Navigation – Plan du site
Articles

Le clergé du Puy-de-Dôme et la levée des 300 000 hommes

Bruno Ciotti
p. 59-77

Texte intégral

1La levée dite des « 300 000 hommes », décrétée le 24 février 1793 par la Convention, constitue l’un des nombreux temps forts de la période révolutionnaire. Avant tout, elle représente un des éléments de réponse à la crise politico-militaire de l’hiver 1792-1793. La mesure doit apporter aux armées françaises, après les succès enregistrés à l’automne 1792, les effectifs manquants pour la campagne qui va s’ouvrir. Or, la satisfaction à cette demande impérieuse de l’Assemblée nationale n’est pas toujours aisée, ni rapide.

  • 1 Pour le constater, et apprécier la carence, il suffit de consulter Jean-Paul Bertaud et Daniel Reic (...)
  • 2 Bernard Plongeron, « Gouvernement révolutionnaire contre chrétienté (1793-1795) », Histoire du chri (...)

2De surcroît, le déroulement des opérations du recrutement, laissé le plus souvent à la libre appréciation des hommes concernés par cette loi militaire, provoque de nombreux troubles un peu partout en France. Ce dernier aspect, plus que le recrutement lui-même1, a surtout retenu l’attention des historiens ; et encore principalement pour l’ouest, où éclôt la Vendée militaire. Dans celle-ci, la levée des 300 000 hommes agit comme une étape supplémentaire, rendant quasi-irrémédiable la césure entre la Révolution et le peuple des campagnes depuis le choc produit par la Constitution civile du clergé2.

  • 3 Roger Dupuy, « La religion et les débuts des insurrections de l’Ouest (mars-avril 1793) », Jean-Clé (...)
  • 4 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolut (...)
  • 5 A. Bruel, L’application de la Constitution civile du clergé dans le département du Puy-de-Dôme (179 (...)
  • 6 Philippe Bourdin, « La Basse-Auvergne, une seconde Vendée ? », Jean-Clément Martin (dir.), La Contr (...)
  • 7 Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Paris, Seuil, 1987, pp. 45-46.

3Tous les troubles liés à la levée des 300 000 hommes n’ont pas abouti à l’émergence de « petites Vendée » ; et le facteur religieux ne constitue pas la seule cause du mécontentement, car ce serait faire peu de cas de la force du refus des levées d’hommes ainsi que le rappelle opportunément R. Dupuy3. De même, l’implication du clergé ne saurait se limiter à la présence de « réfractaires » pour (éventuellement) initier ou (plus fréquemment) intégrer et diriger les émeutes/révoltes. En effet, il existe un aspect, fort méconnu, de ce recrutement et qui concerne les prêtres : l’obligation implicitement faite aux membres du clergé essentiellement constitutionnel de prendre part aux opérations de désignation du contingent, s’ils appartiennent aux classes d’âge soumises à une obligation militaire qui concerne les célibataires et hommes veufs, sans enfant, de 18 à 40 ans. Une recherche précédente, consacrée aux levées militaires sous la Révolution dans le Puy-de-Dôme4, a permis de reconstituer un ensemble documentaire sur cette particularité du recrutement, dans un département fortement marqué par la scission de son clergé (avec souvent un enchevêtrement des zones à prédominance de jureurs avec celles des insermentés)5 et où la Contre-Révolution se manifeste rapidement6, permettant l’émergence de troubles dont certains, en mars 1793, appartiennent à la catégorie des Vendée avortées7.

Clergé et levées militaires jusqu’en mars 1793 : de la position de recruteur à celle de recruté.

  • 8 Il s’agit de Joseph Chandezon, un prêtre du chef-lieu du district de Besse, âgé de 35 ans qui se pr (...)
  • 9 P. Laporte, La milice d’Auvergne, (thèse de droit de l’Université de Paris), Clermont-Ferrand, 1954 (...)
  • 10 Ainsi, le 16 octobre 1791, se déroule à la cathédrale de Clermont-Ferrand, pour le premier bataillo (...)
  • 11 Pour une étude monographique de cet aspect, voir J. Centini, « Le clergé et la bénédiction des drap (...)

4Dans le Puy-de-Dôme, avant 1793, la présence du clergé est attestée lors de certaines étapes de la formation des bataillons de volontaires, notamment en 1791, mais jamais – sauf une exception8 – pour manifester des souhaits d’engagement au sein des unités. Le rôle du clergé consiste principalement à servir de courroie de transmission de l’information, comme pour la milice sous l’Ancien Régime9, à relayer l’administration locale (pour les plus patriotes) et, également, à prendre part à la bénédiction des drapeaux des bataillons10, comme cela était déjà le cas pour les unités de la garde nationale11 dont proviennent généralement les volontaires.

  • 12 C’est, par exemple, le cas pour la commune du Quartier dans le district de Montaigut.
  • 13 Archives départementales du Puy-de-Dôme (désormais A.D. P.-de-D.), L 1468 ; lettre sans date du cur (...)
  • 14 Ibidem ; lettre du curé de Bussières au procureur du District de Montaigut, du 20 juillet 1791.
  • 15 A.D. P.-de-D., L 1469, Lettre de la municipalité de Pontaumur au District de Clermont-Ferrand, du 2 (...)
  • 16 Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 3e éd., 1985 (...)
  • 17 J. Labbaye, Un diocèse pendant la Révolution : Clermont-Ferrand (1789-1804), Le Puy-en-Velay, 1989, (...)
  • 18 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, 1986, pp. 346 et 36 (...)

5Lors de la formation du premier bataillon du Puy-de-Dôme, au cours de l’été 1791, dans plusieurs communes du département, le curé, lorsqu’il n’est pas lui-même le maire12, remplace parfois les municipalités défaillantes. Ainsi le curé de Moureuille, en l’absence des officiers municipaux, dirige les affaires du recrutement des premiers volontaires pour l’armée de la Révolution13 ; celui de Bussières prend directement en main l’appel au volontariat14. Le plus souvent, le curé participe seulement à l’effort d’information des citoyens, comme à Pontaumur où « …par lecture faite à haute et intelligible voix par Monsieur Soulier, curé de la paroisse, qui leur a fait toutes explications à ce sujet »15. Rappelons que la loi du 2 novembre 1790 n’obligeait plus les curés à lire et commenter les décrets de l’Assemblée nationale au prône16 ; aussi peut-on penser que seuls les prêtres patriotes accomplirent cette démarche. D’ailleurs, ce n’est sans doute pas par hasard si la plupart des exemples retrouvés proviennent du district de Montaigut. Dans ce dernier, le taux de prêtres jureurs (près de trois quarts des effectifs) est le plus élevé du département (moyenne de 48 %)17 et se situe à un niveau proche des secteurs limitrophes de l’Allier et de la Creuse18.

  • 19 Bernard Cousin, Monique Cubells et René Moulinas, La pique et la croix. Histoire religieuse de la R (...)
  • 20 A.D. P.-de-D., L 5675, procès-verbal de la bénédiction du drapeau de la garde nationale de Courpièr (...)
  • 21 Albert Mathiez, La victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916 (...)
  • 22 Ibidem. L’auteur considère qu’il « n’est pas douteux que le clergé jureur puisa dans cette exemptio (...)
  • 23 Le texte de ce décret est reproduit, par exemple, dans É. Déprez, Les volontaires nationaux (1791-1 (...)

6En 1792, la documentation ne mentionne plus un rôle très actif du clergé constitutionnel dans ses rapports avec la force armée. Est-ce un effet de la vigoureuse politique religieuse de la Législative qui accentue la fracture engendrée par la constitution civile du clergé19 ? Bien sûr, des ecclésiastiques se trouvent toujours inscrits sur les nouveaux rôles des gardes nationales locales, au moment de la réorganisation de cette force armée, et ils continuent de participer aux cérémonies de bénédictions des drapeaux des unités20 ; cependant, ils ne semblent plus se manifester lors des levées qui tentent de répondre à l’appel de la Patrie en danger. Tel n’est pas le cas partout ailleurs en France. Dans certains départements du nord-est, devant l’invasion, les prêtres inscrits sur les contrôles de la garde nationale sont compris dans les levées urgentes qui s’y déroulent. Toutefois, cette mesure exceptionnelle du général Luckner n’eut qu’un caractère provisoire et elle s’évanouit après Valmy21. Elle réapparaît quelques mois plus tard, cette fois-ci à l’échelle nationale et sous les auspices de la Convention. Avec l’application de la Constitution civile, le clergé assermenté, exerce des fonctions publiques qui, normalement, le dispensent de prendre part à un recrutement militaire22. Or, le décret du 24 février 1793 ne mentionne pas de cas particulier d’exemption pour ces ecclésiastiques alors qu’il détaille précisément (article XX) tous les personnels exonérés de « l’impôt du sang »23.

  • 24 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre du 12 mars 1793.
  • 25 A.D. P.-de-D., L 3046, lettre au District, du 18 mars 1793.
  • 26 A.D. P.-de-D., L 5651, lettre du 8 mars 1793 (enregistrée n° 72).

7Cet aspect suscite de multiples interrogations dans le Puy-de-Dôme. La municipalité de Dallet écrit au District de Billom afin de savoir précisément si, parmi les célibataires de la commune, le curé se trouve ou non sujet au recrutement, tout en soulignant la nécessité religieuse et administrative de le conserver24. À Saint-Martin-des-Olmes, dans le district d’Ambert, la municipalité se préoccupe du sort réservé au curé « que l’assemblée veut faire concourir »25. Egalement à la réception de la loi, plusieurs communes de la région de Thiers se demandent comment agir envers leur clergé constitutionnel ; les administrateurs du District leur confirment la non-exemption de ces prêtres, tout en s’inquiétant quand même de cette mesure auprès du directoire départemental : « […] cette décision ne peut-elle pas fournir de nouvelles armes au fanatisme ? N’est-il pas à craindre que ce soit un élément pour de nouveaux troubles ? »26

8Le Département rappelle bien à tous l’absence de dispense pour les ecclésiastiques. Cependant, le procureur général syndic expédie une missive au ministre de la Guerre :

« Presque partout, on fait concourir les prêtres constitutionnels au recrutement. Cette mesure me paraît impolitique et dangereuse. Le peuple a encore besoin d’eux ; ils se plaignent hautement de ce qu’on oublie leurs services, de ce qu’on les expose à la malignité et à la risée des deux parties. Cette secte est vindicative, ils pourraient faire autant de mal à la Révolution qu’ils lui ont fait du bien. Le fanatisme n’est pas encore éteint, il n’est qu’assoupi et son réveil produirait les plus grands maux […] J’ai cru de mon devoir, citoyen ministre, de recueillir toutes ces plaintes ; elles méritent une attention sérieuse ; les suites peuvent en devenir funestes.
L’aristocratie et le fanatisme font tous leurs efforts pour éloigner les prêtres constitutionnels ; leur présence les gênent infiniment, surtout dans les campagnes. Ils savent qu’il faut au peuple une religion à spectacle et que si on parvient à leur ôter les prêtres constitutionnels, il ne sera pas difficile de les porter à recourir aux autres.

  • 27 Archives de la Guerre, Service historique de l’armée de terre, Xw 87. Lettre au ministre de la Guer (...)

Evitons, s’il est possible, et les suggestions des malveillants, et les préjugés du peuple, et plus encore la colère des prêtres […] 27»

  • 28 Certains directoires de département n’hésitent pas à prendre eux-mêmes l’initiative de dispenses po (...)

9Outre une intéressante perception de la question religieuse par un contemporain, cette lettre indique sans ambages que les administrateurs du département attendent une mesure nationale pour régler ce problème et souhaitent l’exemption du clergé constitutionnel. En attendant l’éventuelle décision législative, les autorités du Département et des Districts ne font rien28 et laissent, au niveau communal, le soin aux participants à la levée de résoudre eux-mêmes les cas de figure.

Le clergé face aux opérations de recrutement

  • 29 Cette documentation est éparse dans différentes liasses. Voir principalement A.D. P.-de-D., L 3317 (...)

10Le déroulement des opérations lors de la levée des 300 000 hommes est connu de manière précise grâce aux procès-verbaux établis par les municipalités et les commissaires des Districts, qui relatent souvent dans le détail le processus du recrutement. Ce fonds documentaire s’avère particulièrement complet pour six des huit districts du Puy-de-Dôme29 mais se révèle extrêmement lacunaire pour les secteurs d’Ambert (une zone massivement opposée à la Constitution civile du clergé) et de Riom (où prédominent les prêtres assermentés). La présence, ou l’absence, des ecclésiastiques sur les listes des individus concernés par la levée apparaît généralement au moment où les commissaires des Districts, venus superviser les opérations dans les cantons, s’enquièrent auprès des citoyens si personne n’a été omis des listes du recrutement.

  • 30 Cela concerne les communes de Charnat, Peschadoires, Puy-Guillaume, Paslières, Culhat et Orléat (di (...)
  • 31 Il s’agit de la localité de Tours-sur-Meymont et de la petite ville de Billom ; des communes de la (...)

11Seule une petite trentaine de procès-verbaux communaux, sur quelque trois cents dépouillés, mentionne la présence de membres du clergé parmi les participants à la levée. Cela représente près de 10 % de l’échantillon étudié mais cette donnée signifie peu. En effet, en l’absence de connaissances sur la structure par âge du clergé en fonction, il demeure impossible de pouvoir apprécier la part réelle de ses membres portés sur les listes de recrutement. Toujours est-il que, dans 17 cas, le personnel ecclésiastique fut dispensé de concourir 30; sinon, pour les 11 occurrences restantes, il dut prendre part aux opérations de désignation du contingent31.

  • 32 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbaux pour les sections Pont-de-Pierre, Fédération, Collège, Champe (...)

12En réalité le nombre des cas a été plus élevé. En certains endroits, l’exemption ou le maintien des membres du clergé a pu se faire sans qu’il apparaisse nécessaire de le mentionner dans un procès-verbal : soit parce que les personnes présentes, ou du moins celles qui avait la charge de rédiger l’acte, ont préféré taire le fait ; soit, au contraire, parce que la question qui occupe cette étude n’a pas paru être un problème pour les contemporains. Ainsi pour le chef-lieu du département, Clermont-Ferrand, seul un examen approfondi des listes des participants ou de celles des individus recrutés permet de repérer la présence d’ecclésiastiques, alors que le texte des procès-verbaux des sections ne s’attache pas à en faire mention32.

  • 33 Le département comprend huit entités urbaines, c’est à dire d’au moins 2 000 habitants agglomérés. (...)
  • 34 A.D. P.-de-D., L 1506, procès-verbal du 14 mars 1793.

13Le cas de Clermont-Ferrand paraît représentatif des milieux urbains du Puy-de-Dôme pour lesquels la participation du clergé et le refus de lui accorder la dispense semblent aller de soi, tant cette attitude paraît conforme au contexte qui annonce la crise de déchristianisation de l’an II. Une exception cependant existe dans notre échantillon des villes33. À Issoire, une localité devenue chef-lieu de district et peuplé d’environ 5 000 habitants, le curé et les vicaires en âge de concourir sont dispensés de prendre part au tirage au sort34.

  • 35 A.D. P.-de-D., L 5653, cahier des procès-verbaux des commissaires pour le canton de Châteldon.

14Dans les campagnes, les procès-verbaux qui mentionnent l’exemption accordée au clergé constitutionnel restent le plus souvent laconiques. Pour la commune de Charnat, le document indique simplement à propos de l’établissement de la liste des participants au recrutement que « le curé constitutionnel n’y seroit pas porté » ; à Paslières, commune voisine, « le curé sera de suite rayé de ladite liste »35. Parfois les autorités locales se soucient de justifier l’assemblée des citoyens, lorsque celle-ci dispense le clergé constitutionnel de l’obligation de prendre part à la levée militaire. Ainsi à Peschadoires :

  • 36 A.D. P.-de-D., L 5656, procès-verbal des commissaires Antoine Delotz et Étienne Gouinfaure pour la (...)

« Les citoyens […] ont dit que le citoyen Michel Planche, prêtre et vicaire de leur paroisse [jureur en 1791] étoit dans le cas de concourrir au tirage au sort puisque la loi ne prononçoit point d’exemption en sa faveur. Mais ils ont ajouté, qu’attendu le grand âge et les infirmités de leur curé [également assermenté], attendu aussi le zèle et l’exactitude qu’il [le vicaire] prend des paroissiens, attendu enfin la conduite exemplaire qu’il tient et le patriotisme pur et ardent dont il donne dans toutes les occasions les preuves les plus éclatantes. Tous ont arrêté d’une voix unanime que ledit Planche ne concourroit point au tirage au sort dont ils l’ont dispensé et affranchi […] 36»

  • 37 Les Conventionnels avaient reconnu la nécessité d’obtenir 300 000 soldats mais sans parvenir à s’en (...)

15Les citoyens de Chamalières et Royat profitent, eux, de la grande latitude accordée aux assemblées locales par le décret37 :

  • 38 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbal du 10 mars 1793.

« … [Cette] loy accordât aux dites communes la faculté d’opter le mode qui leur paroitroit le plus convenable pour former leur contingent. Il s’en suivoit incontestablement que lesdites communes avoient le droit de soustraire celuy de leur concitoyen qu’elle croiroit nécessaire de conserver pour le bien publique. En conséquence, il a [été] proposé à l’assemblée de dispenser le citoyen Barthélémy, curé de cette paroisse, de concourir au contingent exigé »38.

  • 39 Capitaine G. Dumont et lieutenant G. Lestien, Les volontaires de la Marne (1791-1793), Paris, 1910, (...)
  • 40 A.D. P.-de-D., L 1506, procès-verbal du 17 mars 1793.
  • 41 Jean-Pierre Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, réeéd. 1998, (...)

16La décision d’exempter le clergé en fonction dans une localité ne s’obtient pas toujours aisément. Dans le département de la Marne, le clergé constitutionnel de Vitry-le-François offre collectivement la somme de 2 100 livres pour remercier les jeunes gens du lieu d’avoir autorisé l’exemption39. Dans le Puy-de-Dôme, à Apchat, le vicaire donne 300 livres aux garçons de la commune pour se soustraire à la levée40. Cette pratique d’un don, destiné à être réparti entre les célibataires désignés pour former le contingent communal, n’est pas sans rappeler, comme de multiples autres aspects de la levée des 300 000 hommes, les attitudes rencontrées sous l’Ancien Régime pour le tirage de la milice41.

  • 42 A.D. P.-de-D., L 1503, procès-verbal du 17 mars 1793.

17L’exemption du clergé peut également rencontrer une opposition que l’argent ne parvient pas à surmonter. À Manglieu, un citoyen s’élève contre la dispense accordée car il l’estime contraire à la loi42. Un cas similaire se rencontre pour Puy-Guillaume :

  • 43 A.D. P.-de-D., L 5653, cahier des procès-verbaux des commissaires pour le canton de Châteldon.

« Il a été proposé de rayer de la liste le citoyen Reigner, curé constitutionnel dudit Puy-Guillaume [qui a accepté le serment en 1791, contrairement à son vicaire]. Cette proposition a été acceptée unanimement par toute l’assemblée, à l’exception du citoyen Chabrier […] et malgré sa seule et unique réclamation, l’assemblée a toujours persisté à faire rayer ledit citoyen curé. En conséquence, il a été rayé de la liste »43.

  • 44 A.D. P.-de-D., L 1486, procès-verbal du 17 mars 1793.

18La volonté de faire participer le clergé en fonction traduit aussi bien l’action de citoyens patriotes, qui ont assimilé la « désacralisation » du premier des Ordres, que celle de partisans du culte réfractaire et clandestin. Un homme de Bourg-Lastic, commune dont le vicaire et le desservant ont refusé le serment de 1791, veut faire tirer au sort le curé, sans obtenir gain de cause, parce que les messes des prêtres constitutionnels ne valent rien44.

19En cas d’opposition à l’exemption d’un ecclésiastique, la majorité des voix suffit en principe pour trancher la question, à l’instar des exemples de Bourg-Lastic et de Puy-Guillaume. À Verneugheol, l’assemblée dispense le curé après une discussion animée et le recours à un vote :

  • 45 A.D. P.-de-D., L 1488, procès-verbal du 24 mars 1793.

« Une autre difficulté s’étant ellevée sur ce que plusieurs des citoyens voulloient que le curé de cette commune fut tenu de concourir au dit contingent, plusieurs ne le voulloient pas. La question étant mise aux voix et s’étant trouvé trop divisé, le citoyen commissaire a pris les voix des citoyens présents pour l’appel nominal [c’est à dire les seuls citoyens soumis au décret du 24 février 1793] et la majorité a décidé que le curé ne feroit point partie pour cette levée de leur contingent pour le recrutement de l’armée »45.

20Cet exemple montre, du fait des mesures approximatives de la Convention, un des aspects problématiques du recrutement des 300 000 hommes, pour lequel les opérations se déroulent devant ce qu’il conviendrait d’appeler une « assemblée double » : celle de la communauté entière dans laquelle est incluse celle des seuls célibataires et veufs sans enfant de 18 à 40 ans. Quand les avis sont partagés, celui de la majorité des jeunes gens semble primer ; même s’il n’est pas exclu que, parfois, une forte et déterminée minorité puisse imposer son point de vue. Cela pourrait bien être le cas à Saint-Genès-Champanelle (où l’ancien titulaire de la paroisse a refusé le serment) :

  • 46 A.D. P.-de-D., L 1486, procès-verbal du 16 mars 1793.

« […] malgré les réclamations d’une très grande partie de garçons [la majorité ?] et de la majorité du reste des citoyens et surtout de la municipalité, il a été décidé, pour contenter les autres garçons récalcitrans [une minorité ?] et pour les engager à tirer [au sort], que le citoyen Michel Grenier, curé de la paroisse, ne seroit point exempt ; ce que lui même a proposé de peur d’exciter du trouble […] »46.

  • 47 Dans le département de la Loire, à Neulize (district de Roanne, canton de Saint-Just-la-Pendue), co (...)
  • 48 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome 1, pp. 175-179.

21Ainsi le clergé en fonction est quelquefois « contraint » de prendre part au mode de désignation du contingent. Jamais, cependant, il ne se voit soumis dans le Puy-de-Dôme, contrairement à certains secteurs limitrophes de ce département47, à une procédure d’élection qui permet infailliblement d’éliminer, comme pour la milice d’Ancien Régime, les « intrus » de la communauté villageoise (auxquels appartient souvent le nouveau curé constitutionnel en pays réfractaire)48. Lors du tirage au sort, le hasard ne se montre pas toujours favorable envers les serviteurs du ministère divin et quelques ecclésiastiques se retrouvent désignés soldats de la République. Comment réagirent-ils ?

22Pour la commune de Sauviat, dont l’ancien curé, Pradier, et son vicaire étaient insermentés, le nouveau prêtre constitutionnel, un certain Burias, a sorti de l’urne un billet lui signifiant sa prochaine vocation militaire ; il fait immédiatement part de la contradiction de sa situation :

« Mes frères et amis, en acceptant la place de curé parmi vous, je ne m’attendais pas que jamais la nation mit un terme aux promesses que je fis de toujours veiller à votre tranquillité, à votre consolation, à votre bonheur.
Q’ayant été nommé par le peuple à des fonctions publiques ; qu’ayant juré au nom de la nation de les remplir avec zèle ; qu’ayant juré depuis peu, au nom de cette même nation, de veillé jusqu’à la mort sur le troupeau qui lui étoit confié ; il croyoit n’être pas dans le cas de faire partie de l’armée, surtout dans un temps de Pâques, à moins que la Convention par un décret particulier ne relève tous les ecclésiastiques fonctionnaires publics de leur serment.

  • 49 A.D. P.-de-D., L 5656, déclaration de Burias, curé de Sauviat, insérée dans le procès-verbal du 19  (...)

23Cependant, voyant que les citoyens sont bien aises qu’il tire avec eux et voulant donner une nouvelle preuve de son civisme, il se soumet provisoirement à la loy, soumet la loy de s’expliquer plus clairement dans la suite et a tiré avec les autres citoyens en requérant les citoyens commissaires d’insérer ses dires dans [le] procès-verbal »49.

  • 50 A.D. P.-de-D., L 1487, voir les procès-verbaux des différentes sections de la ville.
  • 51 De nombreux hommes mariés, pourtant exemptés du recrutement, se proposent comme remplaçants (ils re (...)
  • 52 Le plus souvent, dans le Puy-de-Dôme, les sommes déboursées pour l’achat d’un remplaçant oscillent (...)
  • 53 Archives de la Guerre, Service historique de l’armée de terre, Xw 87, État des remplacements pour l (...)
  • 54 A.D. P.-de-D., L 1489, procès-verbal du 15 mars 1793.

24Certains des prêtres désignés par le sort, pour échapper à une destinée militaire, usent d’une possibilité qu’accorde le décret du 24 février et proposent un remplaçant. À Clermont-Ferrand, deux abbés et un diacre utilisent cette disposition légale50. Cet échappatoire n’est pas à la portée de toutes les bourses. Le dénommé Rochette, chanoine de la cathédrale, passe une convention avec un homme marié, Étienne Lacroix, originaire de Maringues, âgé de 32 ans et père d’un enfant51 ; la substitution s’effectue en échange d’une somme de 2 000 livres52 : l’acte notarié stipule que 600 livres seront remises au remplaçant au moment de son acceptation par la municipalité et les 1 400 restantes lors de son arrivée au dépôt militaire53. À Olby, la municipalité fait quelques difficultés pour agréer le candidat présenté par l’abbé Thomas Couvreuil, jugé plus petit que l’ecclésiastique ; de son côté, le commissaire note que « ce Couvreuil paroit inquiéter les officiers municipaux par ses opinions »54. L’allusion n’est pas très claire, mais il est certain que la législation militaire suscite les plus vives interrogations parmi le clergé constitutionnel tandis que, pour les réfractaires, le contexte paraît favorable à de plus amples actions contre-révolutionnaires.

Le clergé et les troubles de mars 1793

  • 55 Avec 8 532 recrues à fournir pour à peine plus de 500 000 habitants, le Puy-de-Dôme est le départem (...)
  • 56 Pour le contexte, voir D. Martin, La Révolution en Auvergne, Bourbonnais et Velay, Clermont-Ferrand (...)

25Par le rappel des pratiques abhorrées de la milice, dans un contexte politique trouble (refus fréquent du début de persécution religieuse, mort du roi souvent mal acceptée), par l’importance du prélèvement humain exigé55 et des difficultés économiques et sociales de plus en plus vives (la crise des subsistances atteint son paroxysme en avril 1793)56, la levée des 300 000 hommes constitue un bon terreau pour l’éclosion de troubles. De fait, ceux-ci ne manquent pas.

  • 57 Sur la présentation de ces troubles, voir Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome  (...)

26Les troubles se révèlent sporadiques en plaine (à Aubière, Cébazat, Les Martres-d’Artière, Vic-sur-Allier, etc.) et dans les villes. Dans ces dernières, les incidents restent relativement mineurs (notamment à Ambert, Clermont-Ferrand et Thiers) et surtout rapidement circonscrits lorsqu’ils se montrent un peu plus sérieux (à Aigueperse et à Billom). Par contre, dans certaines localités ou zones de montagne, le refus atteint réellement le niveau de l’émeute sanglante (à l’ouest, à Saint-Pardoux) et même celui de la révolte ouverte (à l’est, dans les secteurs de Cunlhat et de Vollore-Ville). Ces mouvements présentent, pour la plupart, un caractère spontané ; même si parfois les adversaires de la Révolution tentent de les récupérer. Cependant, les véritables insurrections, c’est à dire les deux foyers qui s’allument dans le nord du Livradois-Forez, sont nettement d’inspiration contre-révolutionnaire57.

  • 58 Il s’agit le plus souvent, à la base, de sentiments anti-militaires et anti-étatiques, sur lesquels (...)
  • 59 Dans la région de Vollore, la situation s’aggrave à la fin de l’année 1792. La foule repousse viole (...)
  • 60 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre au directoire du District de Billom, du 14 mars 1793.

27Lorsque l’annonce du recrutement permet de fédérer un important noyau d’opposants à la levée58, bien souvent le prêtre constitutionnel, déjà en butte à la vindicte populaire en pays réfractaire59, se sait promis à la participation aux opérations de désignation du contingent. Le curé de Vic-sur-Allier (Vic-le-Comte), apparemment trop âgé pour être soumis à l’obligation militaire, se plaint de l’attitude de certains de ses paroissiens envers son jeune vicaire : « L’aristocratie de ce pays a ameuté contre lui les paysans fanatiques ; ils sont venus ce matin lui annoncer avec la plus grande insolence qu’il tireroit [au sort] »60.

  • 61 Y.-G. Paillard, « Fanatiques et patriotes dans le Puy-de-Dôme. Seconde partie : la déchristianisati (...)

28Aussi, plutôt que de se voir imposer une décision par l’assemblée des citoyens, quelques membres du clergé préfèrent-ils devancer la contrainte. À Tours-sur-Meymont, un bourg « fanatique », le curé constitutionnel se présente de lui-même, et le premier, pour tirer au sort61. À Chanonat, où le curé et les deux vicaires avaient émis un serment restrictif en 1791, le seul engagement volontaire enregistré pour la commune est celui … du nouveau prêtre, et cette attitude ne paraît pas motivée par le souci de transcender le patriotisme de ses ouailles :

  • 62 Souligné par nous.
  • 63 A.D. P.-de-D., L 1488, procès-verbal du 14 mars 1793. Le texte semble indiquer que le prêtre a cont (...)

« […] il ne s’est présenté personne que le citoyen Claude Poudrille, curé de cette commune. Lequel nous a déclaré aller à la frontière volontairement. Qu’il en avoit déjà contracté l’engagement et qu’il le ratifie en notre commune. Que ses principes sont de n’adopter aucun mode pris ou à prendre par la jeunesse 62, que le seul qu’il a adopté est celuy de son cœur »63.

  • 64 A.D. P.-de-D., L 2849, arrêté du Département du Puy-de-Dôme, du 12 janvier 1793.

29Dans de nombreuses communes, la levée des 300 000 hommes apparaît comme une formidable opportunité de se débarrasser légalement de certains membres du parti adverse. Dès avant le décret du 24 février 1793, le curé constitutionnel Quinsat et ses rares fidèles de Cunlhat espèrent que, du fait de la guerre, les officiers municipaux « fanatiques» de la commune seront requis d’aller aux frontières64. Mais, en mars 1793, c’est plutôt le clergé assermenté qui reçoit le plus souvent l’attaque des jeunes gens et il est difficile pour lui de la contrer car, à la différence des patriotes du crû, il est « étranger » à la communauté villageoise et sans attaches locales.

30De plus, réclamer le départ à l’armée du nouveau prêtre forme, pour les séditieux, une revendication essentielle et un thème susceptible de mobiliser une large frange de la population à leur cause. Le nouveau titulaire de la paroisse est d’ailleurs, lors des troubles les plus sérieux, la première personnalité agressée verbalement et même physiquement. Certains des émeutiers, parmi les plus menaçants à Saint-Pardoux le 13 mars, ne s’en privent pas. Dans cette localité, la municipalité et les commissaires du District de Besse estiment qu’il faut réunir les jeunes gens en assemblée à l’intérieur de l’église paroissiale pour effectuer la désignation des hommes réclamés par la Convention :

  • 65 A.D. P.-de-D., L 1502, registre des témoignages recueillis à La Tour ; Guillaume Martin, déclaratio (...)

« Aussitôt, le curé, qui fesoit partie dudit conseil, dit que d’après l’arrêté qui venoit d’être pris, il étoit plus convenable de ne pas laisser le Saint Sacrement expozé dans l’église et qu’il y alloit pour le dépozer dans la sacristie […] Un instant après arrivèrent plusieurs personnes qui annoncèrent qu’on assassiné le curé devant la porte. Qu’alors le conseil général de la commune sortit, ainsy que le déclarant, devant la porte de la maison commune, où l’on avoit annonçoit que le meurtre se commettoit. Que y étant, nous remarquâmes que la majorité des jeunes gens qui s’étoient attroupés étoient exaltés ; que plusieurs d’entre eux blasphémèrent. Nous n’apperçûmes point le curé dans l’assemblée que l’on nous dit avoir été sauvé par quelques bons citoyens qui avoient arrêté les méchants 65 ».

  • 66 Ibidem ; Jean Delsme, capitaine de la garde nationale de Saint-Pardoux-La Tour, déclaration n° 8, d (...)
  • 67 J. Reynouard, « Un chef-lieu de district sous la Révolution : Besse de 1789 à 1800 », Revue d’Auver (...)

31En effet, un témoin a vu Pierre et Gérard Goigoux « qui poursuivoient le citoyen Burin, curé, en lui disant qu’il faloit qu’il tirâ avec eux, sans quoi ils le maltraiteroient ; qu’alors le citoyen Burin leur répondit qu’il tireroit avec plaisir »66. L’intervention de Jean Gay et de Pierre Marion auprès des frères Goigoux permet au curé de leur échapper et de se réfugier dans la sacristie de l’église, où il s’enferme67.

  • 68 A.D. P.-de-D., L 2849, lettre de Quinsat, curé de Cunlhat, au directoire du District d’Ambert, du 2 (...)
  • 69 A.D. P.-de-D., L 1501, extrait du registre municipal de Cunlhat, du 16 mars 1793.

32De même à Cunlhat, une des revendications des révoltés est de forcer le curé constitutionnel Quinsat à participer au tirage au sort. Le maire de la localité a beau démontrer, « extrait baptistaire » à l’appui, que le prêtre est trop vieux, les séditieux ne démordent pas de leur requête. Sous la conduite de leur « général », Sébastien Marchand dit « La Roche », une cinquantaine de jeunes gens se rend au domicile de l’ecclésiastique. Le curé se voit contraint de suivre l’attroupement, « les uns le tiennent au collet, les autres par derrière et, le frappant des pieds et des poingts, le conduisent ainsi à l’assemblée »68. Présenté devant la municipalité et le commissaire Mozac, « le citoyen Quinsat reçut même quelques légers coups de poing » ; les autorités cèdent et inscrivent le prêtre sur la liste des célibataires de la commune soumis au recrutement69. Le curé profite d’un moment d’accalmie pour s’enfuir chez un confrère d’une paroisse voisine. Des menaces plus sévères interviennent quand l’insurrection a franchi un certain palier, c’est-à-dire lorsqu’elle est parvenue à enrayer les opérations du recrutement en zone rurale et que les effectifs des révoltés autorisent la perspective d’une confrontation armée avec les forces de la garde nationale des villes. Cela concerne surtout le foyer contre-révolutionnaire du secteur de Vollore. À Vollore-Montagne, trois individus armés se présentent dans un hameau

  • 70 A.D. P.-de-D., L 5658, procès-verbal du juge de paix du canton de Vollore, du 19 mars 1793 ; déclar (...)

« en disant qu’ils vouloient faire partir Barthélémy Decouzon et son fils et qu’ils vouloient tuer son père parce qu’ils étoient patriotes et qu’ils alloient à la messe [du curé constitutionnel] »70.

33Un témoin rapporte que les révoltés annoncent

  • 71 Ibidem ; déclaration de Maurice Archimbaud.

« qu’il falloit exterminer tous les patriotes résidants dans la ville de Vollore […] et notamment le curé constitutionnel. À la maison desquels ils voulloient mettre le feu et les faire brûler, en faisant néanmoins exception du curé qu’ils vouloient pendre par les pieds et écorcher comme un lièvre […] »71.

  • 72 La fusillade à La Tour fait 5 victimes parmi la foule ; celle à Vollore-ville occasionne une blessu (...)

34Cependant, pour passer des mots aux maux, il existe une barrière que les insurrections ne parviennent pas à franchir car, rapidement, les forces républicaines éradiquent les foyers d’opposition armée. Finalement, les troubles de mars 1793 dans le Puy-de-Dôme ne font aucune victime du côté des patriotes, à l’exception de quelques blessés légers. Au contraire, ce sont les émeutiers eux-mêmes qui paient un tribut en vies humaines, soit au cours des affrontements armés, soit lors de la répression judiciaire72.

35Le clergé constitutionnel a donc été ouvertement menacé. Par contre la présence des prêtres réfractaires demeure délicate à établir parmi les émeutiers, même si les autorités républicaines mettent en avant le rôle de la Contre-Révolution.

  • 73 A.D. P.-de-D., L 1483,extrait du registre des délibérations du Directoire du département d’Indre-et (...)
  • 74 A.D. P.-de-D., L 5657, lettre du District de Thiers au Département, du 22 mars 1793. Ce texte fait (...)

36En Indre-et-Loire, le 13 mars 1793, le directoire du département constate que, dans la plupart des communes, « les enrôlements ont été arrêtés ou entravés par les insinuations perfides des ennemis de la République », aux premiers rangs desquels figurent « toutes les ci-devant religieuses et filles réunies en ci-devant congrégation » à cause de leurs relations avec les ecclésiastiques insermentés73. Dans le Puy-de-Dôme, une lecture éminemment politique est appliquée aux troubles les plus graves. Pour les administrateurs du district de Thiers, « tout annonce que le complot a été formé par les cy-devant nobles et réfractaires […] C’est vraiment ici un attentat contre la Liberté, une tentative de Contre-Révolution. Ah ! pourquoi a-t-on été si indulgent pour les nobles et les prêtres ? Pourquoi ne les a-t-on pas tous expulsés ? Je crois que des témoins diront que jusqu’à des religieuses ont dirigés nos brigands[…] 74».

  • 75 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre du District de Billom au Département, du 17 mars 1793.

37Les dirigeants du district de Billom évoquent « des rebelles dominés par la fureur du fanatisme 75». Quant aux administrateurs du secteur d’Ambert, déjà sous l’emprise de l’image de la Vendée, ils n’hésitent pas à relier les événements survenus dans le département avec ceux de l’Ouest et de la guerre extérieure :

  • 76 A.D. P.-de-D., L 1501, Relation des troubles de Cunlhat, par le District d’Ambert, sans date.

« Les moteurs secrets de ces troubles, de ces rassemblements avoient bien d’autres projets. Ils vouloient occasionner une insurrection complète. Ils vouloient allumer un incendie qui devoient embraser, non pas seulement le district, mais tout ce département et ceux qui l’avoisinnent. Ils vouloient seconder les efforts des contrerévolutionnaires des départements de la vendée, du morbihan, des cottes-du-nord. Ils vouloient enfin favoriser les ennemis extérieurs et travailler de concert à opérer la contrévolution (sic) dans toute la république 76».

  • 77 J. Richard, « La levée des 300 000 hommes et les troubles de mars 1793 en Bourgogne », Annales de B (...)
  • 78 Émile Gabory, Les guerres de Vendée, Paris, p. 132.

38Pourtant, en Bourgogne, l’action des prêtres réfractaires n’est pas plus évidente que ne se laisse découvrir celle des agents royalistes77. L’historien Émile Gabory rappelle, à propos de la Vendée, que « le jour où se déchaîne foudroyant, tonnant, le soulèvement, les curés ne se trouvent point à la tête des insurgés ; aucun fil secret ne relie le presbytère aux paroissiens (…) 78». De son côté, Roger Dupuy précise pour les troubles de l’Ouest :

  • 79 Roger Dupuy, « La religion et les débuts des insurrections… », op. cit., p. 76.

« La religion dans tout cela n’est pas fondamentale mais étroitement imbriquée aux habitudes culturelles et aux pratiques politiques de nos paysans. Elle va, en outre, être utilisée, dès que la révolte se confirme et s’étend comme l’adjuvant majeur de son maintien et de son amplification (…) 79».

39Cela invite donc à ne pas prendre les conséquences prévisibles et immédiates de l’insurrection pour ses causes véritables.

  • 80 Lettre d’Adrien-Marie Dijon au député Monestier, du 12 mars 1793, reproduite par F. Mège, Le Puy-de (...)
  • 81 A.D. P.-de-D., L 1502. Registre des témoignages recueillis à La Tour, procès-verbal du juge de paix (...)
  • 82 Le caractère spontané des troubles survenus à La Tour ne fait pas de doute. Lors de l’affrontement (...)

40Pour le Puy-de-Dôme, il convient de faire la part des choses. Lors des troubles les plus bénins, le clergé n’est pas impliqué et les revendications religieuses absentes. À Clermont-Ferrand, un certain abbé Gresso semble bel et bien compromis dans la seconde tentative (inaboutie) d’incitation au refus de la levée ; mais pas lors de la première journée, au cours de laquelle les jeunes gens qui protestent arborent un ruban tricolore80. De même, lors des troubles sanglants de La Tour, seule est faite la mention d’un individu, arrêté par la garde nationale, qui portait sur lui un petit opuscule intitulé Prières pour ce tems de troubles et maxime de l’Eglize apostolique et romaine à l’usage des fidels pendant ce tems de schismes et de persécution 81. Il est fort possible que dans ces deux situations, quelques agents de la Contre-Révolution ont tenté de s’intégrer à un mouvement spontané de protestation populaire afin de le récupérer 82.

  • 83 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome 2, pp. 442-444.
  • 84 Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, Paris, 1988, p. 297.
  • 85 P.-F. Guélon, Vollore et ses environs, Vollore-Ville, rééd. 1981, p. 417.
  • 86 A.D. P.-de-D., TRA 1, jugement du tribunal criminel du Puy-de-Dôme, séant momentanément à Thiers,; (...)
  • 87 Roger Dupuy, De la Révolution…, op. cit., p. 293.

41Par contre dans le nord du Livradois-Forez, les insurgés s’apprêtent au combat pour Dieu et le Roi83, comme en Vendée, mais sans parvenir à rallier la majorité de la population des cantons concernés, et échouent face aux gardes nationaux envoyés contre eux. Pour ces deux foyers insurrectionnels (les secteurs de Cunlhat et de Vollore), la présence du clergé insermenté semble réelle, quoique cachée tout comme l’action de la noblesse. Effectivement, aucun prêtre réfractaire (officiellement, tous ont pris le chemin de l’exil), aucun noble n’agit à visage découvert mais parmi les chefs de la révolte se trouvent des domestiques des maisons nobiliaires ainsi que des séminaristes, qui jouent un évident rôle de représentation84. C’est à ce titre que deux séminaristes, Gilbert Bourgade et Hugues Chouvel - issus de ces pépinières à vocations ecclésiastiques que représentent les grandes communautés familiales du secteur85- sont condamnés à mort par le tribunal criminel du Puy-de-Dôme ; un sort que partagent les serviteurs des nobles incriminés86. La présence à visage découvert du clergé réfractaire (et des chefs royalistes) n’a pu se réaliser car ces deux mouvements contre-révolutionnaires ont été écrasés (facilement) en moins d’une semaine, avant qu’ils n’atteignent la phase ultime permettant l’apparition (ou l’adjonction) d’un chef plus prestigieux ou charismatique87.

42Finalement, dans le Puy-de-Dôme, la crise insurrectionnelle de mars 1793 ne constitue qu’un épiphénomène, certes parfois impressionnant mais rapidement circonscrit et jugulé par les autorités ; sans doute parce que la population, dans son ensemble, a refusé de lier ses fortes réticences devant le nouveau recrutement à une quelconque aventure politique. De même, au niveau national, la première tentative pour faire participer le clergé à l’obligation militaire fait « long feu ». Dès avant la fin du mois de mars, peut-être devant la multitude des mouvements de protestation et des révoltes que déclenche la levée des 300 000 hommes, la Convention apporte la réponse qu’attendait le directoire départemental du Puy-de-Dôme en déclarant qu’elle

  • 88 Décret de la Convention nationale des 20 et 23 mars 1793, an second de la République française.

«[…] n’a pas entendu comprendre dans la loi du recrutement les évêques, curés et vicaires, salariés par la Nation ; et, en conséquence décrète que ceux qui, ayant concouru au recrutement, se trouveroient au nombre des citoyens qui doivent marcher, seront libres de rester ou de revenir à leur poste 88 ».

  • 89 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbaux des différentes sections de la ville.

43D’après les résultats de notre enquête, rares sont les membres du clergé de l’ancienne Basse-Auvergne à ne pas profiter de cette nouvelle disposition. Seuls, au chef-lieu du département, le sous-diacre Dubien et l’abbé Blaise Fournier sont mentionnés comme étant partis avec les détachements conduits aux frontières89.

  • 90 A.D. P.-de-D., L 4285, lettres de la municipalité d’Orbeil au District d’Issoire, des 13 et 14 avri (...)
  • 91 A.D. P.-de-D., L 6127, lettre de la municipalité de Nohanent au Comité de surveillance, du 28 septe (...)

44La nouvelle orientation de l’assemblée nationale survient sans doute à temps pour éteindre une partie du feu insurrectionnel, ou du moins pour éviter de nouveaux foyers, en préservant le clergé constitutionnel. Deux exemples, parmi bien d’autres, montrent les dispositions d’esprit à ce moment. En avril 1793, l’enquête menée sur l’attitude du curé jureur d’Orbeil, accusé d’avoir voulu fomenter une insurrection contre le recrutement, n’aboutit à rien90 mais caractérise bien la suspicion pesant sur des individus qui, pour éviter l’obligation militaire, auraient été prêts à rejoindre les rangs des ennemis de la Révolution. Quant au curé constitutionnel de Nohanent, il déclare publiquement que « quant à lui, s’il étoit tombé au sort, il seroit passé de l’autre côté, en tentant d’entraîner une cinquantaine de compatriotes »91 .

  • 92 Pour les recrutements suivants, et notamment la levée « en masse » décrétée le 23 août 1793, les se (...)
  • 93 Alain Forrest, « Religion et résistances militaires », Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révo (...)

45Cette unique tentative révolutionnaire marque la fin des avanies ecclésiastiques vis à vis du recrutement obligatoire92. Il faut cependant attendre les résultats du Concordat de 1801, amorcé et permis par l’heureuse campagne de Marengo, pour que se réamorce l’élaboration d’une « théologie de la guerre » permettant, principalement après 1805, l’utilisation de la force morale de l’Église dans la croisade contre l’insoumission93.

Haut de page

Notes

1 Pour le constater, et apprécier la carence, il suffit de consulter Jean-Paul Bertaud et Daniel Reichel (dir.), Atlas de la Révolution française. 3 – L’armée et la guerre, Paris, 1989, pp. 73-74.

2 Bernard Plongeron, « Gouvernement révolutionnaire contre chrétienté (1793-1795) », Histoire du christianisme des origines à nos jours, tome 10, Les défis de la modernité (1750-1840),Paris, Desclée, 1997, p. 403.

3 Roger Dupuy, « La religion et les débuts des insurrections de l’Ouest (mars-avril 1793) », Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révolution, Actes du colloque de Saint-Florent-le-Vieil (mai 1993), Paris, 1994, p. 76.

4 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolution française, Clermont-Ferrand, 2001, 2 tomes, 781 p.

5 A. Bruel, L’application de la Constitution civile du clergé dans le département du Puy-de-Dôme (1790-1792), D.E.S., Clermont-Ferrand, 1943, 174 p.

6 Philippe Bourdin, « La Basse-Auvergne, une seconde Vendée ? », Jean-Clément Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe, XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, (Actes du colloque de Cholet, octobre 1999), Rennes, P.U.R., 2001, pp. 35-59 ; voir principalement pp. 37-43.

7 Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Paris, Seuil, 1987, pp. 45-46.

8 Il s’agit de Joseph Chandezon, un prêtre du chef-lieu du district de Besse, âgé de 35 ans qui se propose de devenir aumônier des volontaires de 1791 ; voir Archives départementales du Puy-de-Dôme (désormais A.D. P.-de-D.), L 1464 : liste des volontaires de la ville de Besse, en date du 17 juillet 1791. Ce candidat à l’engagement ne fait cependant pas partie de l’effectif final qui compose le premier bataillon de volontaires du Puy-de-Dôme

9 P. Laporte, La milice d’Auvergne, (thèse de droit de l’Université de Paris), Clermont-Ferrand, 1954, 186 p.

10 Ainsi, le 16 octobre 1791, se déroule à la cathédrale de Clermont-Ferrand, pour le premier bataillon de volontaires du Puy-de-Dôme, la grande cérémonie de la remise du drapeau et de sa bénédiction par l’évêque constitutionnel Périer (qui remplace l’ancien évêque et Constituant, François de Bonal, exilé en Suisse). Le discours, fort apprécié, de Périer fait l’objet d’une impression afin d’être distribué à chaque volontaire. Voir A.D. P.-de-D., L 1462 ; lettre du Département à Monsieur l’Évêque, du 17 octobre 1791.

11 Pour une étude monographique de cet aspect, voir J. Centini, « Le clergé et la bénédiction des drapeaux de la garde nationale parisienne », Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révolution…, op. cit., pp. 149-157.

12 C’est, par exemple, le cas pour la commune du Quartier dans le district de Montaigut.

13 Archives départementales du Puy-de-Dôme (désormais A.D. P.-de-D.), L 1468 ; lettre sans date du curé de Moureuille au procureur du district de Montaigut.

14 Ibidem ; lettre du curé de Bussières au procureur du District de Montaigut, du 20 juillet 1791.

15 A.D. P.-de-D., L 1469, Lettre de la municipalité de Pontaumur au District de Clermont-Ferrand, du 20 juillet 1791.

16 Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 3e éd., 1985, p. 258 ; Albert Mathiez, « La lecture des décrets au prône sous la Constituante », Annales révolutionnaires, 1908, pp. 223-243.

17 J. Labbaye, Un diocèse pendant la Révolution : Clermont-Ferrand (1789-1804), Le Puy-en-Velay, 1989, p. 31.

18 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, 1986, pp. 346 et 365.

19 Bernard Cousin, Monique Cubells et René Moulinas, La pique et la croix. Histoire religieuse de la Révolution française, Paris, 1989, pp. 161-164.

20 A.D. P.-de-D., L 5675, procès-verbal de la bénédiction du drapeau de la garde nationale de Courpière, du 22 juillet 1792 : « … le drapeau constitutionnel a été déployé, a été béni avec les cérémonies d’usage par monsieur Henri Périchon, curé, qui a célébré la messe paroissiale ; Monsieur Bourgeoist, vicaire, a prononcé un discours où régnoit l’expression du plus ardent patriotisme ». Ces deux ecclésiastiques sont eux-mêmes membres de la garde nationale ; au cours de la même cérémonie, ils prêtent avec leurs camarades le serment «d’être fidèle à la nation, à la loy et au roy » et jurent « de vivre libre ou mourir pour la défense de la Liberté ».

21 Albert Mathiez, La victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916, pp. 127-128. L’auteur signale qu’à Besançon de nombreux prêtres constitutionnels et l’évêque lui-même firent partie du contingent officiellement désigné, mais ne croit pas qu’ils prirent la route du front.

22 Ibidem. L’auteur considère qu’il « n’est pas douteux que le clergé jureur puisa dans cette exemption du service militaire une facilité précieuse pour le recrutement de ses séminaristes ». Cette assertion reste à démontrer.

23 Le texte de ce décret est reproduit, par exemple, dans É. Déprez, Les volontaires nationaux (1791-1793), Genève, réed. 1977, pp. 286-290.

24 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre du 12 mars 1793.

25 A.D. P.-de-D., L 3046, lettre au District, du 18 mars 1793.

26 A.D. P.-de-D., L 5651, lettre du 8 mars 1793 (enregistrée n° 72).

27 Archives de la Guerre, Service historique de l’armée de terre, Xw 87. Lettre au ministre de la Guerre, du 14 mars 1793.

28 Certains directoires de département n’hésitent pas à prendre eux-mêmes l’initiative de dispenses pour des catégories particulières. Ainsi, dans le Cantal, les vachers sont exemptés car trop indispensables au bon fonctionnement de l’économie locale ; voir B. Touzé, L’effort de guerre dans le Cantal, de 1791 à l’an II, maîtrise, Paris I, 1985, p. 117.

29 Cette documentation est éparse dans différentes liasses. Voir principalement A.D. P.-de-D., L 3317 à 3319 (pour le district de Besse), L 1503 (district de Billom), L 1486 à 1490 (district de Clermont-Ferrand), L 1506 (district d’Issoire), L 1507 et 4824 (district de Montaigut) ainsi que L 5651 à 5656 (district de Thiers).

30 Cela concerne les communes de Charnat, Peschadoires, Puy-Guillaume, Paslières, Culhat et Orléat (district de Thiers) ; de Dallet et Manglieu (district de Billom) ; de Singles, Verneugheol, Bourg-Lastic, Chamalières et Authezat (district de Clermont-Ferrand), de Saint-Genès-la-Tourette, Apchat et du chef-lieu du district d’Issoire.

31 Il s’agit de la localité de Tours-sur-Meymont et de la petite ville de Billom ; des communes de la Roche-Blanche, Chanonat, Olby, Saint-Genès-Champanelle et de Clermont-Ferrand ; de Sauviat et du chef-lieu du district de Thiers ; de la ville de Riom ainsi que, dans le district d’Ambert, du bourg de Cunlhat.

32 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbaux pour les sections Pont-de-Pierre, Fédération, Collège, Champeix, etc.

33 Le département comprend huit entités urbaines, c’est à dire d’au moins 2 000 habitants agglomérés. Les procès-verbaux pour Aigueperse, Lezoux et Maringues ne contiennent pas d’éléments sur l’éventuelle participation du clergé local.

34 A.D. P.-de-D., L 1506, procès-verbal du 14 mars 1793.

35 A.D. P.-de-D., L 5653, cahier des procès-verbaux des commissaires pour le canton de Châteldon.

36 A.D. P.-de-D., L 5656, procès-verbal des commissaires Antoine Delotz et Étienne Gouinfaure pour la commune de Peschadoires, du 16 mars 1793.

37 Les Conventionnels avaient reconnu la nécessité d’obtenir 300 000 soldats mais sans parvenir à s’entendre pour déterminer la manière d’opérer, laissant le soin aux citoyens de chaque communauté d’adopter « le mode qu’ils trouveront le plus convenable, à la pluralité des voix » (article XI du décret du 24 février 1793).

38 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbal du 10 mars 1793.

39 Capitaine G. Dumont et lieutenant G. Lestien, Les volontaires de la Marne (1791-1793), Paris, 1910, p. 94.

40 A.D. P.-de-D., L 1506, procès-verbal du 17 mars 1793.

41 Jean-Pierre Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, réeéd. 1998, p. 138 ; P. Laporte, La milice d’Auvergne…, op. cit., pp. 98-99.

42 A.D. P.-de-D., L 1503, procès-verbal du 17 mars 1793.

43 A.D. P.-de-D., L 5653, cahier des procès-verbaux des commissaires pour le canton de Châteldon.

44 A.D. P.-de-D., L 1486, procès-verbal du 17 mars 1793.

45 A.D. P.-de-D., L 1488, procès-verbal du 24 mars 1793.

46 A.D. P.-de-D., L 1486, procès-verbal du 16 mars 1793.

47 Dans le département de la Loire, à Neulize (district de Roanne, canton de Saint-Just-la-Pendue), commune « fanatisée » par le réfractaire Forêt, son ancien curé, le nouveau curé constitutionnel, Pierre de la Rochette, fut élu « soldat de la Patrie » par 107 voix sur 111. Voir É. Brossard, Histoire du département de la Loire pendant la Révolution française, 1789-1799, Paris, 1907, vol. 2, pp. 93-95.

48 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome 1, pp. 175-179.

49 A.D. P.-de-D., L 5656, déclaration de Burias, curé de Sauviat, insérée dans le procès-verbal du 19 mars 1793.

50 A.D. P.-de-D., L 1487, voir les procès-verbaux des différentes sections de la ville.

51 De nombreux hommes mariés, pourtant exemptés du recrutement, se proposent comme remplaçants (ils représentent 12 % des substitutions dans le district de Billom et, pour la seule ville de Thiers, 9 cas sur 38 remplacements).

52 Le plus souvent, dans le Puy-de-Dôme, les sommes déboursées pour l’achat d’un remplaçant oscillent entre 800 et 1 200 livres.

53 Archives de la Guerre, Service historique de l’armée de terre, Xw 87, État des remplacements pour la ville de Clermont-Ferrand, sans date (vraisemblablement entre fin mars et fin avril 1793).

54 A.D. P.-de-D., L 1489, procès-verbal du 15 mars 1793.

55 Avec 8 532 recrues à fournir pour à peine plus de 500 000 habitants, le Puy-de-Dôme est le département qui doit fournir le plus fort contingent, tant numériquement que proportionnellement à la population.

56 Pour le contexte, voir D. Martin, La Révolution en Auvergne, Bourbonnais et Velay, Clermont-Ferrand, 1993, pp. 222-225, et A.-G. Manry (dir.), Histoire de l’Auvergne, Toulouse, 1974, pp. 332-333.

57 Sur la présentation de ces troubles, voir Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome 2, pp. 395-419.

58 Il s’agit le plus souvent, à la base, de sentiments anti-militaires et anti-étatiques, sur lesquels se juxtaposent des aspects qui relèvent de l’anti-Révolution, voire de la Contre-Révolution

59 Dans la région de Vollore, la situation s’aggrave à la fin de l’année 1792. La foule repousse violemment le nouveau curé de Vollore-Montagne lors de son installation à la cure ; le prêtre constitutionnel doit s’enfuir. La veille de Noël, quelques mains anonymes coupent l’arbre de la Liberté à Vollore-Ville et tirent deux coups de fusil sur la porte de la maison du curé constitutionnel. Quant aux multiples avanies que subit le curé Quinsat à Cunlhat, elles pourraient donner matière à un bel article prosopographique.

60 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre au directoire du District de Billom, du 14 mars 1793.

61 Y.-G. Paillard, « Fanatiques et patriotes dans le Puy-de-Dôme. Seconde partie : la déchristianisation », Annales historiques de la Révolution française, 1978, p. 373, note 6. L’auteur interprète, à tort selon nous, cette attitude ainsi que celle du curé de Chanonat (cf. notre texte, infra) comme des manifestations de patriotisme alors qu’il s’agit plutôt de « couper l’herbe sous le pied » des jeunes gens.

62 Souligné par nous.

63 A.D. P.-de-D., L 1488, procès-verbal du 14 mars 1793. Le texte semble indiquer que le prêtre a contracté son engagement hors de la commune (et donc qu’il ne va pas être comptabilisé en déduction du contingent pour Chanonat ?).

64 A.D. P.-de-D., L 2849, arrêté du Département du Puy-de-Dôme, du 12 janvier 1793.

65 A.D. P.-de-D., L 1502, registre des témoignages recueillis à La Tour ; Guillaume Martin, déclaration n° 21, du 18 mars 1793.

66 Ibidem ; Jean Delsme, capitaine de la garde nationale de Saint-Pardoux-La Tour, déclaration n° 8, du 17 mars 1793.

67 J. Reynouard, « Un chef-lieu de district sous la Révolution : Besse de 1789 à 1800 », Revue d’Auvergne, 1923, p. 43.

68 A.D. P.-de-D., L 2849, lettre de Quinsat, curé de Cunlhat, au directoire du District d’Ambert, du 24 mars 1793.

69 A.D. P.-de-D., L 1501, extrait du registre municipal de Cunlhat, du 16 mars 1793.

70 A.D. P.-de-D., L 5658, procès-verbal du juge de paix du canton de Vollore, du 19 mars 1793 ; déclaration de Barthélémy Decouzon.

71 Ibidem ; déclaration de Maurice Archimbaud.

72 La fusillade à La Tour fait 5 victimes parmi la foule ; celle à Vollore-ville occasionne une blessure mortelle. Quant au Tribunal criminel, sur 121 accusés déférés devant lui, il en condamne 18 à être guillotinés (dont les deux tiers par contumace).

73 A.D. P.-de-D., L 1483,extrait du registre des délibérations du Directoire du département d’Indre-et-Loire ; séance du 13 mars 1793.

74 A.D. P.-de-D., L 5657, lettre du District de Thiers au Département, du 22 mars 1793. Ce texte fait allusion au rôle qu’aurait tenu Louise Decouzon dans la distribution de cocardes blanches aux émeutiers ; toutefois, cette religieuse sera relaxée par le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme.

75 A.D. P.-de-D., L 1503, lettre du District de Billom au Département, du 17 mars 1793.

76 A.D. P.-de-D., L 1501, Relation des troubles de Cunlhat, par le District d’Ambert, sans date.

77 J. Richard, « La levée des 300 000 hommes et les troubles de mars 1793 en Bourgogne », Annales de Bourgogne, 1961, pp. 243-244.

78 Émile Gabory, Les guerres de Vendée, Paris, p. 132.

79 Roger Dupuy, « La religion et les débuts des insurrections… », op. cit., p. 76.

80 Lettre d’Adrien-Marie Dijon au député Monestier, du 12 mars 1793, reproduite par F. Mège, Le Puy-de-Dôme en 1793 et le proconsulat de Couthon, Paris, 1877, pp. 425-427.

81 A.D. P.-de-D., L 1502. Registre des témoignages recueillis à La Tour, procès-verbal du juge de paix, du 18 mars 1793.

82 Le caractère spontané des troubles survenus à La Tour ne fait pas de doute. Lors de l’affrontement final avec le détachement de la garde nationale de Besse, les insurgés ne disposent que de pierres pour s’opposer aux salves de la force républicaine et certains émeutiers regrettent ouvertement de n’avoir pas pris leur fusil, ce qui témoigne qu’il n’était nullement envisagé une action armée.

83 Bruno Ciotti, Du volontaire au conscrit…, op. cit., tome 2, pp. 442-444.

84 Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, Paris, 1988, p. 297.

85 P.-F. Guélon, Vollore et ses environs, Vollore-Ville, rééd. 1981, p. 417.

86 A.D. P.-de-D., TRA 1, jugement du tribunal criminel du Puy-de-Dôme, séant momentanément à Thiers,; audience du 19 mai 1793.

87 Roger Dupuy, De la Révolution…, op. cit., p. 293.

88 Décret de la Convention nationale des 20 et 23 mars 1793, an second de la République française.

89 A.D. P.-de-D., L 1487, procès-verbaux des différentes sections de la ville.

90 A.D. P.-de-D., L 4285, lettres de la municipalité d’Orbeil au District d’Issoire, des 13 et 14 avril 1793.

91 A.D. P.-de-D., L 6127, lettre de la municipalité de Nohanent au Comité de surveillance, du 28 septembre 1793.

92 Pour les recrutements suivants, et notamment la levée « en masse » décrétée le 23 août 1793, les seules mentions retrouvées pour le Puy-de-Dôme concernent les prêtres abdicataires.

93 Alain Forrest, « Religion et résistances militaires », Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révolution…, op. cit., pp. 168-169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Ciotti, « Le clergé du Puy-de-Dôme et la levée des 300 000 hommes  », Chrétiens et sociétés, 9 | 2002, 59-77.

Référence électronique

Bruno Ciotti, « Le clergé du Puy-de-Dôme et la levée des 300 000 hommes  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 19 avril 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/4002 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4002

Haut de page

Auteur

Bruno Ciotti

Centre André Latreille, Université Lumière Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org