Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2002

« France – Levant »

Colloque, Lyon, 13 -1 4 - 15 juin 2002
Bernard Delpal
p. 187-190

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque réunis par Bernard Delpal, Bernard Hours et Claude Prudhomme ont été publiés en 2003, sous le titre : France-Levant, de la fin du XVIIe siècle à la Première Guerre mondiale, Paris, Geuthner, 2005, 483 p.

Texte intégral

1Ce Colloque, organisé par l’Institut d’Histoire du Christianisme (Lyon 3) et le Centre André Latreille (Lyon 2), en partenariat étroit avec l’Institut d’Études Islamo-Chrétiennes de l’université Saint-Joseph de Beyrouth a réuni vingt-cinq chercheurs, dont seize vivent ou travaillent habituellement au Liban et en Syrie. Plusieurs universités libanaises étaient représentées.

  • 1 Le colloque a reçu le soutien de l’UMR 5035 (CNRS-universités Lyon 2, Lyon 3 et équipe des Sources (...)

2Le Professeur Christian Philip a ouvert les travaux en insistant sur l’importance du partenariat universitaire entre les universités du pôle lyonnais et celles du Liban, dispositif essentiel pour fortifier les relations entre la France et le Moyen-Orient. Lyon et la Région, par héritage et conviction, assument des responsabilités particulières dans ce domaine1.

3Le thème du colloque, précisément, a donné une place centrale à l’étude des relations entre France et Levant de la fin du XVIIe siècle à la Première Guerre mondiale. Les organisateurs avaient proposé aux intervenants de renouveler l’approche historique de ce dossier à l’intérieur de trois thèmes : l’espace, les ambitions et actions politiques, les échanges et influences réciproques. Sans ignorer l’historiographie classique du sujet, il s’agissait de prendre ses distances avec une histoire européocentrique, marquée plus ou moins implicitement par la période mandataire et le concept de « France du Levant », en s’appuyant sur les travaux récents ou en cours, qu’ils proviennent du Moyen-Orient ou d’ailleurs.

4L’espace, au centre du premier thème, est d’abord apparu comme celui des cohabitations entre communautés et cultures (comme Tripoli, Alep), du protectorat (les maronites de Chypre) ou comme enjeu au moment où naît une géopolitique, fin XVIIIe-début XIXe siècles chez les pachas d’Acre. Deux communications ont présenté les espaces urbains (à travers une ville ou des quartiers) publics ou privés et montré comment les politiques architecturales ou urbanistiques traduisaient les aspirations à la modernité venue d’Europe ou bien se développaient pour en contenir les effets.

5Actions, ambitions politiques, investissements culturels et religieux ont constitué le deuxième thème et occupé la deuxième journée du Colloque. Les huit premières communications (matinée du 14 juin) peuvent être abordées en suivant quatre fils conducteurs. Celui de la protection, illustré par les pratiques du protectorat et du patronage ; puis celui de la mission, qui peut se décliner en mission commerciale, mission religieuse et mission culturelle. Précisément, la deuxième partie de la journée (avec six communications) a permis aux intervenants d’insister sur cet investissement majeur que constituent l’école et la diffusion culturelle. Dans ce domaine, les congrégations ont acquis une compétence et une avance que la Mission laïque, au début du XXe siècle, ne remet pas en cause. Au contraire, une sorte de partage des tâches, à travers des compromis de nature politique, se met en place à la veille de la Grande Guerre.

6La dernière matinée, le samedi 15 juin, a observé de près le jeu des échanges, les temps et itinéraires de diffusion des savoirs ou des techniques, suivant des processus qui peuvent se développer en des temps très courts (moins de trente ans entre l’arrivée des premiers médecins français et la création au Levant d’un nouvel hôpital), tandis qu’en Egypte un vent de réforme souffle sur le système éducatif musulman au point de donner l’impression d’une sorte d’emballement de la Nahda au cours de la décennie qui précède le conflit mondial.

7À chaque étape du déroulement du colloque, des débats très intéressants ont permis à l’auditoire comme aux orateurs de préciser, compléter, élargir les questions inscrites au programme, de combler des lacunes, de signaler des insuffisances. Si l’on compare en effet le cahier des charges proposé aux intervenants en amont du colloque et la liste des questions effectivement traitées, il y aurait presque la matière d’un deuxième colloque. Signalons, parmi les regrets ou les déficits : l’étude beaucoup trop schématique de l’espace levantin, de ses improbables et fluctuantes limites, de son caractère plus sociable et culturel que géographique. Il aurait fallu compléter les approches de la première journée par une comparaison entre les divers Levants, leurs évolutions dans le temps long, leurs rivalités (Levant francophone, Levant anglophone, la précocité de la présence nord-américaine), la diversité et la concurrence des projets européens quand il s’agit d’inventer le Levant (à chaque puissance son Levant...)

8À l’intérieur du troisième thème, il aurait été intéressant de mettre en relation le développement de la francophonie, une réussite incontestable bien que tardive, largement redevable aux écoles congréganistes, avec la culture arabe, au point que le mouvement de la Nahda a été partiellement porté par la francophonie. Barrès lui-même, si enclin au mépris envers les « Levantins », ces métèques par excellence, s’attendrit sur ces élites arabes qui récitent « Le loup et l’agneau » en langue française... Cette entrée en résonance de la francophonie et de la culture française eut le don d’irriter T. Lawrence..., une raison supplémentaire de s’y arrêter.

9Autre domaine trop peu abordé dans nos travaux, celui de l’administration et de la politique ottomanes. Les débats de fin de journée eurent souvent le mérite de souligner à quel point il était illusoire d’aller plus loin dans l’analyse des politiques ottomane et musulmane de la France, par exemple, si l’on n’exploitait pas systématiquement les immenses ressources archivistique laissées par l’administration de la Porte. Ce recours est également essentiel si l’on veut restituer au Levant ses plus grandes dimensions, de Marseille à l’Anatolie, en passant par les îles, les Échelles (qui ne sont pas forcément des appuis côtiers, tels Alep ou Le Caire), en se gardant de réduire cet archipel de lieux à « la France du Levant », une déformation liée à la politique française au Proche-Orient après les accords Sykes-Picot.

10Pour conclure, H. Laurens a souligné la qualité des communications, des échanges et des travaux de recherche qui les ont nourris. Pour lui, une grande partie du contrat a été rempli, dans le sens « France-Levant ». Mais, a-t-il observé, et par contraste, notre connaissance est balbutiante et stagnante dans l’autre sens, le sens « Levant-France » ? Par exemple, ces déracinés par excellence que sont les Levantins immigrés en France ont joué un grand rôle en métropole (sur les plans financier, culturel, esthétique, artistique). Les rythmes successifs de l’immigration, les vagues qui atteignent la France, les pays ou zones francophones (les francophones canadiens comptent sur les Libanais immigrés pour fortifier la francophonie outre-atlantique) font partie d’un vaste mouvement historique qui justifie amplement un nouveau colloque, dont le titre est déjà trouvé (« Levant-France ») et qu’il serait souhaitable de tenir au Liban fin 2004.

11En attendant que cette perspective prenne corps, les Actes du Colloque de juin 2002 sont en préparation, nouvelle étape indispensable dans la poursuite de notre partenariat interuniversitaire, fortifié par des relations devenues de plus en plus personnelles au fil du temps et des travaux communs.

12Enfin pour finir, on rappellera qu’en marge du colloque, deux manifestations ont vivement intéressé les participants et le public. La première s’est déroulée le lundi 13 juin en soirée. M. Marwan Hamadé, ministre des Personnes déplacées de la République du Liban, est venu tout exprès donner une conférence ayant pour titre : « La France au Moyen-Orient après le 11 Septembre ». Outre les participants au colloque, un public nombreux, où les familles libanaises de Lyon étaient fortement représentées, est venu se presser dans les salons de l’Hôtel du Département, cours de la Liberté. Les propos de M. Hamadé, empreints d’humanisme et d’un esprit d’ouverture bien précieux dans le contexte qui s’est développé depuis l’attentat perpétré à New-York, ont été longuement applaudis.

13La deuxième manifestation était organisée par la direction de la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu. Sous la conduite attentive de M. Jocteur-Montrosier, les participants ont découvert le fonds jésuite accueilli à la Part-Dieu. Ils ont pleinement savouré l’exposé savant et vivant de leur guide à l’intérieur des rayons avant de manipuler les ouvrages sélectionnés.

Haut de page

Notes

1 Le colloque a reçu le soutien de l’UMR 5035 (CNRS-universités Lyon 2, Lyon 3 et équipe des Sources chrétiennes), du Service Commun de la Recherche de l’Université Jean Moulin – Lyon 3, du Conseil général du Rhône, de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon. Que ces institutions soient ici, à nouveau, vivement remerciées pour leur concours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « « France – Levant » », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 187-190.

Référence électronique

Bernard Delpal, « « France – Levant » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4041

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Institut d'Histoire du Christianisme, Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org