Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1993

Catherine Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, 2 volumes, Université Lumière-Lyon 2, 1223 p., Thèse de doctorat soutenue le 12 juin 1993, à l’Université Lumière-Lyon 2

Jury : M. Maurice Garden, professeur à l’Université de Lyon 2, président, Mme Claude-Isabelle Brelot, professeur à l’Université de Tours, rapporteur, M. Yves Lequin, professeur à l’Université de Lyon 2, directeur de thèse, M. Étienne Fouilloux, professeur à l’Université de Lyon 2 et M. Jean-Luc Pinol, professeur à l’Université de Strasbourg II.
Bruno Dumons
p. 78-82

Texte intégral

1Le 12 juin 1993, Madame Catherine Pellissier a soutenu à l’Université Lumière-Lyon 2 sa thèse de doctorat dans la salle du Conseil qui accueillait un public nombreux, à la fois universitaire et « lyonnais », passionné par le sujet présenté.Dans son exposé liminaire, la candidate rappelle les raisons qui l’ont guidée dans le choix de son sujet. En premier lieu, l’orientation a été donnée lors d’un travail de maîtrise sur Les dames d’œuvre lyonnaises à la fin du XIXe siècle. A l’issue de cette recherche, Catherine Pellissier était invitée par Yves Lequin à poursuivre une étude de plus grande ampleur sur les élites lyonnaises. Pour cela, le choix opéré a consisté à écarter les analyses sérielles déjà effectuées autour de Pierre Léon, Jean Bouvier et Pierre Cayez, pour se tourner vers un domaine laissé en friche : celui de la sphère privée. L’enjeu de ce travail a été de radiographier un milieu en privilégiant l’étude de ses sociabilités et de repérer les clivages qui le traversent. Consciente de la complexité d’un tel sujet, Catherine Pellissier met en avant les difficultés auxquelles elle a été confrontée et les limites de son étude.

2Tout d’abord, elle relève l’absence de véritables modèles d’analyse dans l’historiographie. En effet, les sources classiques de l’histoire sociale se révélaient inaptes pour l’élaboration d’un tel sujet. Il a donc fallu partir à la recherche d’archives d’un autre genre, en particulier de nature privée comme les correspondances et les journaux intimes. Cette quête des sources a été longue, parfois fastidieuse, en raison de la réticence de certaines familles à livrer des archives sur leurs proches aïeux. A ces problèmes d’accessibilité, s’en ajoutent d’autres relatifs à l’hétérogénéité des documents, leur représentativité et leur fiabilité. Enfin, il a fallu accorder une place plus importante que prévue aux questions de la domesticité et de la médicalisation, combler un vide méthodologique et souvent « improviser ». Devant cette « dictature des sources » et la diversité de la vie privée, la candidate reconnaît avoir une impression d’émiettement. Cependant, les dangers de l’adoption d’une définition large de la sociabilité permettent de souligner son rôle prépondérant dans l’ensemble du patriciat lyonnais, contribuant de ce fait à l’intégration et à l’homogénéisation de ce milieu très diversifié. Malgré ses limites, le travail de Catherine Pellissier invite à poursuivre l’investigation des sources privées, notamment en histoire religieuse. Seuls, journaux intimes et correspondances permettent de mesurer les influences spirituelles, de s’immiscer entre un directeur de conscience et son « ouaille ». De la construction de Fourvière à la mise en place des Facultés Catholiques, le laïcat bourgeois joue dans la capitale des Gaules un rôle majeur qu’il conviendrait d’éclairer en recourant aux archives privées.

3Claude-Isabelle Brelot s’empresse de souligner le grand intérêt du sujet et la démarche novatrice utilisée par la candidate. En effet, l’introduction de la notion de «patriciat» constitue une hypothèse de travail féconde qui envisage la persistance des pratiques d’Ancien Régime mais également suggère des analyses sur les « élites » et la « ville ». D’autre part, aura été particulièrement apprécié l’effort accompli en direction de la découverte de sources inédites provenant des familles et des associations. Claude-Isabelle Brelot a également relevé avec bonheur la liberté d’analyse et de jugement déployée tout au long de la thèse, la richesse foisonnante qu’elle en retire et la qualité de la bibliographie. Par delà tous ces mérites, Claude-Isabelle Brelot s’interroge sur les diverses stratégies de rapprochement à l’œuvre dans ce monde de notables et, par conséquent, sur la réalité d’une fusion des élites. Y aurait-il un modèle lyonnais de fusion des élites ? Existe-t-il de véritables différences entre le patriciat rouennais, étudié par Jean-Pierre Chaline, qui présente des pratiques symboliques châtelaines, et le patriciat lyonnais plus ouvert malgré sa réputation de grande fermeture ? Une analyse comparative aurait apporté quelques éléments de réponse. D’autres interrogations subsistent pour Claude-Isabelle Brelot, en particulier sur les différences de vocabulaire entre les termes « d’élites », de « notables », de « castes », de « patriciat », ... La notion de « patriciat » correspond-elle à un groupe social fusionné ou à un carrefour d’élites concurrentes ? La noblesse exerce-t-elle un rôle de force centrifuge ? Pour justifier l’hypothèse d’une fusion des élites, le rapporteur aurait souhaité une périodisation plus précise et une reconstitution des réseaux de parentèles. Après ces quelques remarques, Claude-Isabelle Brelot achève son intervention en saluant à nouveau les mérites de ce travail novateur.

4En rappelant le premier travail de Catherine Pellissier sur les dames d’œuvres, Yves Lequin fait part de sa satisfaction de voir enfin aboutir une recherche sur les élites lyonnaises, un milieu particulièrement « opaque ». L’angle d’approche choisi, à savoir la sociabilité, présentait de nombreuses difficultés. Le mérite de la candidate est de ne pas avoir renoncé. Au contraire, l’instrument a été utilisé, peut être pas assez dans le domaine de la sociabilité formelle, notamment autour des sociétés savantes et des espaces symboliques du pouvoir (Société d’Économie Politique, Société Linnéenne, Société de Géographie, Académie, Conseil d’Administration des Hospices Civils, ...). Beaucoup d’informations fusent dans de nombreux domaines au risque parfois de s’écarter de l’historiographie des élites pour aborder celles des femmes, de la médecine ... au demeurant assez différentes. Enfin, Yves Lequin s’interroge sur la spécificité lyonnaise et regrette l’absence de monographies semblables qui permettraient d’utiles comparaisons. Pour conclure, il rappelle toute la richesse que contient ce travail donnant lieu à un millier de pages agréablement écrites.

5L’intervention d’Étienne Fouilloux s’ordonne autour de deux sentiments : la séduction et le scepticisme. Séduit, il l’a été par l’ingéniosité mise en oeuvre pour la découverte des sources, par l’ampleur du travail exploitant les papiers de cinq cent quarante familles, par la très bonne connaissance de la société lyonnaise et par la finesse de l’analyse, notamment sur la minorité protestante ainsi que sur les deux visages du catholicisme lyonnais (intransigeant et libéral). Sceptique, il l’a été à propos des méthodes employées, regrettant un fichier de notables pas assez représentatif à ses yeux qui délaisse le monde médical et laïc pourtant puissant à Lyon. Malgré une tendance à l’empirisme et à une trop grande réticence devant les acquis de la « macrohistoire », Étienne Fouilloux considère le ton comme juste et apprécie les pages neuves concernant les milieux confessionnels entre Saône et Rhône.

6Avant d’exposer son propos, Maurice Garden, président du jury, fait part des remarques de Jean-Luc Pinol, excusé pour des raisons familiales. Il en retient deux. Tout d’abord, il s’agit là d’un travail fort important qui mêle originalité des sources et vigilance dans la critique. Puis, dans un second temps, la candidate est invitée à exploiter encore le mieux possible ce qu’elle a développé avec brio.

7Maurice Garden intervient alors pour lui-même et félicite l’impétrante pour l’aboutissement de cette thèse assez volumineuse menée en cinq ans. Il reconnaît que ce sujet libellé autour des notions de « sociabilité » et de « patriciat » était difficile à traiter, nécessitant la quête de sources originales. Selon lui, la candidate s’est fort bien déjouée de ces pièges et a montré de réelles qualités de chercheuse. Cependant, Maurice Garden estime qu’il était possible de faire plus court même si les typologies semblaient difficiles à établir. La définition de l’échantillon lui semble quelque peu empirique. Il rappelle également l’importance dans ce domaine de la généalogie qui fait apparaître les enfants des personnes non-mariées contrairement aux journaux de famille qui restent le plus souvent muets sur l’existence de ces personnes. Quelques arbres généalogiques auraient parfois permis d’illustrer tous ces réseaux d’interconnaissance. D’autre part, une plus grande distinction dans le temps aurait pu faire ressortir les transformations fondamentales de ce milieu à l’image d’une société lyonnaise qui change profondément au cours de la période étudiée. Maurice Garden souligne enfin les très bons passages sur l’univers des femmes et la communauté protestante. Il termine en souhaitant une publication rapide de ce travail de qualité qui s’inscrit parmi les recherches importantes de ces dernières années sur les élites françaises du XIXe siècle. Après un débat riche et vivant entre la candidate et le jury puis à l’issue d’une brève délibération, il est décerné à Madame Catherine Pellissier le grade de docteur en histoire à l’unanimité avec la mention très honorable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dumons, « Catherine Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, 2 volumes, Université Lumière-Lyon 2, 1223 p., Thèse de doctorat soutenue le 12 juin 1993, à l’Université Lumière-Lyon 2 », Chrétiens et sociétés, 1 | 1994, 78-82.

Référence électronique

Bruno Dumons, « Catherine Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, 2 volumes, Université Lumière-Lyon 2, 1223 p., Thèse de doctorat soutenue le 12 juin 1993, à l’Université Lumière-Lyon 2 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/414

Haut de page

Auteur

Bruno Dumons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org