Navigation – Plan du site
Articles

Le financement des missions catholiques au XIXème siècle, entre autonomie laïque et centralité romaine : L’Œuvre de la Propagation de la Foi (1822-1922)

Richard Drevet
p. 79-114

Texte intégral

  • 1 L’Apostolat des laïcs. Décret Apostolicam acutuositatem, Paris, Cerf, 1970, pp. 92-93.

1Au XIXe siècle, l’intervention laïque est peu courante dans une Église catholique hiérarchisée où celui qui n’est pas clerc ne fait pas partie de l’Église enseignante ou même agissante. Il faut attendre le concile de Vatican II pour que l’activité des laïques soit envisagée du point de vue de la doctrine1.

  • 2 Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l’Œuvre de la Propagatio (...)

2Cependant le XIXe siècle assista à l’émergence de quelques formes variées d’apostolat laïque, de la Société de Saint-Vincent-de-Paul à la première Action catholique, mais rares sont celles qui, débordant les frontières nationales et s’imposant dans un secteur apostolique, eurent à se mesurer à l’autorité romaine. Le domaine missionnaire, avec sa logistique et sa propagande écrite notamment, offre un terrain où vont justement se côtoyer puis s’affronter les deux « états » de vie de la communauté chrétienne. L’exportation de l’Évangile au XIXe siècle est en effet rendue possible grâce à la satisfaction des besoins financiers de la Mission orchestrée par une association européenne singulière, pilotée par des personnalités extérieures à la hiérarchie ecclésiastique : l’Œuvre de la Propagation de la Foi2. Celle-ci est fondée à Lyon en 1822 et se propose de secourir les missions catholiques par ses prières et par ses dons récoltés dans l’ensemble de la chrétienté selon le système arithmétique des dizaines de donateurs. Deux Conseils directeurs français, les Conseils centraux de Lyon (au rôle prééminent) et de Paris, s’emploient à diriger cette association internationale et à publier les Annales de la Propagation de la Foi, des cahiers missionnaires distribués tous les deux mois aux chefs de dizaines.

3Après avoir caractérisé la formation d’un mouvement laïque et autonome en direction des missions dès les premières années du XIXe siècle, nous nous proposons de montrer en quoi la poursuite de cet engagement, favorisée dans un premier temps par la papauté, fut remise en cause du fait de l’évolution centralisatrice de l’Église romaine.

L’intervention laïque en faveur des missions : de la Congrégation de Lyon à l’Œuvre de la Propagation de la Foi

  • 3 « Notice sur la fondation de l’Œuvre de la Propagation de la Foi », in APF n° 309 (mars 1880), Tome (...)
  • 4 Claude Prudhomme, « Aux sources du réveil missionnaire catholique du XIXe siècle : France, pays de (...)
  • 5 Pauline Jaricot et son frère Philéas se fixent pour objectif de tisser leur propre réseau pour enco (...)

4La Propagation de la Foi puise ses origines dans un réseau lyonnais, congréganiste, lié aux évêques américains, un foyer de générosité qui s’illustre pendant l’ère napoléonienne dans la défense du pape. C’est en effet sur les terres d’Amérique que, fuyant la persécution sociale et religieuse, la contre-révolution locale a trouvé refuge, qu’elle a tissé des liens solides3. Dans les vingt premières années du siècle, afin d’organiser de larges secours pour les missions de ces contrées le contact s’établit entre les missions démunies et le réseau congréganiste lyonnais, ce dernier proche d’un clergé déjà « sensibilisé aux questions missionnaires par les prêtres de Saint-Sulpice, directeurs du Séminaire Saint-Irénée, véritable pépinière de vocations missionnaires pour l’Asie et l’Amérique entre 1819 et 1859 »4. Adoptant le « plan génial » des dizaines de donateurs pour les missions élaboré par Pauline Jaricot (1799-1862)5, les membres de la Congrégation des Messieurs de Lyon procèdent le 3 mai 1822 à l’établissement de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Le premier procès-verbal est rédigé, un bureau est élu puis les grands principes de l’Œuvre sont adoptés : son nom, « Société de la Propagation de la Foi » ; son patron, saint François Xavier ; son identité universelle et son système de récolte des aumônes, le sou hebdomadaire tel que l’a défini Pauline Jaricot.

5L’historique de l’Œuvre missionnaire ainsi brièvement exposé, il convient à présent de se pencher plus précisément sur les origines de cette action laïque à ambition universelle : la Congrégation de Lyon.

6L’Historiographie locale s’efforce de nier l’aspect politique de la Congrégation. Les Messieurs de Lyon, comme sont aussi désignés les congréganistes, se présentent sous les traits d’un groupement spirituel, voire mystique, qui tend à placer la religion au centre des préoccupations et des activités de ses membres. La Congrégation ne se substitue pas aux différentes formes du processus de cohésion sociale de la pieuse notabilité locale (réseaux familiaux, état professionnel, résidences, intervention politique), mais les transcende et commande leurs rapports au domaine religieux. Phénomène énigmatique de l’apostolat des élites de la cité, elle peut-être définie à bien des égards comme une franc-maçonnerie confessionnelle, un groupe secret et influent d’actifs militants fortunés de la cause catholique. Joseph Folliet

7Folliet (J.)

« Ampère, Ozanam

8Ozanam (F.)

, Benoît Coste

9Coste (B.)

  • 6 Joseph Folliet, « L’école mystique de Lyon et la Chronique sociale », in Mélanges offerts à A. Latr (...)

, les premiers maristes, notamment un laïc féru d’enseignement chrétien, M. Pompallier, qui devint plus tard mariste, puis évêque en Océanie (...) »6.

  • 7 Dans la première partie du XXe siècle, Antoine Lestra

10Bien que le caractère secret de la Congrégation dresse de nombreux obstacles sur le chemin de l’investigation, quelques études permettent de comprendre la formation de cette action catholique si singulièrement précoce7. Pour certains

11Cholvy (G.)

e8

12Baumont (J.-Cl.)

9ee10

13Lestra (A.)

  • 11 Antoine Lestra, op. cit., p. 80.

« La Congrégation de Lyon a donc incontestablement son origine dans les missions de Linsolas ; même "action catholique" adaptée aux circonstances nouvelles, qui ne la dispensera pas de garder le même secret »11.

  • 12 Ibidem, p. 68 et 3ème partie, chap. III : Première manifestation : la restitution de l’église d’Ecu (...)
  • 13 Ibidem, pp. 80-81.
  • 14 Ibidem, 6ème partie, chap. IV : "Un livre clandestin", pp. 180-187 : A cette occasion, la Congrégat (...)
  • 15 Jean Comby, L’évangile au confluent. Dix-huit siècles de christianisme à Lyon, Lyon, Editions du Ch (...)

14Le premier fait d’arme de la Congrégation consiste en la réappropriation de l’église d’Ecully (1802)12, puis l’organisation de la Fête Dieu à Saint-Bruno13 la même année. Plus tard, son action se diversifie et le groupe se divise en quatre sections : les sections du zèle (propagande et recrutement des membres), de l’instruction (instruction religieuse par les catéchismes et les conférences), des aumônes (quêtes des bonnes œuvres), prisons et hôpitaux (charité envers les prisonniers et les malades). Tous les historiens de la Congrégation observent ensuite un ralentissement de ses activités jusqu’à la Restauration, ce qui ne doit pas dissimuler une présence pourtant réelle, malgré la menace gouvernementale. La constitution d’un réseau d’opposition à la politique impériale après l’occupation du port pontifical d’Ancône (octobre 1805), puis des États pontificaux (janvier 1808 et mai 1809), doit être largement attribuée aux groupements secrets et particulièrement à celui de Lyon. La Congrégation contribuerait à la diffusion de la bulle pontificale Quum memoranda (10 juin 1809) excommuniant l’Empereur14 et à l’organisation d’un réseau de désertion dans l’armée française15.

15Mais sous la Restauration, la Congrégation adopte une activité régulière soutenue. Son intervention ne se fonde plus uniquement sur la défense religieuse, mais s’inscrit dans l’assaut général du pouvoir royal restauré et de l’Église contre la société laïque issue de la Révolution. L’année 1817 semble d’ailleurs décisive à cet égard. La séparation de la Congrégation en deux groupes, une Congrégation de jeunes gens en dessous de trente-trois ans et une Congrégation d’hommes mariés et de célibataires plus âgés (les Messieurs), marque l’entrée de l’association dans une ère de « grand développement » (Jean-Claude Baumont

16Baumont (J.-Cl.)

1617

17Lestra (A.)

18

18Coste (B.)

19
  • 20 Ibidem, cité pp. 341-342.

« Parmi les œuvres de la Congrégation, il en est une qui s’élève majestueusement au-dessus de toutes les autres, l’œuvre admirable de la Propagation de la Foi. C’est bien en l’établissant qu’il a été donné à la Congrégation de remplir complètement le but qu’elle se proposait. C’est là que son esprit se révèle tout entier20 »

  • 21 Archives de l’Archevêché de Lyon (AAL), Registre des Congréganistes : Dans les premières années de (...)

19Ainsi, les dix fondateurs lyonnais de la Propagation de la Foi appartiennent à la Congrégation (l’un d’eux en est le préfet, autorité laïque des Messieurs de Lyon), et toute l’histoire de l’œuvre missionnaire témoigne de cette filiation ininterrompue au fil des générations puisqu’il est vérifié que l’ensemble des membres assis à la table du Conseil central de la Propagation de la Foi d’une extrémité à l’autre de la période qui nous occupe est aussi congréganiste ; il n’est d’ailleurs pas rare que certains cumulent les postes de direction à la Congrégation et à la Propagation de la Foi21.

  • 22 AAL, P.V. de l’Assemblée générale de la Congrégation, séance du 4 décembre 1836 : L’exemple de Fréd (...)

20L’influence prépondérante de la Congrégation de Lyon sur la Propagation de la Foi s’exprime donc dans le recrutement de ses membres directeurs puisque l’appartenance congréganiste s’avère nécessaire pour intégrer les conseils de l’Œuvre22. Mais l’Association missionnaire présente encore d’autres analogies avec la société secrète. En effet, si son organisation générale en dizaines lui est propre et paraît novatrice en ce début de siècle, elle reproduit certains schèmes propres à la société secrète.

21C’est l’apostolat laïque de la Congrégation, la fameuse « action apostolique effective » (Jacques Gadille

22Gadille (J.)

  • 23 CCL, P.V. séance du 21 mars 1851.

« Convenance de placer entre des mains de laïques la gestion d’une œuvre d’argent. Dépendance absolue par rapport au St Siège, dans laquelle se trouvent et doivent se trouver ces laïques pour jouir d’une certaine autorité et remplir leur Mission, tellement qu’on peut les considérer (...) comme les domestiques, les hommes d’affaire du St Père ; humilité de cette organisation qui permet d’exercer à l’étranger une action, sans éveiller la susceptibilité des évêques et sans donner de l’ombrage au gouvernement ; enfin facilité des rapports avec les Chefs de Mission qui sont moins froissés peut-être des griefs qu’ils peuvent avoir contre les conseils, que s’ils avaient à se plaindre d’un Corps ecclésiastique » 23.

23Mais la laïcité des conseils directeurs n’exclut pas l’élément ecclésiastique. L’archevêque est le président d’honneur du Conseil particulier et dès 1840, la place des hommes d’Église est assurée au sein du Conseil central de Lyon pour occuper une place croissante dans l’assemblée. Par ailleurs, comme la Congrégation placée sous l’autorité d’un directeur spirituel jésuite, la Propagation de la Foi naissante réclame une autorité spirituelle ecclésiastique (mais pas exclusivement jésuite), reconduite plus ou moins librement par la suite. Plus tard, dans la décennie 1860, l’élément ecclésiastique acquiert une autorité formelle alors que le secteur éditorial de l’Œuvre devient un enjeu majeur de promotion missionnaire.

  • 24 CCL, P.V. séance du 23 août 1850 : « Le conseil s’est toujours abstenu d’annoncer dans les Annales (...)
  • 25 Christian Ponson, op. cit., p. 297.

24Le silence entretenu sur la composition des conseils directeurs de la Propagation de la Foi doit également être attribué à l’héritage du secret congréganiste. Les notices nécrologiques publiées dans les Annales de la Propagation de la Foi sont sur ce point exemplaires. Jusqu’en 1880, elles se contentent d’annoncer le décès des évêques et des missionnaires en exercice ; pas un mot ne doit trahir la composition des assemblées de l’Œuvre24. Cette conduite chargée de mystère rappelle que la Congrégation lyonnaise, voulait « répondre au pouvoir occulte de la Franc-maçonnerie par les même moyens qu’elle »25. Christian Ponson

25Ponson (Ch.)

e26militantismeélites

26Ozanam (F.)

27AnnalesOrdo 28

27Dans le cas d’Ozanam

28Ozanam (F.)

29e30

29Dugas (P.)

30Blanchon (J.)

L’Écho de Fourvière,

31Flachaire de Roustan (R.)

32La laïcité de la Propagation de la Foi se traduit par une représentation ecclésiastique relativement faible au sein des assemblées directrices. Certes, au niveau de la structure générale, de la paroisse au diocèse, les hommes d’Église sont vivement sollicités : le clergé des campagnes et des villes se doit d’animer l’Association locale, les évêques de créer et de faire vivre les comités diocésains. La déférence de l’Œuvre envers Rome est aussi sans cesse rappelée. Mais l’étude des conseils lyonnais révèle de nombreux points équivoques.

  • 31 P.V. CCL, séance du 29 juillet 1822.
  • 32 P.V. CCL, séance du 21 mai 1841.

33C’est tout d’abord la direction spirituelle qui apparaît comme une formalité. Dès la fondation de la Propagation de la Foi, la présence ecclésiastique est posée en terme d’autorité de principe, finalement sans conséquence sur l’action effective des laïques. A propos des clercs, « le conseil arrête qu’il leur sera réservé dans son sein des places d’honneur, que ceux qui les occuperont pourront donner leur avis sur la matière en délibération mais qu’ils n’auront pas voix délibérative »31. Au bureau du Conseil central de Lyon, là où s’exerce la gestion quotidienne de l’Œuvre internationale, la faible représentation des ecclésiastiques est évidente : jusqu’en 1860, on en compte un seul pour quinze membres laïques ; au-delà et jusqu’en 1920, six pour trente. Il faut attendre l’année 1841 pour que leur place soit instituée au sein du comité de rédaction des Annales, le conseil décidant « qu’il y en aura toujours un au comité de rédaction, son élection sera annuelle »32. Sont élus à ce poste : l’abbé Perret

34Perret, eccl.

35Mousse, eccl.

36LaverriËre (S.), eccl.

AnnalesMissions Catholiques

37Morel (Th.), eccl.

38Melliorat, eccl.

Almanach des Missions

39Broche, eccl.

40Emmanuel Béchetoille

41BÈchetoille, Mgr

3334

Reconnaissance pontificale de l’œuvre laïque et de son autonomie, des origines à Léon XIII

42Société indépendante et laïque, la Propagation de la Foi entretient des rapports complexes avec les autorités religieuses. Les sommes qu’elle récolte à travers la chrétienté et l’influence qu’elle retire de cette activité conditionnent la nature de ces contacts. Les conditions matérielles, la puissance financière de l’une contrastant avec l’indéniable dénuement de l’autre, donnent à l’association lyonnaise un prestige indiscutable au sein du mouvement missionnaire. Sa position dominante est d’autant mieux acceptée par la papauté que cette dernière peut intégrer la Propagation de la Foi dans une politique globale visant à consolider son autorité en territoire européen. Mais la nature des contacts avec l’institution ecclésiastique résulte également des prétentions romaines sur le mouvement missionnaire et, une fois réorganisée comme dicastère romain chargé de l’évangélisation, la congrégation De propaganda fide se révèle être un partenaire particulièrement sensible, une menace constante pour l’autonomie de l’Œuvre.

Sollicitude pontificale

  • 35 Publié dans APF n° III (janvier 1824), Tome 1, pp. 9-11.

43Les pontifes romains affirment leur intérêt pour l’Œuvre par des actes publics ou privés qu’ils promulguent en sa faveur. La plupart du temps publiés dans les Annales, pas moins de quarante-quatre documents permettent de mesurer l’étendue de la bienveillance pontificale à l’égard de la Propagation de la Foi entre 1822 et 1914. Les trois papes qui se succèdent de 1822 à 1830 publient chacun un rescrit en faveur de la jeune œuvre. Par celui du 15 mars 182335, Pie VII

44Pie VII

45De Villiers

36

46Pie VII

37383940

47De Villiers

48Pie VII

41

49Le pontificat de Grégoire XVI

50GrÈgoire XVI

Pape des missions

51ExupËre (saint)

4243

52Mais l’intercession de Grégoire XVI

53GrÈgoire XVI

Probe nostis4445

54GrÈgoire XVI

46

55Le pontificat de Pie IX

56Pie IX

47484950indigentsMissions catholiques

57Les attentions pontificales à l’égard de la Propagation de la Foi sont le fruit d’intérêts convergents. Chaque geste de Rome en faveur de l’Association est consécutif aux démarches préalables des Conseils centraux. Ceux-ci ont besoin de l’approbation pontificale pour se développer et asseoir leur autorité sur l’ensemble du mouvement missionnaire. Gallicans sous la Restauration, les membres des Conseils centraux, et notamment ceux de Lyon à qui revient le soin exclusif de correspondre avec les autorités romaines, évoluent au fil du siècle vers un ultramontanisme affirmé, semblables en cela à l’ensemble du courant légitimiste à coloration cléricale. Dès le pontificat de Grégoire XVI

58GrÈgoire XVI

59Pie IX

Annales de la Propagation de la Foi 51

60Pie X

5253
  • 54 APF n° 452 (janvier 1904), Tome 76, p. 8.

« Nous sommes encore sous le charme de l’accueil si bienveillant, si paternel, qui nous a été fait par l’auguste Pontife, de ses paroles pleines de grandeur souveraine et d’aimable et gracieuse simplicité. C’était bien un père recevant des enfants, et des enfants de prédilection !54

61Les honneurs décernés pour les services rendus au mouvement missionnaire et partant, à l’Église universelle, permettent aux Conseils de compter dans leurs rangs de nombreuses personnalités décorées par la papauté. Le premier pontife à gratifier de la sorte le Conseil central de Lyon est Grégoire XVI

62GrÈgoire XVI

propriomotu55e

63Pie IX

64LÈon XIII

65Pie X

56

66Saint-Olive (H.)

67Saint-Olive (H.)

57

68Pour se convaincre de la notoriété singulière des membres de la Propagation de la Foi au sein de l’Eglise catholique, il convient encore d’examiner les lettres et cartons de condoléances (en dehors des relations privées et familiales) reçus par le Conseil central de Lyon au décès de Martial de Prandières

69De PrandiËres (M.)

58

70Meynis (D.)

71Lavigerie, Mgr

  • 59 APF n°354 (sept. 1887), Tome 59, p. 326.

« Il a été de l’Œuvre de la Propagation de la Foi (...) le serviteur fidèle durant plus d’un demi-siècle (...). Il était connu de toutes les missions du monde qu’il connaissait lui-même à fond (...). Pour moi qui avais voulu honorer publiquement le jubilé de sa présence dans vos Conseils, j’ordonne à tous mes prêtres, en leur communiquant la présente lettre de rappeler son nom, durant 9 jours, au memento des défunts, non pas que je doute de son salut éternel, mais les prières sont la forme la plus solennelle et la plus douce de la reconnaissance sacerdotale (...)59

72Pour le comte des Garets

73Des Garets (F.)

60

74Ces hommages sont la traduction d’une notoriété singulière acquise personnellement par chaque directeur de la Propagation de la Foi au sein de l’Église, et renforçant leur prestige civil.

Relations ambivalentes avec la Propagande

  • 61 Bernard Arens, Manuel des Missions Catholiques, Première partie : La haute direction de l’œuvre des (...)

75Créée en 1622, supprimée en 1798, la Congrégation de la Propagande est réorganisée en 181761. Le cardinal Maur Capellari en est préfet de 1826 à 1831, date à laquelle il devient pape sous le nom de Grégoire XVI

76GrÈgoire XVI

6263646566Probe nostis

77GrÈgoire XVI

676869
  • 70 P.V. CCL, séances des 25 septembre et 26 juin 1840 : « Les mesures réglementaires des conseils inte (...)
  • 71 P.V. CCL, séance du 26 novembre1841.
  • 72 Mgr Delacroix dir., Histoire universelle des Missions Catholiques, t. III : Les Missions contempora (...)
  • 73 P.V. CCL, séance du 26 mars 1858. En 1858, la Propagande impose ainsi à la Propagation de la Foi sa (...)

78La détérioration des rapports est rapide. Le projet romain de contrôler la Propagation de la Foi se heurte à la résistance des conseils laïques, jaloux de leur autonomie. Jusqu’au milieu des années 1840, les témoignages de volontés contradictoires se multiplient : l’allocation demandée par la Propagande pour son imprimerie est rejetée70 ainsi que la proposition de créer un Comité suprême à direction ecclésiastique71. S’ouvre une ère de confrontation d’une vingtaine d’années dont plusieurs indices trahissent la singulière intensité. Incapable d’agir directement sur la répartition des fonds de l’Œuvre, la congrégation romaine fera valoir son influence en terre de mission à l’aide des vicaires et préfets apostoliques72 qui, contrairement aux congrégations missionnaires, dirigent leur territoire d’apostolat comme représentants romains et peuvent être déplacés plus facilement que les évêques diocésains73.

79Parallèlement, la pression de la Propagande afin de contrôler l’ensemble du processus missionnaire s’exprime de façon indirecte par la contestation de la Propagation de la Foi. « Sous Grégoire XVI

80GrÈgoire XVI

81Pie IX

statu quo7475

82Pie IX

7677
  • 78 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire, op. cit., p. 761. Les budgets des missions locales publié (...)

83Les tensions avec la Propagande n’affectent pourtant pas l’Œuvre de façon majeure. Sa puissance financière lui permet de préserver son autonomie. L’échec du centralisme romain dans le domaine des modes de financement des missions trahit la dépendance romaine vis-à-vis de la Propagation de la Foi qui fournit sans doute à elle seule près de la moitié des revenus officiels de la Propagande78.

  • 79 P.V. CCL, séance du 13 septembre 1861.
  • 80 P.V. CCL, séances des 13 septembre 1860 et 17 octobre 1862 . Par un courrier de septembre 1860, « l (...)
  • 81 P.V. CCL, séance du 18 juin 1875 : Une publication, La Terre Sainte, tenant des propos diffamatoire (...)

84À partir des années 1860, l’autonomie de la Propagation de la Foi est plus assurée encore. L’amputation des États pontificaux et l’unification italienne à leurs dépens perturbent la politique de la Congrégation romaine qui reconnaît en septembre 1861 que « les circonstances ayant changé (...), la situation de la Propagande devient de plus en plus critique »79. Celle-ci abandonne ses prérogatives à l’Association française et lui donne licence de contrôler le financement des missions auparavant placées sous sa compétence80. La Propagation de la Foi se révèle dès lors un indispensable auxiliaire, un collaborateur à ménager. Par conséquent un statu quo s’établit entre les deux autorités missionnaires : la Propagande n’hésite plus à prendre la défense des Conseils centraux face aux sociétés concurrentes81 et ces derniers n’opposent plus d’objections majeures aux indications du dicastère romain en matière d’orientation des fonds pour les missions.

  • 82 Les comptes rendus annuels et les procès-verbaux des Conseils centraux fournissent des données préc (...)
  • 83 Correspondance CCP / CCL (A 2), lettre du 10 septembre 1843 (A 000409).

85Les échanges financiers forment d’ailleurs un lieu d’observation privilégié82. En 1840, l’ensemble des membres dirigeants des Conseils centraux se met à la tâche à l’occasion de la répartition (lecture des lettres et mémoires, délibérations). Aucun dispositif ne réglemente encore cet exercice, seule la définition des fonds à employer (tant leur provenance et leur usage que leur destination) est concrètement définie par un règlement de cinquante-cinq articles. Le travail des commissions de répartition instituées par la suite à l’intérieur de chaque assemblée est essentiellement basé sur l’étude du bilan matériel, humain et financier des missions à travers le monde. Pour ce faire, on réclame des informations aux agents concernés. Ainsi soumises à la subjectivité du témoignage missionnaire (surtout lorsqu’il s’agit d’un entretien oral avec un prélat en visite), les sources de la répartition s’harmonisent en un processus de plus en plus subtil. Tout d’abord, la procédure impose aux ouvriers apostoliques un exercice formel puisque l’on exige d’eux l’envoi annuel d’un mémoire présentant l’état de leur mission, les développements connus, ceux envisagés et enfin les besoins financiers ressentis comme primordiaux. La remise des mémoires doit être ponctuelle et adressée avant le début du travail de répartition. Ainsi prévoit-on l’exclusion pure et simple des « missions qui n’auraient pas fourni au 1er avril [souligné dans le texte] les rapports annuels que nous leur demandons (...) »83. Durant les deux ou trois premiers mois de l’année, les assemblées directrices accusent donc réception de nombreux dossiers en provenance des missions. Mais le système des mémoires annuels apparaît encore trop aléatoire et pour pallier la subjectivité prononcée des informations transmises, la pratique du tableau statistique se met en place dans les dernières décennies du XIXe siècle. Les conseils peuvent alors statuer sur des bases précises, identiques, formant une méthode d’évaluation basée sur la construction sérielle d’éléments comparatifs.

86Le champ de la répartition témoigne indéniablement d’une rationalité des modalités du financement de l’expansion catholique, étrangère aux enjeux romains. Il souligne également l’autonomie relative dont jouissent les conseils directeurs laïques de la Propagation de la Foi face aux autorités ecclésiastiques.

Romanisation, cléricalisation, centralisation

  • 84 APF n° 491 (juillet 1910), Tome 82, p. 297 et APF n° 492 (1911), Tome 82, p. 350.
  • 85 APF n° 398 (janvier 1895), Tome 67, p. 55.

87Dans la seconde partie du siècle, bien qu’assurée de son indépendance, la position de la Propagation de la Foi semble encore fragile. Elle doit faire face à la nouvelle politique romaine que motive l’évolution générale de l’Église catholique. Cléricalisation et centralisation sont deux expressions complémentaires de la stratégie du Saint-Siège au cours de cette période. Symboles de l’autorité ecclésiastique sur les écrits missionnaires à partir de 1865, directeurs des publications et religieux du comité de rédaction reçoivent les honneurs de l’Église auxquels les laïques ne peuvent prétendre. Exemples éloquents, deux d’entre eux, Mgr Mioland et Mgr Chatelus, sont appelés à l’épiscopat84. Quant à la reconnaissance pontificale des publications elles-mêmes, elle ne se fait pas avant 1876. Ce sont les Missions Catholiques, présentées comme « organe officiel du Saint Père et du cardinal préfet de la Propagande »85, qui motivent le premier bref du pape Pie IX

88Pie IX

86

89LÈon XIII

Sancta Dei civitas8788

90LÈon XIII

89
  • 90 Claude Prudhomme, « Centralité romaine et frontières missionnaires », in Mélanges de l’École França (...)

91La stratégie centralisatrice vise effectivement à unir et rendre cohérente la société ecclésiale autour de son autorité visible, le Pape. L’évolution de l’Europe rend nécessaire une telle politique : la sécularisation progressive de la société précarise le statut de l’Église. Le Saint-Siège opère un transfert de pouvoir et tend à constituer la référence centrale et fédératrice de l’Église universelle. Toutefois, afin de mener à bien son projet la papauté doit réduire la résistance des énergies autonomes là où l’Église connaît une évolution favorable. L’expansion croissante des Églises outre-mer conduit donc à considérer l’espace missionnaire comme une des clés de la centralisation romaine90. La Question d’Orient ou l’exercice de la répartition des fonds de l’Œuvre le montrent fort bien en portant atteinte à l’autonomie de la Propagation de la Foi dans des domaines spécifiquement missionnaires.

  • 91 Joseph Hajjar, « Les Églises orientales catholiques », in Roger Aubert M.D. Knowles, J.L. Rogier di (...)

92Le processus de latinisation des Églises d’Orient offre un exemple qui valorise le rôle croissant de Rome dans le mouvement d’évangélisation des deux mondes. Aux marges de la civilisation, les chrétientés orientales subissent l’offensive latinisante qui affecte l’ensemble de l’Église catholique avec ses filiations culturelles91. Par ailleurs, le conflit révèle les contraintes imposées à la Propagation de la Foi en terme de distribution des fonds récoltés et souligne l’attitude des Conseils centraux face à l’éminente autorité pontificale transgressant la règle habituelle de répartition des fonds de l’Œuvre.

93Stanislas Laverrière

94LaverriËre (S.), eccl.

AnnalesMissions catholiques

95BarnabÚ, Mgr

92

96Simeoni, Mgr

93

97Ciurcia, Mgr

98À l’initiative de Léon XIII

99LÈon XIII

100Simeoni, Mgr

  • 94 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 18 (1884-1887), F° 002866 B.

« Le Saint Père m’a déclaré que ces collectes sont provisoires et qu’il est persuadé qu’elles n’accorderont aucun dommage à l’œuvre bien méritante de la Propagation de la Foi puisqu’elles ne doivent pas durer au-delà des circonstances et que le conseil doit être assuré de sa bonne volonté envers lui (...) »94.

  • 95 P.V. CCL, séance du 21 septembre 1891.
  • 96 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 20 (1892-1894), F° 001444 B.
  • 97 P.V. CCL, séance du 9 octobre 1894.

101Or, la question des quêtes constitue un sujet sensible pour lequel les Conseils centraux se sont toujours révélés intransigeants. Aussi, lorsque le pape leur enjoint de remettre à l’Œuvre du Denier de Saint-Pierre une partie des sommes (les deux-tiers) que les délégués de la Propagation de la Foi recueillent au Mexique, le Conseil central de Lyon se montre réticent95. En décembre 1893, le pape ne peut qu’exprimer sa surprise qu’aucune offrande n’ait été reçue entre 1891 et 1893, alors que les délégués de l’Œuvre « assurent avoir pu, tout en travaillant pour la Propagation de la Foi, recueillir pour le Denier de Saint-Pierre une somme relativement importante »96. C’est alors au tour du pape de refuser la proposition formulée par les Conseils centraux en 1894, d’effectuer une quête spéciale pour les séminaires orientaux, croyant en effet « avoir à se plaindre des quêtes au Mexique qui ont amené une diminution considérable dans les recettes du denier de Saint-Pierre dans ce pays »97. Les quêtes mexicaines sont de nouveau évoquées par Léon XIII en 1896, mais leur rejet par la direction de la Propagation de la Foi est significatif d’une situation pour le moins bloquée :

  • 98 P.V. CCL, séance du 3 avril 1896.

« Le Conseil de Lyon, ne voulant point admettre la condition du partage des quêtes d’Amérique avec le Denier de Saint Pierre, et d’un autre côté, ne pouvant entrer en discussion avec le Pape sur ce projet, est d’avis de ne point répondre à la lettre pontificale »98.

  • 99 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 18 (1884-1887), F° 001386 B.

102La Question orientale donne encore une tournure conflictuelle aux relations romaines de la Propagation de la Foi en 1888, lorsque les Conseils centraux refusent d’accorder le subside extraordinaire réclamé par la Propagande pour son vicaire et délégué apostolique en Égypte. Réagissant deux années plus tard, le cardinal préfet fait entendre des plaintes au sujet de plusieurs missions recommandées par lui qui, « non seulement n’ont obtenu de l’Œuvre aucun secours extraordinaire, mais que même les allocations habituelles ont été réduites de manière à les mettre dans la situation la plus critique (...) »99. En 1892, le cardinal Ledochowsky

103Ledochowsky, Mgr

100
  • 101 « Lettre de S.S. le pape Léon XIII
  • 102 APF, n°419 (juillet 1898), Tome 70 : « Ce témoignage de votre bonne volonté Nous a été très agréabl (...)

104La Question d’Orient prend une dimension véritablement capitale pour la Propagation de la Foi puisqu’elle détermine son degré de résistance à la pression romaine pour, à terme, mettre en cause le maintien de son autonomie globale. Ici, les modalités du financement semblent échapper aux Conseils centraux : le pape ponctionne une somme importante sur les fonds de l’Œuvre, (jusqu’à 100.000 francs en 1897) et nomme les évêques orientaux destinataires des secours. Une lettre de bénédiction apostolique du 1er juillet 1895, vient sanctionner la soumission des Conseils centraux101 et la somme remise au pape en 1898, plus forte qu’auparavant (300 000 francs), motive un bref de plus à publier dans les Annales102. Elle traduit la volonté des Conseils centraux, finalement tributaires de son assentiment, d’être agréables au pouvoir pontifical. Quant à la Propagande, elle impose l’attribution systématique d’une somme à chaque évêque oriental (de 1 500 à 2 000 francs), l’Œuvre des Écoles d’Orient recueille elle-même plusieurs centaines de milliers de Francs (180 000 francs en 1895) et l’autorité diocésaine prend le parti de destiner aux Orientaux le produit des aumônes recueillies à l’occasion du jubilé national français.

  • 103 P.V. répartition 1905 : « Ernaculam ». « Ce n’est pas à nous, d’après les arrangements pris par le (...)

105Si la Propagation de la Foi décide de poursuivre son aide aux chrétientés d’Orient, contrairement aux vœux exprimés par le Conseil central de Lyon, c’est pour ne pas perdre l’autorité financière qu’elle possède sur une partie des missions ce qui, à terme, pourrait créer un précédent grave portant atteinte à son autorité globale sur le processus missionnaire. La conduite adoptée sera pourtant de courte durée. Lorsque l’Œuvre s’affaiblit sous la pression pontificale, les missions orientales sont parmi les premières à être abandonnées103.

106L’exemple oriental souligne utilement le champ majeur autour duquel s’affrontent progressivement les autorités laïque et romaine : la répartition des subsides récoltés par l’Association missionnaire. Dans ce domaine, la volonté romaine de contrôle est constante, les interventions de la Propagande systématiques par des adresses nombreuses et régulières recommandant aux secours de l’Œuvre divers établissements, instituts ou missions. Pourtant, un échange de vues sur l’allocation de subsides en 1832, traduit bien le ton et l’autorité qui régissaient l’exercice pendant le premier tiers du XIXe siècle :

  • 104 P.V. CCL, séance des 17, 18 et 21 décembre 1832.

« Le Conseil considérant que le but de l’Association (...) est uniquement de propager la foi et que la religion catholique est vue de trop mauvais œil par le gouvernement russe pour qu’on puisse espérer que le prêtre qui résidera à Kerk ose étendre son zèle aux schismatiques grecs, rejette la demande qui lui est présentée pour l’établissement de Kerk (...)104. »

107Il faut attendre l’arrivée du préfet Franzoni (1834-1856)

108Franzoni, Mgr

109Trinchese (S.)

110GrÈgoire XVI

105alternatif106107
  • 108 P.V. CCL, séance du 10 juillet 1840.
  • 109 Ibidem.
  • 110 Correspondance CCP / CCL (A 2), lettre du 27 janvier 1845 (A 000509).

111C’est à la faveur de la reconnaissance pontificale de l’Œuvre, nous l’avons vu, que la situation évolue et que les attributions de la Propagation de la Foi s’élargissent « aux deux hémisphères »108. La compétence de la Propagande est cependant maintenue, bien qu’officieuse, puisque « avant d’admettre une mission d’Europe non encore secourue, la Sainte Congrégation sera consultée »109. Cette dernière étudie préalablement une répartition pour les territoires d’Europe, que valident la plupart du temps les Conseils centraux. En cette occurrence, la Propagande soulage le travail de l’Œuvre en assumant le financement des missions dans les territoires hostiles à la foi catholique ou à l’Œuvre française. En 1845, constatant de nombreuses tensions avec les pays de l’Allemagne, le Conseil central de Lyon peut néanmoins déclarer : « Nous nous félicitons si l’Œuvre de la Propagation de la Foi n’a pas à subir d’autres défections que celle de la Bavière, et si les conseils ne sont pas dans la nécessité de rayer de nos listes de secours, d’autres Missions que celles dont la Sainte Congrégation de la Propagande a accepté la charge et nous a transmis la note »110. La communication mutuelle et préventive des projets de répartition entre le Conseil central de Lyon et la Propagande permet à cette dernière de mener une véritable politique missionnaire. Elle se révèle donc un miroir de leurs relations. Pour la répartition de 1846 :

  • 111 P.V. CCL, séance du 6 mars 1846.

« Le conseil se détermine à ne plus communiquer à la Propagande et au Card. Brignole le tableau de répartition avant son insertion dans les Annales. Car ce travail se trouvant arrêté par l’accord des deux conseils, il n’est plus possible de faire droit aux observations que la Sainte Congrégation pourrait faire à ce sujet. En outre le conseil, se trouvant suffisamment éclairé sur les missions qu’il aura à secourir dans la prochaine répartition, ne juge pas à propos de recourir à la Propagande pour solliciter de nouveaux renseignements111. »

112Or, si la Propagande ne peut intervenir de façon directe sur l’octroi des fonds, elle bénéficie de la très commode institution des préfectures et vicariats apostoliques. Les préfets et vicaires, véritables chefs de la mission, n’ont pas à rendre compte de l’utilisation des fonds accordés par l’Œuvre. Agents du Saint-Siège par nature, c’est donc la Propagande qui, par leur intermédiaire, décide de l’orientation des fonds. La pratique est attestée dès 1840, lorsque le cardinal-préfet émet le vœu

  • 112 P.V. CCL, séance du 13 novembre 1840.

« que les secours de la bien méritante association s’étendissent aussi aux vicariats de l’Écosse, de la Suède et du Nord de l’Allemagne (...). La parole du Saint Père est déjà compromise et engagée envers les missions indiquées, d’où elle ne peut douter de toute la sollicitude du conseil à y répondre112. »

113En 1858 les vues romaines sur les missions de Chine semblent confirmer la volonté de la Propagande de contrôler l’allocation des subsides par le biais du système vicarial :

  • 113 P.V. CCL, séance du 5 février 1858.

« La Sacrée Congrégation ne voit de meilleur moyen que de voter désormais pour toutes les Missions italiennes de la Chine une allocation complexe qui serait envoyée au Procureur de la Propagande à Hong-Kong, lequel en ferait la distribution (...) »113.

114Mais la main mise de la Congrégation romaine sur l’administration des secours ne satisfait pas le Conseil de Lyon qui, après avoir suivi la procédure indiquée pendant quatre années, fait remarquer que

  • 114 P.V. CCL, séance du 17 octobre 1862.

« (...) nous avions fait connaître à la Propagande l’intention où nous étions de ne plus déroger à nos règles, en ce qui concerne le subside destiné aux Vicaires Apostoliques Italiens de Chine, à cause de la manière par trop large dont en usait le Père Ambrosi laissé libre de modifier le chiffre de nos allocations (...) »114.

115Toutefois, si le père en question est désavoué, les préfets et vicaires apostoliques qui se sont multipliés restent les bénéficiaires et les administrateurs des secours accordés par la Propagation de la Foi.

  • 115 P.V. répartition 1865 : « Gabon ». Par exemple, la mission africaine connaît certes une hausse impo (...)

116Il convient encore de rappeler combien importante est la reconnaissance officielle de l’Œuvre de la Sainte-Enfance dans les relations entre la Propagation de la Foi et la Propagande, en creusant une première brèche dans le monopole officieux dont était investie l’Association lyonnaise. Puisque l’Œuvre née à Nancy intervient auprès des missions par ses propres subsides, les secours qu’elle dispense sont mis à l’actif du bilan financier des territoires qui en sont bénéficiaires115.

117Quelles qu’en soient les modalités, les faits sanctionnent l’ingérence romaine dans l’exercice de répartition. La résistance de la Propagation de la Foi s’exerce jusqu’à ce qu’elle se trouve face à un front qui unit chefs de mission et Propagande. Si les demandes de Mgr de Besi

118De Besi, Mgr

116

119Le dicastère romain se heurte à la direction de la Propagation de la Foi qui, jalouse de son autorité sur le financement des missions et assurée de l’appui du ministère français des Affaires étrangères, tente de résister aux prétentions romaines sous les apparences d’une soumission filiale. À la fin du siècle, puis au sortir de la Grande guerre, les rapports de force se trouvent bouleversés, l’équilibre rompu. La multiplication des facteurs d’affaiblissement de l’Œuvre française offre enfin au gouvernement romain la faculté de briser la résistance des Conseils centraux.

Une Œuvre à réformer

  • 117 Mgr Joseph Fréri

120Tel est le titre d’une brochure qui circule dans les sphères dirigeantes de l’Église en 1919117. Son auteur, Mgr Joseph Fréri

121FrÈri, Mgr

118
  • 119 Mgr Joseph Fréri

« La question est particulièrement délicate et je n’ignore pas qu’en y répondant en conscience je froisserai les susceptibilités d’hommes éminemment respectables et dévoués (...). Du reste il y a des années que les remarques que je vais faire ont été présentées, et plus d’une fois, à ceux-là même qu’elles concernent, dans le but d’amener les réformes qu’elles suggèrent. Mais tout a été vain. Elles sont donc maintenant respectueusement soumises aux autorités de l’Église avec l’espoir que ce résultat sera obtenu119. »

122De fait, les trois points avancés pour démontrer le caractère vicié de la Propagation de la Foi reprennent les critiques maintes fois prononcées à son encontre. Le contrôle exclusivement français de l’Œuvre semble plus que jamais présenter un obstacle majeur à son développement à l’étranger, provoquant l’étonnement d’évêques américains :

  • 120 Ibidem, p. 13.

« Comment se fait-il que les États-Unis qui contribuent maintenant et depuis plusieurs années avec une somme considérable à la Propagation de la Foi, ne soient pas représentés dans ses Conseils et n’aient absolument rien à dire dans les allocations ? Un tel procédé est anti-Américain !120 »

  • 121 Ibidem, p. 14.

123L’exclusivité nationale de la direction de l’Œuvre est aussi au cœur des ressentiments australiens. En témoigne l’archevêque de Sydney qui réfute toute possibilité d’établissement de l’Œuvre dans son diocèse : « Jamais l’or australien n’ira en France »121. L’interdépendance entre le temporel et le religieux présente donc un obstacle majeur, la défense des intérêts nationaux renforçant une tendance générale d’incursion des valeurs profanes dans le domaine sacré. Par son refus d’accorder des secours aux missions allemandes durant la Grande Guerre, la Propagation de la Foi à direction française accentue encore le ressentiment étranger à son égard.

  • 122 Ibidem, pp.16-17.

« Les deux comités se recrutent eux-mêmes, en dehors de tout contrôle ou même approbation des autorités ecclésiastiques. Ils ne représentent pas plus la hiérarchie de la France que celle d’aucun pays (...). Du reste, quelle initiative pourrait-on attendre d’hommes qui, quelque excellents Catholiques qu’ils puissent être n’ont pas fait de l’apostolat l’objet de leur vie et ne peuvent s’intéresser à la conversion des infidèles comme ceux dont la vocation est de s’y dévouer ? Leur habileté pour les choses du monde ne les a pas préparés à ce genre de travail122. »

124Les autres griefs formulés par Mgr Fréri

125FrÈri, Mgr

fictifs

126L’ancien délégué missionnaire de l’Œuvre renouvelle fort peu l’argumentaire déjà souvent formulé contre la Propagation de la Foi. La nouveauté se trouve dans le ton employé, véhément et fort peu respectueux à l’égard des Conseils centraux. La conclusion de l’étude remise aux autorités romaines ne laisse aucune issue à l’organisation laïque de l’Œuvre française :

  • 123 Ibidem, p. 27.

« J’ai cru de mon devoir de mentionner ces faits pour mettre en pleine lumière la mentalité administrative qui gouverne l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Il fallait qu’elle soit connue de ceux qui peuvent apporter une réforme dont le besoin est aussi urgent que manifeste123. »

  • 124 P.V. CCL, séance du 25 octobre 1920.

127La situation de la Propagation de la Foi s’est effectivement modifiée et n’est plus à l’avantage des conseils français. La cohésion de l’Œuvre souffre d’une précarité notoire : en octobre 1919, l’épiscopat des États-Unis se réunit en congrès à Washington et, appuyé par le cardinal préfet de la Propagande, vote à l’unanimité la rupture des liens attachant la branche américaine de l’Œuvre aux Conseils centraux de France. L’année suivante, l’irrémédiable scission est imposée par des diocèses hollandais124.

128Incapables de faire face à un déchaînement de volontés hostiles, les Conseils centraux subissent passivement les violentes attaques de la Propagande. Par deux courriers de 1919 (30 janvier et 29 mars), le cardinal préfet Van Rossum

129Van Rossum, Mgr

125126

130BÈchetoille, Mgr

127

131Odelin, Mgr

128 er129

132Guasco (A.)

  • 130 Alexandre Guasco, « Centenaire de l’œuvre de la Propagation de la Foi, un siècle d’histoire », in L (...)

« Quelles vont être les relations de ce Conseil [Conseil central d’Italie] avec ceux de Lyon et de Paris ? Assisterons-nous à la création d’un Conseil international à Rome ou ailleurs, et verrons-nous les anciens Conseils français devenir de simples intermédiaires entre les fidèles et ce Conseil, ou conserveront-ils leur caractère actuel ? La S. C. de la Propagande prendra-t-elle la direction effective de l’Œuvre ? Autant de questions que l’on peut se poser et qui ne peuvent manquer de recevoir de promptes solutions130. »

133Le motu proprio Romanorum Pontificum, promulgué par Pie X

134Pie X

135Pie XI

Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi131

136Pie X

137Pie XI

132

Conclusion : déclin du pouvoir laïque des missions

138La radiographie historique de la Propagation de la Foi consacre la vitalité d’une mobilisation à caractère laïque et de dimension locale qui aspire à rayonner au sein de l’Église universelle, les œuvres jouissant d’une relative autonomie vis-à-vis de la hiérarchie religieuse.

139L’élan apostolique s’appliquant à tout l’univers à partir de foyers locaux, les évolutions de la Propagation de la Foi s’articulent non en fonction du développement outre-mer, mais relativement aux événements vécus en Europe, centralisation pontificale, laïcisation en France. La peur des révolutions politiques et sociales motive un élan qui tend à réhabiliter la papauté comme autorité supérieure. Sous la Monarchie de juillet, l’empressement des évêques à recommander la Propagation de la Foi et celui des fidèles à participer à la collecte missionnaire pourrait être l’expression d’un ultramontanisme naissant, une réponse aux désirs exprimés par l’ancien cardinal-préfet de la Propagande, devenu le pape Grégoire XVI

140GrÈgoire XVI

Probe nostis

141Le déclin de l’Œuvre laïque s’amorce à partir de 1880. L’influence de la politique romaine, dans le contexte de la question romaine et de la laïcisation, s’exerce désormais à ses dépens. L’Église accélère alors un processus de cléricalisation allant à l’encontre de l’autorité laïque, et de centralisation à Rome opposée à l’autonomie locale. Or, dirigé en partie d’un point étranger, le financement de l’évangélisation catholique au XIXe siècle favorise l’exaltation d’un microcosme urbain de non-clercs, chargé d’émotions et de sensibilités propres. Les deux autorités ecclésiastique et laïque, un temps solidaires, ne peuvent s’harmoniser sur les bases de la romanisation. Par conséquent, Rome exerce des pressions sur la Propagation de la Foi afin qu’elle reconsidère la place dévolue en son sein à l’élément ecclésiastique et pour que les publications missionnaires qu’elle édite (les Annales de la Propagation de la Foi) passent sous le contrôle de prêtres (1865) garants d’une presse d’Eglise. A la fin du siècle, seule l’autorité des Conseils centraux de France sur la répartition des subsides conserve à la Propagation de la Foi une coloration nationale et laïque.

  • 133 Archivio storico della Sacra Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli (Rome). Recueil des Ac (...)

142La solution du transfert de la direction à Rome (1922) procède d’une logique cohérente. Bien audacieuse face à la puissante Œuvre, influente et centenaire, mais nécessaire pour vaincre la résistance et les revendications d’autonomie des dirigeants français, l’initiative romaine était préparée de longue date comme tend à le montrer la rétrospective menée par la Propagande afin de justifier du caractère vicié de la Propagation de la Foi à direction laïque et française. La stratégie romaine vise à reprendre toutes les récriminations avancées contre l’Association depuis 1822, au moyen de ses propres archives patiemment rassemblées dans l’attente de cette exploitation133. Clos en 1919, le dossier est présenté au moment favorable, lorsque l’Œuvre se trouve suffisamment affaiblie par les scissions, américaine et hollandaise notamment. Un cahier des charges complet, présenté dans une période critique, est jugé suffisant pour venir à bout du vieux contentieux.

  • 134 Ibidem, le volume n°521 (1921) : décret du 15 mai 1921.

143L’obstacle majeur pour faire aboutir le processus est d’ordre diplomatique, alors que papauté et État français se disputent l’autorité des missions chinoises (1919), l’appropriation pontificale d’une œuvre française de tradition pouvant nuire aux négociations. Le règlement du conflit, officialisé en 1921 par le rétablissement de l’ambassade de France près le Saint-Siège (18 mai) et de la nonciature en France (20 mai), permet enfin à la Propagande de mener à terme son entreprise de centralisation. Après l’autonomisation de la Propagation de la Foi italienne134 puis celle d’autres sections nationales placées sous contrôle romain, le coup final est porté par Pie X

144Pie X

145Pie XI

motu propriol’Œuvre laïque des Missions
Haut de page

Notes

1 L’Apostolat des laïcs. Décret Apostolicam acutuositatem, Paris, Cerf, 1970, pp. 92-93.

2 Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l’Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), thèse de doctorat (Claude Prudhomme dir.), Université Lyon 2, 2002, 626 p. Les sources principales de cette étude sont constituées des registres des procès verbaux (P.V.) des réunions des principales assemblées directrices internationales ou diocésaines de la Propagation de la Foi : Conseil central de Lyon (CCL), Conseil particulier de Lyon (CPL), Conseil central de Paris (CCP). Il convient de les compléter par une lecture systématique des Annales de la Propagation de la Foi (APF), des cahiers rédigés et édités à Lyon, distribués tous les deux mois aux chefs de dizaine de donateurs, ainsi que des Missions Catholiques (MC), second périodique, hebdomadaire, édité par l’Œuvre à partir de 1868.

3 « Notice sur la fondation de l’Œuvre de la Propagation de la Foi », in APF n° 309 (mars 1880), Tome 52, p. 148.

4 Claude Prudhomme, « Aux sources du réveil missionnaire catholique du XIXe siècle : France, pays de missionnaires », in L’éveil des catholiques français à la dimension internationale de leur foi, 19ème et 20ème siècle. Actes du IVème colloque d’histoire religieuse (Le Puy, 6-9 juillet 1995), réunis par G. Cholvy

Cholvy (G.)

, Montpellier, Centre d’histoire des mentalités (Montpellier III), 1995, p. 15.

5 Pauline Jaricot et son frère Philéas se fixent pour objectif de tisser leur propre réseau pour encourager les travaux du séminaire des Missions Étrangères. Rétablie en 1815 dans sa maison parisienne, la congrégation a en effet besoin de ressources importantes pour ses missions de Chine et du Levant. Sur la demande de Philéas, étudiant à la capitale au séminaire Saint-Sulpice, Pauline s’inspire des organisations anglaises méthodistes et anabaptistes pour élaborer son plan et organise ses premières dizaines ouvrières dans le milieu des ateliers en soie de la ville. À partir de 1820, c’est sous l’appellation des « Réparatrices du Cœur de Jésus méconnu et méprisé » que se réunissent ouvrières, domestiques et boutiquières afin d’œuvrer pour la religion et principalement pour la Société missionnaire de Paris.

6 Joseph Folliet, « L’école mystique de Lyon et la Chronique sociale », in Mélanges offerts à A. Latreille

Latreille (A.)

, Lyon, Audin, 1972, pp. 586-587.

7 Dans la première partie du XXe siècle, Antoine Lestra

Lestra (A.)

offre le premier développement d’une histoire des débuts de la société secrète qui sera édité dans la seconde moitié du siècle (Histoire secrète de la Congrégation de Lyon, de la clandestinité à la fondation de la Propagation de la Foi, 1801-1831, Paris, Nouvelles éditions latines, 1967, 367 p.). Son travail s’appuie essentiellement sur les mémoires de Benoît Coste (Souvenirs de soixante ans et Histoire de la Congrégation des Jeunes gens, suivie de Mémoires historiques pour servir à l’histoire de la Congrégation des hommes et des jeunes gens érigée à Lyon, 2 vol., Lyon, s.d., 323 p. et 364 p. manuscrites. Jean-Claude Baumont, « Une association de laïques catholiques : la congrégation de Lyon. Aspects et limites de son action lyonnaise (1817-1840) », in Mélanges offerts à A. Latreille

Latreille (A.)

, op. cit., pp. 511-532). Catherine Pellissier

Pellissier (C.)

et Bruno Dumons

Dumons (B.)

« La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon sous la troisième République. Sociologie comparée », in Revue d’histoire de l’Église de France, janvier-juin 1992, 1992, pp. 35-56.

8 Gérard Cholvy, Être chrétien en France au XIXe siècle, 1790-1914, chap. IV-2 : Les congrégations de jeunes gens, Paris, Seuil, 1997, pp. 50-54.

9 Jean-Claude Baumont, « Une association de laïques catholiques », art. cit., p. 511.

10 Robert Rouquette, « Pauline Jaricot

Jaricot (P.) et (Ph.)

et les Messieurs de Lyon », Études, 1962, pp. 3-22., p. 4.

11 Antoine Lestra, op. cit., p. 80.

12 Ibidem, p. 68 et 3ème partie, chap. III : Première manifestation : la restitution de l’église d’Ecully, pp. 92-94 : la ville avait vu en 1802 la réouverture de l’église des Carmes déchaussés, celle des Chartreux à la Croix-Rousse (la future paroisse Saint-Bruno) et Saint-Pierre ; en 1803, celles de Saint-Nizier, de Saint-Polycarpe et d’Ainay, de Fourvière en 1805.

13 Ibidem, pp. 80-81.

14 Ibidem, 6ème partie, chap. IV : "Un livre clandestin", pp. 180-187 : A cette occasion, la Congrégation fait imprimer un livre clandestin (tiré à 2.000 exemplaires) présentant les pièces du dossier de l’affaire sous le titre : Correspondance authentique de la Cour de Rome avec la France depuis l’invasion de l’État romain jusqu’à l’enlèvement du Souverain Pontife (387 pages imprimées par Aynès, congréganiste). De Lyon, la bulle d’excommunication est diffusée dans tout le pays (1809).

15 Jean Comby, L’évangile au confluent. Dix-huit siècles de christianisme à Lyon, Lyon, Editions du Chalet, 1977, p. 125 : Jean Comby

Comby (J.)

confirme que « le Rhône était un des départements où il y avait le plus de déserteurs ».

16 Jean-Claude Baumont, art. cit., p. 512 et Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale, 1892-1914, Lyon, PUL, 1979, 379 p., notes p. 297. Constituée de 8 membres en 1802, la Congrégation de Lyon en compte 40 en 1809, 60 en 1817, 160 en 1832 (90 Messieurs et 70 jeunes gens), 200 en 1880 et 214 en 1914.

17 Benoît Coste , op. cit., vol. 2, p. 80.

18 Antoine Lestra, op. cit., 8ème partie : La fondation de la Propagation de la Foi, pp. 287-334.

19 Ibidem, p. 289 et pp. 341-342.

20 Ibidem, cité pp. 341-342.

21 Archives de l’Archevêché de Lyon (AAL), Registre des Congréganistes : Dans les premières années de la Propagation de la Foi, Benoît Coste

Coste (B.)

est préfet de la Congrégation la 20ème année, Victor de Verna

Dauphin de Verna (V.)

(21, 22, 25, 26 et 39ème année), Irénée Chalandon

Chalandon (I.)

(35, 36, 37, 38, 43, 44 et 45ème année) et André Terret

Terret (A.) et (J.)

(17, 18, 36, 37, 38, 43, 44, 45, 48, 49, 50 et 57ème année). De 1880 à 1921, parmi les onze préfets qui se succèdent à la tête de la Congrégation, quatre sont encore membres directeurs de la Propagation de la Foi : Joseph Terret (préfet en 1884-1887, 1890, 1898-1900, 1904-1905), Martial de Prandières

De PrandiËres (M.)

(1891-1893), Régis Flachaire

Flachaire de Roustan (R.)

de Roustan (1909-1911) et Louis Gindre

Gindre (Ch.)

du Conseil particulier (1912-1914 et 1920-1921), dont deux président l’Œuvre missionnaire : Martial de Prandières en 1898-1906 et Joseph Terret en 1906.

22 AAL, P.V. de l’Assemblée générale de la Congrégation, séance du 4 décembre 1836 : L’exemple de Frédéric Ozanam

Ozanam (F.)

met en lumière la pratique de la nomination cooptée en révélant l’importance que revêt l’appartenance congréganiste dans le recrutement des membres de l’Œuvre missionnaire. Avec Amand Chaurand

Chaurand (A.)

, ils doivent tous deux intégrer la société secrète en 1836, afin de pouvoir prétendre occuper un poste à la Propagation de la Foi.

23 CCL, P.V. séance du 21 mars 1851.

24 CCL, P.V. séance du 23 août 1850 : « Le conseil s’est toujours abstenu d’annoncer dans les Annales la perte de ses membres, même ceux qui comptaient parmi les fondateurs de l’Œuvre ».

25 Christian Ponson, op. cit., p. 297.

26 Ibidem, notes p. 297.

27 Lettres de Frédéric Ozanam

Ozanam (F.)

: Lettres de Jeunesse (1819-1840), Paris, Bloud et Gay, s.d., pp. 284-285.

28 P.V. CCL, séance du 30 octobre 1889.

29 Cité par Jean-Claude Baumont, « Une association de laïques catholiques », art. cit., pp. 531/532.

30 Catherine Pellissier et Bruno Dumons, « La Congrégation des Messieurs », art. cit., p. 46.

31 P.V. CCL, séance du 29 juillet 1822.

32 P.V. CCL, séance du 21 mai 1841.

33 P.V. CCL, séance du 20 juin 1913.

34 P.V. CCL, séance du 31 août 1888 : « le Conseil central regrette que le comité diocésain de Lyon, ne comptant dans son sein aucun ecclésiastique, ne puisse avoir un représentant attitré au Grand Séminaire pendant les retraites ».

35 Publié dans APF n° III (janvier 1824), Tome 1, pp. 9-11.

36 P.V. CCL, séance du 2 avril 1823.

37 APF n° VI (1825), Tome 1, pp. 100-101.

38 Ibidem.

39 Ibidem.

40 P.V. CCL, séance du 8 juin 1824.

41 APF n° 21 (juillet 1830), t. 4, pp. 259-260.

42 Philippe Boutry, « Le mouvement vers Rome et le renouveau missionnaire », in Jacques Le Goff et René Rémond, Histoire de la France religieuse, T. 3 (XVIIIe-XIXe), Paris, Seuil, 1991, pp. 423-452 : Le geste du pontife romain n’est pas exclusif à la Propagation de la Foi puisque l’on estime à quelques 1.800 le nombre de corps saints extraits des catacombes romaines dans la première moitié du siècle. Philippe Boutry

Boutry (Ph.)

précise que 300 prendront le chemin de la France entre 1835 et 1850, engendrant un véritable culte des reliques.

43 APF n° 65 (juillet 1839), Tome 11, p. 460.

44 Texte de l’encyclique publié dans APF n°73 (octobre 1840), Tome 12, pp. 603-615.

45 APF n°73 (octobre 1840), Tome 12, pp. 612/613.

46 P.V. CCL, séance du 12 juin 1840 et C. 26 : Lyon II, F° 047 351 (1841).

47 « Traduction de la lettre de Sa Sainteté au Conseil central de Lyon », in APF n°109, Tome 18, p. 569.

48 P.V. CCL, séance du 6 novembre 1846.

49 « Tableau des indulgences accordées à l’Œuvre de la Propagation de la Foi (...) », in APF n°134 (janvier 1851), Tome 23, pp. 98-100.

50 Cf. P.V. CCL, séance du 19 décembre 1851.

51 APF n° 109 (1846), Tome 18, p. 569.

52 APF n° 452 (janvier 1904), Tome 76, p. 7.

53 Martial de Prandières

De PrandiËres (M.)

, président du Conseil central de Lyon, Adrien Berloty et le rédacteur des cahiers missionnaires.

54 APF n° 452 (janvier 1904), Tome 76, p. 8.

55 P.V. CCL, séance du 31 janvier1840.

56 J. Blanchon

Blanchon (J.)

, R. Brunet-Lecomte

Brunet-Lecomte (R.) et (H.)

, I. Chalandon

Chalandon (I.)

, A. de Belleroche

De Belleroche (A.)

, F. des Garets

Des Garets (F.)

, R. Flachaire

Flachaire de Roustan (R.)

de Roustan, L. Jarrosson

Jarrosson (L.) et (J.)

et H. Saint-Olive.

57 L’Écho de Fourvière, 20 janvier 1900.

58 A 42 (conseil de Lyon, pièces diverses). De A 08416 à A 08473 : condoléances pour la mort de M. de Prandières

De PrandiËres (M.)

(1907).

59 APF n°354 (sept. 1887), Tome 59, p. 326.

60 APF n°430 (mars 1900), Tome 72, pp. 239-240.

61 Bernard Arens, Manuel des Missions Catholiques, Première partie : La haute direction de l’œuvre des missions, Ed. du Museum Lessianum, 1925, pp. 1- 26. A la tête de la Propagande se trouve un cardinal faisant fonction de préfet général, aux attributions et pouvoirs forts étendus, qui dirige également la Congrégation spéciale pro Ecclesia Orientalis, section orientale de la Propagande créée en 1862 par Pie IX

Pie IX

.

62 Jean Comby

Comby (J.)

, Pour lire l’histoire de l’Église, Tome 2, Paris, Cerf, 1986, p. 150.

63 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous le pontificat de Léon XIII

LÈon XIII

, centralisation romaine et défis culturels, Thèse (Jacques Gadille

Gadille (J.)

dir.), Université Lyon 3, 1989, p. 18.

64 P.V. CCL, séance du 30 octobre 1826.

65 P.V. CCL, séance du 17 février 1827.

66 P.V. CCL, séance du 5 avril 1839 : « Dans le cours de l’année, on la priera [la Propagande] de n’adresser des demandes au Conseil de Rome que lorsque ceux de France auront réglé la quotité du chiffre des allocations. Le Conseil arrête encore (...) qu’on lui enverra chaque année aussi après la répartition l’état des chiffres alloués, mais sans y insérer les considérants. »

67 P.V. CCL, séance du 12 juin 1840.

68 P.V. CCL, séance du 10 juillet 1840.

69 P.V. CCL, séance du 29 mai 1840 : Ainsi, l’Œuvre du Catholicisme en Europe ne recevra aucun appui pour son développement en Belgique, « la Sainte Congrégation a écrit aux prélats de cet État pour les prier de ne pas donner leur appui à cette nouvelle œuvre ». P.V. CCL, séances du 10 mai 1840 et du 12 mars 1841.

70 P.V. CCL, séances des 25 septembre et 26 juin 1840 : « Les mesures réglementaires des conseils interdisent tout ce qui peut altérer la simplicité de l’Œuvre ».

71 P.V. CCL, séance du 26 novembre1841.

72 Mgr Delacroix dir., Histoire universelle des Missions Catholiques, t. III : Les Missions contemporaines (1800-1957), Paris, Grund, 1957, p. 19 : La Propagande définit une hiérarchie des pays de mission avec quatre statuts juridiques : mission, préfecture, vicariat et diocèse. « Les chefs de missions, qu’ils soient vicaires ou préfets apostoliques ou supérieurs de mission, sont nommés, promus, transférés par Rome sans qu’ils aient à recevoir l’approbation d’aucune autorité. »

73 P.V. CCL, séance du 26 mars 1858. En 1858, la Propagande impose ainsi à la Propagation de la Foi sa volonté de régenter les subsides répartis en Chine en instituant la Procure de Hong-Kong.

74 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire, op. cit., p. 764.

75 Ibidem, p. 764.

76 P.V. CCL, séance du 14 décembre 1856.

77 P.V. CCL, séance du 1er mai 1857. Le bref de 1857 autorise les directeurs de l’Œuvre de la Sainte-Enfance, tous ecclésiastiques, à bénir et à appliquer les indulgences ordinaires aux médailles, chapelets et statues de la Vierge.

78 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire, op. cit., p. 761. Les budgets des missions locales publiés officiellement offrent peu de précision quant à leurs sources de financement mais les aumônes de la Propagation de la Foi apparaissent tout de même comme prédominantes, à raison des deux tiers.

79 P.V. CCL, séance du 13 septembre 1861.

80 P.V. CCL, séances des 13 septembre 1860 et 17 octobre 1862 . Par un courrier de septembre 1860, « la Propagande fait connaître que rien ne s’oppose à ce que désormais les allocations de l’Œuvre ne s’appliquent à la Russie (...), elle dit que dans le cas présent il lui semble que l’on peut raisonnablement s’écarter de la règle générale ». De même est écartée « la recommandation faite par Mgr Franzoni

Franzoni, Mgr

[son prédécesseur] d’excepter de la répartition des aumônes la Russie, la Prusse et la Pologne, parce qu’il pouvait être pourvu à leur besoin directement par la Propagande (...) ».

81 P.V. CCL, séance du 18 juin 1875 : Une publication, La Terre Sainte, tenant des propos diffamatoires à l’encontre de la Propagation de la Foi est ainsi combattue par la Propagande en 1875.

82 Les comptes rendus annuels et les procès-verbaux des Conseils centraux fournissent des données précieuses afin de caractériser les modalités de gestion du patrimoine international de l’Œuvre. Quant à l’étude de la répartition des fonds, sommes effectives et motifs d’attribution sont à extraire principalement des Annales ainsi que des procès-verbaux des registres de répartition, récapitulatifs des échanges de correspondance entre les deux Conseils directeurs de France qui régissent le financement missionnaire sur l’ensemble du monde.

83 Correspondance CCP / CCL (A 2), lettre du 10 septembre 1843 (A 000409).

84 APF n° 491 (juillet 1910), Tome 82, p. 297 et APF n° 492 (1911), Tome 82, p. 350.

85 APF n° 398 (janvier 1895), Tome 67, p. 55.

86 Sur sept documents publiés en rapport à l’activité éditoriale, six concernent soit les Missions Catholiques, soit leur Album. Entre 1876 et 1922, plus d’un tiers des documents pontificaux adressés à l’Œuvre s’appliquent au bulletin hebdomadaire et à ses filiales, sous forte influence ecclésiastique.

87 Texte publié dans APF, Tome 53, pp. 79-94.

88 Ibidem : « Deux autres Sociétés se fondèrent ; l’une s’appela Sainte Enfance de Jésus et l’autre Écoles d’Orient (...). Du reste, l’une et l’autre Société viennent au secours de la Société plus ancienne qui porte le nom de Propagation de la Foi, et, unies avec elle par un pacte amical, elles conspirent au même but en s’appuyant aussi sur l’aumône et les prières des nations chrétiennes (...) ».

89 APF n° 399 (mars 1895), Tome 67 (annexe) : Une seconde lettre encyclique, Christi nomen (24 décembre 1894), réitère les prières pontificales afin que se développe chez les fidèles la pratique de l’aumône pour les missions. À la Propagation de la Foi, le pape ajoute des recommandations en faveur de « l’œuvre similaire et si utile des Écoles d’Orient (...). »

90 Claude Prudhomme, « Centralité romaine et frontières missionnaires », in Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée (MEFRIM), tome 109-2, 1997, pp. 487-504.

91 Joseph Hajjar, « Les Églises orientales catholiques », in Roger Aubert M.D. Knowles, J.L. Rogier dir., Nouvelle histoire de l’Église, Tome V (1848 à nos jours), Paris, Seuil, 1975, pp. 479-515.

92 A 42 (Conseil de Lyon, pièces diverses) : voyage à Rome de M. Laverrière

LaverriËre (S.), eccl.

(1870), A 08406 : « Ils sont par-dessus tout cupides, m’a dit Son Éminence. Ils se feront gallicans ou musulmans, peu leur importe, si on leur donne de l’argent. Dans ce moment-ci, les opposants au Concile cherchent à les détourner du Saint-Siège. Ils veulent, disent-ils, les émanciper de la Propagande et leur amener de l’argent. »

93 Ibidem : « Il ne s’agit pas d’acheter les consciences, ajoutait Mgr Simeoni

Simeoni, Mgr

, mais de les raffermir contre leur propre faiblesse, en leur montrant que c’est de Rome que les Églises orientales reçoivent la vie même temporelle (...) ».

94 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 18 (1884-1887), F° 002866 B.

95 P.V. CCL, séance du 21 septembre 1891.

96 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 20 (1892-1894), F° 001444 B.

97 P.V. CCL, séance du 9 octobre 1894.

98 P.V. CCL, séance du 3 avril 1896.

99 Correspondance avec la Propagande et la Secrétairerie d’État : B 18 (1884-1887), F° 001386 B.

100 Correspondance avec la Propagande et la secrétairerie d’État : B 20 (1892-1894), F° 001411 B.

101 « Lettre de S.S. le pape Léon XIII

LÈon XIII

à MM. les présidents de Lyon et de Paris de l’Œuvre de la Propagation de la Foi », in APF n°402 (septembre 1895), Tome 67.

102 APF, n°419 (juillet 1898), Tome 70 : « Ce témoignage de votre bonne volonté Nous a été très agréable et a répondu à Nos désirs ; aussi, Nous Nous sommes plu, et cela plus d’une fois, à le louer comme il le mérite (...) ».

103 P.V. répartition 1905 : « Ernaculam ». « Ce n’est pas à nous, d’après les arrangements pris par le Pape, Léon XIII

LÈon XIII

, à subvenir aux besoins des Rites (...). Ce diocèse n’offre pas grand intérêt pour nous, il est exclusivement oriental, et nous ne voyons pas pourquoi nous avons à le soutenir directement (...). »

104 P.V. CCL, séance des 17, 18 et 21 décembre 1832.

105 Stefano Trinchese, « Les débuts de la Propagation de la Foi : milieux lyonnais et directives romaines », in Frédéric Ozanam

Ozanam (F.)

. Actes du Colloque des 4 et 5 décembre 1998, Paris, Bayard, 2002, p. 103.

106 Lettre de Mgr Franzoni

Franzoni, Mgr

au Conseil central de Lyon (8 juillet1837), citée dans Ibidem, p. 105 : ainsi la Propagande exprime le désir que les associés de Naples « correspondent avec Rome puisque Rome est en contact avec le monde entier ».

107 P.V. CCL, séance du 24 janvier 1840 : « On citera les démarches faites auprès du Saint Siège et la réponse de S.E. le Cardinal Préfet de la Propagande : la Sainte Congrégation s’est chargée plus spécialement de secourir les missions d’Europe ».

108 P.V. CCL, séance du 10 juillet 1840.

109 Ibidem.

110 Correspondance CCP / CCL (A 2), lettre du 27 janvier 1845 (A 000509).

111 P.V. CCL, séance du 6 mars 1846.

112 P.V. CCL, séance du 13 novembre 1840.

113 P.V. CCL, séance du 5 février 1858.

114 P.V. CCL, séance du 17 octobre 1862.

115 P.V. répartition 1865 : « Gabon ». Par exemple, la mission africaine connaît certes une hausse importante de ses dépenses, « mais comme d’un autre côté la Sainte-Enfance a augmenté de 2.000 fr. l’allocation qu’elle fait au Gabon, il n’y a pas lieu de modifier la quotité de nos subsides ».

116 P.V. répartition 1855 : « Nan-kin ».

117 Mgr Joseph Fréri

FrÈri, Mgr

, Une Œuvre à réformer. "La Propagation de la Foi", New York, Imprimé pour circulation privée, 1919, 28 p.

118 P.V. CCL, séance du 10 octobre 1919.

119 Mgr Joseph Fréri

FrÈri, Mgr

, op. cit., p. 4.

120 Ibidem, p. 13.

121 Ibidem, p. 14.

122 Ibidem, pp.16-17.

123 Ibidem, p. 27.

124 P.V. CCL, séance du 25 octobre 1920.

125 Abrégé de mes souvenirs sur les négociations des deux Conseils centraux de la Propagation de la Foi avec le Saint-Siège de 1919 à 1922, par Monsieur Letourneau, curé de Saint-Sulpice de Paris, s. n., s. d., p. 3.

126 Ibidem., p. 5 : Sur la réception pontificale (mai 1919) : « On voit que le Pape héritier des pensées de Léon XIII

LÈon XIII

est favorable à la thèse du Centre à Rome. Mais il ne veut pas heurter la France. Il nous reçoit aimablement (...). »

127 P.V. CCL, séance du 27 octobre 1920.

128 P.V. CCL, séance du 25 octobre 1920.

129 Acta de la S. Congregazione di Propaganda Fide (Archivio storico della Sacra Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli, Rome), année 1921, document n° 591 : Instruzione per l’organizzazione e l’incremento in tutte le diocesi d’Italia della Pia Opera della Propagazione della Fede, document sténographié, 15 mai 1921, 4 p.

130 Alexandre Guasco, « Centenaire de l’œuvre de la Propagation de la Foi, un siècle d’histoire », in La Documentation catholique, 10 juin 1922, p. 1422.

131 « La première séance du Conseil central supérieur de l’Œuvre de la Propagation de la Foi », in APF n°564 (septembre 1922), Tome 94, p. 218 : le Conseil supérieur tient sa première séance le 6 juillet 1922, sous la présidence du cardinal Van Rossum

Van Rossum, Mgr

, préfet de la Propagande. Ce Conseil est composé de Mgr Fumasoni-Biondi, archevêque titulaire de Dioclée, comme président ; Mgr Boudhinon, protonotaire apostolique et recteur de Saint-Louis des Français, vice-président ; Mgr Nogara, secrétaire général. Onze conseillers résidant en permanence à Rome représentent la France, l’Allemagne, la Hollande, l’Espagne, le Canada, l’Amérique du Sud, les États-Unis, l’Angleterre, l’Italie et la Belgique.

132 Fondée à Caen par les « dames Bigard » en 1889, l’Œuvre de Saint-Pierre-Apôtre a pour but de coopérer à la formation du clergé autochtone. L’Union missionnaire du clergé, fondée par le père Paolo Manna en Italie (1908), regroupe des prêtres, des religieux et religieuses, afin de susciter ou de maintenir en eux l’esprit missionnaire.

133 Archivio storico della Sacra Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli (Rome). Recueil des Acta : volume n° 290 (1919), f. 376-546 : Le volumineux dossier suit un raisonnement logique : les premières pièces, espèce d’introduction et de justification, mesurent l’état des missions et des sommes recueillies pour leur développement depuis 1919, en soulignant explicitement les lacunes des structures missionnaires (manque d’ouvriers apostoliques, de séminaires de formation indigène ainsi que d’écoles de catéchistes, d’écoles supérieures pour attirer les populations lettrées ou un manque d’écoles élémentaires) dans les territoires d’Extrême-Orient (Acta : vol. n° 290, f. 376-378). En constatant le rôle essentiel joué par la Propagation de la Foi et la France dans le développement missionnaire (Acta : vol. n° 290, f. 393/394), la Propagande entend leur faire porter la responsabilité de la situation délicate dans laquelle se trouvent les missions en 1919. Mais on affirme aussi que la France n’est pas le berceau exclusif de l’intérêt missionnaire, que le XIXe siècle consacre la mobilisation progressive de l’ensemble des nations européennes, ainsi que celle plus tardive des États-Unis (Acta : vol. n° 290, f. 394-396). Dès lors, le caractère national de la Propagation de la Foi, cause des nombreuses tensions et tentatives sécessionnistes des sections locales (en Espagne, Italie, États-Unis, Allemagne, Autriche et Suisse), n’a plus raison d’être, surtout depuis la radicalisation de la République française (Acta : vol. n° 290, f. 397-404). Suivent les dispositions prises par la Propagande en vue de réorganiser la Propagation de la Foi sur les bases de l’autorité romaine.

134 Ibidem, le volume n°521 (1921) : décret du 15 mai 1921.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Drevet, « Le financement des missions catholiques au XIXème siècle, entre autonomie laïque et centralité romaine : L’Œuvre de la Propagation de la Foi (1822-1922)  », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 79-114.

Référence électronique

Richard Drevet, « Le financement des missions catholiques au XIXème siècle, entre autonomie laïque et centralité romaine : L’Œuvre de la Propagation de la Foi (1822-1922)  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4004 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4004

Haut de page

Auteur

Richard Drevet

Centre André Latreille Université Lumière-Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org