Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Dieter Gembicki, Heidi Gembicki-Achtnich (éd.), Le réveil des cœurs. Journal de voyage du frère morave Fries (1761-1762), Saintes, Le Croît Vif, 2013, 521 p.

Yves Krumenacker
p. 287-289

Texte intégral

1Un road movie spirituel : c’est ainsi que le préfacier de l’ouvrage, Jean-Paul Chabrol, qualifie le Journal de voyage de Fries. Pierre Conrad Fries (1720-1783), pasteur luthérien né à Montbéliard, converti au piétisme des frères moraves vers 1750, s’est rendu en France en 1761-1762 pour visiter les communautés réformées, dans le cadre d’un vaste plan d’évangélisation de la France élaboré par les moraves ; Fries, comme d’autres avant lui, devait fournir un rapport sur l’état des communautés. Très scrupuleux, Fries a parcouru tout le « croissant huguenot », quittant la Suisse pour Lyon, avant de séjourner à Nîmes, dans les Cévennes, à Marseille, en Languedoc, puis de gagner le Sud-Ouest en passant par Toulouse et Montauban ; il va jusqu’en Béarn, s’attarde à Bordeaux, visite la Saintonge et une partie du Poitou. De retour dans l’église morave de Neuwied (près de Coblence), puis à Herrnhut (en Saxe), sur les terres de Zinzendorf, « chef » des moraves, il rédige en quatre cahiers son rapport, sans doute à partir de ses souvenirs et des lettres-rapports envoyées au cours de son voyage.

2C’est ce récit que publient D. et H. Gembicki, dans une édition abondamment et savamment annotée, avec de nombreux documents complémentaires, un glossaire, des index et une bibliographie nourrie. Le résultat est passionnant. Fries ne décrit guère les lieux où il passe mais, conformément à sa mission, tâche de voir si la foi des réformés est « vivante », c’est-à-dire strictement christocentrique et ne faisant aucune part aux œuvres. Mesurée à cette aune, la foi de la plupart des réformés français est morte, même celle de Marie Durand et des prisonnières de la Tour de Constance à qui Fries fait la leçon ! Les jugements de Fries sont radicaux ; pour lui, les réformés sont rationalistes ou n’ont qu’une foi « légale » (qui suit la Loi, donc les œuvres), y compris (ou surtout ?) les pasteurs. On ne peut donc pas attendre de ce journal une vision neutre de la piété du Désert. Mais, en missionnaire scrupuleux, Fries rencontre beaucoup de ministres et de laïcs et en dresse des portraits, sévères mais précieux, car nous n’avons aucun témoignage de la foi de la plupart d’entre eux.

3Nous découvrons aussi les différentes nuances de la piété du Désert, les oppositions entre groupes, les tendances mystiques ou millénaristes de certains, l’attrait ou le rejet total que suscite le piétisme. Il existe même quelques communautés piétistes, souvent fondées avant la venue de Fries, par d’autres émissaires moraves, mais qu’il conforte dans leur foi : à Lyon, à Marseille, à Nîmes, à Bordeaux, en Saintonge et Angoumois surtout, où le pasteur Étienne Gibert est très proche des moraves.

4Ces observations nous obligent à avoir un autre regard sur le protestantisme français du xviiie siècle. L’introduction le fait fort bien, en décrivant un Désert marqué par une attente spirituelle, qui peut prendre la forme d’un « Réveil » piétiste. L’activité des frères moraves en France, de 1737, date de la première visite de Watteville à Lyon, à Nîmes et dans les Cévennes, à 1804, quand Buchanan meurt à Bordeaux, est retracée rapidement, mais cela montre l’existence d’un véritable plan concerté et l’existence de foyers piétistes qui contredisent l’image trop souvent répétée d’un asséchement progressif d’une foi devenue rationaliste (même si c’est un peu l’idée que Fries se fait des réformés français). L’action d’Antoine Court pour attirer des pasteurs moraves est brièvement rappelée, celle de Paul Rabaut, pasteur de Nîmes, un des principaux interlocuteurs de Fries, apparaît constamment. À la fin de leur introduction, les éditeurs de ce texte évoquent les lectures et l’épistémologie de Fries, toutes marquées par les Lumières. Ce lien entre un appel à une religion du cœur et une approche raisonnable, sinon rationaliste, du savoir, pour paradoxal qu’il soit, n’est pas si surprenant. La recherche met de plus en plus au jour les tendances spirituelles, mystiques, quelquefois irrationnelles, du xviiie siècle finissant. L’exemple de Fries est ainsi assez caractéristique des contradictions du siècle des Lumières. Mais il est aussi, pour les historiens du protestantisme, l’occasion de rectifier leur vision du Désert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Dieter Gembicki, Heidi Gembicki-Achtnich (éd.), Le réveil des cœurs. Journal de voyage du frère morave Fries (1761-1762), Saintes, Le Croît Vif, 2013, 521 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 287-289.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Dieter Gembicki, Heidi Gembicki-Achtnich (éd.), Le réveil des cœurs. Journal de voyage du frère morave Fries (1761-1762), Saintes, Le Croît Vif, 2013, 521 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3930

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org