Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Charles-Édouard Levillain, Un glaive pour un royaume. La querelle de la milice dans l’Angleterre du xviie siècle, Paris, Champion, 2014, 516 p.

Pierre-Jean Souriac
p. 298-302

Texte intégral

1Fruit d’une recherche originale menée au cours des années 2000, cet ouvrage présente une réflexion sur les enjeux théoriques et politiques de la fonction militaire dans l’Angleterre du xviie siècle. Il s’agit d’une des grandes controverses politiques de cette époque, plus connue sous le nom de querelle de la milice, objet de débats acharnés en ce temps de guerres civiles, de révolutions et de restauration. Dès l’ouverture du livre, Charles-Édouard Levillain se défend de suivre les canons de l’histoire militaire traditionnelle pour aborder son sujet, évacuant rapidement la question de la stratégie ou de l’administration des forces armées. Son objet d’étude vise à révéler les relations entre pouvoirs politiques et militaires, entre philosophie et histoire, entre théorie et pratique, par l’observation et le suivi des acteurs qui se sont impliqués dans ce débat. Objet de vives controverses au xviie siècle, cette question de l’armée permanente s’écrit aujourd’hui à partir de deux legs historiographiques majeurs, celui de la Révolution militaire et celui d’une histoire whig réévaluée très récemment. La question de la Révolution militaire inscrit le problème de la milice anglaise dans un débat plus général qui opposerait deux modèles d’État, le modèle français, centralisé et absolutiste, fondé sur une armée professionnelle et permanente, le modèle anglais où les assemblées demeureraient dominantes et l’armée l’affaire d’une mobilisation des seuls sujets du royaume. Un tel modèle anglais s’accorde relativement bien avec une historiographie whig qui fait du xviie siècle un temps de glissement du pouvoir exécutif du roi vers les Communes, dans une sorte de continuum politique inéluctable jusqu’au xixe siècle. En accord avec les réflexions d’un historien comme Conrad Russel, ce livre revient sur cet héritage historiographique et le nuance très fortement, refusant une histoire déterminée par l’affirmation du Parlement. En s’appuyant à la fois sur le contenu des textes générés par la question de la milice et sur les archives diplomatiques produites par des agents étrangers sensibles à ce débat, l’auteur vise à établir un contexte politique soigneusement fouillé, et, pour reprendre sa formule, à « éclairer l’intérieur depuis l’extérieur ». Avec de telles sources, deux lignes de force majeures permettent de contextualiser ce débat : son arrière-plan religieux d’abord, et surtout son imaginaire fondé notamment sur le mythe d’une milice civique très éloigné des pratiques militaires réelles observables à l’époque.

2Le livre se construit autour d’un développement chronologique, des années 1600 à la Glorieuse Révolution de 1688. Ses huit chapitres s’arrêtent chacun sur une étape de ce débat qui suit au plus près les tribulations politiques du royaume d’Angleterre. Le temps des premiers Stuart d’abord (chapitres 1 à 3), au cours duquel la milice connaît d’abord un vide juridique avant de se voir encadré par l’ordonnance de 1642. Le temps de la Restauration occupe ensuite le quatrième chapitre, et les règnes des deux derniers Stuart les quatre suivants. Tout au long de ces 400 pages de texte dense mais alerte, Charles-Édouard Levillain met en œuvre sa méthode visant à suivre au plus près les débats parlementaires et la littérature qu’ils ont générée. Le lecteur avance alors pas à pas tant dans le contexte politique et militaire que dans celui des rapports mouvementés entre la cour et le Parlement londonien. Chaque inflexion législative, chaque événement impliquant l’usage de la force donne lieu à l’étude des positions des principaux protagonistes des débats, de leurs paroles quand elles sont connues ou de leurs écrits. Sur ce plan, si la lecture peut s’avérer fastidieuse car elle s’appuie sur des analyses très minutieuses de multiples positions singulières, elle permet de mesurer la richesse du débat politique anglais, la complexité des prises de position très éloignées d’un manichéisme simplificateur. Elle montre aussi tout l’aspect empirique de ces lois militaires : a contrario de l’historiographie whig prête à voir un enchaînement logique à tout événement, l’examen minutieux des débats, du contexte et des décisions montre au contraire l’aspect très conjoncturel et pragmatique des mesures adoptées. À noter également deux dossiers d’importance placés en annexe, le premier proposant une prosopographie politique du Parlement en 1660-1661 lors des débats sur les questions militaires, l’autre proposant les lords lieutenants nommés à ces mêmes dates.

3Le premier enseignement de ce livre repose d’abord sur cette chronologie chaotique d’une institution dont la continuité juridique est extrêmement précaire tout au long du xviie siècle. Née au xiie siècle, la milice anglaise formée de troupes régionales pouvant s’organiser en armée nationale fonctionna jusqu’en 1558 à partir d’un cadre fixé par un texte de 1181. Le règlement de 1558 fut abrogé par le premier parlement de Jacques Ier en 1604, règlement lui-même abrogé en 1624. Il faut attendre alors 1642 pour retrouver un cadre législatif à la milice, si bien que pendant 20 ans, la mobilisation militaire des sujets anglais se fit sans cadre légal reconnu par le Parlement, uniquement selon la seule prérogative royale. L’ordonnance de 1642 fixe les modalités de fonctionnement des levées de milices en les plaçant dans l’orbite parlementaire ; elle est reprise et modifiée en 1662 suite à la restauration de Charles II, nouveau grand moment législatif sur la question des forces armées anglaises. Il faut ensuite attendre le règne de Guillaume III pour que l’on revienne sur ce cadre légal. Ainsi, cette institution multiséculaire qui connut une relative atonie législative du xiie au xvie siècle fut amendée, transformée voire supprimée tout au long du xviie siècle. Paradoxalement, la lecture de ce livre pose la question de l’application concrète de ces lois. Si les lords lieutenants qui sont à la tête des circonscriptions provinciales de la milice anglaise étaient les relais du pouvoir royal et parlementaire dans la mise en œuvre de la législation militaire, force est de constater qu’ils étaient capables de faire fonctionner les levées d’hommes malgré des contextes troublés et les incertitudes législatives. Même si Charles-Édouard Levillain postule une étude politique et parlementaire, et non une approche régionale et fonctionnaliste de la milice, on peut regretter de ne pas pouvoir suivre les échos locaux de ces débats ni les adaptations sur le terrain. Mise à part l’expérience originale de la New Model Army, à la lecture de ce livre, on a le sentiment d’un ordre immuable dans la mobilisation militaire du royaume, qui fonctionne vaille que vaille malgré le contexte, et sur lequel le roi tente d’étendre sa prérogative sans y arriver. Il aurait été intéressant d’en avoir la confirmation.

4Autre enseignement de ce livre, l’importance du débat sur la place de l’armée dans le royaume d’Angleterre. De manière schématique, ce débat oppose les tenants d’un ordre ancestral d’une armée anglaise fondée sur une mobilisation individuelle ordonnée conjointement par le roi et le Parlement, et les tenants d’une professionnalisation de l’armée sur le modèle des troupes continentales, et ce, dans les deux cas, pour assurer une plus grande efficacité militaire au royaume. Le débat est éminemment politique puisque derrière la question militaire se tient la question des moyens d’action du souverain, sa capacité à lever des armées et donc l’octroi de subsides par le Parlement. Le débat sur la milice recouvre celui de la prérogative royale et chaque phase des conflits ou tensions politiques qui opposent Parlement et monarchie sont autant de phases d’affrontement des théoriciens de l’un ou de l’autre bord. Il n’est alors pas tant question de savoir quels uniformes ou quelles armes auront les miliciens et les soldats royaux, mais d’envisager quelle autorité dirige ces hommes, la part du Parlement et du roi dans la conduite de ces troupes. Cependant l’armée n’est pas le prétexte de débats de plus grande ampleur, l’armée est elle-même objet de débat car elle est un facteur de pouvoir qui a fait ses preuves durant la guerre civile et l’interrègne.

5Deux conséquences majeures découlent de ce débat. La première, est que les rois, notamment Charles II et Jacques II, ne sont jamais arrivés à obtenir une armée professionnelle malgré un contexte international qui aurait pu la rendre nécessaire. Lors des guerres anglo-hollandaises, lors des campagnes de Louis XIV en Flandres et en Hollande, l’Angleterre eut à affronter un risque d’invasion bien réel à partir de ses côtes. Dans ce contexte, la milice provinciale ne parut pas toujours très fiable et si le roi obtint du Parlement, sur des périodes courtes, les moyens d’augmenter ses effectifs militaires, il ne parvint jamais à les pérenniser ni à ce que cet accroissement soit très important. Dans le même esprit, le refus à l’échelle locale d’une armée permanente s’explique bien souvent par le refus du soldat, véritable fléau de la société civile, beaucoup plus que par une prise de position théorique. L’autre conséquence de cette recherche est de révéler des positions qui ne sont pas toujours aussi tranchées que l’on a souvent voulu le croire. Membres du Country Party ou Whigs sont généralement présentés comme les défenseurs de l’ordre milicien ; ce n’est pas faux, mais Charles-Édouard Levillain apporte des nuances intéressantes. En 1675 par exemple, plusieurs d’entre eux considéraient qu’une milice placée sous la seule prérogative royale pouvait être une arme contre les libertés anglaises tout aussi dangereuse que l’armée de métier. Ainsi, le débat portait sur plusieurs points antagonistes : l’opposition entre l’armée de métier et la milice, mais aussi sur une confusion potentielle entre armée de métier et milice si cette dernière venait à être contrôlée par les seuls hommes du roi. De même, en 1678, après la prise de Gand par les armées de Louis XIV, les Communes, affolées par la perspective d’un débarquement français, demandèrent à Charles II de déclarer la guerre à la France. Ce qu’il fit. La situation frôla alors la schizophrénie : d’un côté le roi leva une armée sans grand moyen pour faire la guerre à un souverain dont il cherchait l’alliance ; de l’autre les Communes souhaitaient la guerre sans vouloir en supporter le coût et en entretenant une méfiance vis-à-vis de toute armée au service du monarque. Personne n’assumait l’état de guerre. Ces multiples points de débat participèrent à le rendre complexe et le présent livre tente sur ce point d’y apporter un nouvel éclairage.

6La dimension religieuse de ce débat est également réévaluée. Pour les années 1661-1662, la Restauration de Charles II amène au pouvoir, y compris au Parlement, un milieu marqué par un anglicanisme militant et très hostile aux diverses familles non-conformistes ou conventicules. Véritable retour de balancier par rapport à la période de l’Interrègne, le début de la décennie 1660 connut plusieurs purges dans lesquelles les lords lieutenants furent à la manœuvre, dans le but d’une uniformisation de la vie religieuse, y compris par des réformes militaires cherchant à exclure des cadres de l’armée aussi bien que de la milice tous les déviants. Ce raidissement anglican se lit aussi dans la méfiance anglaise à l’égard des Provinces Unies où s’étaient réfugiés bon nombre d’anciens républicains, tout autant que dans une méfiance plus traditionnelle à l’égard de la France, alliée du pape et tenant d’un absolutisme monarchique honnis Outre-Manche. Selon les périodes, la peur du non anglican fut tantôt celle du dissident, tantôt celle du papiste. La cible changea à partir des années 1670 avec le retour en force de ce qui devint le parti Whig et le retour de groupes minoritaires sur le devant de la scène, avant que l’affaire de l’Exclusion ne divise le royaume et ne provoque au début des années 1680 la domination des Tories.

7Ainsi, autour du débat sur la milice, ce livre propose une belle réflexion historique sur les processus de prise de décision politique dans l’Angleterre du xviie siècle. La question de la milice et de l’armée permanente est centrale dans un royaume agité par la guerre civile et les menaces extérieures. Elle n’est cependant centrale que parce qu’elle appartient à un débat plus large sur la prérogative royale et le rôle du Parlement. En proposant un travail très fin de contextualisation, Charles-Édouard Levillain apporte un éclairage nouveau sur ce débat, même si on peut lui reprocher à certain moment de perdre l’objet initial de son propos au profit d’une histoire politique et diplomatique très fine de l’Angleterre. Il n’en demeure pas moins que se déploient sous les yeux du lecteur les mécanismes d’une décision politique empirique fondée sur les engagements théoriques et idéologiques de ses acteurs, dans une culture remarquable du débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Souriac, « Charles-Édouard Levillain, Un glaive pour un royaume. La querelle de la milice dans l’Angleterre du xviie siècle, Paris, Champion, 2014, 516 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 298-302.

Référence électronique

Pierre-Jean Souriac, « Charles-Édouard Levillain, Un glaive pour un royaume. La querelle de la milice dans l’Angleterre du xviie siècle, Paris, Champion, 2014, 516 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3943

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org