Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Yves Congar , Journal d’un théologien (1946-1956), édité et annoté par Étienne Fouilloux, Paris, Cerf, 2000, 462 p.

Denis PELLETIER
p. 232
Référence(s) :

Édité et annoté par Étienne Fouilloux, Paris, Cerf, 462 p.

Texte intégral

1Le livre regroupe une série de journaux intimes qui s’échelonnent entre l’immédiat après-guerre et les retombées de la crise des prêtres-ouvriers, à la suite de laquelle Yves Congar fit partie de la charrette des théologiens dominicains condamnés au silence. Venu à Rome en 1946 en compagnie du père Féret, Congar est partagé entre son admiration pour l’Urbs devenue capitale universelle de la catholicité et son peu de goût pour les pompes et ce qu’il découvre de bureaucratie ecclésiale. Les sept fragments réunis dans le chapitre « premières alarmes » témoignent de l’intérieur de la montée de la crise progressiste, ils précèdent les deux pièces maîtresses que sont le récit du « journal de l’affaire » suscitée par Vraie ou fausse réforme dans l’Église, puis les textes consacrés à la crise de 1954. Certains documents ont leur poids de douleur, ainsi la « lettre à sa mère », écrite en 1956 depuis Cambridge : la tragédie est bien présente dans cette vie d’intellectuel, que n’épargnent ni les épreuves morales ni la douleur physique.

2D’où vient cette exigence, si forte chez Congar, de consigner les faits dont il est le témoin ? Le sentiment de travailler pour l’avenir est précoce chez lui et se nourrit, me semble-t-il, de la certitude qu’il sera un jour rendu justice à la légitimité de son combat. Cette certitude est celle du pionnier de l’œcuménisme, inquiété depuis la parution de son premier livre en 1937, et qui connaît l’enjeu politique du « retour aux sources » du christianisme. Elle est aussi celle de l’ecclésiologue qui constate le fossé entre la société ecclésiale et le monde au temps de Pie XII. Elle contraste avec la modestie du personnage et son opiniâtreté à toujours remettre son ouvrage sur le métier. Mais Congar est aussi, viscéralement, un historien de vocation. L’expérience précoce de la première guerre mondiale joue ici son rôle - on se rappelle le Journal de la guerre 1914-1918 tenu par l’enfant Congar et naguère (1997) publié par les mêmes éditions du Cerf. La conscience historique est aussi une manière de penser le changement dans l’Église : qu’est-ce que la tradition, sinon la lecture d’un héritage à la lumière de l’événement présent ? Une génération de théologiens, celle qui a « préparé » le Concile, s’est nourrie de cette passion de l’histoire, que Congar plus qu’un autre a su transformer en une part de son oeuvre. Ainsi le voyons-nous devenir, peu à peu et à titre posthume, le meilleur et peut-être l’ultime témoin d’un temps révolu du christianisme. Irréprochable comme toujours, l’appareil critique élaboré par Étienne Fouilloux contribue beaucoup à faire de ce document historique une œuvre, au meilleur sens du terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis PELLETIER, « Yves Congar , Journal d’un théologien (1946-1956), édité et annoté par Étienne Fouilloux, Paris, Cerf, 2000, 462 p. », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 232.

Référence électronique

Denis PELLETIER, « Yves Congar , Journal d’un théologien (1946-1956), édité et annoté par Étienne Fouilloux, Paris, Cerf, 2000, 462 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4054

Haut de page

Auteur

Denis PELLETIER

Centre André Latreille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org