Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Yves Krumenacker
p. 7-9

Résumé

To choose 1517 as the anniversary date of the Reformation is problematic. Why the Ninety-five Theses about the indulgences, and not the refusal of the papal bull Exsurge Domine (December 10th 1520), the excommunication (January 3rd 1521) or the Edict of Worms, declaring Luther an outlaw (May 26th 1521), or other events?
Only after Luther’s death, the Ninety-five Theses were seen by Melanchthon as the beginning of the Reformation. Other writings, by Myconius, Sleidan, etc., did the same. Very early, the Reformation gave as an origin the date of October 31th 1517. There was a competition between Saxony and the Palatinate for the first centennial: the war against the Emperor was imminent, and the matter of the leadership of the Reformed States was very important. This means that the anniversary of the Reformation was used as a tool for political issues.
The goal of this journal issue is to show how these anniversaries are telling something other than the fight against the indulgences. F. Schlie explains that the FRG and the GDR had two different understandings of Luther, which appeared in the TV movies during the Cold War. Nowadays Luther is a national Hero in Germany, and the Reformation is celebrated as a worldwide event (H. Lehmann).
The anniversary of the Reformation was celebrated not only in Lutheran countries, but also in Reformed ones: in many cities of the Switzerland from the 17
th century onwards. S. Scholl studies the 4th centennial in Geneva. C. Borello discusses a sermon from 1846 of the pastor Cuvier in Paris. P. Cabanel presents the 1918 issue of the Revue de Métaphysique et de Morale, where the modernity of the Reformation was celebrated.
This issue ends with other papers on Protestantism: the first one on the “ancestors” of the Reformation, the second one on the family cemeteries.

Haut de page

Texte intégral

Célébrer Luther ou la Réforme ?
  • 1 Petra Bosse-Huber, Serge Fornerod, Thies Gundlach et Gottfried Wilhelm Locher (dir.), Célébrer Luth (...)

1Tel est le titre d’un ouvrage récent1 qui montre bien le malaise protestant face aux célébrations du cinquième centenaire des thèses contre les indulgences de Luther qui mettent bien souvent l’accent sur Luther plus que sur la Réforme elle-même.

2Le choix de 1517 comme début de la Réforme peut en effet paraître problématique. Pourquoi les thèses sur les indulgences et pas son refus de la bulle Exsurge Domine et du droit canon (10 décembre 1520), l’excommunication de Luther (3 janvier 1521) ou encore la condamnation de Worms (26 mai 1521), ou encore d’autres événements qui auraient pu tout aussi bien symboliser la rupture avec Rome ?

3Car la date du 31 octobre 1517 est un trompe-l’œil. C’est après la mort de Luther que Melanchthon a inscrit l’affichage des 95 thèses comme le geste inaugural de la Réformation. Pour sa part, Friedrich Myconius débute son Histoire de la Réformation, publiée en 1715 mais écrite dès 1541, par la question des indulgences, après avoir montré comment la papauté s’est écartée de l’Évangile et avoir rapidement présenté Luther. En 1530, Luther écrit un Avertissement à tout le clergé assemblé à Augsbourg. Il y passe en revue tout ce qu’il a entrepris depuis 1517. En 1555, l’historien Johann Sleidan choisit lui aussi les 95 thèses comme le début du mouve­ment réformateur. Très tôt, par conséquent, la Réformation s’est donnée une origine et a choisi pour cela cette journée du 31 octobre 1517. Certaines villes célèbrent très tôt Luther : Eisleben commémore le 18 février, jour de son décès, et en Poméranie, en 1568, des fêtes ont lieu pour la Saint-Martin, jour de son baptême, de même qu’à Hambourg et à Francfort sur l’Oder.

4Le premier centenaire de la protestation contre les indulgences donne lieu à une compétition entre la Saxe, qui prévoit un jubilé, et le Palatinat dont l’électeur, réformé, veut organiser sa propre commémoration. Derrière cette opposition, il y a la question du leadership sur les États protestants du Saint-Empire, dans un contexte de guerre imminente, dans laquelle la Saxe entend rester neutre, alors que le Palatinat veut mobiliser contre l’Empereur. On le voit, dès le début, si l’on commémore la Réformation, d’autres enjeux apparaissent immédiatement. D’une certaine manière, Luther et l’événement considéré comme fondateur de 1517 sont instrumentalisés. Le bicentenaire, en 1717, analysé dans ce numéro de Chrétiens et Sociétés par Claire Gantet, est cette fois uniquement luthérien, sur fond d’attaques savantes contre le catholicisme et de crainte de l’indifférentisme.

5Les anniversaires de la Réformation apparaissent ainsi comme des occasions de dire autre chose, la lutte confessionnelle, l’identité nationale, la célébration de certaines vertus, etc. Cela se poursuit évidemment à l’époque contemporaine.

6La multiplicité des regards sur Luther en fonction du contexte poli­tique apparaît clairement à travers les téléfilms au temps de la guerre froide, comme nous le rapporte Ferdinand Schlie, alors qu’aujourd’hui Luther semble faire consensus, au prix néanmoins de l’occultation de certaines réalités, au point que les parlementaires allemands considèrent à l’unanimité que la Réforme est un événement mondial – une prise de position tout à fait étrange vue de France (Hartmut Lehmann). Luther est même devenu l’objet d’un véritable commerce, comme le rappelle la couverture de ce numéro : si des objets se rapportant à lui existent depuis bien longtemps (beaucoup sont d’ailleurs visibles au musée de Wittenberg), le nombre de gadgets les plus surprenants a considérablement augmenté à l’approche de ce cinquième centenaire.

7La commémoration n’a pas concerné que les États luthériens. Mais les pays touchés par la Réforme calviniste sont réticents à considérer 1517 comme un moment fondateur. À Genève, ce n’est qu’en 1635 qu’une commé­moration de la Réforme a lieu, pour le centenaire de l’abolition de la messe ; ce n’est donc pas Luther qui est célébré, mais la Réforme genevoise. Au siècle suivant, les jubilés se multiplient, mais toujours liés à la Réforme en Suisse. Zurich fête en 1719 la première prédication de Zwingli, Berne son passage à la Réforme en 1728, Genève célèbre son jubilé en 1735. Au xixe siècle, on a les jubilés de Zurich (1819), Berne (1828), Neuchâtel (1830), Genève (1835, 1864). Le Monument international de la Réforme, à Genève, commencé en 1909 mais inauguré un peu par hasard en 1917, est symbolique de l’identité protestante helvétique où la Réforme, principale­ment calvinienne, est la source de la modernité, explique Sarah Scholl.

8Les Églises réformées de France ont apparemment totalement ignoré le jubilé de 1617 et n’ont pas pu célébrer celui de 1717, à cause de la révocation de l’édit de Nantes. Il faut attendre 1817 pour qu’un jubilé y soit célébré, mais seulement par les Églises luthériennes de Paris et de Stras­bourg. C’est encore l’Église luthérienne de Paris qui demande au pasteur Cuvier un sermon en 1846 pour commémorer la mort de Luther. Céline Borello montre que c’est l’occasion de valoriser l’œuvre de Luther et de la Réforme, sans grande innovation, mais dans un contexte où les intellectuels français sont attirés par l’Allemagne. C’est cependant la Réforme française qu’on préfère commémorer au xixe siècle, à travers les manifestations du 29 mai 1859 (3e centenaire du premier synode national des Églises réfor­mées de France), puis d’octobre 1885 (2e centenaire de la Révocation de l’édit de Nantes). En 1866, cependant, est lancée la fête de la Réformation ; le jour retenu est le 1er novembre, jour férié en France, mais la consigne est d’associer la fête à des « souvenirs tout français » plutôt qu’aux 95 thèses. C’est ainsi que le 1er novembre 1909 on célèbre la naissance de Calvin (né en fait le 10 juillet 1509) et on insiste sur le fait qu’il est un bon instrument à la fois de l’esprit français et de l’esprit de Dieu. Ce contexte français explique sans doute la parution de ce très étrange numéro de 1918 de la Revue de Métaphysique et de Morale, que Patrick Cabanel nous fait décou­vrir, un numéro qui veut célébrer la modernité de la Réforme (calviniste et française surtout) sans prendre de parti religieux ni choquer les catholiques, qui intègre les thèses de Troeltsch tout en retraçant toute l’histoire de l’humanité. On retient bien 1917, mais Luther a pratiquement disparu, il est totalement effacé par Calvin, pour qui cette date ne signifie rien…

9Ce numéro s’achève par des articles non liés directement à Luther, mais qui concernent le protestantisme. Le premier examine la manière dont le protestantisme a cherché à se donner des ancêtres pour ne pas apparaître comme une religion nouvelle. Le second étudie un phénomène caractéris­tique de la France réformée, les cimetières familiaux, mais en suggérant que l’explication de leur présence n’est pas que religieuse.

10Ainsi tout ce numéro est construit autour des rapports entre histoire et mémoire, une question complexe, particulièrement dans le domaine reli­gieux où l’on a trop souvent tendance à évacuer l’histoire au profit d’une religion essentialisée et réduite à une tradition ou à une théologie décontex­tualisée.

Haut de page

Notes

1 Petra Bosse-Huber, Serge Fornerod, Thies Gundlach et Gottfried Wilhelm Locher (dir.), Célébrer Luther ou la Réforme ?, Genève, Labor et Fides, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/4080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Introduction », Chrétiens et sociétés, 23 | -1, 7-9.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Introduction », Chrétiens et sociétés [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 mars 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4080

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

LARHRA, UMR 5190, Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org