Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1993

Pierre Lathuilière, Peut-on parler d’un fondamentalisme catholique ? Signification ecclésiologique des mutations du conservatisme catholique en France depuis Vatican II

Thèse soutenue le 18 mai 1992 pour le doctorat « nouveau régime » en histoire contemporaine de l’Université Lumière-Lyon 2 et pour le doctorat de théologie de l’Université catholique de Lyon, sous la direction de Xavier de Montclos et Henri Denis. Président du jury : Jean-Dominique Durand.
Bernard Comte
p. 74-78

Texte intégral

1Lyon 2 accueillait, en une séance universitairement très œcuménique, l’une des premières soutenances de doctorat conjoint prévu par la convention passée avec l’Université catholique de Lyon, avec un jury constitué par deux historiens de Lyon 2, Xavier de Montclos et Étienne Fouilloux, un de Lyon III, Jean-Dominique Durand, et deux professeurs de l’Université catholique, l’exégète et historien Pierre Gibert, s.j. doyen de la Faculté de théologie et le théologien Bruno Chenu, a.a., personnalité invitée. X. de Montclos devait souligner en ouvrant son rapport l’originalité de cette séance, tandis que H. Denis en signalait peu après une autre : se souvenant d’avoir tenu des récollections au marteau-piqueur, il saurait aussi désormais ce que peut être une soutenance à la bétonneuse, face au bruyant chantier de l’hôpital Saint-Joseph...

2Prêtre du diocèse de Lyon, P. Lathuilière assure un enseignement de théologie au séminaire interdiocésain Saint-Irénée ainsi qu’un ministère dans le monde scolaire et universitaire. Alerté par les notations de bons observateurs du catholicisme français, comme É. Poulat et R. Rémond, qui avaient décelé l’apparition récente de traits d’une mentalité «fondamentaliste», distincte de l’intégrisme comme du traditionalisme, il a entrepris de mettre à l’épreuve cette hypothèse paradoxale d’un fondamentalisme spécifiquement catholique. D’où l’idée d’associer une investigation historique rigoureuse (en passant par le DEA d’histoire religieuse à Lyon 2) à une étude proprement théologique, qui est à l’origine de cette double thèse.

3Sur ses 888 pages, le travail de P. L. comporte un volume consacré aux sources et à la bibliographie, suivies d’annexes, d’une chronologie et de plusieurs index, et deux volumes (727 pages) pour les trois parties du développement. Dans les deux premières domine l’histoire des courants religieux et de la théologie : histoire du mot « fondamentalisme » né dans le monde protestant américain en 1920 ; analyse du courant et des tendances qu’il désignait ; étude de l’application qu’on peut faire de cette appellation à un courant du catholicisme français post-conciliaire, à l’occasion surtout de la querelle soulevée par le livre de Claude Tresmontant Le Christ hébreu (1983). La réflexion théologique a été amorcée dans le chapitre consacré, à partir de l’étude Fundamentalism du théologien anglais James Barr (1977), à une interprétation critique de l’attitude fondamentaliste dans le protestantisme anglo-saxon. Elle se poursuit dans la dernière partie de la thèse, où P. L. présente une interprétation critique, centrée autour de l’ecclésiologie, de cette tendance du catholicisme contemporain qui lui paraît relever d’un « fondamentalisme catholique » inédit.

4Les membres du jury ont été unanimes pour exprimer leur satisfaction devant la qualité du travail réalisé par P. L. dans le délai prévu. Qualité formelle : présentation matérielle impeccable et élégante, écriture toujours précise et nuancée qui connaît des bonheurs d’expression, développement sûr d’un plan clair. Qualité intellectuelle : sûreté de l’information sur les christianismes contemporains, solidité d’une méthode critique maîtrisée (dans l’analyse d’ouvrages, la présentation de controverses), rigueur du raisonnement et parfois virtuosité dans l’analyse notionnelle, inventivité des schémas qui résument les étapes du parcours. Le goût des nuances et de la rigueur conceptuelle manifesté par P. L. l’amènent parfois à abuser d’une spéculation subtile et austère, à multiplier les néologismes et les abstractions qui rendent la lecture difficile ; mais ce sont faiblesses mineures, qui n’enlèvent rien à la pertinence de jugement ni à la sûreté d’un sens théologique que H. Denis se réjouit de trouver fidèle à une tradition lyonnaise de liberté créatrice et de fidélité critique.

5L’interprétation que donne P. L. du « fondamentalisme catholique » repose sur l’étude des cinq thèmes qui le caractérisent à ses yeux : conversion, rapport au monde, à la Bible et à l’Église, conception de la vérité. Comme chez les fondamentalistes protestants, l’expérience de la conversion, ou plus généralement le désir de retour aux sources, sont essentiels, amenant à déprécier soit la vie antérieure du converti, soit la médiation de l’intelligence critique. Tentés de condamner « le monde », en insistant sur la séparation-rupture plus que sur l’incarnation, ces croyants cherchent dans le texte biblique la trace directe du message du Christ, sans la médiation d’une tradition orale qui exigerait interprétation pour tenir compte des conditions culturelles changeantes : d’où l’importance des hypothèses de Tresmontant sur la datation précoce des textes évangéliques et sur leur source primitive en hébreu, qu’il défend contre la majorité des exégètes appuyés sur un siècle de travail critique. C’est aussi le statut de la vérité et de sa connaissance qui est concerné, avec la tendance à un « orthodoxisme » qui ne laisse guère de place à l’analyse critique ni à la prise en compte de la durée et du développement culturel. Du point de vue de l’ecclésiologie enfin, on constate l’occultation relative du rôle de la tradition et de celui de l’Église comme lieu d’expérience spirituelle.

6Sur tous ces points, ce que P. L. appelle le fondamentalisme catholique se distingue de l’intégrisme, puisque le premier cherche à retrouver « la verdeur des origines » par-dessus des siècles d’adaptation culturelle, alors que le second s’attache à un moment de l’expérience historique en le sacralisant ; ils ont cependant en commun de privilégier une conception relativement figée de l’orthodoxie. L’intégrisme correspond évidemment mieux à une pente du catholicisme, puisque celui-ci valorise la tradition et de la doctrine, et le fondamentalisme à une tendance protestante, avec le primat de l’Écriture et de l’expérience intérieure. Le désarroi de l’ère post-conciliaire, avec ses crises dans un climat de sécularisation accélérée, explique peut-être le développement au sein du catholicisme d’attitudes qu’on croyait spécifiques du protestantisme.

7Les membres du jury ont tous souligné l’intérêt de l’alliance entre histoire et théologie, deux démarches distinctes qui se nourrissent et s’éclairent mutuellement. Du côté des théologiens, notons seulement qu’ils ont insisté, avec les inévitables critiques et réserves de détail, sur l’intérêt de l’hypothèse, la solidité des analyses et la profondeur de la réflexion. Chez les historiens, É. Fouilloux a présenté deux objections. Du point de vue méthodologique, il s’est interrogé sur le rapport instauré ici entre l’histoire et la théologie : l’histoire ne se trouve-t-elle pas «instrumentalisée», réduite à apporter des matériaux à une démonstration essentiellement théologique ? C’est en effet l’hypothèse d’un fondamentalisme catholique qui seule fait l’unité entre des épisodes historiques qui n’ont pas de lien entre eux (histoire du mot « fundamentalism » et de la nébuleuse protestante anglo-saxonne d’une part, querelle du «Christ hébreu» dans le catholicisme, surtout français, de l’autre). P. L. répond que c’est en historien qu’il a cherché à identifier et à situer un phénomène catholique nouveau en le rapprochant d’un courant protestant dont l’histoire est mal connue en France. Autre question : si l’on peut déceler des traits de mentalité «fondamentaliste» dans l’attitude de groupes comme « Fidélité et Ouverture» de Gérard Soulages, ce constat suffit-il pour diagnostiquer la naissance d’un- « fondamentalisme catholique » ? Quels en seraient les antécédents ? N’y aurait-il pas lieu de mener des enquêtes, par exemple à propos des conversions des XlXe et XXe siècles, ou des batailles exégétiques qui ont opposé, de la crise moderniste au concile, les tenants de la méthode historico-critique à ceux d’une exégèse littérale ou symbolique ?

8Jean-Dominique Durand a souligné les difficultés de l’entreprise de P. L. du point de vue historique. D’une part il a pris pour objet un courant actuel, en phase de développement, et l’a étudié essentiellement à partir des textes publiés, sans disposer d’archives. Il n’a donc pu en faire l’histoire à proprement parler, car celle d’un courant de pensée déborde l’analyse des textes ; on peut d’ailleurs se demander si l’étude d’un phénomène vivant, qu’on saisit à l’état de tendance plutôt que de réalité clairement identifiable, relève tout à fait de la discipline historique. D’autre part, le tissu des deux discours, historique et théologique, qui fait l’originalité de ce travail ne donne-t-il pas la part majeure finalement à la théologie, d’ailleurs combinée souvent avec les sciences exégétique et anthropologique ?

9Questions plutôt que critiques, ces remarques, en manifestant la difficulté d’associer nos disciplines, soulignent aussi la nécessité du dialogue et l’intérêt de l’entreprise. Il reste que P. L. a su apporter un éclairage historique juste sur la question théologique neuve qui faisait l’essentiel de son propos, et que l’exhaustivité de son information, l’objectivité de ses analyses et la mesure de ses jugements sont ceux d’un historien des idées. Dans ses réponses au jury, on a apprécié sa maîtrise du sujet et la qualité de son expression. Le doctorat en histoire lui a été décerné par le jury unanime avec la mention très honorable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Comte, « Pierre Lathuilière, Peut-on parler d’un fondamentalisme catholique ? Signification ecclésiologique des mutations du conservatisme catholique en France depuis Vatican II », Chrétiens et sociétés, 1 | 1994, 74-78.

Référence électronique

Bernard Comte, « Pierre Lathuilière, Peut-on parler d’un fondamentalisme catholique ? Signification ecclésiologique des mutations du conservatisme catholique en France depuis Vatican II », Chrétiens et sociétés [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/412

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org