Skip to navigation – Site map
Dossier bibliographique
Recensions

Gérard Cholvy, Mémoire et Révolution – L’abbé Pialat (1755-1820), itinéraire d’un prêtre réfractaire en Cévennes, Nîmes, Editions de la Fenestrelle, 2016, 134 p.

Paul Chopelin
p. 202-203

Full text

1Grande figure du clergé réfractaire cévenol pendant la Révolution, l’abbé Jean-Baptiste Pialat a laissé derrière lui de très intéressants mémoires relatant son apostolat clandestin au cours des années 1790. Ces souvenirs ont constitué la trame de la biographie publiée par l’abbé Ernest Sarran en 1898, dans une perspective ouvertement apologétique : si l’ouvrage fourmille d’éléments intéressants, la structure du texte et la tonalité générale de l’ensemble rendent cette étude peu utilisable en tant que telle par l’historien. Gérard Cholvy a ainsi décidé de reprendre le dossier Pialat, afin de mettre en perspective l’itinéraire de cette célébrité locale, en l’ancrant dans la société de son temps. Dès le premier chapitre, les enjeux de cette nouvelle étude sont posés : il s’agit tout autant de tenir compte des acquis récents de l’historiographie religieuse de la Révolution, que de réfléchir sur le destin mémoriel du personnage, révélateur des tensions politiques et confessionnelles qui agitent la France du Midi aux xixe-xxe siècles. Le lecteur est d’abord invité suivre les choix théologiques et politiques opérés par l’abbé Pialat au début de la Révolution : vicaire de la cathédrale d’Alès, il prête le serment de 1790 avec des restrictions spirituelles, ce qui lui vaut d’être démis de ses fonctions et de rejoindre les rangs de ce que les autorités ne tardent pas à nommer l’Église réfractaire. Recherché dans le cadre de l’affaire du camp de Jalès – une tentative de soulèvement royaliste dans les départements du Gard et de l’Ardèche –, il entre dans la clandestinité dès le printemps 1791. Débute alors une longue période d’errance, qui le conduit de cache en cache dans les Cévennes catholiques, où il exerce son apostolat. Bien que non mentionnés dans les mémoires de Pialat, d’autres prêtres sont actifs dans la région. Gérard Cholvy évoque quelques-unes de ces figures, dont le capucin Chrysostome de Barjac, à la réputation de sainteté bien établie, ou le célèbre abbé Jean-Louis Solier, dit « Sans-Peur », chef de bande royaliste, qui finit par être capturé et fusillé en 1801. Grâce aux détails contenus dans la relation de l’abbé Pialat, il est possible de reconstituer avec beaucoup de précision les conditions de vie de ces prêtres catholiques clandestins, qui ressemblent fort à celles des pasteurs protestants du Désert dans la première moitié du siècle. Pour échapper aux recherches, Pialat se fond totalement dans la population locale, dont il parle la langue, et n’hésite pas à passer quarante jours reclus dans une grotte, qu’il aménage lui-même, à Sauzet. Sa vigueur physique lui permet de sillonner inlassablement les campagnes pour y distribuer les sacrements. Il célèbre la messe chez les particuliers ou, pour les grandes occasions et lorsque les conditions climatiques le permettent, dans des « devois » (pâturages), qui peuvent accueillir plusieurs centaines de participants. Pialat accorde également beaucoup de temps à la préparation religieuse des fidèles, en participant aux veillées, au cours desquelles il chante aux enfants des berceuses religieuses en patois. À partir de la fin de l’année 1798, les autorités commencent à relâcher leur surveillance, ce qui permet à l’abbé Pialat de circuler plus facilement et d’étendre son rayon d’action, même si les règles de la clandestinité restent de mise jusqu’en 1801. Avec le Concordat commence le temps de la mémoire, remarquablement étudié par Gérard Cholvy, avec le culte des
« martyrs » de la Révolution, autour de la chapelle expiatoire de La Malène, ou les célébrations liturgiques du centenaire dans les diocèses cévenols au cours des années 1880-1890. Les conflits mémoriels sont nombreux, entre « bleus », souvent d’ascendance protestante, et « culs bénis » catholiques. Après avoir publié son premier article sur l’abbé Pialat dans la Revue du Midi (1887), le chanoine Sarran entame ainsi une vigoureuse polémique avec le journaliste radical François Rouvière, qui lui reproche de célébrer la mémoire d’un prêtre réfractaire qui n’eut finalement guère à souffrir de la Révolution... À la mémoire victimaire protestante du Désert, les catholiques opposent leur propre mémoire victimaire de la « persécution révolutionnaire ». Dans les années 1980, dans le contexte de l’œcuménisme triomphant, les historiens cherchent au contraire à gommer les antagonismes et à survaloriser les traces de rapprochement entre protestants et catholiques. Il faut attendre la publication de la thèse de Valérie Sottocasa (Mémoires affrontées, 2004) pour que soient étudiés de façon sereine et approfondie les antagonismes confessionnels ranimés par la Révolution française dans les contreforts méridionaux du Massif Central. On l’aura compris, cette courte biographie de l’abbé Pialat dépasse largement son sujet initial, en dévoilant, à travers le cas cévenol, l’âpre affrontement mémoriel entre les deux France au cours des xixe-xxe siècles.

Top of page

References

Bibliographical reference

Paul Chopelin, « Gérard Cholvy, Mémoire et Révolution – L’abbé Pialat (1755-1820), itinéraire d’un prêtre réfractaire en Cévennes, Nîmes, Editions de la Fenestrelle, 2016, 134 p. », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 202-203.

Electronic reference

Paul Chopelin, « Gérard Cholvy, Mémoire et Révolution – L’abbé Pialat (1755-1820), itinéraire d’un prêtre réfractaire en Cévennes, Nîmes, Editions de la Fenestrelle, 2016, 134 p. », Chrétiens et sociétés [Online], 23 | 2016, Online since 09 February 2017, connection on 27 April 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4125

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org