Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Augustin Pic (éd.), Abbé Edgeworth de Firmont. Correspondance, récits, lettres inédites (1771-1806), Paris, Cerf, coll. Histoire, 2013, 578 p.

Paul Chopelin
p. 306-307

Texte intégral

1« Fils de saint Louis, montez au Ciel ! » se serait exclamé l’abbé Edgeworth de Firmont (1745-1807) en accompagnant Louis XVI au pied de l’échafaud le 21 janvier 1793, devenant ainsi un personnage clé du martyrologe bourbonien. Son récit des derniers instants du roi servit en effet l’hagiographie royale sous la Restauration et a été constamment repris par tous les biographes de Louis XVI, et ce jusqu’à nos jours. Seuls les époux Girault de Coursac, dans leur volumineuse entreprise de révision historique des sources du règne de Louis XVI, se montrèrent critique à l’égard de ce témoignage, non sans certains préjugés négatifs qui purent nuire à la qualité de leur démonstration. Edgeworth lui-même restait mal connu. Les historiens devaient jusqu’ici se contenter de la biographie édifiante rédigée par Mildred Violet Woodgate, publiée à Dublin en 1945 et traduite en français chez Téqui en 1992, dans le cadre des commémorations du bicentenaire de la mort du roi. Augustin Pic a rouvert le dossier en entreprenant une collecte minutieuse des différents écrits de l’abbé Edgeworth pour en proposer une édition critique. L’enquête a été menée très scrupuleusement et nous disposons maintenant d’un ensemble documentaire fiable, avec, pour chaque texte, la mention de la première édition ou du lieu de conservation du texte original. Les annotations sont précises et puisent aux meilleures références, comme en témoigne la très utile bibliographie en fin d’ouvrage. Surtout, cette édition est précédée d’une biographie de l’abbé Edgeworth qui permet de clarifier son rôle auprès de la famille royale, que ce soit pendant sa captivité au Temple ou auprès de la Cour en exil. En croisant minutieusement les sources disponibles, A. Pic dissipe un certain nombre d’erreurs et de légendes, reprises jusqu’ici sans discussion par des historiens pourtant par ailleurs bien informés. Il est ainsi désormais quasiment établi que l’abbé Edgeworth a bien été nommé vicaire général de l’archevêque de Paris en décembre 1792. À l’appui de la démonstration de l’auteur, nous nous permettons de renvoyer à la thèse de Xavier Brilland sur le diocèse du Mans ainsi qu’à la nôtre sur Lyon, qui éclairent toutes deux les mécanismes de nomination des vicaires généraux « de l’intérieur » à ce moment clé de l’histoire de l’Église réfractaire. L’intérêt, jusqu’ici négligé, des lettres de l’abbé Edgeworth est d’apporter un témoignage neuf sur les réseaux de l’Église réfractaire, en France et en émigration. Grâce à un appareil critique extrêmement précis, A. Pic en restitue toute la valeur. Il est néanmoins regrettable que l’auteur n’ait pas fait preuve de davantage de prudence quant à l’authenticité des documents publiés sous la Restauration, à savoir un mémoire et un ensemble de lettres, dont tous les originaux ont disparu dans des circonstances peu claires. Ils ont été retranscrits et publiés par un cousin de l’auteur, Sneyd Edgeworth, et par T. R. England, ami du docteur Moylan, évêque de Cork, destinataire de nombreuses lettres de l’abbé. Les motivations de ces premiers éditeurs d’Edgeworth auraient mérité plus ample réflexion. Il ne s’agit pas de rejeter a priori l’authenticité de ces documents ni d’imaginer un complot littéraire orchestré par Louis XVIII, mais de replacer les ouvrages de Sneyd Edgeworth et de T. R. England dans leur contexte éditorial. Entre 1800 et 1820, de nombreux mémoires et lettres écrits par la famille royale et ses proches sont publiés afin de rendre témoignage de la « passion » des Bourbons pendant la Révolution. Or il est aujourd’hui clairement établi qu’un certain nombre de ces documents, notamment de supposées lettres de Louis XVI et de Marie-Antoinette, sont des faux ou ont fait l’objet de réécritures avancées, comme, par exemple, les « mémoires » de Hue. Il ne faut pas oublier non plus que les ultras, soutenus par la duchesse d’Angoulême, cherchent alors à obtenir l’ouverture du procès de canonisation de Louis XVI. Les lettres de l’abbé Edgeworth constituent un témoignage fondamental, en révélant les vertus, publiques et privées, du « martyr ». Elles relèvent davantage d’un climat hagiographique, que d’une source fiable sur la personnalité réelle de Louis XVI. En dépit de cette réserve, la précieuse enquête d’Augustin Pic peut donc être considérée comme une première étape vers une analyse raisonnée et critique des sources de l’histoire de la famille royale pendant la Révolution, en complément des travaux actuellement menés par Hélène Becquet et Cécile Berly.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Augustin Pic (éd.), Abbé Edgeworth de Firmont. Correspondance, récits, lettres inédites (1771-1806), Paris, Cerf, coll. Histoire, 2013, 578 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 306-307.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Augustin Pic (éd.), Abbé Edgeworth de Firmont. Correspondance, récits, lettres inédites (1771-1806), Paris, Cerf, coll. Histoire, 2013, 578 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3949

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org