Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Vickermann-Ribémont Gabriele, Adam et Ève et la pensée des Lumières entre fondement du droit et questionnement du mythe, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, 2014, 198 p.

Sylvio De Franceschi
p. 310-312

Texte intégral

1Formé de neuf contributions qui résultent de la collaboration d’historiens, de littéraires, de philosophes et de linguistes, l’ouvrage, ainsi que l’indique son titre, s’attache à étudier la diffusion et l’exploitation du mythe fondateur d’Adam et Ève au siècle des Lumières. L’enjeu de la confrontation au récit adamique est clairement indiqué dans la savante introduction de Gabriele Vickermann-Ribémont, qui signale le conflit au xviiie siècle « entre, d’une part, une adhésion entière et littérale aux Écritures, sur lesquelles s’exerce la raison pour en bâtir une théologie et éventuellement même pour en faire une source de droit, et d’autre part, une attitude critique née de l’humanisme, historisant le texte aussi bien que sa réception » (p. 8). Encore au temps des Lumières, est-il significativement précisé, le récit de la Genèse continue à imposer son autorité dans la sphère du discours religieux, évidemment, mais aussi ailleurs – ainsi dans les présentations proliférantes de l’histoire universelle, qui ont naguère été étudiées dans la grande thèse de Claudine Poulouin (Le temps des origines et « les temps reculés » de Pascal à l’Encyclopédie, Honoré Champion, Paris, 1999), qui n’est curieusement nulle part mentionnée. Très savant, le volume dirigé par Gabriele Vickermann-Ribémont étudie successivement une série de configurations intellectuelles qui illustrent la complexité de l’appréhension au xviiie siècle du mythe d’Adam et Ève. Une synthèse de Lise Wajeman consacrée au xvie siècle ouvre l’ensemble qui permet de voir combien la pensée du temps des Lumières a été tributaire de jalons critiques posés à la Renaissance. Spécialiste de la pensée de Francisco Suárez (1548-1617), Jean-Paul Coujou insiste sur le fait que le jésuite espagnol a rompu avec l’héritage augustinien et que sa conception de la société humaine ne se fonde plus sur la seule référence au péché originel et à l’état de nature corrompue dans lequel l’homme se trouve ici-bas. Hubert Bost étudie quant à lui la présence du mythe adamique dans les Nouvelles de la République des Lettres et dans le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle et montre que le protestant en propose une lecture philosophique dont l’herméneutique respecte le détail du texte biblique, son déroulement, mais aussi ses silences. Sébastien Drouin concentre sa réflexion sur la réception du De peccato originali (1679) d’Adriaan Beverland à partir de la traduction française qu’en a publiée Jean Frédéric Bernard en 1714 – le caractère libertin de la Tentation y est mis en valeur. François Bessire (« Adam et Ève au xviiie siècle : de l’histoire à la fable ») relève que le récit de la Genèse inspire peu au xviiie siècle les beaux-arts et les belles-lettres, mais qu’il est très souvent la cible des Philosophes. Vincent Jolivet montre que les productions libertines du temps des Lumières multiplient les références au mythe d’Adam et Ève. Inattendue, la contribution de Marc Décimo s’intéresse à la théorie émise par Jacques Le Brigant (1720-1804) et Théophile Malo Corret de La Tour d’Auvergne (1743-1800), deux érudits, selon laquelle Adam et Ève parlaient en bas-breton au Paradis. Gabriele Vickermann-Ribémont propose une étude au croisement de l’histoire littéraire et de l’histoire du droit qui insiste sur le profit que les juristes ont pu faire du mythe fondateur de la Genèse pour développer leurs discours sur le rapt « de séduction ». Enfin, Nathalie Rubel s’est intéressée aux occurrences du mythe d’Adam et Ève dans les écrits politiques de Locke et de Rousseau et conclut que l’effacement de l’Ève traditionnelle, créée pour assister Adam, n’a pourtant pas permis de faire de la femme un citoyen à part entière. Les études réunies par Gabriele Vickermann-Ribémont permettent ainsi de discerner une évolution « entre la fin du xvie siècle et le xviiie siècle, qui, non seulement va, selon les attentes, d’une orthodoxie globalement partagée vers un questionnement de plus en plus radical du statut de la Genèse, mais qui décrit encore un déplacement de l’intérêt pour la création de l’homme, qui passe du domaine des beaux-arts et des belles-lettres, dans la première partie de la période, à celui de la philosophie ou des textes littéraires à visée philosophique au cours du xviiie siècle » (p. 11). L’ensemble confirme la thèse formulée par Ernst Cassirer (1874-1945) en 1932 dans Die Philosophie der Aufklärung selon laquelle la rupture avec le dogme du péché originel a joué un rôle crucial dans la pensée des Lumières. Le volume prolonge aussi nombre d’analyses proposées par Bronislaw Baczko dans Job, mon ami : promesses du bonheur et fatalité du mal (1997). Il est d’ailleurs dommage que les contributeurs n’aient pas davantage marqué la dette contractée envers les travaux dans le sillage desquels ils se sont placés : pour qui n’est pas dix-huitiémiste, il manque une table d’orientation nécessaire pour entrer en matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvio De Franceschi, « Vickermann-Ribémont Gabriele, Adam et Ève et la pensée des Lumières entre fondement du droit et questionnement du mythe, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, 2014, 198 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 310-312.

Référence électronique

Sylvio De Franceschi, « Vickermann-Ribémont Gabriele, Adam et Ève et la pensée des Lumières entre fondement du droit et questionnement du mythe, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Mythographies et sociétés », Clermont-Ferrand, 2014, 198 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3953

Haut de page

Auteur

Sylvio De Franceschi

Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584) École Pratique des Hautes Études

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org