Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Amerigo Miranda, Santa Sede e Società delle Nazioni. Benedetto XV, Pio XI e il nuovo internazionalismo cattolico, Roma, Studium, 2013, 240 p.

Aurélien Zaragori
p. 191-195

Texte intégral

1Amerigo Miranda offre la première synthèse sur les relations entre le Saint-Siège et la Société des Nations tenant compte de l’apport des archives vaticanes du pontificat de Pie XI (Archivio Segreto Vaticano et archives de la Congregazione per gli Affari Ecclesiastici Straordinari). L’ouvrage adopte une approche assez large, incluant non seulement les rapports strictement diplomatiques entre Saint-Siège et SDN, mais aussi le développement de l’internationalisme catholique qui se produit au même moment.

2Le plan suivi est, sans surprise, chronologique en six chapitres. Chacun inclut généralement – avec quelques variations – une section sur la SDN en tant que telle et son activité, avant d’analyser l’attitude du Saint-Siège et celle des organisations internationales catholiques.

3L’étude débute avant la naissance de la Société des Nations, par la Conférence de la Paix, à laquelle le Saint-Siège n’a pas été convié, en vertu du Pacte de Londres signé par les Alliés avec l’Italie en 1915. Mgr Ceretti et le cardinal Mercier assistent toutefois aux débats, et le Pape se tient informé des décisions prises. Il est admis désormais que bien que le projet de SDN ne corresponde pas aux attentes des catholiques (notamment par l’exclusion des pays vaincus), Benoît XV y était globalement favorable, au moins dans un premier temps.

4La mise en place de la Société des Nations est observée avec prudence par certains milieux catholiques, moins enthousiastes que le Pape. Des points de convergence existent pourtant sur le plan idéologique, notamment un rejet commun d’un nationalisme excessif. L’auteur relève une proposition du Saint-Siège pour déplacer le siège de la SDN à Vienne, ainsi qu’une attention particulière aux droits des missions allemandes dans les territoires passés sous mandat français ou britannique. Les premières initiatives d’organisations internationales catholiques fleurissent, notamment la Ligue catholique internationale créée par le Pr Steger, et le projet d’un comité international d’études religieuses et sociales porté par le Pr Savoy.

5Alors que des voix catholiques décrivent la SDN comme une organisation protestante, maçonnique, Benoît XV, dans l’encyclique Pacem Dei Munus, se prononce pour une « ligue des peuples », une « famille de peuples » qui n’est pas exactement la SDN mais ouvre la voie à une reconnaissance de celle-ci si elle accepte les principes chrétiens. Il s’intéresse par ailleurs aux premières conférences internationales : celle de Lausanne sur l’Asie mineure, celle de Washington sur la réduction de l’armement naval. L’intérêt catholique en la matière se marque également par la naissance de deux organisations internationales catholiques importantes : l’Union internationale d’études sociales et l’Union Catholique d’Études Internationales.

6La mort de Benoît XV est généralement vue comme une rupture dans les relations avec la Société des Nations, l’attitude de Pie XI étant beaucoup plus réservée que celle de son prédécesseur. L’auteur insiste néanmoins sur la continuité entre les deux pontifes sur le plan de l’ouverture à un nouvel ordre international. Il montre également que c’est au tout début du pontificat de Pie XI qu’émerge la seule perspective d’adhésion du Saint-Siège à la SDN. Alors que les tensions européennes préoccupent le Saint-Siège, et que certains catholiques comme Eugène Duthoit soutiennent explicitement la SDN, un rapprochement s’opère. Il se concrétise par un mémorandum du Foreign Office établi par le catholique John Eppstein, appelant à un concordat entre SDN et Saint-Siège. Les occasions de contacts se font plus nombreuses à Genève entre le nonce et la SDN, et le climat est assez favorable avec l’élection à la présidence de l’Assemblée de la SDN du catholique suisse Motta. Les études catholiques sur les questions internationales se développent, notamment sous la plume du père Yves de la Brière ou de Georges Goyau. Le Saint-Siège recule finalement devant des propositions qui auraient signifié une trop grande implication dans un organisme vis-à-vis duquel Pie XI maintient ses réserves.

7La signature du Pacte de Locarno amène toutefois un vent d’optimisme qui touche également les organisations internationales catholiques. La création d’un Secrétariat international des partis démocratiques d’inspiration chrétienne et de la Conférence des présidents des organisations internationales catholiques en sont un signe. Ces organisations assurent à Genève une présence catholique qu’elles aimeraient voir approuvées et soutenues par le Saint-Siège. La Secrétairerie d’État, tout en se tenant informée, maintient cependant une stricte réserve. La signature des accords du Latran, qui excluent nettement la participation du Saint-Siège aux congrès internationaux, met un terme aux espoirs d’une prise de position officielle, même si une grande attention est accordée ensuite aux efforts touchant le désarmement, un des principaux centres d’intérêt – avec la protection des minorités chrétiennes et le maintien de la liberté religieuse – du Saint-Siège dans les activités de la SDN tout au long de la période.

8Le dernier chapitre englobe à la fois l’ensemble des années 1930 et une esquisse de l’après 1945. Sur les premières, l’auteur met en évidence le rapprochement qui se produit en 1938-1939, sur fond de lutte commune contre les nationalismes totalitaires. La figure d’Eugenio Pacelli en sort, de manière convaincante, avec une coloration plus internationaliste que celle qu’on lui prête habituellement : s’il reste prudent, il est conscient de la nécessité pour le Saint-Siège de ne pas accentuer son isolement. La seconde pâtit du manque d’archives vaticanes, mais marque une amorce intéressante de réflexion sur les valeurs communes au Saint-Siège et à l’ONU.

9Au final, cet ouvrage apporte une vision d’ensemble bienvenue sur toute la période de l’entre-deux-guerres, et s’appuie sur une étude exhaustive des sources vaticanes et de la bibliographie. La prise en compte de l’internationalisme catholique naissant doit être saluée, en ce qu’elle permet d’élargir le spectre d’analyse au delà du champ strictement diplomatique. L’absence d’index est toutefois révélatrice : il aurait pu être porté un peu plus d’attention aux différents protagonistes de cette histoire. De même, et le recours quasi exclusif aux archives du Saint-Siège le laissait présager, il était possible d’aller plus loin en termes d’analyse des organisations internationales catholiques naissantes. Enfin, si ces relations sont établies, expliquées, jaugées, si des contacts sont mis en évidence, il reste à évaluer la manière dont les catholiques en contact avec la Société des Nations ont pu sur place faire valoir leurs idées au sein de ses différents organes, et la manière dont leurs principes ont été pris en compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Zaragori, « Amerigo Miranda, Santa Sede e Società delle Nazioni. Benedetto XV, Pio XI e il nuovo internazionalismo cattolico, Roma, Studium, 2013, 240 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 191-195.

Référence électronique

Aurélien Zaragori, « Amerigo Miranda, Santa Sede e Società delle Nazioni. Benedetto XV, Pio XI e il nuovo internazionalismo cattolico, Roma, Studium, 2013, 240 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3947

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org