Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, Champion, 2002, 358 p.

Hubert BOST
p. 234-235
Référence(s) :

Paris, Champion, 358 p.

Notes de l’auteur

Cette recension a également été publiée dans dans Études théologiques et religieuses 78 (2003/1)

Texte intégral

1L’auteur, qui avait inauguré en 1998 la collection où paraît cet ouvrage avec l’édition de sa thèse sur les protestants du Poitou au XVIIIe siècle, est resté fidèle à sa période mais a changé de région ; avec Lyon, c’est à la rencontre d’un protestantisme « urbain, minoritaire mais influent », de chrétiens à la fois « ouverts aux nouvelles valeurs du XVIIIe siècle » et néanmoins « attachés à leur foi, à leurs pasteurs et au culte public » qu’il invite son lecteur.

2La communauté protestante lyonnaise, réputée au XVIe siècle, est minuscule au XVIIIe siècle – 1 à 2 % de la population. Elle est formée de négociants prospères, français mais aussi suisses et allemands. Leurs rapports avec les piétistes suisses, avec les camisards, avec les responsables de la « restauration » des Églises sont riches et complexes. Leurs tactiques de résistance comme groupe minoritaire sont soigneusement étudiées, mais Yves Krumenacker s’intéresse aussi à la sociologie de ce groupe, à ses rapports avec le catholicisme, avec la municipalité, avec les mouvements philosophiques du temps (contrairement à ce qui se passe dans d’autres villes, l’implantation de la franc-maçonnerie y est peu importante), aux quartiers où ils résident, à la banque, aux mariages, aux naissances et aux baptêmes. De nombreux tableaux, plans et diagrammes donnent une vision synthétique des résultats et aident la lecture.

3Du point de vue religieux, l’auteur insiste sur l’importance des années 1760, au cours desquelles un culte régulier est rétabli à Lyon. On sait que cette période correspond, pour le Midi, à la transition entre le « Désert héroïque » et le « second Désert » – c’est-à-dire à l’arrêt des persécutions. La première partie du siècle est davantage celle d’un maintien discret qu’une période d’affrontement. Au cours de la seconde moitié, le Lyon protestant connaît surtout une restauration cultuelle et ecclésiastique. On ne trouve pas l’opposition souvent constatée entre une bourgeoisie organisée en comités et pratiquant le culte privé, et des milieux populaires attachés au culte public, car ces derniers n’apparaissent guère à Lyon.

4Sur la teneur des croyances de la bourgeoisie lyonnaise, les résultats qu’obtient Yves Krumenacker sont intéressants car ils permettent de sortir des schémas hâtifs et datés. Les protestants lyonnais ne sont évidemment pas des calvinistes au sens strict du terme, mais ils ne sont pas pour autant convertis au déisme ; au bout du compte, c’est l’évaluation théologique elle-même qui est problématique pour l’historien, et Yves Krumenacker, refusant avec raison de définir le protestantisme à la seule aune de la fidélité à Calvin, considère comme protestants… ceux qui se disent tels. Méthodologiquement, son attitude est la seule défendable pour l’historien.

5En conclusion, il se demande si son « modèle lyonnais » est pertinent pour d’autres villes. Outre qu’il existe un axe économique Lyon – Marseille et que les protestants des deux cités aident les galériens, la sociologie du protestantisme négociant, son caractère très minoritaire, le réseau international engendrant un certain cosmopolitisme, l’endogamie, le poids des « nouveaux convertis », l’intégration dans la vie de la cité phocéenne sont assez proches de ceux de Lyon ; en revanche, l’antiprotestantisme y est plus fort, la Révocation s’y accompagne de brimades. Certains de ces points communs – différents selon les cas – se retrouvent entre Lyon et Bordeaux, Nantes, Toulouse, Sedan, Rouen, La Rochelle. Les points communs et les différences relevés aideront, à n’en pas douter, les chercheurs qui travailleront à l’avenir sur les groupes protestants d’autres villes françaises.

6Yves Krumenacker est un historien complet. Aussi à l’aise lorsqu’il s’agit de traiter de commerce que pour expliquer une nuance théologique (il a beaucoup travaillé sur Marie Huber et s’est intéressé au travail de Dangirard en matière de liturgie) ; capable tout autant de procéder à l’examen minutieux de séries d’archives (contrats, testaments, etc.) pour y déceler une pépite que de proposer une synthèse générale de ses résultats. Ces qualités font de son ouvrage une précieuse enquête, mais également une magistrale leçon d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert BOST, « Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, Champion, 2002, 358 p. », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 234-235.

Référence électronique

Hubert BOST, « Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, Champion, 2002, 358 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4058

Haut de page

Auteur

Hubert BOST

Institut protestant de théologie, Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org