origine francophone, mais surtout qu’une relecture sérieuse du texte n’a pas été faite par l’éditeur. C’est regrettable, car le livre s’inscrit dans une collection prestigieuse (« Bibliothèque d’études de l’Europe centrale ») et son prix aurait pu laisser croire qu’un véritable travail d’édition était effectué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Petr Klapka, Jean Louis Ratuit de Souches (1608-1682). De La Rochelle au service des Habsbourg. Contribution à l’étude des migrations nobiliaires francophones dans les pays de la Couronne de Bohême aux xviie-xviiie siècles, Paris, Honoré Champion, 2015, 492 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 216-218.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Petr Klapka, Jean Louis Ratuit de Souches (1608-1682). De La Rochelle au service des Habsbourg. Contribution à l’étude des migrations nobiliaires francophones dans les pays de la Couronne de Bohême aux xviie-xviiie siècles, Paris, Honoré Champion, 2015, 492 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 09 février 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4140

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org