Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711) : scholar, educator, civil servant, Paris, Honoré Champion, 2015, 479 p.

Boris Noguès
p. 211-213

Full text

1Cet ouvrage, tiré d’une thèse soutenue en 2013 à l’université de Groningue sous la direction de Mirjam de Baar et publié chez un éditeur bien connu, suscite un certain nombre d’interrogations. Comme l’indique le titre (sur lequel on reviendra), le livre se veut une biographie problématisée de Jean Rou. L’auteur entend en effet échapper aux pièges du genre biographique traditionnel en consacrant son premier chapitre à la vie entière de Rou, pour ensuite privilégier deux thèmes particuliers (la constitution de ses réseaux sociaux et intellectuels et l’analyse de son œuvre historique, polémique et pédagogique), avant de revenir en détail sur les différents emplois de précepteur qu’il a occupés. L’étude s’appuie pour l’essentiel sur les mémoires de Rou, qui avaient été éditées en 1857 par Francis Waddington, ainsi que sur sa correspondance (également éditée pour partie par Waddington) et sur les œuvres publiées par Rou.

2Fils d’un procureur au Parlement de Paris, Jean Rou fait de bonnes études classiques, devient avocat, s’entiche des lettres et publie en 1672 des Tables historiques, chronologiques et généalogiques (qui présentent de manière synthétique une chronologie universelle). L’entreprise est jugée assez neuve par sa forme pour lui assurer une petite renommée. Cette notoriété, appuyée sur des liens déjà tissés par sa famille, lui permet de se trouver quelques protecteurs à la cour (le duc de Montaussier) et d’entretenir des relations épistolaires avec certains membres de la république des lettres (Bayle et Ménage pour les deux plus connus). Inquiété par la censure à partir de 1675 et même embastillé à cause du second volume de ses tables, Rou devient ensuite précepteur gyrovague dans de grandes familles aristocratiques anglaises puis néerlandaises, avant d’obtenir (grâce à l’appui de Jurieu et de Bayle) un emploi de commis aux écritures puis de traducteur aux États Généraux des Provinces-Unies.

3En définitive, on observe ici la trajectoire – assez commune – d’un petit notable protestant inséré dans le monde des lettres sous le règne de Louis XIV. Ses publications restent centrées sur ce dont il s’est fait une spécialité (la chronologie, avec nombre d’éditions redondantes) et ses propositions éducatives destinées aux jeunes aristocrates n’ont rien de révolutionnaire (priorité à la formation religieuse, un peu de lettres classiques et une ouverture aux disciplines modernes des langues, de la géographie…). Le point le plus intéressant de l’étude, sur lequel aurait pu insister de manière encore plus formelle M. Green, concerne à notre sens le transfert du capital social et culturel de Rou dans différentes sphères successives, depuis les milieux judiciaires parisiens, le monde des lettres, la haute aristocratie protestante européenne et enfin les institutions des Provinces-Unies. La relative banalité de ces positions et de ce destin parmi les élites réformées françaises ne disqualifie évidemment pas Jean Rou comme objet d’étude historique et peut même l’ériger en cas exemplaire (ce qu’il est assez certainement). Cependant, l’étude aurait gagné à s’appuyer sur des comparaisons plus nombreuses et sur une connaissance plus fine et même plus exacte du monde dans lequel évolue Rou. Car ici se trouve le principal problème du livre, si l’on veut bien passer sur les différentes coquilles qui l’émaillent (Nicolas Schapira orthographié deux fois Shapiro p. 23, Giles Ménage et Urban Chevreau p. 404 et 405, Le style de Vincent de Voiture p. 452).

4En matière éducative, qu’il s’agisse de la scolarité de Rou ou de ses propositions et pratiques, des références complémentaires auraient été bienvenues, malgré une bibliographie surabondante de quarante pages à la fin de l’ouvrage – mais incomplète et pas toujours utile. Un aperçu des cours de langues vivantes, géographie ou mathématiques offerts par les académies équestres, les jésuites ou les précepteurs et gouverneurs aurait permis de mettre ce Rou educator en perspective, au-delà de la comparaison proposée avec Erasme, Locke et Bossuet. De même, sur l’éducation protestante en France, la seule référence est un chapitre d’un manuel en anglais de H.C. Barnard datant de 1922 (p. 49). Pour les études de droit en France à cette époque, M. Green se réfère à deux pages d’un article bien plus général de H.W. Blade, en anglais toujours (p. 65), ce qui paraît bien court. Le Répertoire des collèges français de M.-M. Compère et D. Julia figure bien dans la bibliographie, mais on se demande l’usage qui en a été fait, car lorsqu’il s’agit d’éclairer le passage de Rou au collège de Harcourt (notice dans le Répertoire, t. 3, p. 174-186 et monographie de Henri Bouquet), l’auteur se réfère au site web du lycée Saint-Louis, qui traite la période 1500-1793 en très exactement dix lignes.

5En lien avec ces lacunes bibliographiques, et peut-être linguistiques, on est parfois perplexe devant la lecture qui est faite des mémoires. Lorsqu’il arrive à Saumur, Rou nous raconte que « le principal […] jugea à propos, après m’avoir examiné, de me mettre en première » (Waddington, p. 17), c’est-à-dire en classe de rhétorique. Ce qui est transcrit ainsi par Green : « After a short examination, Rou was placed in the philosophy class » (p. 57), ce qui est inexact et change le sens de ce passage à Saumur. Lorsque Rou bâcle un devoir, son professeur le réprimande et lui dit « vous allez bien vite en besogne ! Mais peut-être vous en cuira-t-il » (Waddington, p. 19). M. Green comprend alors que « Rou had completed his essay before the given time and was complimented by Jean Druet, who was professor of philosophy, on his speedy writing » (p. 60). La reconstitution rigoureuse de la scolarité de Rou pose également question lorsque l’auteur présume (p. 54) qu’il quitte Harcourt à l’âge de treize ans (1651 donc) pour suivre un précepteur, Gadureau, alors qu’une lecture attentive des mémoires de Rou édités par Waddington (p. 15 et 30) montre que Gadureau meurt en 1648 et que la scolarité à Harcourt a donc été bien plus courte qu’envisagé. Si l’une des vertus du biographe est de reconstituer avec rigueur le parcours du personnage étudié, on ne peut qu’être déçu ici.

6La présentation du milieu judiciaire dont est issu Rou suscite aussi bien des interrogations. La hiérarchie si nette établie entre le statut d’avocat et celui de procureur au Parlement de Paris est exagérée (p. 67). À l’inverse, on se demande si une confusion n’est pas opérée entre les avocats et les procureurs au Parlement (deux fonctions assez proches de représentants des justiciables) et les fonctions d’avocat général ou de procureur du roi, qui sont des magistrats au sens contemporain. Quoi qu’il en soit, rien ne justifie qu’un avocat au Parlement de Paris soit considéré comme un fonctionnaire ou un agent public (civil servant) et qu’en conséquence son emploi final de traducteur à La Hague soit vu comme la restauration heureuse de la situation originelle (p. 385).

7La recension ne devrait certes pas être la collection des fautes de détail, mais leur accumulation et ces interprétations souvent discutables finissent par atteindre l’ensemble et le cœur de l’ouvrage. Aussi les trois facettes du personnage annoncées dans le titre, dont le lecteur attend peut-être une plongée dans l’État moderne en compagnie d’un maître érudit et huguenot, paraissent-elles trop peu souvent justifiées et reliées.

Top of page

References

Bibliographical reference

Boris Noguès, « Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711) : scholar, educator, civil servant, Paris, Honoré Champion, 2015, 479 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 211-213.

Electronic reference

Boris Noguès, « Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711) : scholar, educator, civil servant, Paris, Honoré Champion, 2015, 479 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 29 June 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4134

Top of page

About the author

Boris Noguès

LARHRA, UMR 5190, ENS Lyon

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org