Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1993

Clotilde Giot, Jean Serguéievitch Gagarin, premier jésuite russe et artisan de l’union des Églises (1814-1882), 1993, 423 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse, politique et culturelle, Université Jean Moulin-Lyon III

Jury : MM Etienne Fouilloux (Université Lumière – Lyon 2), Régis Ladous (Université Jean Moulin – Lyon III), Claude Prudhomme (Université Jean Moulin – Lyon III, Directeur)
Claude Prudhomme
p. 82-86

Texte intégral

1La recherche de Mademoiselle Clotilde Giot repose pour l’essentiel sur l’exploitation d’un fonds d’archives privées, conservé par la Bibliothèque Slave du Centre d’Études Russes Saint-Georges à Meudon. Elle est consacrée à Jean Serguéiévitch Gagarin (1814-1882), premier jésuite russe de la « nouvelle Compagnie » et artisan de l’union des Églises.

2La personnalité de Gagarin, son itinéraire et son activité multiforme imposaient une triple orientation qui correspond très exactement aux trois objectifs affichés par l’intitulé du doctorat d’histoire religieuse, politique et culturelle. D’emblée la thèse souligne l’ampleur et les enjeux des mutations qui transforment la société russe au début du XIXe siècle et sous-tendent l’antagonisme entre occidentalistes et slavophiles. Puis la nomination du jeune diplomate russe à Paris et la fréquentation, décisive pour l’évolution du jeune homme, du salon de Madame Swetchine nous plongent au cœur du bouillonnement qui caractérise le catholicisme français et nous font côtoyer Joseph de Maistre, Félicité de Lamennais ou le père de Ravignan. Enfin l’étude suit Gagarin dans ses entreprises et ses écrits, les controverses théologiques et les affrontements ecclésiologiques autour de l’union des Églises.

3Il serait donc injuste de mesurer l’importance du travail réalisé au volume apparemment modeste : un peu plus de 400 pages. Refusant toute compilation indigeste de détails biographiques, Mademoiselle Giot préfère la synthèse claire et soigneusement présentée, sans renoncer à la rigueur que manifestent ses notes précises, attentives à identifier l’impressionnante galerie de personnages avec lesquels le père Gagarin est en relation.

4Le plan en trois parties respecte la chronologie sans négliger de dégager des axes de réflexion. Le premier acte conduit le lecteur de la Russie à Munich et à Paris. Au-delà des déplacements géographiques il montre les liens maintenus dans l’Europe post-révolutionnaire, la continuité dans la circulation des hommes et des idées. Le prince Gagarin a le privilège d’être au carrefour de ces rencontres et de cette effervescence, éduqué dans la tradition orthodoxe et la culture française, puis ouvert aux courants littéraires et philosophiques qui agitent l’Allemagne ou la France. Mais nul déterminisme à la suite de ces influences qui auraient pu tout aussi bien incliner Gagarin vers le slavophilisme ombrageux de Tioutchev. Déjà « ailleurs », le futur jésuite refuse de prendre parti entre slavophiles et occidentalistes et attribuera ultérieurement à P. Tchaadev « le principe de sa conversion ». L’explication mériterait sans doute d’être examinée de plus près : s’agit-il d’une reconstruction fondée ou d’une sorte de légitimation rétrospective d’un homme qui se veut fidèle à ses origines ? Autre question qui manque de réponse précise, même s’il est vain de vouloir donner la clé d’un acte aussi intime qu’une conversion : dans quelle mesure la lecture politique des rapports entre État et Église, ou l’équation établie par Gagarin entre civilisation occidentale et catholicisme pèsent-elles sur ses options religieuses ?

5Mais il est vrai que le personnage résiste aux classifications à l’image de son adhésion supposée, plus que démontrée, à un certain libéralisme catholique qui concilierait variété et unité, mouvement et autorité (p. 70), liberté de conscience et exigence de vérité, patriotisme et universalisme. La dette reconnue aux amis de Lamennais comme à la pensée de Joseph de Maistre, sans jamais renier l’héritage russe, met bien en évidence la complexité de l’homme.

6Au total cette première partie apporte des informations neuves sur le milieu aristocratique russe catholique et ses réseaux, en Russie et dans l’émigration, sans isoler ce microcosme de l’étonnant bouillon de culture qui caractérise la Russie du temps et suscite des rapprochements spontanés (sinon justifiés) avec la Russie de 1993.

7La deuxième partie retrace les ruptures et les passages qui marquent l’itinéraire de Gagarin. Première rupture fondamentale, la conversion au catholicisme qui coupe Gagarin de sa famille et de sa patrie. Clotilde Giot insiste sur la « dénationalisation » (p. 93) qui en résulte avant de décrire la reconstruction d’une identité. Elle est rendue possible par cette solution de continuité qu’est le grand projet de Gagarin : le retour à l’unité catholique, seul remède aux maux de la Russie. Quant à la « renationalisation » elle passe par l’entrée dans l’Église romaine et la Compagnie de Jésus devenue la nouvelle patrie spirituelle. L’auteur n’a pas manqué de mettre en relations le projet unioniste de Gagarin avec le grand réveil missionnaire catholique qui lui est contemporain. Ce cas confirme que la génération des années 1840-1850 est bien celle du passage d’une stratégie de conversions individuelles à une action planifiée visant des sociétés dans leur globalité. Plus étonnant, et cela reste à élucider, ce néophyte jésuite reste à l’écart de la montée de la dévotion ultramontaine pour la personne du pape. Mieux, il éprouve à l’égard de la Curie une gêne permanente qui renforce le sentiment de se trouver devant un jésuite atypique. Il paie cette originalité d’un certain isolement, voire d’une incompréhension persistante de la part de ses confrères, et, malgré l’arrivée de deux nouveaux jésuites russes, d’une marginalisation. A quoi tiennent les réserves de la compagnie, trop vite expliquées à mes yeux par le caractère difficile et l’activité brouillonne de Gagarin ? En quoi le projet unioniste est-il dérangeant malgré les approbations de principe ?

8La troisième partie, la plus volumineuse, décrit les « entreprises généreuses ». Le bilan des initiatives est impressionnant. Mais elles tardent à prendre consistance, à l’image du noyau dur que forme l’œuvre des Saints Cyrille et Méthode, vouée à d’incessants déménagements. Derrière les vicissitudes du centre se profile à plusieurs reprises l’interlocuteur romain. Malgré l’utilisation des travaux de Claude Soetens et Constantin Patelos, il aurait fallu ici enquêter dans les archives de la congrégation romaine de la Propagande orientale pour avoir une vision plus nette du point de vue pontifical. Puis l’étude nous entraîne dans la démarche intellectuelle de Gagarin. Clotilde Giot montre clairement l’importance de l’interprétation de l’histoire russe dans l’élaboration des projets successifs. La ligne de partage avec l’orthodoxie russe y est nettement marquée, au prix de jugements sévères et discutables portés par Gagarin, par exemple sur le raskol. Le procès de l’étatisation de l’Église russe et la dénonciation du danger révolutionnaire conduisent Gagarin à adhérer au projet catholique intransigeant, car c’est de son point de vue le seul moyen d’éviter en Russie une prochaine révolution. Mais l’insistance sur les différences s’accompagne d’une volonté unioniste sans faille qui s’efforce de trouver des convergences, de jeter des ponts, de préparer la réconciliation, de convaincre pacifiquement. Le bilan qu’en fait Clotilde Giot est sans doute exagérément optimiste car il grossit l’importance des lettres de félicitations reçues à la suite de la publication de la brochure La Russie sera-t-elle catholique ? Quelques approbations ne suffisent pas à entraîner une mobilisation. On touche ici aux limites d’un projet et des capacités œcuméniques du catholicisme intransigeant, quand bien même il est irénique. Restent alors les initiatives pragmatiques, finalement les plus fécondes : la fondation de la revue les Études (dont le succès passe, il est vrai, par la transformation du contenu et la dépossession des pères russes) ou l’œuvre des Écoles d’Orient. Il en ressort un sentiment très mitigé qu’éclaire le rapprochement opportun entre Luquet et Gagarin : deux esprits non-conformistes, deux missionnaires à l’esprit critique, deux hommes de réflexion et de controverse intellectuelle que l’institution tolère sans véritablement adhérer à leurs projets. La conclusion propose un portrait de Gagarin où les interrogations demeurent nombreuses car le personnage ne se prête décidément pas aux classifications. Homme de la frontière, Gagarin a franchi celle qui l’a fait passer de l’orthodoxie au catholicisme et entrer chez 1es jésuites sans jamais renier sa patrie. « Précurseur de l’œcuménisme » (p. 343) ? L’expression est excessive car elle suppose une solution de continuité entre œcuménisme et unionisme et on peut lui préférer celle d’éveilleur en quête de voies nouvelles.

9Au total cette thèse constitue un apport incontestable qui remet au premier plan la figure de Jean Serguéiévitch Gagarin grâce à un travail méthodique et soigné. Elle jette une lumière nouvelle sur les promoteurs des premiers projets catholiques d’union des Églises ; elle incite à approfondir la comparaison avec l’ensemble du mouvement missionnaire ; et finalement elle impose d’élucider les enjeux politiques et culturels qui apparaissent à l’arrière-plan des projets religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Clotilde Giot, Jean Serguéievitch Gagarin, premier jésuite russe et artisan de l’union des Églises (1814-1882), 1993, 423 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse, politique et culturelle, Université Jean Moulin-Lyon III », Chrétiens et sociétés, 1 | 1994, 82-86.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Clotilde Giot, Jean Serguéievitch Gagarin, premier jésuite russe et artisan de l’union des Églises (1814-1882), 1993, 423 p., Thèse pour le doctorat en histoire religieuse, politique et culturelle, Université Jean Moulin-Lyon III », Chrétiens et sociétés [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/410

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org