Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Christian Jérémie et Monique Vénuet (dir.), L’éloquence ecclésiastique de la Pré-réforme aux Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, 672 p.

Anne-Sophie De Franceschi
p. 292-294

Texte intégral

1Sur un territoire qui couvre toute l’Europe du nord au sud et du xve au xviiie siècle, cet ouvrage collectif veut observer un univers « qui se déclare chrétien et se déchire », sous l’angle de l’éloquence sacrée, comme le déclarent Ch. Jérémie et M. Vénuat dans l’introduction. Outil de renouveau central de l’Église et de l’apostolat, dont le but unique devrait être de porter l’Évangile, ces formes se multiplient comme les identités qu’elle revendique, qu’elles soient nationales, politiques, et surtout confessionnelles.

2Les 31 contributeurs envisagent, en six chapitres, un vaste éventail de formes liées à des publics et à des situations particulières, livres de piété, traités, prières, controverses, sermons, histoires tragiques et écritures autobiographiques mêmes, à partir du genre majeur et initial qu’est le sermon, étudié dans son évolution et ses hybridations jusqu’au xviiie siècle dans les deux premiers chapitres. Le premier chapitre expose les formes de prédications catholiques et réformés, à partir des première réformes tchèques, et jusqu’aux sermons élaborées par les Prémontrés ou les Feuillants à la fin de l’époque moderne. Quelques grandes figures de l’éloquence classique y sont étudiées de manière plus particulière comme François de Sales ou Du Perron. Le second chapitre s’intéresse aux « modulations » du sermon, lorsqu’il sert une cause politique de manière connexe, s’invite dans les dialogues du théâtre britannique ou dans les manuels destinés aux jeunes filles anglaises. Les oraisons funèbres sont ensuite successivement examinées, comme lieu où les controverses font écho aux troubles politiques du temps. Les discours autour des funérailles d’Henri III, étudiés par Mathieu Mercier, montrent l’embarras des orateurs catholiques qui préludent à la légende noire du dernier des Valois. Entre le peuple et le souverain, une rupture, d’autant plus flagrante qu’elle n’entraîne pas la dissolution du corps social. Le silence choisi par les orateurs calvinistes pour les obsèques, au tournant des xvie et xviie siècles, répond à cette parole catholique contrainte.

3À l’opposé, les grandes oraisons funèbres de la Contre-Réforme prennent une dimension politique ; elles interrogent les relations internationales chez Bossuet, ou plaident la cause du Peuple chez l’Abbé Grégoire, au gré d’une rhétorique « communautaire », à l’antique. Le chapitre IV ramène le lecteur sur le terrain des grands débats théologiques. L’étude des Écrits des curés de Paris, un an après les Provinciales, montre l’inquiétude du clergé séculier face à la casuistique jésuite, et intègre la plume de Pascal aux plumes cléricales. Plus largement dans les controverses entre catholiques et réformés, les sermons de Bossuet entendent convaincre par la simple exposition du dogme, conviction qui anime également son œuvre historique parue dans les années 1670. Dans la famille protestante, l’ouvrage expose aussi les polémiques entre Calvin et Westphal dès les années 1550, avec une violence verbale qui s’explique par la volonté de faire sortir la controverse de son cercle de théologiens, pour l’emporter dans une lutte d’influence pour la construction confessionnelle des Églises réformées. Les échanges venimeux, en Angleterre, entre les évêques Cranmer et Gardiner s’entendent aussi par une lutte de pouvoir autour d’Edouard VI qui veut construire une Église à tendance calviniste. L’éloquence sert aussi à l’instruction religieuse et à la dévotion, au service de l’Évangélisation. Autour du Temple de Charenton, les ministres du xvie au xviiie siècle composent de nombreux livres qui montrent un assouplissement de la doxa calviniste, allant de pair avec une évolution des formes d’éloquence. En face, la Contre-Réforme déploie tous les moyens de spectacle, cérémonies, musique, processions, notamment au cours des grandes canonisations pourtant fortement reprises en main par le Saint-Siège sous Urbain VIII.

4Au xviiie siècle, l’influence du méthodisme anglo-saxon est le fruit des vingt volumes du Journal de Wesley, œuvre autobiographique dont les témoignages d’événements extraordinaires et dramatiques assurent le succès auprès de milieux populaires. Les derniers chapitres montrent enfin la souplesse de la matière dévotionnelle et catéchétique qui se plie à toutes sortes de genres, manuels d’instruction religieuse, traités, journaux, jusqu’à la prière des Books of prayers qui fleurissent en Angleterre au xvie siècle, conciliant sensibilité religieuse et intention catéchétique, pour donner naissance, selon l’auteur, au langage spécifique qu’est l’anglais de la Réforme. Bien que déjà très riche, ce panorama pourrait être utilement complété par un rappel du rôle de la composition des psaumes et chansons dans la communauté réformée française et chez les catholiques, à la même époque. Au xviie siècle, l’émergence de la direction spirituelle voit la multiplication des manuels de dévotion qui remplacent éventuellement la présence d’un directeur réel. Par le dialogue, la forme épistolaire, ces manuels donnent l’illusion d’un entretien réel, comme dans l’ouvrage de Simon Treuvé. Mais au même moment, Nicolas Barré doute qu’une telle médiation par le livre puisse se substituer à un entretien véritable, individuel et circonstancié. Les Mémoires enfin, et ceux du Cardinal de Retz en particulier, peuvent également servir de cadre à l’éloquence sacrée. Pour Marc Hersant, les discours du mémorialiste, prononcés en 1652 alors qu’il est coadjuteur de Paris pendant la Fronde, posent la figure du mémorialiste «en majesté », à côté de celle d’un auteur caractérisé par sa conversation brillante, et placent Louis XIV en lecteur idéal et rêvé du courtisan. La frontière entre histoire tragique et éloquence est également mince à mesure que Boistuau ou Belleforest moralisent le récit au gré de longs discours édifiants attendus du public. L’histoire dérive vers l’essai jusqu’à renouer avec l’exemplum chez Jean-Pierre Camus, genre dont Guy Demerson montre pourtant l’infortune au milieu du xvie siècle, alors qu’il est désavoué par Henri Estienne, qui dénonce son manque de dignité pour l’éloquence ecclésiastique.

5Cet important volume de 640 pages déploie ainsi l’éventail le plus large possible des formes d’expression de l’éloquence sacrée, qui partent du sermon et y reviennent, pour s’instiller dans d’autres genres plus profanes de cette très large période, et montrer, effectivement, une effervescence qui répond au foisonnement des idées politiques et théologiques de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie De Franceschi, « Christian Jérémie et Monique Vénuet (dir.), L’éloquence ecclésiastique de la Pré-réforme aux Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, 672 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 292-294.

Référence électronique

Anne-Sophie De Franceschi, « Christian Jérémie et Monique Vénuet (dir.), L’éloquence ecclésiastique de la Pré-réforme aux Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, 672 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3936

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie De Franceschi

Institut Universitaire de Technologie d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org