Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2002

Les Spiritains, trois siècles d’histoire missionnaire (1703-2003)

Colloque, Institut catholique de Paris, 27-30 août 2002, 14-16 novembre 2002
Philippe Delisle
p. 191-192

Texte intégral

1Les organisateurs ont pris le parti de ne pas revenir sur le parcours des deux fondateurs successifs, Claude Poullart des Places et François Libermann, déjà relativement bien connus. Une thèse est d’ailleurs venue compléter l’an passé l’ouvrage collectif consacré en 1988 au second. Les études de cas sur la pratique missionnaire ou sur la vie congréganiste ont par conséquent été privilégiées. Une première matinée était consacrée au XVIIIe siècle. Les intervenants ont rappelé que la congrégation du Saint-Esprit avait été fondée dans le but d’instruire des jeunes gens démunis pour les conduire à la prêtrise, mais que des liens se sont rapidement tissés avec les missions extérieures. Ainsi, les spiritains entretiennent des relations avec les Missions Etrangères de Paris, partent pour le Canada et se voient confier la desserte spirituelle de la Guyane.

2Deux séances ont ensuite porté sur l’expansion missionnaire du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. La congrégation originelle s’unit en 1848 avec la société de Libermann et se tourne en priorité vers l’évangélisation de l’Afrique subsaharienne. Des figures, mais aussi des méthodes, ont été évoquées : Monseigneur Augouard qui utilise des bateaux à vapeur pour mieux propager la foi chrétienne, Monseigneur Vogt qui au Cameroun se distingue par son ouverture d’esprit, ou encore la fondatrice injustement oubliée des Sœurs du Saint-Esprit. La vocation enseignante de la communauté originelle est loin d’avoir été étouffée. Ainsi, aux Antilles, les spiritains se consacrent largement à la formation des élites, tandis qu’au Nigéria, Monseigneur Shanaan fonde toute sa stratégie d’évangélisation sur le développement des écoles primaires.

3Une quatrième séance était centrée sur quelques grandes crises qui ont touché plus ou moins directement la congrégation au XXe siècle : la condamnation de l’Action française, les débats autour de la décolonisation, enfin la guerre du Biafra. La personnalité de Monseigneur Lefebvre a été analysée sous un angle original, puisque l’accent a été mis sur son élection à la tête de la congrégation, qui traduit apparemment une réputation de réformateur très modéré. Enfin, le Colloque s’est achevé sur la question de l’évolution et de l’avenir des communautés missionnaires. Les responsables de la congrégation ont insisté sur le recentrage du recrutement vers l’Afrique, et à un moindre niveau vers l’Amérique latine. Par la qualité et la diversité des interventions, par la richesse des débats, où ont été évoqués aussi bien l’inculturation que les déséquilibres financiers entre Nord et Sud, cette rencontre s’impose comme une indéniable réussite. Les Actes devraient être publiés dès le printemps prochain chez Karthala dans la collection « Mémoire d’Églises ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Delisle, « Les Spiritains, trois siècles d’histoire missionnaire (1703-2003) », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 191-192.

Référence électronique

Philippe Delisle, « Les Spiritains, trois siècles d’histoire missionnaire (1703-2003) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4047

Haut de page

Auteur

Philippe Delisle

Institut d'Histoire du Christianisme, Université Jean Moulin – Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org