Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l'Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 626 p.

Claude Prudhomme
p. 207-209

Texte intégral

Jury : Philippe Boutry (Paris XII), Bernard Delpal (Saint-Etiennne), Jean-Luc Pinol (Tours), Claude Prudhomme (Lyon 2)

1En 1822, l'Église de France poursuit sa restauration diocésaine alors que, dans le même temps, des prélats d'Amérique parcourent le pays à la recherche de ressources financières. C'est alors que la Congrégation lyonnaise des Messieurs, qui entretient des relations privilégiées avec ces évêques, entreprend de subvenir à leurs besoins en érigeant l'Œuvre de la Propagation de la Foi. Elle organise à grande échelle la souscription populaire - le sou hebdomadaire des missions – initiée plus tôt par Pauline Jaricot en faveur des missions étrangères. Très rapidement, l’Association se trouve à la tête de fonds considérables, en majorité français, qui l’amènent à financer pour une bonne part l'expansion du catholicisme dans le monde.

2Parce que laïque dans sa composition et sa direction, l'Œuvre doit recevoir l’appui du clergé grâce à la caution du Saint-Siège. Or celui-ci aspire à en prendre le contrôle pour disposer directement des ressources qui manquent à sa volonté de centralisation. Dès lors, le développement de l’association dans le siècle devra prendre en compte l’investissement croissant de Rome dans les missions.

3Au niveau local (Lyon), l'étude montre la dépendance vis-à-vis de l'encadrement ecclésiastique paroissial, mais elle mesure aussi la vitalité religieuse d'une micro-société de notables monarchistes. Par ce biais, l'Association missionnaire participe à un processus complexe de socialisation et d’affirmation identitaire qu’illustrent les manifestations publiques civiles et surtout religieuses. Par ailleurs, l'élaboration et la diffusion par l'Œuvre d'une littérature édifiante de masse, dont l’historiographie a sous-estimé l’importance quantitative et l’influence (Annales de la propagation de la foi, en 1868 Missions Catholiques, almanachs, brochures, ouvrages), confère aux laïques le pouvoir de mettre en scène la Mission et ses représentations, tandis que la répartition des fonds récoltés leur assure une réelle autorité sur les sociétés missionnaires. La thèse souligne la détermination constante des acteurs à rayonner sur l'univers catholique à partir de Lyon.

4Mais l’Association doit aussi affronter un puissant et irréversible processus de centralisation pontificale qui se double de la cléricalisation de l'appareil ecclésial. Jusqu’à la première guerre mondiale, la prépondérance des missionnaires français et des aumônes françaises empêche Rome d’imposer son contrôle directement. Finalement, le transfert à Rome de la direction de l'Association s’effectue en 1922, sous le contrôle de la Congrégation Propaganda Fide, quand la position de la France et du franc ont été affaiblis par la guerre. La décision romaine met un terme aux revendications d'autonomie des notables de Lyon et à une expérience originale qui avait placé entre les mains de quelques français la gestion financière de l’expansion missionnaire.

5La soutenance a souligné les qualités de cette thèse qui met en évidence la singularité et l’importance de l'Œuvre la Propagation de la foi. La singularité d’abord. Au temps du cléricalisme et de l’ultramontanisme triomphants, l’association constitue un pôle de résistance laïque dont les dirigeants n’hésitent pas à s’opposer ouvertement à la papauté malgré leurs professions de soumission à l’autorité ecclésiastique. Mais avec la première guerre mondiale et la dépréciation du franc au profit du dollar, l'Œuvre voit le rapport de forces avec Rome s’inverser à ses dépens et subit de mauvais gré la centralisation romaine en 1922. Par le nombre de ses adhérents, par l’efficacité de son organisation, par le volume de ses recettes, la Propagation de la foi confirme que l’action missionnaire ne fut pas un simple appendice du catholicisme français à partir de 1822 mais une des manifestations les plus spectaculaires de sa vitalité et de sa capacité à agir. La fierté qu’en tirent les catholiques lyonnais et les références constantes dans les discours publics peuvent parfois paraître l’expression d’un chauvinisme local. Elles correspondent aussi à un engagement réel et productif sans équivalent.

6À partir de cette constatation, Richard Drevet n’a pas pour autant dérivé vers une étude d’histoire locale destinée à nourrir la mémoire lyonnaise ou vouée à entretenir quelque nostalgie. Il a en effet eu soin de multiplier les approches critiques de deux manières. La première s’apparente à un emboîtement des échelles, de manière à montrer l’enracinement lyonnais, puis l’intégration dans le catholicisme français, enfin la dimension proprement catholique au sens d’universelle. La seconde consiste dans la volonté de conduire une étude d’histoire religieuse qui appréhende à froid le fonctionnement du groupe. Mise en place des réseaux, fonctionnement interne, manifestations publiques, gestion des ressources sont autant d’occasions d’observer l’association sans introduire de considération idéologique. La recherche s’attarde moins sur les motivations proprement religieuses des associés. Mais la fragilité ou la minceur des sources qui expriment l’adhésion aux objectifs religieux, en l’occurrence la participation au salut des païens comme voie privilégiée de son propre salut, ne signifient pas qu’ils faillent les minimiser.

7Au total cette thèse apporte une masse d’informations inédites, ouvre des pistes multiples au croisement de plusieurs approches, démontre l’intérêt de l’étude de l’action missionnaire française comme phénomène de masse. Cette dernière a durablement marqué la société française dans son rapport aux mondes extérieurs, ne serait-ce que par sa capacité à diffuser une presse et une littérature de masse. Et son influence s’exerce bien au-delà des catholiques pratiquants. L’histoire coloniale comme celle de la décolonisation ou de la construction des États nationaux en Afrique et dans le Pacifique, l’histoire des ONG comme celle du rapport à la « mondialisation » en tireront des éclairages indispensables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l'Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 626 p. », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 207-209.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l'Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), sous la direction du Professeur Claude Prudhomme, Université Lumière-Lyon 2, 626 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4021

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Centre André Latreille Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org