Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Oissila Saaidia, Catholiques et musulmans sunnites, discours croisés, 1920-1950, approche historique de l'altérité religieuse, sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 585 p.

Claude Prudhomme
p. 213-214

Texte intégral

Jury : Jean-Dominique Durand (Lyon 3), Étienne Fouilloux (Lyon 2), Bernard Heyberger (Mulhouse), Catherine Mayeur (Paris IV), Claude Prudhomme (Lyon 2)

1Au lendemain de la première guerre mondiale, la domination européenne commence à être remise en cause dans le monde arabo-musulman et en particulier en Egypte et au Maghreb. Au même moment, les missions catholiques font le constat de leur impuissance à obtenir des conversions parmi les musulmans. Dans ce contexte, les discours tenus par les responsables religieux tentent de prendre en compte la nouvelle donne sans pour autant rompre avec le passé. Ce travail s'efforce de repérer les acteurs dont l'autorité n'est pas contestée au sein de leur confession : al-Azhar, le mouvement réformiste autour du Manar, pour l'islam sunnite, congrégations religieuses (dominicains, jésuites et pères blancs) et autorités romaines en ce qui concerne le catholicisme. Une seconde partie s'intéresse plus particulièrement au regard porté par les milieux missionnaires à travers leurs publications et leurs archives privées. Enfin, une troisième partie analyse l'approche musulmane sunnite du christianisme à partir de la revue al-Manar, celle de l'Université d'al-Azhar et en analysant un cours magistral dispensé par un professeur reconnu dans cette université. Ces regards croisés éclairent la tentative inédite de dialogue qu'invente en 1941 une association au Caire qui regroupe l'élite musulmane et chrétienne, les Frères de la pureté. Ces années, décisives pour la recomposition des relations inter-religieuses, mettent déjà en évidence les problèmes nés d'un dialogue fondé essentiellement sur la confrontation des doctrines.

2Oissila Saaidia a exploité des sources inédites, en français, en italien, en arabe, voire en latin, que ce soit dans les fonds d’archives des congrégations religieuses catholiques, dans les archives vaticanes (grâce à une autorisation exceptionnelle de consultation), dans la production de l’Université d’al-Azhar (cours du cheikh Abû Zahrâ) ou dans des archives privées pour ce qui concerrne l’Association des Frères de la pureté. L’étude nous offre ainsi un éventail de documents originaux qui rendent possible une étude de regards croisés. Car il s’agit bien d’un choix de regards, abordés à partir d’un choix de discours, non pas de LA position du catholicisme face au sunnisme ou du sunnisme face au catholicisme. La nuance est importante car elle détermine les limites nécessaires du projet, limites inhérentes à sa nature. Il n’existe pas pour cette période une position catholique officielle et le sunnisme ne connaît pas de son côté une autorité centralisée susceptible de définir un discours commun. De la sorte le déséquilibre que l’on pouvait redouter entre la comparaison du catholicisme, fortement centralisé, et l’islam sunnite est atténué. Pour les deux religions, le choix du corpus repose finalement sur des critères comparables qui justifient de mettre en parallèle des textes qui tirent leur légitimité du statut de leurs auteurs. Théologiens reconnus dans leurs communautés, ils bénéficient d’une autorité personnelle indiscutable. Ils s’expriment en outre dans des lieux et en direction de destinataires exerçant une influence reconnue, ce qui conforte l’importance de leurs propos.

3Renonçant à déterminer une position officielle qui n’existe pas, la thèse entend donc étudier des positions particulières mais néanmoins représentatives. Elle constate que la religion de l’autre intéresse modérément, voire très peu, les détenteurs du savoir religieux. La confrontation à l’autre religion fonctionne ainsi comme un révélateur. Chez les catholiques, l’échec des entreprises de conversion du monde musulman a entraîné un faible intérêt pour l’islam en dehors de quelques groupes minoritaires au sein de congrégations engagées historiquement dans la mission. Chez les musulmans sunnites, la confrontation avec l’Occident suscite de vives réactions défensives ou réformatrices. Elle n’ébranle pas la conviction profondément ancrée que le christianisme est le fruit d’une révélation détournée et falsifiée dont le prophète Mohammed donne le vrai contenu.

4À partir de ces données, Oissila Saaidia montre comment des théologiens catholiques cherchent à donner un sens à une religion concurrente qui se veut l’accomplissement des révélations antérieures. Elle met à jour un éventail d’attitudes de plus en plus diversifiées qui vont de la répétition des jugements négatifs traditionnels à des essais audacieux pour reconnaître dans l’islam le statut d’un authentique message religieux. Le choix de la période chronologique s’avère ainsi fécond parce qu’il montre comment ces trente années « ordinaires », qui vont de 1920 à 1950, hésitent encore entre des réponses contradictoires. L’option pour le dialogue plutôt que la controverse durant le concile Vatican II n’allait pas de soi. Il faudra la dynamique conciliaire pour qu’elle l’emporte à l’occasion d’une conjoncture particulière. À l’inverse les regards sunnites ne semblent guère évoluer et le christianisme n’y est pas l’objet de débats. L’incontestable effort déployé par des théologiens égyptiens musulmans pour aller aux textes fondateurs du christianisme ne se départit pas d’un souci apologétique et reste fidèle à la démarche de la controverse. La thèse montre bien le risque d’un décalage croissant qui laisse mal augurer de la possibilité d’un dialogue réel. Mais la mise en contact des deux religions met aussi en évidence les questions centrales que sont, pour l’islam le statut du Coran et son mode d’interprétation, pour le christianisme la finalité de la mission et les conditions de son acculturation.

5Au terme de ses analyses, Oissila Saaidia propose des interprétations nuancées. Côté catholique, les parcours individuels des spécialistes de l’islam semblent plus déterminants que les formations reçues, l’appartenance à une congrégation, la position institutionnelle ou l’engagement sur le terrain. C’est au terme d’un parcours personnel que s’affirment des convictions divergentes, y compris parmi les convertis au catholicisme. La théologie vient ensuite légitimer les jugements plus qu’elle ne les fonde en amont. Il en va autrement dans les discours sunnites examinés. L’objectif n’est pas de chercher des convergences doctrinales avec le christianisme mais d’établir la vérité de l’islam. En conséquence la critique historique des textes fondateurs est utilisée à la seule destination des textes chrétiens, pour en tirer les arguments qui démontrent la falsification opérée par les Évangiles. Dans ces conditions, l’expérience de la rencontre humaine, telle que la réalise l’association des Frères de la pureté, pouvait seule permettre de dépasser une opposition qui n’est pas seulement doctrinale, mais qui se retrouve dans la démarche intellectuelle. L’analyse extrêmement précise du groupe, de son fonctionnement, du contenu de ces premières rencontres islamo-chrétiennnes constitue un apport précieux, tout à fait neuf, qui laisse ouvertes les chances d’un réel dialogue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Oissila Saaidia, Catholiques et musulmans sunnites, discours croisés, 1920-1950, approche historique de l'altérité religieuse, sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 585 p. », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 213-214.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Oissila Saaidia, Catholiques et musulmans sunnites, discours croisés, 1920-1950, approche historique de l'altérité religieuse, sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 585 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4023

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Centre André Latreille Université Lumière - Lyon2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org