Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges (1543), édition critique par Pierre Savy, Paris, Honoré Champion, Bibliothèque d’études juives, 2015, 212 p.

Yves Krumenacker
p. 302-303

Texte intégral

1Il fallait un certain courage pour éditer ce texte de Luther, particulièrement haineux envers les juifs, revendiqué en son temps par les nazis. Pourtant l’édition est bien venue : tout d’abord parce que le texte est inédit en français (en dehors d’une mauvaise traduction sur internet) et qu’il est important de pouvoir disposer de toute l’œuvre d’un personnage aussi important que Luther ; ensuite parce que, pour un tel texte, une édition critique impeccable s’impose – ce qui est le cas ici ; enfin, parce que c’est l’occasion d’une mise au point sur l’attitude de Luther envers les juifs, ce que l’introduction fait parfaitement.

2L’éditeur du texte, P. Savy, retrace l’historiographie de cette question, et adhère à l’opinion aujourd’hui largement admise chez les historiens d’un philosémitisme initial de Luther, suivi d’un revirement vers 1530, sans doute dû à la déception de voir que les juifs ne se convertissent pas au christianisme réformé ainsi qu’au penchant de Luther de la maturité de refuser toute tendance hérétique ; à la fin de sa vie, il exprime des propos violents et haineux contre les juifs. Il s’agit cependant d’attaques indirectes : dans les Propos de table comme dans le traité Des Juifs et de leurs mensonges, il s’adresse en réalité aux chrétiens afin qu’ils fortifient leur foi. Mais il révèle ainsi ses sentiments envers les juifs : ce sont des ennemis des chrétiens, à peu près impossibles à convertir réellement à cause de leur entêtement, méprisants envers les non-juifs. Dans sa démonstration, Luther mêle les registres savants et populaires juxtaposant des arguments théologiques antijudaïques et des arguments antisémites populaires.

3Le traité n’a eu qu’une influence immédiate limitée : quelques mesures contre la circulation des juifs ou contre l’usure, dans certains États allemands. Qu’en est-il de l’influence à long terme ? Luther est-il l’ancêtre spirituel d’Hitler, comme l’a prétendu un historien américain ? Au terme d’une démonstration très équilibrée, P. Savy rappelle que Luther ne croit guère à une conversion sincère des juifs ; mais il ne demande pas leur extermination, mais leur expulsion. S’il est incontestablement antijudaïque, au sens d’une opposition religieuse, il est aussi profondément antisémite dans la mesure où il considère les juifs comme un peuple pourvu de caractéristiques communes. Il ne préconise cependant pas les mesures extrêmes prises par le nazisme. Et ce traité a probablement eu assez peu d’influence : assez vite oublié après le xvie siècle, ignoré du piétisme comme des Lumières allemandes, il n’est réapparu que dans les années 1830-1840, et surtout dans les années 1930, quand il a été récupéré par le nazisme. On peut espérer qu’aujourd’hui, une lecture contextualisée du traité, ne cherchant ni à accabler ni à « sauver » Luther, est désormais possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges (1543), édition critique par Pierre Savy, Paris, Honoré Champion, Bibliothèque d’études juives, 2015, 212 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 302-303.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges (1543), édition critique par Pierre Savy, Paris, Honoré Champion, Bibliothèque d’études juives, 2015, 212 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3945

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org