Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Francesco Dei, La Chiesa senza leggi. Religione e potere secondo un vescovo della Rivoluzione francese (1791-1794), Brescia, Morcelliana, coll. Storia (65), 2014, 162 p.

Paul Chopelin
p. 281-283

Texte intégral

1Comme beaucoup de ses confrères de l’épiscopat constitutionnel, Charles de Lafont de Savine (1742-1814) a longtemps été une figure dépréciée de l’historiographie, tant catholique que républicaine. Un doux illuminé dont on retenait avec amusement qu’il avait, un jour d’enthousiasme patriotique, fait peindre les piliers de sa cathédrale en bleu-blanc-rouge. Au delà des anecdotes et des clichés, Francesco Dei nous invite à redécouvrir cet homme d’Église engagé, en se penchant sérieusement sur sa production théologique, dans le sillage des études universitaires récentes menées sur le clergé constitutionnel français.

2Député du Vivarais aux États généraux, Lafont de Savine apparaît comme un évêque conservateur, que l’on peut ranger dans le camp des « Anti-Lumières », et à ce titre très apprécié de son compatriote Augustin de Barruel. Il n’hésite pas à démissionner – officiellement pour raison de santé – au moment de la mise en place de l’Assemblée nationale constituante, pour ne pas entériner ce qu’il considère comme un abus de pouvoir. En 1790, contrairement à la majorité de ses collègues, il se rallie pourtant aux réformes religieuses votées par l’Assemblée nationale, y voyant une occasion inespérée de régénérer l’Église de France. Ce changement d’attitude n’a rien de paradoxal : chrétien fervent, Lafont de Savine voit, derrière les événements de 1789, l’œuvre de la providence divine, qui offre finalement aux catholiques français les moyens politiques de relever une Église tombée en décadence, en rétablissant la « pureté primitive » de la liturgie et des institutions. Il adhère à la Constitution civile du clergé avant de devenir l’un des quatre évêques titulaires à prêter serment en 1791. L’étude de sa production pastorale laisse apparaître un discours fondé sur l’histoire : l’Église a connu de semblables réformes dans le passé et si l’Assemblée nationale a pris en main cette rénovation, c’est parce que le clergé en avait été jusqu’ici incapable, prisonnier d’un système politique qui l’asservissait hypocritement à des intérêts purement temporels. Lafont de Savine confère ainsi une fonction libératrice au pouvoir civil issu de la Révolution. Il loue à ce titre les mérites de Louis XVI, modèle, selon lui, du prince chrétien, qui a accepté de sacrifier une grande partie de son autorité pour le bonheur de ses sujets.

3Après avoir offert, dans un premier temps, sa démission, pour laisser à plus jeune et plus compétent que lui la mission de diriger le nouveau diocèse de l’Ardèche, il finit par conserver ses fonctions, notamment pour tenter de retenir les membres de son clergé qui sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs de l’Église réfractaire. Très vite, Lafont de Savine apparaît comme un réformateur audacieux, n’hésitant pas à déborder le cadre de la loi pour faire revivre ce qu’il appelle les « temps apostoliques ». Il entend associer les fidèles au gouvernement de l’Église, en appelant notamment ses diocésains âgés de plus de quinze ans à élire les membres de son conseil épiscopal, alors qu’il est censé le nommer lui-même. En février 1792, il publie à Viviers ce qui apparaît comme son manifeste théologique, l’Examen des principes de la Constitution civile du clergé. Allant au bout de sa logique, il prône l’abolition de la Constitution civile du clergé, qui n’était à ses yeux qu’une étape dans la libération de l’Église, pour séparer totalement le spirituel du temporel. Il réclame par conséquent la fin du salariat des prêtres constitutionnels. Peu à peu, dans ses discours de l’année 1792, Lafont de Savine en vient à promouvoir une réforme ecclésiastique radicale, en partie inspirée du système consistorio-synodal des protestants : il défend l’autonomie institutionnelle des diocèses, où chaque évêque s’appuiera sur la communauté des fidèles pour assurer la subsistance de son clergé et entretenir les lieux de culte. En échange, les fidèles seront davantage associés au gouvernement du diocèse, tandis que la liturgie sera simplifiée, pour qu’elle leur soit plus directement accessible. Le culte doit désormais se célébrer dans la décence, la sobriété et le refus des superstitions. Muni de tels principes ecclésiologiques, Lafont de Savine ne voit aucun obstacle aux lois de sécularisation votées par la Législative, puis par la Convention, à partir de septembre 1792. Contrairement à ses collègues de l’épiscopat constitutionnel, il a anticipé la suppression de la Constitution civile du clergé et se montre tout disposé à se fondre dans le nouveau régime des cultes imposé par les autorités républicaines. Mais son idéal d’Église libre se heurte aux réalités politiques du temps : alors que les autorités le suspectent de « fanatisme », son clergé l’abandonne peu à peu. Désabusé, il finit par abandonner ses fonctions publiques, avant d’être incarcéré à Paris au printemps 1794. Libéré en octobre, il regagne son diocèse, dont il tente, vainement, de reprendre les rênes, se heurtant à l’hostilité combinée du clergé réfractaire et des quelques constitutionnels encore en place. Refusant de donner ses lettres de démission au moment du Concordat, il est interné à Charenton et finit par renoncer à son siège épiscopal. Il se retire alors dans sa famille et meurt à Embrun en 1814.

4Maîtrisant parfaitement la production théologique de l’épiscopat constitutionnel, sujet de sa thèse soutenue en juillet 2015 à l’École normale supérieure de Pise, Francesco Dei a parfaitement su replacer les idées de Lafont de Savine dans leur contexte ecclésiologique. Si l’homme apparaît à tous points de vue comme un marginal, il reste animé par un projet de régénération religieuse cohérent et, par ses écrits, a contribué à la naissance d’une première réflexion théologique sur la séparation de l’Église et de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Francesco Dei, La Chiesa senza leggi. Religione e potere secondo un vescovo della Rivoluzione francese (1791-1794), Brescia, Morcelliana, coll. Storia (65), 2014, 162 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 281-283.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Francesco Dei, La Chiesa senza leggi. Religione e potere secondo un vescovo della Rivoluzione francese (1791-1794), Brescia, Morcelliana, coll. Storia (65), 2014, 162 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3923

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org