Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Anne Bonzon, Pierre Guignet et Marc Venard (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à nos jours, coll. « Histoire religieuse de la France », Paris, Cerf, 2014, 503 p.

Olivier Chatelan
p. 274-279

Texte intégral

1À la faveur d’une visibilité assumée depuis le pontificat de Jean-Paul II et d’une re-territorialisation des dispositifs d’annonce de la foi, la paroisse catholique urbaine paraît retrouver, suivant des modalités variables selon les lieux, sinon une importance stratégique, au moins un intérêt réel (et peut-être inespéré !) dans l’Église de France. Cet intérêt n’est sans doute pas étranger à la curiosité renouvelée des historiens du religieux pour cet échelon du maillage ecclésiastique, à la fois espace et communauté, cellule d’encadrement et lieu canonique de l’administration des sacrements. À en croire Anne Bonzon dans l’introduction de ce copieux ouvrage, la paroisse urbaine serait pourtant plus difficile à étudier que son homologue rurale, laquelle constituerait pour cette raison un détour quasiment obligatoire. Elle en veut pour preuve le découpage plus ou moins artificiel qui préside à la naissance des paroisses dans l’espace urbain. Certes, comme le rappelle à juste titre l’historienne, la cura animarum en ville est sans doute plus ardue que dans bien des campagnes : enjeux de pouvoir, concurrences entre clercs et contrôle moins aisé des populations définissent selon toute vraisemblance le quotidien des curés urbains. Cependant, l’opposition n’est pas à durcir : bien des analyses présentées dans les pages de ce livre vaudraient sans doute aussi pour la paroisse des champs.

  • 1  Qu’on nous permette ici de renvoyer à nos propres travaux et en particulier à notre thèse (Les cat (...)

2Il reste que privilégier cet angle d’approche est à mettre au crédit des auteurs de l’ouvrage. Incontestablement la paroisse urbaine agit comme une focale : elle grossit et rend palpable des réalités qui sont plus diluées ailleurs sur le territoire diocésain. La démarche qui préside à cette recherche – qui fut d’abord un colloque organisé en 2009 par la Société d’histoire religieuse de la France et l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3 – exprime cette préoccupation : par une approche trans-période, les communications ici rassemblées ont pour ambition commune de retrouver les moments qui ont donné lieu à des mutations, des confrontations ou des recompositions dans le microcosme étroit mais hautement révélateur de la paroisse urbaine. En point de mire : la territorialisation de la religion dans l’espace urbain, problématique qui a donné lieu à plusieurs travaux depuis la tenue du colloque à l’origine de ce volume1. La paroisse est définie en introduction comme un espace pour lequel le croyant éprouve un double sentiment d’appartenance et d’appropriation. On remarquera toutefois qu’une telle tentative de définition de la paroisse ne peut faire l’économie de son sens canonique, qui n’est pas rappelé dans les pages liminaires. Pourquoi alors poser cette question curieuse : « en fin de compte, la paroisse urbaine existe-t-elle ? » (p. 16). Oui, assurément, elle existe. On comprend donc mal la mise en cause d’un fait aussi solidement établi depuis l’époque médiévale. Ce sont plutôt les variations temporelles de ses significations collectivement partagées qui interrogent l’historien, comme le démontrent avec pertinence les différentes contributions.

3Il n’a pas été possible dans le cadre de ce compte rendu de passer en revue l’intégralité des 24 articles qui composent l’ouvrage – chiffre qui représente en soi une belle performance des coordinateurs et qui doit être salué. En raison de la spécialité de l’auteur de ces lignes ont été privilégiées les communications portant sur l’histoire contemporaine du fait religieux, ce qui représente somme toute une bonne dizaine de contributions pour lesquelles seront signalés les faits ou les analyses qui lui ont paru les plus intéressants.

4Le travail de Paul Chopelin sur les paroisses urbaines de l’Église constitutionnelle (1791-1803) constitue une bonne entrée en matière pour qui veut saisir les dynamiques d’un territoire qui se rétracte et se dilate au fil des décisions religieuses et politiques du temps. La Constitution civile du clergé adoptée par décret en juillet 1790 redéfinit en effet très largement les principes d’organisation, le découpage et le fonctionnement des paroisses héritées de l’Ancien Régime. Les vicissitudes des paroisses urbaines s’avèrent un excellent révélateur des tensions et des convulsions qui traversent l’épisode révolutionnaire. À l’objectif de rationalisation de l’organisation paroissiale pensée pour répondre « aux besoins des peuples », matérialisée par des mesures qui souvent redistribuent assez largement le réseau existant et qui réaménagent la vie ecclésiale locale – réduction du nombre de paroisses, attribution d’un ministère paroissial à l’évêque du lieu, contrôle de plus en plus étroit par les autorités publiques – le remodelage obéit aussi aux logiques politiques du temps : en témoignent les suppressions de paroisses facilitées par la présence d’un clergé réfractaire, ou la cohabitation plus ou moins pacifique entre curé constitutionnel et curé insermenté au sein de la même église. Le fait essentiel reste bien cependant, pour Paul Chopelin, la brutale mainmise des municipalités, sur les fabriques d’abord, puis sur les paroisses proprement dites.

5L’article de Jean-Pierre Moisset sur la dimension financière des fabriques parisiennes à l’époque concordataire constitue un heureux prolongement à la contribution précédente. L’historien s’attache à montrer les inégalités économiques entre les paroisses de la capitale en s’appuyant en particulier sur une enquête et un rapport réalisés à l’initiative de l’archevêque Mgr Sibbour au milieu des années 1850. Les résultats sont effarants : les fabriques parisiennes sont de véritables petites entreprises, disposant de revenus parfois considérables et surtout très contrastés d’une paroisse à l’autre. Ainsi, entre la fabrique de la Madeleine et celle de Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts, l’écart entre les revenus annuels est de 1 à 8,5 ! Jean-Pierre Moisset s’emploie à expliquer les origines de ces inégalités (en insistant en particulier sur le rôle des cérémonies fastueuses qui créent une sorte de cercle vertueux des recettes pour les paroisses les plus prestigieuses), mais aussi leurs conséquences sur le cursus honorum du clergé de la capitale : les revenus des clercs parisiens sont certes en rapport direct avec la hiérarchie ecclésiastique mais également en lien étroit avec la réputation et le niveau de richesse des paroisses.

6Les deux autres contributions portant spécifiquement sur le xixe siècle mettent en évidence le rôle joué par la croissance urbaine dans les usages de la paroisse. Dans le cas de Limoges (plus révélateur que celui de Poitiers également étudié), Paul d’Hollander montre que la création de nouvelles paroisses dans les années 1870 permet aux processions de parcourir et donc de s’approprier des espaces nouveaux, aux confins de la ville, jusqu’alors en marge des cortèges religieux. La paroisse réformée urbaine que suit avec une attention minutieuse André Encrevé est plus significative. Dans une remarquable synthèse portant là encore sur le cas parisien, l’historien explique que l’urbanisation se combine avec les divisions doctrinales (entre libéraux et évangélistes entre 1860 et 1880) et les difficultés d’organisation spécifiques aux huguenots pour aboutir à une nouvelle géographie paroissiale à la veille de 1905, laquelle n’a plus grand-chose à voir avec la précarité qui caractérisait l’Église parisienne en mai 1789. L’auteur prend soin d’indiquer les différences avec le catholicisme : l’absence de la « paroisse » dans la tradition ecclésiologique réformée et la définition de l’Église comme simple institution humaine depuis le temps des Réformateurs du xvie siècle ; le poids des laïcs dans le consistoire ; l’aspiration à une Église unique par commune et par ville ; l’acceptation d’Églises indépendantes qui n’entre pas en totale contradiction avec l’idée précédente.

7Ce sont toutefois les vicissitudes de la paroisse urbaine catholique qui occupent la grande majorité des pages du livre. Trois contributions complémentaires fournissent un éclairage. Celle de Christian Sorrel sur les missions paroissiales en France entre les années 1890 et 1960 permet de mettre en perspective cette forme d’apostolat en direction des « éloignés de l’Église ». L’auteur montre qu’après des relances entre 1885 et 1895 dans le contexte difficile de l’enracinement de la République et les relatifs succès de missions générales urbaines sous l’impulsion des rédemptoristes, ce type d’effort missionnaire n’a jamais cessé de faire l’objet de critiques sur son inefficacité supposée et sur son incapacité à atteindre les masses pour lesquelles elles sont pensées et mises en œuvre. Les réserves émises lors des congrès nationaux des œuvres de missions diocésaines dans l’entre-deux-guerres puis les objections des partisans d’un renouvellement en profondeur de la paroisse missionnaire à la Libération participent à un essoufflement de la formule, malgré quelques opérations d’envergure dans lesquelles l’ensemble des paroisses de l’agglomération sont impliquées, comme à Chambéry en 1951-1953. De manière plus structurelle, les œuvres qui animent les paroisses urbaines depuis la fin du xixe siècle connaissent elles aussi des mutations. Mathilde Guilbaud explique comment le foisonnement d’œuvres nouvelles (de piété mais aussi tournées vers l’action et l’étude, en particulier pour la jeunesse) à partir de 1870 n’est jamais aussi fort que dans l’adversité, lorsque les paroisses inventent localement les moyens d’une défense religieuse. Si les limites de la paroisse d’œuvres sont réelles – peu développées dans les campagnes, elles sont également très dépendantes de la personnalité du curé en place et manquent de coordination à l’échelle nationale – le vivier qu’elle crée a fortement contribué à l’émergence d’une nouvelle génération de laïcs engagés dans les années 1920 et 1930, glissant de façon assez imperceptible, d’après l’auteure, vers une logique de conquête propre à l’Action catholique. C’est sur ce rapport de concurrence et de complémentarité entre paroisse urbaine et Action catholique spécialisée que revient Yvon Tranvouez, qui propose une périodisation fine. Il montre notamment que le basculement vers une défiance de la paroisse s’effectue en 1967 lorsque l’assemblée plénière de l’épiscopat choisit de donner la priorité à l’Action catholique. Pour une brève décennie, avant un retour à la faveur de logiques affinitaires croissantes chez les fidèles, la paroisse se trouve discréditée.

8La Caritas allemande et le cadre bruxellois offrent deux contre-points extranationaux bienvenus aux analyses qui viennent d’être trop succinctement présentées. Dans le cas des œuvres charitables catholiques, Catherine Maurer prend pour fil directeur la place que tient la paroisse dans l’organisation et le succès de la fédération allemande née en 1897. L’échelon local fait l’objet de réflexions et de débats dès la création de la Caritas. Si le principe d’une « organisation paroissiale » de l’assistance catholique est d’emblée adopté, les critiques sur ses insuffisances sont fortes. Et de fait, les comités locaux s’établissent à l’échelle de la ville plus qu’à celle, jugée trop réduite, de la paroisse. L’organisation nationale prime. C’est seulement après l’arrivée au pouvoir du nazisme que la Pfarrcaritas prend une réelle dimension : contre la NSV, l’organisation nationale-socialiste de bienfaisance, l’Église catholique entend préserver son autonomie en même temps que ses revenus et ses fidèles. Catherine Maurer conclut à l’existence d’un « îlot de non-alignement » face aux relais d’influence de l’État totalitaire, permise par la vitalité inattendue de l’engagement paroissial, en particulier dans les villes. André Thion, quant à lui, brosse un tableau géographique et statistique des paroisses de Bruxelles de 1802 à nos jours, dans un exercice qui rappelle ce qu’avait proposé en son temps le sociologue François Houtart. Le panorama de la capitale belge est celui d’une grande variété d’œuvres et d’associations pieuses sur un peu plus d’un siècle (des années 1830 à la fin des années 1960) avant que le catholicisme se trouve relégué dans une situation que l’auteur qualifie de « minoritaire » au sein de la société pluraliste bruxelloise.

9Enfin, la paroisse urbaine, ce sont aussi et peut-être avant tout les hommes qui l’animent. La communication de Bruno Dumons sur l’histoire heurtée des diacres dans l’Église de France montre que différents modèles d’insertion dans la communauté locale existent : au fond, explique l’auteur, la « normalisation » du diaconat permanent dans le cadre de la paroisse, intervenue au cours des années 1990 et bien différente des orientations initiales, rapproche le cas français des expériences outre-Rhin. Tout autre mais tout aussi intéressante est l’histoire du métier de prêtre que raconte Céline Béraud dans un article remarquablement informé et conceptualisé. On y redécouvre, pour le second xxe siècle et le début du xxie, les critiques faites à la paroisse urbaine avant son retour en grâce à partir des années 1990 à la faveur d’un recentrement sur la liturgie. Le prêtre, condamné à orchestrer une division du travail religieux beaucoup plus complexe que pour ses aînés, se fatigue (s’il en accepte le jeu) à trouver sans cesse un consensus dans une culture du débat qui s’est installée dans les rapports sociaux intra-ecclésiaux.

10L’ouvrage se termine sur les conclusions de Marc Venard, disparu en 2014, qui en quelques paragraphes liminaires retrace ce que l’on pourrait nommer son propre « itinéraire paroissial », de Saint-Louis de Versailles à la nouvelle paroisse de « Saint-Marc-de-Rouen-Est ». Un nomadisme paroissial au gré des mobilités estudiantines puis professionnelles qui contraste, de l’aveu de l’auteur, avec la forte prégnance individuelle et collective de ce territoire, structurant et unifiant, jusque tard dans le xxe siècle.

Haut de page

Notes

1  Qu’on nous permette ici de renvoyer à nos propres travaux et en particulier à notre thèse (Les catholiques et la croissance urbaine dans l’agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), thèse de doctorat d’histoire soutenue sous la direction de Denis Pelletier, Université Lumière Lyon 2, 2009, en particulier chapitres 6 et 7) ou à ceux de Nicolas Champ qui pouvaient utilement servir à une mise en perspective de la sécularisation de l’espace public à l’échelle locale (La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au xixe siècle, Pessac, Fédération historique du Sud-Ouest, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chatelan, « Anne Bonzon, Pierre Guignet et Marc Venard (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à nos jours, coll. « Histoire religieuse de la France », Paris, Cerf, 2014, 503 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 274-279.

Référence électronique

Olivier Chatelan, « Anne Bonzon, Pierre Guignet et Marc Venard (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à nos jours, coll. « Histoire religieuse de la France », Paris, Cerf, 2014, 503 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3915

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org