Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Julien Léonard, Être pasteur au xviie siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 351 p.

Noémie Recous
p. 294-297

Texte intégral

1Issu d’un travail doctoral, l’ouvrage de Julien Léonard est remarquable par la richesse des sources qu’il mobilise autour de son protagoniste, le pasteur messin Paul Ferry, en activité entre 1612 et 1669. Le fonds documentaire étudié, dont le cœur est constitué par les « papiers Ferry », se distingue tant par son aspect quantitatif que qualitatif. Organisés et classés par Ferry lui-même dans un but de transmission mémorielle, ses papiers sont de nature diverse : une collection de sermons (dont plus de 1 000 ont été conservés), des recueils de notes théologiques, historiques et familiales, des carnets de lecture sur divers sujets, une correspondance de plus de 2 400 lettres, des copies de documents consistoriaux, synodaux et disciplinaires. Des sources extérieures ont en outre permis de mettre en perspective les documents laissés par le ministre. L’ampleur et la variété du corpus de sources ont permis à Julien Léonard de proposer une approche riche et problématisée du personnage de Paul Ferry.

2Julien Léonard en étudie les différentes facettes. Il analyse tout d’abord son identité de pasteur réformé, traitant de la question de sa formation et de son accession au ministère (chapitre 1), de ses pratiques pastorales au quotidien (chapitre 2) et de la manière dont il met en scène sa vie privée pour correspondre aux modèles protestants, et ainsi servir à l’édification des fidèles (chapitre 3). Puis il s’intéresse à la manière dont Paul Ferry s’intègre dans le monde des pasteurs du xviie siècle, en nouant des liens de solidarités et d’entraide avec d’autres ministres de son église mais aussi d’églises de France ou d’églises françaises à l’étranger (chapitre 4), tout en faisant face à un contexte de controverses confessionnelles à échelle européenne et locale (chapitre 5). Il montre notamment comment Ferry défend son église contre ses détracteurs catholiques en recourant à l’histoire (chapitre 6). Enfin, il propose d’évaluer les différentes formes d’influence de Paul Ferry, au sein de son église (chapitre 7) et dans le monde réformé (chapitre 8). Il révèle notamment son importance dans le domaine politique (chapitre 9), où il tient un rôle de médiateur entre sa communauté et les autorités royales, qu’il tente de concilier en affirmant un loyalisme monarchique sans faille tout au long de son ministère.

  • 1 Willem Frijhoff, Fulfilling God’s Mission. The Two Worlds of Dominie Everardus Bogardus, 1607-1647, (...)

3Si le pasteur Ferry n’est pas un personnage totalement inconnu des historiens du protestantisme, Julien Léonard a cependant choisi de sortir le personnage de cette image topique et désincarnée, afin d’en proposer une « biographie en contexte1 », occasion d’une plongée au cœur du monde des pasteurs du xviie siècle.

4La période de l’exercice de Ferry, entre 1612 et 1669, est un moment de paix. Protégées par le régime de l’Édit de Nantes, les églises protestantes, sont tolérées et peuvent donc se structurer plus fortement. Le rôle des pasteurs évolue, se codifie et tend à s’étendre. Les notes de la main de Paul Ferry permettent d’aller au plus proche de son travail quotidien, de le suivre jusqu’au bureau où il prépare ses sermons en utilisant sa riche bibliothèque de près de 2600 volumes. Adoptant généralement le principe de la lectio continua, le prêche continu sur un livre des Écritures, Ferry s’adapte cependant aux événements comme les épidémies, les fêtes, le passage d’un prince en ville, pour proposer des sermons plus contextuels. Utilisant un système élaboré de notes, de références et de classification en cahiers thématiques, Ferry apparaît comme un homme méthodique et organisé, tant dans son travail de pasteur que dans ses intérêts variés d’érudits.

5À travers l’étude de ses papiers familiaux, Julien Léonard montre en outre comment la barrière entre vie privée et familiale d’une part et ministère d’autre part est gommée. Malgré des relations tendues notamment avec ses fils, le pasteur cherche à promouvoir une image de famille idéale. Sa vie de couple ou les événements de sa vie familiale sont mis au service de son ministère, et proposés comme exemples édifiants. Ils servent de contre-modèle à celui des clercs catholiques.

6Durant son ministère, Ferry se forme aussi aux questions juridiques, concernant les mariages notamment, auxquels il assiste pour être en conformité avec la législation royale. Il s’est aussi beaucoup investi dans la visite aux pauvres, malades et prisonniers, au risque d’entrer en rivalité avec les diacres et les anciens. Dans ce processus de professionnalisation, les liens avec d’autres pasteurs sont essentiels. Dans le cas de Ferry, ils se créent et s’entretiennent avec les trois autres pasteurs de la ville, mais aussi grâce à une correspondance assidue avec des pasteurs français. L’Église réformée de Metz étant indépendante du système synodal et colloquial des Églises réformées de France, les occasions de rencontrer d’autres pasteurs sont plus rares.

7La correspondance pastorale apparaît comme un élément essentiel tant dans la gestion de l’église, que dans l’affirmation de son influence au-delà de la région messine. Le réseau de correspondants de Ferry permet de déterminer son poids social dans sa communauté et dans la société locale mais aussi dans le monde protestant, et d’identifier des stratégies de carrière pour lui et pour ses proches. L’analyse dévoile en outre l’existence d’une hiérarchie implicite entre les églises françaises, et entre les différents pasteurs qui y officient. Le pasteur messin a conscience de ces codes implicites, et tente de se positionner face à eux.

8Pour cela, il adopte plusieurs stratégies. La publication d’ouvrages, d’histoire, de théologie ou de discipline, et la recherche de leur reconnaissance par ses pairs, en est une. Malgré le petit succès de ses quatre sermons publiés à Charenton en 1645, la plupart de ses autres publications connaît un succès mitigé, voire un accueil négatif.

9Dans les débats théologiques, comme celui portant sur la grâce qui, au cours du siècle, oppose catholiques et protestants mais aussi les protestants entre eux, Ferry choisit d’adopter une position publique mesurée et neutre. Il s’illustre davantage sur la question de la réunion entre calvinistes et luthériens, et rencontre un certain succès dans les années 1660, puisque son avis sur la question devient recherché.

10Finalement, l’influence réelle de Paul Ferry dans le monde protestant se limite à la région messine. Même s’il est connu dans les Églises réformées de France, il n’égale jamais en réputation les grands pasteurs contemporains. Julien Léonard le décrit comme un lecteur assidu, un compilateur, mais non comme un acteur de grande envergure.

11La question de l’acculturation des fidèles, autre thème largement traité dans l’ouvrage, est au cœur du travail et de la vie du pasteur Ferry. Dans le contexte messin de coexistence des deux confessions, mais de minorité des protestants, cette acculturation est essentielle, et doit être combinée avec une forte identité urbaine. La présence d’un clergé catholique très nombreux (29 abbayes, monastères et couvents en 1648) pousse les pasteurs messins à mettre en place des stratégies de lutte. Les travaux sur l’histoire de la ville de Ferry en font partie, puisqu’ils ont pour objectif de marquer l’ancienneté de la présence protestante en ville et donc d’en souligner la légitimité.

12Pour préserver l’identité protestante, Ferry est à l’origine de la création de « classes latines » en 1628, en réponse à la mainmise des jésuites sur le collège à partir de 1622. Les pasteurs sont au cœur du fonctionnement de ce collège qui ne dit pas son nom, et cherchent à créer une culture messine à la fois commune et confessionnelle. Connaissant un certain succès, les « classes latines » sont interdites par le pouvoir royal dès 1634.

13Ces tentatives d’unir les réformés dans une culture commune spécifique n’empêche pas l’existence d’enjeux de pouvoir et de rivalités au sein-même de la communauté. Les tensions entre les pasteurs et le consistoire ont pu être vives, notamment au moment de l’élection d’un nouveau pasteur, puisque l’indépendance de l’église de Metz a pour conséquence une nomination laissée à la charge du consistoire et de l’assemblée des chefs de famille. Les rivalités entre familles se sont alors exprimées. Ferry n’échappe pas à ces enjeux : bien que solidement ancré dans son église et socialement influent, il n’est pas exempt de critiques et contestations, jusque dans le consistoire, notamment aux deux extrémités de sa carrière en raison de son âge. Malgré ces tensions ponctuelles, Ferry a joué toute sa vie le rôle de représentant et défenseur de sa communauté, tant dans la controverse que face aux autorités royales. Sa situation sociale avantageuse a, dans ce dernier cas, été un atout important.

14Le cas du pasteur Ferry apporte un éclairage nouveau sur le processus de cléricalisation et de professionnalisation des pasteurs sous le régime de l’Édit de Nantes. Les pasteurs deviennent des experts, dotés d’attributions de plus en plus nombreuses : Ferry est à la fois érudit dans diverses matières, spécialisé dans les questions juridiques et historiques, représentant de son église face aux autorités royales et garant du loyalisme monarchique de sa communauté. Il est très lié à ses « très chers frères », avec lesquels il partage une culture commune, avec lesquels il échange des réflexions et des services. Son intégration au sein d’une véritable « république des pasteurs » est un élément fondamental de son identité.

15La spécificité du contexte messin, dont l’autonomie renforce l’importance du pasteur, n’est pas un obstacle à la portée générale de la recherche, notamment parce que Julien Léonard n’hésite pas à recourir à des comparaisons multiples. Touchant à la fois à l’histoire sociale, à l’histoire culturelle, à celle des mentalités et représentations, cet ouvrage est enfin un exemple magistral des nombreuses possibilités offertes par le genre biographique dans la recherche historique contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Willem Frijhoff, Fulfilling God’s Mission. The Two Worlds of Dominie Everardus Bogardus, 1607-1647, Leiden, Brill, 2007, p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noémie Recous, « Julien Léonard, Être pasteur au xviie siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 351 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 294-297.

Référence électronique

Noémie Recous, « Julien Léonard, Être pasteur au xviie siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 351 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3940

Haut de page

Auteur

Noémie Recous

larhra, umr 5190 Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org