Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Carol E. Harrison, Romantic Catholics France’s Revolutionary Generation in Search of a Modern Faith, Cornell University Press, Ithaca/London, 2014, 344 p.

Caroline Muller
p. 289-291

Texte intégral

  • 1 Nous reprendrons ces termes de l’auteur tout au long du compte-rendu.

1Carol E. Harrison propose, dans cet ouvrage, une étude de la génération des catholiques post-révolutionnaires, qu’elle nomme « génération catholique romantique »1. Elle analyse le parcours de plusieurs personnages : Maurice de Guérin, Victorine Monniot, Charles de Montalembert, Amélie et Frédéric Ozanam, Pauline Craven. Retraçant ces parcours singuliers, elle montre que ces « catholiques romantiques » ont consciemment recherché des solutions pour concilier leur foi et les modernités politique, sociale et scientifique. Si l’historiographie a retenu le motif des « deux France » conflictuelles (anticléricale ou catholique) de la fin du xixe siècle, Harrison souhaite restituer toute la complexité des attitudes des acteurs catholiques au lendemain de la Révolution. Les apports du livre nous paraissent être de trois ordres : histoire politique, histoire du genre, histoire de la spiritualité.

  • 2 P. 238, nous traduisons : « A free church in a free state »
  • 3 P. 275, nous traduisons : « The Romantic Catholic project ended in defeat in 70, but it did not dis (...)

2Cette génération « catholique romantique » a cherché à concilier les libertés héritées de la Révolution française avec le catholicisme. Les chapitres trois et six nous montrent la difficile négociation entre libertés individuelles, autonomie et obéissance due au Pape. Pour Lamennais et Montalembert, réunis autour de l’Avenir, l’enjeu est d’élaborer un modèle de citoyenneté compatible avec le catholicisme : pour cela, ils prônent l’indépendance de l’Église vis-à-vis de l’État et la liberté d’enseignement. Ils soulignent les apports possibles du catholicisme à la société post-révolutionnaire : seule la soumission à une autorité supérieure, Dieu, permet d’unir les individus dans cette nouvelle configuration sociale. Se détachant d’un catholicisme nostalgique de l’Ancien Régime, ils explorent les liens entre spiritualité et société. En ce sens, ils sont pleinement des « enfants du siècle » au sens de Musset : ils choisissent une autre voie que celle de leurs parents avant eux. Les libertés publiques doivent être défendues car elles seront bénéfiques pour l’Église à long terme. Mais cette recherche devient de plus en plus difficile au fil de l’avancée du siècle et du durcissement des positions du Pape. Le discours de Malines de Montalembert, qui défendait une « Église libre dans un État libre2 » provoque une condamnation privée puis publique du Saint-Siège par le biais du Syllabus (1864) qui récuse les tentatives des catholiques libéraux. La « question romaine » et le Risorgimento achèvent de les réduire au silence en radicalisant les postures défensives autour du pape, ne laissant plus de place à ces voix, dont celle de Pauline Craven, qui tentaient de penser ensemble les intérêts de la nation et de l’Église. Ainsi, « le projet des catholiques romantiques s’achève sur une défaite en 1870 sans pour autant disparaître complétement3 ».

  • 4 P. 19, nous traduisons : « Romantic Catholics thought profoundly about how their gender inflected t (...)
  • 5 P. 238-239.

3L’ouvrage de Carol E. Harrison nous permet aussi de mesurer toute la fécondité du croisement entre l’histoire du genre et l’histoire du fait religieux : « Les catholiques romantiques ont réfléchi très profondément à l’impact de leur genre dans leurs devoirs religieux et à la manière dont leur foi transformait leur vie en tant qu’homme ou femme4 ». Elle explore la construction d’une masculinité catholique qui ne recouvre pas l’expérience des hommes républicains, en suivant le parcours de Maurice de Guérin, du collège Stanislas à son passage dans le cercle de La Chênaie (chapitre 2). Du côté de l’histoire des femmes, elle propose une analyse renouvelée de l’association de la féminité à la religiosité, motif historiographique désormais classique. Elle montre notamment que les descriptions d’une « piété féminine » reposent en partie sur des stéréotypes associant émotion, sacrifice et féminité bien plus que sur des analyses poussées5. Étudiant Pauline Craven et la publication de son ouvrage le Récit d’une sœur (chapitre 4), elle retrace la vie d’une femme qui a cherché à concilier l’idéal de l’effacement avec une présence dans la sphère publique, à réconcilier l’individualité avec le sacrifice de soi. Le succès immense rencontré par la publication de l’histoire hagiographique de sa famille a été le fruit de cette tentative. Il devient possible de remplir ses « devoirs d’état » tout en assumant une présence hors de la sphère domestique. Harrison restitue toute la complexité des attitudes des acteurs face aux préceptes de l’Église.

4Enfin, l’ouvrage s’attache à décrire l’émergence de nouvelles manières de vivre la foi : les catholiques de la génération romantique ont posé les jalons du renouvellement des modèles de sainteté et d’action dans le monde. Le couple formé par Frédéric et Amélie Ozanam incarne ce renouvellement (chapitre 5) : ils témoignent d’une vertu exemplaire sans renoncement à l’amour et à la parentalité. Ils participent à un premier moment de construction d’un modèle qui place le mariage au centre du progrès spirituel. La génération catholique romantique réfléchit par ailleurs à la façon dont elle peut peser dans le monde. Après sa rencontre avec Amélie, Frédéric Ozanam élabore un système dans lequel les femmes jouent un rôle central dans le salut de la société, par le biais de la famille ; elles incarnent l’avenir du lien social. De son côté, Pauline Craven présente l’écriture de l’histoire de sa famille comme un moyen de sauver d’autres âmes. La publicisation de son histoire familiale est inscrite dans une logique spirituelle. Elle met à distance une spiritualité de l’expiation centrée autour de la souffrance nécessaire pour présenter une « féminité catholique alternative » à laquelle de nombreuses femmes vont s’identifier.

5Carol E. Harrison opère ainsi une véritable relecture du catholicisme français du premier xixe siècle grâce à l’étude de ces destins individuels. Elle explore tour à tour les liens du religieux au politique, au genre, l’originalité des visions des « catholiques romantiques ». Invitation à nuancer l’image réactionnaire du catholicisme français de cette époque, à aborder les manifestations du religieux dans leur diversité, l’ouvrage souligne le dynamisme des recherches des catholiques romantiques. L’espace de réflexion et d’élaboration se réduit après les condamnations pontificales. L’ouvrage se referme sur l’évocation de deux personnages de la fin du xixe siècle : Sœur Marie Elisabeth (la diariste du journal de Marguerite devenue adulte) et l’impératrice Eugénie. Ces deux cas mettent en évidence l’image désormais attachée au catholicisme. La religion est devenu un outil de disqualification politique et un destin repoussoir pour les parents qui présentaient auparavant Marguerite comme modèle à leurs petites filles.

Haut de page

Notes

1 Nous reprendrons ces termes de l’auteur tout au long du compte-rendu.

2 P. 238, nous traduisons : « A free church in a free state »

3 P. 275, nous traduisons : « The Romantic Catholic project ended in defeat in 70, but it did not disappear entirely. »

4 P. 19, nous traduisons : « Romantic Catholics thought profoundly about how their gender inflected their religious duty and how their faith transformed their lives as men and women »

5 P. 238-239.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Muller, « Carol E. Harrison, Romantic Catholics France’s Revolutionary Generation in Search of a Modern Faith, Cornell University Press, Ithaca/London, 2014, 344 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 289-291.

Référence électronique

Caroline Muller, « Carol E. Harrison, Romantic Catholics France’s Revolutionary Generation in Search of a Modern Faith, Cornell University Press, Ithaca/London, 2014, 344 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3933

Haut de page

Auteur

Caroline Muller

larhra, umr 5190 Université de Reims Champagne Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org